Imprimer
AG/12252
30 juin 2020

Assemblée générale approuve le budget des 12 opérations de maintien de la paix pour la période allant du 1er juillet 2020 au 30 juin 2021

Sur recommandation de sa Cinquième Commission chargée des questions administratives et budgétaires, l’Assemblée générale a approuvé le budget des 12 opérations de maintien de la paix de l’ONU, pour la période allant du 1er juillet 2020 au 30 juin 2021*.  Les missions au Mali, au Soudan du Sud, en République démocratique du Congo et en République centrafricaine restent les plus budgétivores avec un peu plus d’un milliard de dollars chacune.

C’est la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) qui remporte la plus grande enveloppe avec 1 270 104 400 dollars, suivie par la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) avec 1 264 877 800 dollars, puis la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), avec 1 154 140 500 dollars, et la Missions multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), avec 1 006 428 200.

Viennent ensuite le Bureau d’appui des Nations Unies en Somalie (BANUS) avec 590 957 700 dollars et la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA), avec 283 114 300 dollars.  L’Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD) reçoit la somme de 240 182 900 dollars mais pour la période allant du 1er juillet au 31 décembre 2020.

Revenant à la période régulière du 1er juillet 2020 au 30 juin 2021, l’Assemblée accorde à la Force des Nations Unies chargée d’observer le désengagement (FNUOD) un budget de 67 574 300 dollars, et à la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO) un budget de 61 740 200 dollars.  La Force des Nations Unies à Chypre (UNFICYP) reçoit quant à elle une enveloppe de 55 206 800 dollars et la Mission d’administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK), de 42 487 700 dollars.

S’agissant de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), l’Assemblée générale autorise le Secrétaire général à engager des dépenses d’un montant maximum de 480 646 100 dollars.  Le représentant du Liban a dit accepter la proposition du Secrétariat de l’ONU d’obtenir une autorisation d’engagement de dépenses pour assurer le financement de la Force du 1er juillet 2020 au 31 mai 2021.  Il a dit comprendre que cette autorisation n’affectera en rien la teneur des dernières résolutions.  Il s’agit donc, a-t-il voulu préciser, d’une mesure provisoire qui devrait être suivie par l’adoption d’une résolution ordinaire quand les conditions d’une plénière de l’Assemblée seront réunies.

Distanciation sociale oblige, l’Assemblée générale prend, depuis le 27 mars, toutes ses décisions par « la procédure d’approbation tacite » en vertu de laquelle son Président est autorisé à faire circuler auprès des États Membres des projets de résolution.  Si aucune objection n’est soulevée, dans les 72 heures, les projets sont considérés comme adoptés et l’Assemblée en prendra note à la première réunion qu’elle organisera après la levée des mesures de précaution imposées par la pandémie de COVID-19.  Le représentant du Liban a dit son intention de présenter un projet de texte qui confirmera d’ailleurs qu’Israël doit payer la somme de 1 117 005 dollars.  

Venant aux missions clôturées et plus particulièrement à la Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL), l’Assemblée dit accueillir avec satisfaction les efforts du Secrétaire général pour réduire l’empreinte écologique de la Mission. Quant à la Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH), elle reporte sa décision dans l’attente du rapport final sur la performance de la Mission.  Elle prend note, s’agissant de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), de l’état des contributions au 30 avril 2020, dont une somme attendue de 7,3 millions de dollars, et dit noter « avec préoccupation » que seulement 174 États Membres ont payé la totalité de leur quote-part.  L’Assemblée exhorte les autres, en particulier ceux qui ont des arriérés de paiement, à débourser les sommes dues.

Justement dans le texte sur les aspects administratifs et budgétaires du financement des opérations de maintien de la paix des Nations Unies, l’Assemblée prie le Secrétaire général de continuer de prendre toutes les mesures nécessaires pour rembourser les pays fournisseurs de contingents et de personnel de police avant la clôture de toute mission et d’éviter la pratique actuelle consistant à retarder les remboursements.  Elle note que l’utilisation des soldes non restitués pour couvrir les besoins temporaires de liquidités de l’ONU en 2018 et en 2019 « n’est ni un mécanisme établi ni une pratique viable ».

Pour ce qui est de l’examen triennal des taux et normes à appliquer pour le calcul des montants à rembourser au titre du matériel appartenant aux contingents, l’Assemblée générale prie le Secrétaire général de donner pleinement suite aux conclusions et recommandations du Comité consultatif pour les questions administratives et budgétaires (CCQAB).  Venant au financement du Centre de services régional d’Entebbe, elle approuve un montant de 37 159 200 de dollars pour l’exercice allant du 1er juillet 2020 au 30 juillet 2021, alors que la Base de soutien logistique des Nations Unies à Brindisi reçoit une enveloppe de 62 058 200 dollars et le Compte d’appui aux opérations de maintien de la paix la somme de 355 694 200 dollars.

Enfin, dans la résolution sur les rapports financiers et états financiers audités et rapport du Comité des Commissaires aux comptes, l’Assemblée prie le Secrétaire général d’indiquer les délais dans lesquels il prévoit d’appliquer les recommandations du Comité ainsi que l’ordre de priorité qui sera suivi, les fonctionnaires qui seront tenus responsables et les mesures qui seront prises à cet égard.  Le Secrétaire général doit aussi expliquer dans son prochain rapport tout retard pris dans l’application des recommandations, les causes profondes des problèmes récurrents et les mesures qui seront prises pour y remédier.

L’Assemblée générale a par ailleurs publié la liste des 86 ONG, organisations de la société civile, institutions académiques, représentants du secteur privé et autres individus qui sont invités à participer, le 21 juillet prochain, au vingt-cinquième anniversaire de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes.  Elle a en outre reporté à une date ultérieure la soixante-douzième session de la Commission du droit international.

* Cotes des résolutions dans l’ordre d’apparition: A/74/918; A/74/921; A/74/914; A/74/912, A/74/923; A/74/911; A/74/607/Add.1; A/74/919; A/74/922; A/74/913; A/74/916; A/74/920; A/74/608/Add.1; A/74/915; A/74/917; A/74/910; A/74/603/Add.1 et A/74/L.70

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.