Print
AG/12243
11 mars 2020
Soixante-quatorzième session, 61e séance plénière – matin

Pour cause de coronavirus, l’Assemblée générale reporte la quatrième session de la Conférence intergouvernementale sur la biodiversité marine (BBNJ)

C’est en notant avec préoccupation la situation relative à la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) que l’Assemblée générale a décidé, ce matin, de reporter, « à une date aussi rapprochée que possible », la quatrième session de la « Conférence intergouvernementale sur la biodiversité marine des zones hors de la juridiction nationale ». 

Après les sessions de septembre 2018, de mars-avril et d’août 2019, cette quatrième et dernière session devait avoir lieu du 23 mars au 3 avril 2020, avant que la Conférence ne présente à l’Assemblée générale, en vertu de sa résolution 72/249, le texte d’un instrument international juridiquement contraignant se rapportant à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer et portant sur la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité marine des zones ne relevant pas de la juridiction nationale.

C’est le 9 mars dernier que la Présidente de la Conférence intergouvernementale, Mme Rena Lee, a écrit au Président de l’Assemblée générale pour l’informer qu’« à la lumière de la situation concernant la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) », une réunion informelle avec les délégations a arrêté que la quatrième session de la Conférence serait reportée à la date la plus rapprochée possible, à décider par l’Assemblée.

La Conférence, qui est ouverte à tous les États Membres de l’Organisation des Nations Unies, aux membres des institutions spécialisées et aux parties à la Convention, porte sur l’ensemble des questions retenues en 2011 par l’Assemblée générale: les questions concernant les ressources génétiques marines, y compris celles liées au partage des avantages; les mesures telles que les outils de gestion par zone, y compris les aires marines protégées; les études d’impact sur l’environnement; ainsi que le renforcement des capacités et le transfert de techniques marines.

Le Secrétariat de l’ONU a précisé que si jamais la Conférence n’avait pas lieu cette année, il faudra réexaminer les possibles incidences financières. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.