Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur la Colombie

SC/13988
15 octobre 2019

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur la Colombie

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite, aujourd’hui, par le Président du Conseil de sécurité pour le mois d’octobre, M. Jerry Matthews Matjila (Afrique du Sud):

Les membres du Conseil de sécurité ont réaffirmé leur appui plein et unanime au processus de paix en Colombie.  Ils se sont félicités que les deux parties maintiennent leur détermination à faire aboutir le processus malgré de grandes difficultés.

Les membres du Conseil ont déploré l’annonce faite le 29 août par un groupe d’anciens dirigeants des FARC-EP, selon laquelle il allait reprendre l’action armée et par conséquent abandonner les engagements qu’il avait pris au titre de l’Accord de paix.  Les membres du Conseil se sont félicités que le Gouvernement, la FARC et d’autres partis politiques, ainsi que la société civile aient immédiatement condamné cette décision.  Ils ont salué l’engagement renouvelé du Président Duque et de son gouvernement à faciliter la réintégration des anciens membres des FARC et salué également la détermination manifeste des dirigeants du parti de la FARC et de la grande majorité des ex-combattants à œuvrer en faveur du processus de paix.  Ils ont salué les mesures rapidement prises par la Juridiction spéciale pour la paix pour expulser ces anciens dirigeants des FARC-EP, et réaffirmé leur soutien à la Juridiction spéciale, qui joue un rôle déterminant dans le processus de paix.

Les membres du Conseil se sont dits préoccupés par la multiplication des attaques ciblant des candidats de partis politiques de tous horizons politiques avant les élections locales et départementales du 27 octobre.  Ils ont salué la signature du Pacte national pour la culture politique et la non-violence pendant la campagne électorale et d’autres pactes locaux et départementaux de même nature.  Ils ont demandé à toutes les parties prenantes d’éviter tout acte de violence pendant la période électorale, notamment les menaces et les actes d’intimidation visant des électeurs ou des candidats, et les ont exhortées à garantir le déroulement pacifique et démocratique de ces élections historiques.

Les membres du Conseil ont réitéré leur grave préoccupation face à la poursuite des assassinats de personnalités phares (dont des femmes) de l’action communautaire et sociale et d’anciens membres des FARC-EP. Ils ont demandé que les responsables de ces assassinats soient traduits en justice.  Ils se sont félicités de la relance de la Commission intersectorielle des garanties pour les femmes dirigeantes et les défenseuses des droits de la personne, et ont souligné qu’il importait de prendre au plus vite, en partenariat avec la société civile, des mesures de sécurité pour protéger les communautés et les personnes à risque.  Ils ont encouragé les travaux de la Commission nationale des garanties de sécurité.

Les membres du Conseil ont salué plusieurs mesures, dont le plan « La paix par le droit », les programmes de développement territorial et d’autres initiatives contribuant à l’application de l’Accord de paix.  Ils ont souligné qu’il importait de considérer la mise en œuvre de l’Accord comme l’application d’un ensemble complet d’engagements interdépendants, et de tirer pleinement parti de tous les mécanismes créés à cette fin.  Ils se sont félicités du dialogue entre le Gouvernement et le parti politique de la FARC qui a permis que la transition des anciens secteurs territoriaux de formation et de réintégration se déroule sans heurt après le 15 août.  Les membres du Conseil ont demandé instamment que s’accélère davantage l’action visant à garantir la pleine réintégration socioéconomique, politique et juridique des anciens membres des FARC-EP, l’accent devant être notamment mis sur les besoins des femmes ex-combattantes et de celles qui vivent en dehors des anciens secteurs territoriaux de formation et de réintégration, et que s’accélèrent également les grandes réformes rurales et politiques prévues dans l’Accord.  Ils ont insisté sur l’importance des questions transversales d’ethnicité et de genre et souligné qu’il importait d’associer les jeunes à l’application de l’Accord de paix, y compris au processus de réintégration.

Les membres du Conseil ont réaffirmé leur détermination à coopérer étroitement avec la Colombie pour progresser dans l’application de l’Accord afin de parvenir à une paix durable.  Ils ont dit soutenir résolument l’action complémentaire menée par la Mission de vérification et par l’équipe de pays des Nations Unies pour appuyer la Colombie dans ses efforts de consolidation de la paix.  Ils ont souligné qu’il importait que la communauté internationale continue de suivre la situation de près, afin de soutenir et d’encourager l’application de l’Accord de paix.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.