Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur le Yémen

SC/13785
17 avril 2019

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur le Yémen

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite, aujourd’hui, par le Président du Conseil de sécurité pour le mois d’avril, M. Christoph Heusgen (Allemagne):

Les membres du Conseil de sécurité se sont dits gravement préoccupés par le fait qu’aucune mesure n’a encore été prise pour faire appliquer les accords auxquels sont parvenus le Gouvernement yéménite et les houthistes à Stockholm, alors que quatre mois déjà se sont écoulés depuis leur conclusion.  Ils ont réaffirmé leur soutien à l’Accord de Stockholm, diffusé sous la cote S/2018/1134, et réitéré qu’il importait de le mettre en œuvre sans tarder.

Les membres du Conseil ont réaffirmé qu’ils soutenaient pleinement l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen et le Président du Comité de coordination du redéploiement et qu’ils saluaient leurs efforts inlassables à l’appui de l’application de l’Accord de Stockholm.

Les membres du Conseil se sont félicités que le Gouvernement yéménite et les houthistes aient accepté le concept des opérations de la première phase du plan de redéploiement au titre de l’Accord sur Hodeïda.  Ils ont appelé les deux parties à collaborer de manière constructive avec l’Envoyé spécial et le Président du Comité de coordination du redéploiement afin de s’accorder rapidement sur les arrangements régissant les forces de sécurité locales et sur le concept des opérations de la deuxième phase du plan de redéploiement.  Ils ont demandé aux deux parties d’appliquer le plan de redéploiement le plus tôt possible et de ne pas chercher à exploiter le processus de redéploiement.  Ils ont réaffirmé leur volonté de surveiller l’exécution du plan par les parties.

Les membres du Conseil ont constaté que des obstacles bureaucratiques, y compris au niveau local, continuaient d’empêcher l’ONU d’opérer efficacement à Hodeïda.  Ils ont demandé aux parties de prendre toutes les mesures nécessaires pour permettre au personnel, au matériel, aux provisions et aux fournitures essentielles de l’ONU d’entrer rapidement et sans entrave au Yémen et d’y circuler, notamment en prenant les dispositions nécessaires au navire de la Mission des Nations Unies en appui à l’Accord sur Hodeïda (MINUAAH), et de continuer à veiller à la sécurité et à la sûreté du personnel de l’ONU, conformément à la résolution 2452 (2019).

Les membres du Conseil ont constaté avec préoccupation que la violence persistait et qu’elle risquait de compromettre le cessez-le-feu à Hodeïda et exhorté les parties à redoubler d’efforts pour finaliser les dispositions relatives à l’accord sur un échange de prisonniers et la mise en place d’un comité mixte de coordination pour Taëz.  Ils ont également exprimé leur préoccupation face à la récente escalade de la violence dans d’autres zones du Yémen, notamment à Hajja et à la frontière saoudo-yéménite. 

Les membres du Conseil ont redit leur préoccupation face à la détérioration continue de la situation humanitaire au Yémen et encouragé la communauté internationale à appuyer pleinement le Plan d’action humanitaire de l’ONU pour 2019.  Ils ont accueilli avec satisfaction les promesses généreuses faites en février à la Manifestation de haut niveau pour les annonces de contributions relatives à la crise humanitaire au Yémen et demandé aux donateurs de verser d’urgence les fonds promis.  Ils ont également accueilli avec satisfaction l’annonce faite par le Royaume d’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis qu’ils allaient verser une contribution de 200 millions de dollars à des organismes des Nations Unies au Yémen aux fins des secours humanitaires pendant le mois sacré du Ramadan. 

Les membres du Conseil ont demandé une nouvelle fois aux parties de faciliter l’accès rapide, sûr et sans entrave du personnel et des fournitures humanitaires sur tout le territoire du Yémen, ainsi que l’accès rapide et durable aux installations humanitaires, y compris les installations de stockage des produits alimentaires et les hôpitaux.  Ils ont de nouveau souligné qu’il fallait d’urgence garantir l’accès durable de l’ONU aux Red Sea Mills.  Ils ont également demandé aux parties de faciliter l’entrée et la circulation sans entrave sur tout le territoire des articles à caractère commercial ou humanitaire.

Les membres du Conseil ont en outre rappelé aux parties qu’elles devaient s’acquitter des obligations qui leur incombaient en vertu du droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire, et notamment assurer la protection des civils.  Ils se sont déclarés profondément préoccupés par les conséquences dévastatrices de ce conflit sur les civils du pays, en particulier sur les enfants.  Ils ont rappelé à toutes les parties leurs obligations à l’égard des enfants touchés par les conflits armés et les ont invitées à collaborer de manière constructive à cet égard avec la Représentante spéciale pour le sort des enfants en temps de conflit armé et à honorer leurs engagements et obligations. 

Les membres du Conseil ont rappelé qu’ils avaient prié le Secrétaire général de rendre compte chaque mois des progrès accomplis dans l’application de la résolution 2452 (2018), y compris de tout acte de quelque partie que ce soit qui ferait obstacle au bon fonctionnement de la MINUAAH, ainsi que de l’application de la résolution 2451 (2018), y compris d’éventuels manquements de toute partie. 

Les membres du Conseil ont insisté sur la nécessité d’un règlement politique global, seul moyen de mettre fin au conflit.  Ils ont demandé aux parties d’engager un dialogue constructif avec l’Envoyé spécial pour mieux s’acquitter des obligations contractées à Stockholm.  Ils ont pris acte du rôle crucial joué par les femmes dans la consolidation de la paix au Yémen et réaffirmé qu’à leur avis, une solution durable ne pouvait être trouvée qu’avec la pleine participation des femmes au processus politique et l’engagement véritable des jeunes à cet égard.

Les membres du Conseil ont noté que les accords conclus à Stockholm était une étape importante dans le processus visant à mettre fin au conflit au Yémen.  Ils ont demandé aux parties de renouveler leur engagement en vue d’un règlement politique global mené par les Yéménites, conformément aux dispositions de la résolution 2216 (2015) et d’autres résolutions du Conseil, aux déclarations de sa présidence sur la question, à l’initiative du Conseil de coopération du Golfe et à son mécanisme de mise en œuvre ainsi qu’aux résultats de la Conférence de dialogue national.  Ils ont réaffirmé leur ferme attachement à l’unité, à la souveraineté, à l’indépendance et à l’intégrité territoriale du Yémen.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.