Le Comité des ONG octroie le statut consultatif spécial à 11 organisations et réserve sa décision sur 85 dossiers

ECOSOC/6992-ONG/894
23 mai 2019
Session de 2019 (Reprise),   25e & 26e séances – matin & après-midi   

Le Comité des ONG octroie le statut consultatif spécial à 11 organisations et réserve sa décision sur 85 dossiers

Le Comité chargé des ONG a recommandé aujourd’hui au Conseil économique et social (ECOSOC) d’octroyer le statut consultatif spécial à 11 organisations mais a réservé sa décision sur 85 dossiers dans l’attente des réponses aux questions qu’il a posées.

La palestinienne Human Rights & Democratic Participation Center- SHAMS fait partie des heureux.  Elle a obtenu son statut consultatif spécial des mains d’un Comité qui s’est montré sensible à une ONG dont l’objectif avoué est d’assoir le rôle des jeunes dans la société palestinienne.  L’ONG entend consolider la culture des droits de l’homme, les valeurs de tolérance, la réforme démocratique et l’état de droit.  Elle dit travailler « sans relâche » à des programmes et des activités ciblant les enfants, les jeunes et les femmes pour les autonomiser et renforcer leurs capacités, tout en répondant à leurs besoins fondamentaux et à leurs priorités.  

En revanche, l’ONG danoise International Dalit Solidarity Network a de nouveau rencontré un obstacle.  Notant que ce dossier est le plus ancien sur la table, le Mexique a jugé urgent de réexaminer les méthodes de travail du Comité.  L’américaine The National Democratic Institute for International Affairs- NDI a aussi vu une nouvelle fois son dossier repoussé à une autre session, la Chine exigeant l’utilisation du nom officiel de « Taiwan, province de Chine ».  Détecter un à un de telles « fautes » s’apparente à de la censure, se sont impatientés les États-Unis.  Une ONG qui prétend à un statut consultatif auprès d’un des organes principaux des Nations Unies se doit de respecter la nomenclature officielle, a rétorqué la Chine.

Au cours de son dialogue avec les membres du Comité, l’ONG chinoise Global Energy Interconnection Development and Cooperation Organization- GEIDCO s’est employée à convaincre le Comité de sa future contribution aux travaux de l’ECOSOC, comme organisation qui s’attaque aux problèmes énergétiques avec 635 membres dans 39 pays.  L’ONG, qui s’est heurtée aux questions des États-Unis, a dit avoir signé des protocoles d’accord avec la Commission économique et sociale pour l’Asie et le Pacifique (CESAP) et la Commission économique et sociale pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) et coopérer avec le Programme des Nations Unies sur l’environnement (PNUE).

Composé de 19 États Membres, le Comité des ONG peut recommander trois statuts consultatifs auprès de l’ECOSOC.  Le statut consultatif général est réservé aux grandes ONG internationales, dont les domaines d’action et de travail couvrent la majorité des points contenus dans l’agenda de l’ECOSOC et de ses organes subsidiaires.  Ces ONG sont autorisées à soumettre au Conseil des communications écrites et des pétitions, et à proposer l’inscription de points à l’ordre du jour.

Les ONG qui travaillent dans un domaine spécifique peuvent, elles, recevoir le statut consultatif spécial et soumettre des communications écrites et des pétitions.  La Liste est réservée aux ONG qui ne rentrent dans aucune de ces deux catégories et qui ont plutôt tendance à travailler d’une manière plus technique et/ou restreinte.  Elles ne peuvent soumettre au Conseil économique et social que des communications écrites.

Le Comité chargé des ONG poursuivra ses travaux, demain vendredi 24 mai, à partir de 10 heures.

NOUVELLES DEMANDES D’ADMISSION AU STATUT CONSULTATIF ET DEMANDES REPORTÉES DES SESSIONS PRÉCÉDENTES

Octroi du statut consultatif spécial

  1. Stichting CHOICE for Youth and Sexuality (Pays-Bas)
  2. Stichting Global Partnership for the Prevention of Armed Conflict (Pays-Bas)
  3. Swedwatch (Suède)
  4. The Foundation for Political, Economic and Social Research- SETA (Turquie)
  5. UNISC International (Japon)
  6. United States Council for the International Business, Incorporated (États-Unis)
  7. Women in International Security- WIIS (États-Unis)
  8. Women’s Ordination Conference (États-Unis)
  9. YWCA of Japan (Japon)
  10. Human Rights & Democratic Participation Center « SHAMS » (État de Palestine)
  11. Stichting Wildlife Justice Commission (Pays-Bas)

Report de la décision dans l’attente des réponses aux questions posées par le Comité

Qui sont les partenaires de Sheikh Abdullah Al Nouri Charity Society (Koweït) en Palestine? a demandé Israël.  Qui prend les décisions chez Solidarity for Peace and Reunification of Korea (République de Corée)?  Comment sont élus ses dirigeants? a voulu savoir la Fédération de Russie.  Dans quels autres pays que l’Iran et les Pays-Bas Stichting Iranian Center for International Criminal Law (Pays-Bas) travaille-t-elle? a interrogé la Fédération de Russie.

Qu’a fait Stichting Pro Papua (Pays-Bas) après que l’Indonésie l’accusée de soutenir l’autodétermination des peuples autochtones de la Papouasie-occidentale? a demandé la Chine.  Quel type d’activités Syrian American Medical Society Foundation (États-Unis) mène-t-elle avec les autorités syriennes? a voulu savoir la Libye.  Quels sont les activités et les projets qui ont été financés en 2018 avec l’argent reçu des gouvernements? a questionné Cuba.  Quelle est la nature des relations de Terram Pacis (Norvège) avec l’Union européenne? a interrogé le Nigéria.

Quelle relation entretient The Bar Human Rights Committee (Royaume-Uni) avec le barreau anglais? a demandé la Chine.  Dans quels pays The Center for Bioethics and Culture (États-Unis) travaille-t-elle? a voulu savoir la Chine.  Dans quel autre pays asiatique que le Cambodge The Center for Justice and Accountability (États-Unis) travaille-t-elle? a interrogé la Chine.

Quels sont les projets de The International Center for Supporting Rights and Freedoms (Suisse)?  Qu’a-t-elle fait ces dernières années? a demandé la Libye.  Peut-on avoir les derniers états financiers?  Que fait Tom Lantos Foundation for Human Rights and Justice (États-Unis) pour absorber son déficit? a voulu savoir le Pakistan.  Peut-on obtenir le détail des activités de United Sikhs (États-Unis) et savoir dans quels pays elle travaille? a questionné l’Inde.

Comment Vang Pao Peace Institute (États-Unis) fait-elle pour mener son travail auprès des bénéficiaires? a demandé la Chine.  En 2019, White Ribbon Alliance for Safe Motherhood, Inc. (États-Unis) compte-t-elle s’implanter en Amérique latine? a voulu savoir le NicaraguaWomen’s Freedom Forum, Inc. (États-Unis) a été priée par la Chine d’utiliser le nom de Taiwan - province de Chine.

World Association for Sexual Health (Royaume-Uni) travaille-t-elle au Pakistan?  Qu’y fait-elle? a demandé le PakistanWorld Without Genocide (États-Unis) a-t-elle travaillé ou travaille-t-elle en Asie? a voulu savoir l’IndeYouth Resource, Information, Support, Education- RISE Limited (Royaume-Uni) a-t-elle des projets en Asie? a interrogé le Pakistan.

Quelles sont les « relations indirectes » d’İslam Dünyası Sivil Toplum Kuruluşları Birliği (Turquie) avec les gouvernements? a demandé la Chine.  Quelles sont les sources de financement d’Al-Imdaad Trust (Afrique du Sud)? a voulu savoir la Chine.  Peut-on avoir les états financiers des années 2018 et 2019 de l’Associación Red de Mujeres Afrolatinoamericanas, Afrocaribeñas y de la Diáspora (Nicaragua)? a exigé le Nicaragua.

Comment la Belarusian Fund of Peace (Bélarus) collecte-t-elle son financement et quelles sont ses sources de financement? ont demandé les États-Unis.  La même délégation a voulu que Chinese Culture Promotion Society (Chine) explique les différents taux de redevance appliqués à ses membres?  Quelles sont les sources de financement de Diplomatic Mission Peace And Prosperity (Albanie)? a voulu savoir la Grèce.

Quels sont les projets que Direct Focus Community Aid (Pakistan) compte mener dans les domaines de la culture, de l’information et du tourisme? a demandé le Pakistan.  Quels projets Establishment of Sheikh Thani bin Abdullah Al Thani for Humanitarian Services (Qatar) mène-t-elle avec les Nations Unies? ont voulu savoir les États-UnisEtrat Fatemi Charity Institute (Iran) a été priée par les États-Unis de donner des exemples concrets de ses actions.

Peut-on avoir des informations sur le projet « écoles pour la paix » de Formation Awareness and Community Empowerment Society- FACES (Pakistan)? a demandé le PakistanGlobal Energy Interconnection Development and Cooperation Organization (Chine) peut-elle expliquer la nature de ses mémorandums d’accord avec la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie et le Pacifique (CESAP), ont voulu savoir les États-Unis.  Dans quels autres pays que le Pakistan travaille Gulshan-e-John (Pakistan)? a interrogé le Pakistan.

Habilian Association (Iran) a-t-elle ses propres projets ou doit-elle attendre le feu vert du Ministère iranien de l’intérieur? ont questionné les États-Unis.  La même délégation a demandé à Imam Khomeini Relief Foundation (Iran) des informations supplémentaires sur ses projets et ses résultats.  Quels sont les projets d’International Human Right Organization (Pakistan) en dehors du Pakistan? a demandé le Pakistan.

Quelles activités liées à l’ordre du jour de l’ECOSOC Islamic African Relief Agency- IARA (Soudan) mène-t-elle? ont voulu savoir les États-Unis.  Peut-on avoir la liste des projets de National Human Rights Civic Association « Belarusian Helsinki Committee » (Belarus)? a demandé la Fédération de Russie.  Que compte faire Pakistan International Human Rights Organization (Pakistan) en 2019? a questionné le Pakistan.

Rupani Foundation (Pakistan) a été invitée par l’Inde à donner des détails sur son programme d’éducation.  Le Pakistan a voulu que Safe Care Trust International (Pakistan) donne toutes ses informations financières.  Qui finance les réunions de Silk Road Chamber of International Commerce (Chine)?  Qui y participe?  Quels en sont les thèmes? ont demandé les États-Unis.

Sous quelle forme Swadhikar (Inde) participe-t-elle au Conseil des droits de l’homme?  Que compte-t-elle faire auprès de l’ECOSOC? a demandé l’Inde.  Combien d’affaires The Voice Society (Pakistan) a-t-elle défendues devant les tribunaux? a voulu savoir le Pakistan.  Quelles sont les catégories de membres de World Fund for Development and Planning- WFDP (Ouganda)? ont interrogé les États-Unis

Quelles ont été les activités de World Historic and Cultural Canal Cities Cooperation Organization (Chine) en 2018? ont questionné les États-Unis.  Quelles sont les activités d’Asociacion Enraizados En Cristo Y En La Sociedad (Espagne)? a demandé Cuba.  Quelle est la position de l’ONG sur les femmes? a interrogé le Mexique.  Quelle est la relation de l’American Center for International Labor Solidarity (États-Unis) avec l’AFL-CIO? a voulu savoir la Chine.

Comment l’Anti-Corruption Foundation (Fédération de Russie) reçoit-elle des informations sensibles comme les revenus et les propriétés des individus et des institutions?  L’accès à ces informations est-il légal? a demandé la Fédération de Russie

Le projet d’autonomisation de la femme d’Arab-European Center of Human Rights and International Law- AECHRIL (Norvège) a-t-il été mené en 2018 et 2019? a demandé Cuba.  Que compte faire l’Association of Non-for- Profit Organizations to Facilitate the Drug Prevention and Socially Dangerous Behaviour « National Anti-Drug Union » (Fédération de Russie) pour réunir toutes les organisations de lutte contre le stupéfiant? ont voulu savoir les États-Unis.  Comment l’ONG mène-t-elle son combat pour les droits de l’homme? a interrogé le Mexique.  Peut-on avoir le détail des activités et des projets d’Assyrian Aid Society of America Inc. (États-Unis) en 2019? a demandé la Turquie.

Sur quels critères Avaaz Foundation (États-Unis) oriente et publie ses campagnes? a voulu savoir la Chine.  La même délégation a demandé des informations sur le programme de visite de Bahrain Center for Human Rights (Danemark) en Syrie et en Iraq.  Que compte faire Canadian Human Rights International Organization– CHRIO (Canada) pour mettre fin au fléau de la fuite des cerveaux? s’est interrogée Cuba

Le Cercle Martin Buber (Suisse) a-t-il des liens ou des relations avec des gouvernements? a demandé la TurquieChild Foundation (États-Unis) a été priée par les États-Unis de dévoiler les lieux d’implantation de ses projets.  Quels sont les résultats obtenus par Christian Solidarity International- CSI (Suisse) dans l’aide aux victimes des abus de droits de l’homme au Moyen-Orient? a voulu savoir la Turquie.  Cuba a demandé les dernières informations financières de l’ONG.

Quels sont les projets de Churches for Middle East Peace (États-Unis) en Égypte? a demandé IsraëlConflict Dynamics International, Inc. (États-Unis) a été priée par le Nicaragua de transmettre ses derniers états financiers.  Quels sont les liens entre le Congrès mondial Amazigh– CMA et le Conseil africain des droits de l’homme? a questionné la Libye.  

Israël a voulu de Diakonia (Suède) la liste de tous ses « partenaires stratégiques ».  Quelle est la portée de ces partenariats?  European Grassroots Antiracist Movement- EGAM (France) a été priée par la Turquie d’expliquer ce qu’elle entend par « montée de l’islamisme ».  Quelle est la relation d’International Network for Economic, Social and Cultural Rights, Inc.- ESCR-Net (États-Unis) avec les organisations « Adalah » et « El hak »? a demandé Israël

Ensar Vakfi (Turquie) a été priée par la Grèce de donner ses dernières informations financières.  La Fédération de Russie a voulu savoir si l’European coalition for just and effective drug policies- ENCOD (Belgique) a déjà connu des succès.  « Sans avoir beaucoup d’argent », comment la Fédération Euro-Méditerranéenne contre les Disparitions Forcées (France) compte réaliser son programme? a demandé la Libye.

Cuba a voulu des informations détaillées sur les financements que Global Rights for Women (États-Unis) reçoit du secteur privé.  Quelle est la part des contributions du Gouvernement dans le budget?  Hokok Coalición Internacional Contra la Impunidad (Espagne) devra expliquer à Israël la raison de ses différentes catégories de membres et la manière dont elle intègre les objectifs de développement durable dans son programme.  Quel est le programme de travail d’IFEX en 2019? a demandé le Pakistan.

Comment International Dalit Solidarity Network (Danemark) garantit-elle l’indépendance de son travail alors qu’elle reçoit de l’argent du Gouvernement? a interrogé l’Inde.  Cette ONG a-t-elle un bureau à Genève.  A-t-elle des relations avec les missions permanentes à Genève?  Notant que ce dossier est le dossier le plus ancien sur la table du Comité, le Mexique a jugé urgent de réexaminer les méthodes de travail.  La Fédération de Russie a demandé à Interregional Non-governmental Organization « Committee against Torture » (Fédération de Russie) si elle a mené des enquêtes avec ses organisations partenaires au Royaume-Uni.  Quel est le résultat du projet d’archivage en Libye de Lawyers for Justice in Libya (Royaume-Uni)? a demandé la Libye.

National Committee on BRICS Research (Fédération de Russie) a été priée par les États-Unis de s’expliquer sur « les négociations en cours avec ses autres partenaires ».  Comment est déterminé le montant des cotisations des membres de Non c'è pace senza giustizia (Italie)? a interrogé Cuba.  Quels sont les projets de l’Organisation Suisse d’aide aux réfugiés (Suisse) avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR)? a questionné la Chine.  Comment Peace Research Institute Oslo (Norvège) compte-t-elle contribuer au travail de l’ECOSOC?  Quels sont ses projets humanitaires? a voulu savoir Cuba.

Quels sont les projets de Rockefeller Philanthropy Advisors, Inc. en Amérique latine?  Quels sont ses partenaires dans la région?  Sous quelle forme participe-t-elle au projet « Villes résilientes »? a demandé CubaSahipkıran Stratejik Araştırmalar Merkezi (Turquie) a été priée par la Grèce de mettre à jour ses états financiers.  Peut-on avoir la liste des participants de Scholé Futuro (Italie) aux conférences des Nations Unies depuis 2017?  Dans quels pays d’Amérique latine est-elle présente? a interrogé Cuba.

Est-il possible d’obtenir la liste complète des États dans lesquels Stichting Mama Cash (Pays-Bas) travaille? s’est interrogée la Fédération de Russie.  Quel est le nombre exact des membres de Su Politikaları Derneği (Turquie)? a questionné la Grèce.  Qui sont les partenaires de The Andrey Rylkov Foundation for Health and Social Justice (Fédération de Russie)?  Peut-on avoir des exemples de coopération? a demandé la Fédération de Russie.  

Quel type d’activités The Centre for International Governance Innovation (Canada) mène-t-elle avec le Gouvernement canadien? a voulu savoir CubaThe Global Initiative against Transnational Organized Crime (Suisse) travaille-t-elle chez nous? a questionné la Fédération de RussieThe National Democratic Institute for International Affairs- NDI (États-Unis) a été invitée par la Chine à utiliser le nom de Taiwan -province de Chine et de Hong-Kong -Région administrative autonome sur son site Internet.  Les États-Unis ont demandé à la Chine de citer tous les cas nécessitant cette correction.  Détecter une à une ces « fautes » s’apparente à de la censure, se sont-ils impatientés.  Ce n’est pas une question de liberté d’expression, a rétorqué la Chine.  Quand une ONG prétend à un statut consultatif auprès d’un des principaux organes des Nations Unies, elle est tenue de respecter la nomenclature officielle.  Quels sont les projets et les partenaires de Trocaire (Irlande) dans la bande de Gaza? a voulu savoir IsraëlTurkiye Diyanet Vakfi (Turquie) a été invitée par la Grèce à donner une liste actualisée de ses projets.

Dialogue avec les ONG

Global Energy Interconnection Development and Cooperation Organization- GEIDCO (Chine) a dit qu’elle tente d’apporter une solution aux problèmes énergétiques dans le monde, plus précisé dans 39 pays où travaillent ses 635 membres.  Nous sommes, a-t-elle souligné, spécialisée dans la recherche en énergie propre et, à ce titre, nous avons signé en 2017 des protocoles d’accord avec la Commission économique et sociale pour l’Asie et le Pacifique (CESAP) et la Commission économique et sociale pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC).  Nous nous invitons les uns les autres aux séminaires et nous nous rendons régulièrement visite.  Avez-vous signé d’autres protocoles? ont demandé les États-Unis.  Oui, a répondu l’ONG, avec Bloomberg Philanthropy, sur des recherches appuyées par les Universités de Boston et Columbia.  En 2019, avec la CEPALC, nous prévoyons de mener des recherches sur l’énergie propre en Amérique latine.  Pourquoi avez-vous été invitées à l’Assemblée du Programme des Nations Unies sur l’environnement (PNUE), en mars 2019, ont relancé les États-Unis.  Parce que, a précisé l’ONG, nous avons été invitées.  Nous partageons la même vision que le PNUE et, comme lui, nous militons contre la pollution atmosphérique.  Nous avons même publié un rapport en mars dernier avec le Programme. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.