Le Comité des ONG recommande le statut consultatif général pour « Lazarus Union » et « International Human Rights & Anti-Corruption Society »

ECOSOC/6956-ONG/880
23 janvier 2019
Session de 2019, 5e & 6e séances – matin & après-midi

Le Comité des ONG recommande le statut consultatif général pour « Lazarus Union » et « International Human Rights & Anti-Corruption Society »

Le Comité chargé des ONG a recommandé aujourd’hui au Conseil économique et social (ECOSOC) d’octroyer le statut consultatif général aux ONG autrichienne et nigériane Lazarus Union et International Human Rights & Anti-Corruption Society.  Le Comité a aussi recommandé le statut consultatif spécial pour 35 organisations et reporté sa décision sur 67 autres dans l’attente des précisions demandées par ses membres. 

Le Comité peut recommander trois statuts à l’ECOSOC; le premier d’entre eux étant le statut consultatif général, réservé aux grandes ONG internationales, dont les domaines d’action et de travail couvrent la majorité des points contenus dans l’agenda de l’ECOSOC et de ses organes subsidiaires.  L’ONG autrichienne Lazarus Union, qui avait déjà depuis 2014, le second statut, le statut consultatif spécial, a été nominée en janvier 2017 pour le prix Nobel de la paix.  C’est une ONG qui s’engage à promouvoir la paix et la compréhension internationale dans le monde et qui travaille auprès de ceux que le destin n’a pas placés du bon côté de la vie et des sans voix, comme les personnes handicapées et les réfugiés.  L’ONG appuie le travail du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés auquel elle décernera son premier « Prix pour l’humanité ».

Sa consœur nigériane International Human Rights & Anti-Corruption Society a pour objectif de promouvoir toutes les dispositions de la Constitution nationale sur les droits de l’homme et les lois anticorruption, ainsi que la Charte des Nations Unies, la Déclaration universelle des droits de l’homme, la Convention des Nations Unies contre la corruption, les lois et résolutions sur la prévention du terrorisme.  Elle apporte son concours aux victimes des violations des droits de l’homme et demande, en leur nom, réparations et dédommagements.

L’ONG américaine The Fishermen, qui convoitait aussi le statut consultatif général, a été bloquée par une question de la Fédération de Russie qui s’est plainte de l’absence d’informations sur ses derniers projets.  En revanche, une autre organisation américaine Universal Soul Love, qui milite pour l’épanouissement personnel, la protection de l’environnement et des ressources naturelles, et l’égalité des sexes, a obtenu sa recommandation pour le statut consultatif spécial, octroyé aux ONG qui travaillent dans un domaine spécifique et qui ne sont concernées que par certaines activités de l’ECOSOC.  Le dernier statut, la « Liste » va aux ONG qui ne rentrent dans aucune des deux premières catégories et qui ont plutôt tendance à travailler d’une manière plus technique et/ou restreinte.

Le Comité des ONG poursuivra ses travaux demain, jeudi 24 janvier, à partir de 10 heures.

Octroi du statut consultatif général

  1. Lazarus Union (Autriche)
  2. International Human Rights & Anti-Corruption Society (Nigéria)

    La Fédération de Russie a noté qu’elle n’a aucune information sur les derniers projets de The Fishermen (États-Unis) qui postule pour un statut consultatif général.

Octroi du statut consultatif spécial

  1. Agencia Internacional de Cooperación y Desarrollo (Pérou)
  2. Al-Gusor Al-Raidh Social Development Organization (Yémen)
  3. Association Ma’onah for Human Rights and Immigration (Yémen)
  4. Concern for Human Welfare (Inde)
  5. Confederation of Indian Healthcare Foundation (CIHF) (Inde)
  6. Youth Initiative Against Unlawful Emigration (Nigéria)
  7. Australian Injecting and Illicit Drug Users League Incorporated (AIVL) (Australie)
  8. Association Consortium pour les Aires et Territoires du Patrimoine Autochtone et Communautaire (APAC) (Suisse)
  9. Avocats sans Frontières Québec (Québec)
  10. Churches In One Accord (États-Unis)
  11. The Georgetown University (États-Unis)
  12. Seek the Peace (États-Unis)
  13. The American Pakistan Foundation (États-Unis)
  14. « SEG » Civil Society Support Center NGO (Arménie)
  15. « İqtisadi və Sosial İnkişaf Mərkəzi » ictimai birliyi (Azerbaïdjan)
  16. Andean Information Network (État plurinational de Bolivie)
  17. Association du développement communautaire en Mauritanie (Mauritanie)
  18. Association for Reconciliation and Development through English (Burundi)
  19. Association pour la Diffusion des Droits Humains aux Peuples Autochtones (Humanitarian Law Agency) (Cameroun)
  20. Citizen Association H.E.R.A. Health Education and Research Association (ex-République yougoslave de Macédoine)
  21. Empower (Inde)
  22. Global Interfaith WASH Alliance India (Inde)
  23. International Association of World Peace Advocate (Nigéria)
  24. Legal Advice Centre (Kenya)
  25. People’s Cultural Centre (Inde)
  26. Public Aid Organization (Iraq)
  27. Regional Centre for International Development Cooperation Limited (By Guarantee) (Ouganda)
  28. Shrushti Seva Samiti (Inde)
  29. South Saharan Social Development Organisation (Nigéria)
  30. The Family Planning Association of Sri Lanka (Sri Lanka)
  31. Universal Soul Love (États-Unis)
  32. Alternative Perspectives and Global Concerns (Canada)
  33. Asia Initiatives Inc (États-Unis)
  34. Association Duval (France)
  35. Association canadienne pour le droit et la vérité (Canada)

Examen des demandes de statut consultatif

Blue Cross & Blue Crescent Society (Inde) devra décrire au Pakistan sa situation financière.  Peut-on avoir le détail des financements internationaux reçus par Drug Free Pakistan Foundation (Pakistan)? a demandé l’Inde.  Quelles sont les activités et qui sont les partenaires d’Earth (Inde) dans son action sociale, a demandé l’Inde.

International Organization for Educational Development (Inde) a été priée par l’Inde d’expliquer son statut « extra-territorial ».  La Fédération de Russie a demandé à Public Organization « Institute for the Study of Dependencies, Drug Policy Issues and Monitoring the Drug Situation » (Ukraine) des précisions sur son financement.  La Chine a informé Shuhada Organization SO (Afghanistan) qu’elle commet une erreur sur son site Internet à propos du nom de Taïwan.

La Fédération de Russie a demandé à The Legal Center for Women’s Initiatives Sana Sezim (Kazakhstan) qui a le droit de vote.  Comment s’exerce le pouvoir au sein de l’organisation?  Cuba a exigé que l’American Center for International Labor Solidarity (États-Unis) lui détaille ses projets en 2019.  L’ONG a été priée par la Chine de respecter le nom officiel de Hong-Kong.  Quels sont les projets en 2019 d’Avaaz Foundation (États-Unis) au Pakistan? a demandé le Pakistan.

Israël a voulu que Churches for Middle East Peace (États-Unis) lui détaille ses projets au Moyen-Orient.  Le Soudan a demandé si Conflict Dynamics International, Inc. (États-Unis) a obtenu les autorisations légales pour opérer au Soudan.  La Chine et le Soudan ont demandé à Darfur Women Action Group (États-Unis) des détails sur son financement.

Soixante-quinze pour cent des revenus de Democracy Reporting International gGmbH (Allemagne) viennent du Gouvernement.  Comment faites-vous pour garder votre indépendance? a interrogé la Chine.  La même délégation chinoise a fait remarquer à ESCR-Net - International Network for Economic, Social and Cultural Rights, Inc. (États-Unis) qu’elle utilise le « nom erroné de Taïwan ».  Fondazione Giacomo Brodolini (Italie) parle de Taïwan comme un pays.  Il faut corriger cette erreur, a dit la Chine

Fundación Alianza por los Derechos, la Igualdad y la Solidaridad Internacional (Espagne) n’utilise pas le nom correct de Tibet - Province autonome de Chine, a dénoncé la Chine.  La Fédération de Russie a noté que The Georgetown University (États-Unis) n’a pas la même structure que les autres ONG.  Le Comité peut-il discuter de ce dossier?  Le Secrétariat a rappelé que cette question a déjà fait l’objet d’un débat au sein du Comité.  Depuis 2000, soit 18 ans, la pratique est de considérer les universités comme des ONG.  Global Coalition for Peace and Security Inc. (États-Unis) a-t-elle pris des mesures pour mener des activités sur le territoire russe? a demandé la Fédération de Russie. Cuba a noté que Global Rights for Women (États-Unis) a organisé un colloque sur la violence faite aux femmes en Floride.  Quels en étaient les objectifs?

La Fédération de Russie a voulu que Health Limited (Royaume-Uni) lui nomme les 16 pays mentionnés dans sa demande.  L’Estonie a rappelé que ces pays sont dûment énumérés dans le dossier.  Comment les dirigeants de l’ONG sont-ils sélectionnés? a demandé la Fédération de Russie.  Le processus de sélection est expliqué dans le dossier, a répondu la Grèce.  La Fédération de Russie a tout de même voulu en savoir plus sur le mode d’élection du Directeur de l’ONG.  Le Nicaragua a demandé des détails sur les projets de l’ONG après 2015.  La Fédération de Russie a voulu que Humanitarian Tracker (États-Unis) n’arrondisse pas trop les chiffres qu’elle donne dans son dossier.  Vous voulez savoir si l’ONG est déficitaire ou excédentaire? s’est inquiété le Vice-Président du Comité.  Les dépenses et les recettes sont arrondies à 10 000 dollars, a fait observer la Fédération de Russie.  L’ONG peut-elle être plus précise?  Cuba a souhaité que National committee on american foreign policy, inc (États-Unis) lui explique sa relation avec ses individus et organisations membres.  La Chine a demandé à l’ONG de corriger le nom officiel de Taïwan.

Cuba a exigé de Rockefeller Philanthropy Advisors, Inc. (États-Unis) de détailler ses projets sur les objectifs de développement durable, en particulier ceux menés avec les gouvernements.  L’Inde a demandé à Sheikh Abdullah Al Nouri Charity Society (Koweït) de détailler ses projets en Inde.  Qui sont les partenaires?  La Fédération de Russie a voulu savoir comment Stichting Iranian Center for International Criminal Law (Pays-Bas) peut-elle recourir à des services de traduction sans dépense administrative et un budget de 2 000 dollars.

Quelles sont les sources de financement de The Bar Human Rights Committee (Royaume-Uni)?  Pourquoi les dépenses de fonctionnement dépassent 15% du budget? a demandé la Chine.  La Grèce a indiqué que le financement attribué au secteur privé est en réalité un don du barreau.  Qui sont les partenaires du secteur privé qui financent l’ONG? a précisé la Chine.  La même délégation a prié The Global Initiative against Transnational Organized Crime (Suisse) et Universal Soul Love (États-Unis) de corriger la référence erronée de Taïwan.  La Turquie a voulu savoir comment The Global Initiative against Transnational Organized Crime (Suisse) préserve son indépendance vis-à-vis du Gouvernement.

La Fédération de Russie a remarqué que les dépenses et les recettes de Všį « Žmogaus teisių apsauga » (Lituanie) sont de 1 dollar.  Comment est-ce possible?  Peut-on avoir plus de détails?  Le Chef du Service des ONG a indiqué que les explications figurent dans une autre partie du dossier.  Dans quels pays sont les partenaires de l’ONG? a ajouté la Fédération de Russie.  Le Soudan a voulu qu’Al-Shafa’a Humanitarian Organization (Iraq) s’explique sur l’exécution de ses projets alors que son budget est très limité: 5 000 dollars.  Cuba a demandé à Arab Program for Human Rights Activists (Égypte) de donner la teneur de ses projets en 2019.

Le Pakistan a prié l’Associación Red de Mujeres Afrolatinoamericanas, Afrocaribeñas y de la Diáspora (Nicaragua) de parler de ce qu’elle fait en Afrique et en Amérique latine.  Quels sont les investissements de l’Association mauritanienne d’appui aux nécessiteux (Mauritanie)? a voulu connaître le SoudanCairo Foundation for Development and Law (Égypte) doit mettre à jour son état financier.  Quels sont vos bailleurs de fonds étrangers? a demandé le Pakistan.

Pourquoi vos dépenses administratives représentent 50% du budget? a demandé la Libye au Club des Amis de la moughataa de Moudjeria (Mauritanie).  Quelle est la position de la Coordination Waï (Eveil) relative à l’unité nationale et la lutte contre l’esclavage (Mauritanie) sur la nouvelle loi relative à l’esclavage en Mauritanie? s’est informé le Soudan.  Que fait Engineering Association for Development and Environment (Iraq) en matière d’environnement? a interrogé la Turquie.

Le Nicaragua a voulu savoir dans quels pays africains Family Policy Institute (Afrique du Sud) est actif.

Formation Awareness and Community Empowerment Society (FACES) (Pakistan) peut-elle donner le détail de ses projets?  Quels en sont les résultats? a demandé le Pakistan.  Le Soudan a réitéré une question déjà posée à Goringhaicona Khoi Khoin Indeginious Traditional Council (Afrique du Sud) en juin dernier.  Qui est le donateur qui assure tous les revenus de l’ONG?  S’agit-il du Gouvernement sud-africain ou d’une autre ONG?  Quels ont été les résultats des actions de HUJRA Village Support Organization (Pakistan) avec les organismes des Nations Unies en 2017 et 2018? a voulu savoir la Libye.

La Turquie a demandé à l’International Association of Justice Watch (Iran) les tenants et les aboutissants de la réunion sur les droits civils des Iraniens dans le monde.  Qui l’a financée et quels en sont les résultats?  La même délégation a voulu qu’International Human Right Organization (Pakistan) mette à jours ses activités.  International Non-Olympic Committee (Inde) mène-t-elle des activités sportives? a questionné l’Inde.

International Youth Council - Yemen Chapter (IYCY) (Yémen) doit expliquer au Nicaragua sa participation à la réunion du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).  Justice Centre Hong Kong Limited (Chine) a été priée par le Pakistan de donner des détails sur son projet relatif aux droits de l’homme.  Komitet pravnika za ljudska prava (Serbie) travaille-t-elle dans d’autres pays de la région? s’est informée la Chine.

Quelles sont les activités et quel est le budget de Kurdistan Institute for Human Rights (Iraq) en 2017 et 2018? a interrogé la Libye.  Quels sont les appuis apportés par Ligue mauritanienne pour l’appui aux initiatives associatives (Mauritanie) à ses membres? a demandé la Libye.  Qu’a fait Lion Damien Club (Afrique du Sud) pour les migrants? a voulu savoir Cuba.

L’Organisation Attawassoul pour la Santé, la Femme et l’Enfant (Mauritanie) devra expliquer à la Libye la structure de son bureau exécutif.  Pak Special Persons Welfare Society (Pakistan) devra donner à la Chine des détails sur ses projets concernant le handicap.  Quel est l’état d’avancement du projet de SOS EXCLUS pour la protection et l’épanouissement de la famille, de l’enfant et des personnes vulnérables (Mauritanie) sur les droits de l’homme? a demandé le Soudan.

Qui sont les membres du Conseil d’administration de SOS Urgence (Mauritanie)? a voulu savoir la Libye.  Safe Care Trust International (Pakistan) devra donner au Pakistan des exemples concrets de ses projets sur l’aide aux personnes souffrant de maladies mentales.  Quels sont les projets de Sensitization Centre (Ghana) avec le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF)? a demandé le Nicaragua.  

Combien d’individus et d’organisations compte Social Services Trust (Inde) parmi ses membres? a voulu savoir l’Inde.  Quels sont les derniers projets de Southern African AIDS Trust (Association incorporated under Section 21) (Afrique du Sud), a demandé le NicaraguaThe F W de Klerk Foundation Trust (Afrique du Sud) a été priée par la Chine de respecter le nom de Taïwan.

Quelles sont les activités de plaidoyer de The New Woman Foundation (Égypte) en Égypte? a demandé la Chine.  Est-ce que The Voice Society (Pakistan) travaille avec le Ministère de la justice?  Peut-on avoir quelques détails de ce travail, a demandé le Pakistan.  Le Nicaragua a exigé de Women Information Network (Nigéria) des éclaircissements sur le financement qu’elle reçoit du secteur privé.  Le Soudan a voulu savoir de YOUTHLEAD (Jeunes Leaders) (Togo) ce qu’elle peut véritablement faire avec un budget de 2 450 dollars.

Cuba a dit attendre de l’Asociación enraizados en cristo y en la sociedad (Espagne) des informations sur les pays d’origine de ses membres.  La même délégation a invité Alianza Americas (États-Unis) à parler de ses projets sur la migration en Amérique latine.

The Voice Society (Pakistan) devra donner au Pakistan le détail des projets entrepris avec les gouvernements locaux et provinciaux.

Dialogue avec les ONG

ESCR-Net - International Network for Economic, Social and Cultural Rights, Inc., qui a pour objectif de garantir la justice économique et sociale à travers la promotion des droits de l’homme, a commencé par répondre à une question de la Chine sur Taïwan: depuis plusieurs années, nous utilisons les noms officiels de Taïwan et de Hong-Kong et nous avons retiré les références au Tibet.  Êtes-vous présents dans d’autres pays? a demandé le Nicaragua.  Nous sommes présents dans 75 pays, y compris en Amérique latine, a répondu l’ONG.  La Fédération de Russie a demandé une réponse écrite sur les activités en faveur du développement et des femmes.  Les informations parues sur le site Internet devraient suffire.  Pourquoi une réponse écrite alors que l’ONG confirme les informations devant le Comité? se sont demandé les États-Unis.  Nous relevons encore des erreurs sur le site Internet, s’est défendue la Chine que l’ONU a priée de les montrer.

Universal Soul Love (États-Unis) a dit militer pour l’épanouissement personnel, la protection de l’environnement et des ressources naturelles, et l’égalité des sexes.  En réponse à une question de la Chine sur Taïwan, l’ONG a précisé, ce n’est pas elle mais bien un des invités d’une de ses émissions de radio qui a fait référence à son passage à Taïwan.  L’ONG a obtenu sa recommandation pour un statut consultatif spécial.

Research Society of International Law (Pakistan) a dit viser un Pakistan « moderne, développé, prospère et respectueux des droits de l’homme, de l’état de droit et du droit international ».  Pour y arriver, elle fait de la sensibilisation au niveau national sans parti pris.  L’Inde a demandé si l’ONG a pu créer un cadre pour recruter d’autres groupes.  Elle a voulu une réponse écrite, ce qui a poussé l’ONG à rappeler au Comité le temps et l’énergie que les organisations consacrent à l’obtention de leur statut. 

The Andrey Rylkov Foundation for Health and Social Justice (Fédération de Russie) a expliqué qu’elle a pour objectif la prévention du VIH/sida et l’aide sociale et juridique aux personnes vulnérables comme les toxicomanes et les prostituées.  La Fédération de Russie a voulu connaître les critères d’élection du président de l’ONG.  Qui peut être choisi comme président?  Qui vous finance?  L’ONG a dit être composée de plusieurs organisations et interdit à tout bailleur de fonds de devenir membre.  Pour ce qui est de la prise de décision, nous essayons de tenir compte des retours d’informations de nos membres et de nos équipes.  Toute personne qualifiée peut devenir président, a encore précisé l’ONG.  La Fédération de Russie a demandé une liste écrite des projets menés en 2018.  Le Nicaragua a voulu savoir si la stratégie de prévention du VIH/sida utilisée par l’ONG a été efficace.  Peut-elle être répliquée dans d’autres pays?  La stratégie, a expliqué l’ONG, repose sur une approche centrée sur les personnes vulnérables dans la région de Moscou. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.