Le Comité chargé des ONG recommande le statut consultatif spécial à 91 ONG et reporte sa décision sur 49 autres

ECOSOC/6955-ONG/879
22 janvier 2019
Session de 2019, 3e & 4e séances – matin & après-midi

Le Comité chargé des ONG recommande le statut consultatif spécial à 91 ONG et reporte sa décision sur 49 autres

Le Comité chargé des ONG a, au cours de la deuxième journée d’une session qui se poursuivra jusqu’au 30 janvier, décidé de recommander au Conseil économique et social (ECOSOC) d’octroyer le statut consultatif spécial à 91 organisations non gouvernementales.  Il a reporté sa décision sur 49 autres ONG dont une bonne dizaine d’organisations, priées par la Chine de respecter le principe d’« une seule Chine ».

La Chine a en effet prié The Reality of Aid Africa Network, du Kenya, de supprimer un article sur son site Internet parlant de Taïwan et d’utiliser le nom correct de « Taïwan - province de Chine ».  Elle a fait la même demande à la britannique Cruelty Free International, du Royaume-Uni, à la suisse GSM Association et ou encore à l’américaine International Council for Small Business.  « Respecter le nom de Taïwan - province autonome de Chine et le principe d’une seule Chine », a été répété par la délégation chinoise à plusieurs autres ONG dont la japonaise UNISC International et IWCA.

Au cours du dialogue avec le Comité, Global Energy Interconnection Developpement and Cooperation Organisation (GEIDCO), de la Chine, a dû répondre à un barrage de questions des États-Unis.  L’ONG, qui promeut le développement durable de l’énergie partout dans le monde et qui contribue à la lutte contre les changements climatiques, a demandé que l’examen des dossiers des organisations comme la sienne ne soit pas toujours mené sous un angle politique.  « Nous posons des questions pour en savoir plus sur vos activités », ont répondu les États-Unis.  La Fondation européenne d’études progressistes de la Belgique a en revanche tout de suite obtenu sa recommandation pour un statut consultatif spécial auprès de l’ECOSOC.

L’ONG obtient ainsi un statut octroyé aux ONG qui travaillent dans un domaine spécifique et qui ne sont concernées que par certaines activités de l’ECOSOC, contrairement au premier statut, le statut consultatif général, qui est réservé aux grandes ONG internationales, dont les domaines d’action et de travail couvrent la majorité des points contenus dans l’agenda de l’ECOSOC et de ses organes subsidiaires.

Le dernier statut, la « Liste », va aux ONG qui ne rentrent dans aucune des deux premières catégories et qui ont plutôt tendance à travailler d’une manière plus technique et/ou restreinte. 

Le Comité des ONG poursuivra ses travaux demain, mercredi 23 janvier, à partir de 10 heures.

Octroi du statut consultatif spécial

  1. TOBE Foundation for Rights & Freedoms (Yémen)
  2. The Centre for Family Health Initiatives (Nigéria)
  3. The Institute for Protection of Women’s Rights (IPWR) (Iran)
  4. The New Generation Girls and Women Development Initiative (Nigéria)
  5. The Union of Arab Banks (Liban)
  6. Tiruzer Ethiopia for Africa (TEA) (Éthiopie)
  7. Triumphant Hand of Mercy Initiative NPC (Afrique du Sud)
  8. Union Nationale des femmes Algérienne (Algérie)
  9. Union Pour La Promotion De La Femme Et De L’Enfant Nigérienne (Niger)
  10. Union of Relief and Development Associations (Liban)
  11. Wassa Karité (Mali)
  12. Women Initiative for Sustainable Environment (Nigéria)
  13. Women’s Initiative for Self-Actualization (Nigéria)
  14. YUVA (Maurice)
  15. Yemeni Observatory for Rights and Sustainable Development (Yémen)
  16. Yoruba Indigene’s Foundation (Nigéria)
  17. Youth Crime Watch of Liberia (Libéria)
  18. Youth Education and Leadership Initiative (Nigéria)
  19. Zaindriss Foundation Inc (Sierra Leone)
  20. Zomi National Council of Myanmar (ZNCM) Social Organization (Kalaymyo) (Myanmar)
  21. Əlil Təşkilatları İttifaqı (Azerbaïdjan)
  22. Afrikanische Frauenorganisation (Autriche)
  23. Alberta Council for Global Cooperation (Canada)
  24. American Academy of Arts and Sciences (États-Unis)
  25. Anglican Rite Roman Catholic Church (États-Unis)
  26. Aotearoa Youth Leadership Institute (Nouvelle-Zélande)
  27. Apex Development Foundation (États-Unis)
  28. Arc Finance, Ltd. (États-Unis)
  29. Associação Nacional de Deficiência Mentais Raras – Raríssimas (Portugal)
  30. BCARE USA Inc (BCARE International) (États-Unis)
  31. Beit Hagalgalim (House of Wheels) (Israël)
  32. Bir Dünya Çocuk Derneği (Turquie)
  33. Center for the Study of Crime (Grèce)
  34. Commit-2-Change, Inc. (États-Unis)
  35. Continents University (États-Unis)
  36. CrowdGuard (Suisse)
  37. Dignidad y Justicia en el Camino, Asociación Civil (Mexique)
  38. Direct Aid Organization (Koweït)
  39. Earth Law Center (États-Unis)
  40. Ecocentre for Environmental Protection (Géorgie)
  41. European Network on Debt and Development (Belgique)
  42. Feminenza International Ltd (Royaume-Uni)
  43. Fondation Medicines Patent Pool (Suisse)
  44. Fondation Millennia2025 Femmes et Innovation (Belgique)
  45. Fondation du Dr Julien (Canada)
  46. Fondazione di ricerca scientifica ed umanistica Antonio Meneghetti (Suisse)
  47. Forum Européen des Femmes Musulmanes (Belgique)
  48. Foundation for Building Sustainable Communities (Canada)
  49. Foundation for International Medical Relief of Children (États-Unis)
  50. Fundación Cepaim, Acción Integral con Migrantes (Espagne)
  51. Global Alliance of NGOs for Road Safety (Suisse)
  52. Global Medic Force (Europe) (Royaume-Uni)
  53. Global Music & Wellness Inc (États-Unis)
  54. Groundswell International, Inc. (États-Unis)
  55. Ikkaido Ltd (Royaume-Uni)
  56. International Action for Peace & Sustainable Development (Suisse)
  57. International Arts Movement, Inc. (États-Unis)
  58. Italian Climate Network (Italie)
  59. Kadın Sağlıkçılar Eğitim ve Dayanışma Vakfı (Turquie)
  60. Kallipatira (Grèce)
  61. La Voûte Nubienne (France)
  62. Medical and Educational Sustainable Community Help Incorporated (MESCH) (Australie)
  63. MUSIAD Corp (États-Unis)
  64. Magyar Női Unió Egyesület (Hongrie)
  65. Migration Council Australia (Australie)
  66. Montréal International (Canada)
  67. Mundo a Sorrir – Associação de Médicos Dentistas Solidários Portugueses (Portugal)
  68. National Council of Juvenile and Family Court Judges (États-Unis)
  69. Nature’s Rights (Royaume-Uni)
  70. One Earth Future Foundation, Inc. (États-Unis)
  71. PeaceTrees Vietnam (États-Unis)
  72. Pearl Initiative Inc. (États-Unis)
  73. RIO Rusmisbrukernes Interesseorganisasjon (Norvège)
  74. Rescue the Poor Child (Suède)
  75. Sanctuary for Families, Inc. (États-Unis)
  76. Smart Women’s Community Institute (Japon)
  77. Sociedad Mexicana de Criminología Capítulo Nuevo León, Asociación Civil (Mexique)
  78. Stichting Deep Sea Conservation Coalition (Pays-Bas)
  79. Stopaids (Royaume-Uni)
  80. Swiss Academy for Development, SAD (Suisse)
  81. TASC National Limited (Australie)
  82. Terre des femmes Schweiz (Suisse)
  83. The National Council of African Descendants in America (États-Unis)
  84. The Paz Foundation (États-Unis)
  85. The Victor Pineda Foundation (États-Unis)
  86. Tsilhqot’in National Government (Canada)
  87. Fondation européenne des études progressistes (Belgique)
  88. US UCIA Corporation (Mexique)
  89. Union Theological Seminary (États-Unis)
  90. World Obesity Federation (Royaume-Uni)

Examen des demandes de statut consultatif

Comment sont utilisées les ressources de The Egyptian Coordination for Law and Justice (Égypte)? a demandé Bahreïn.  La Chine a prié The Reality of Aid Africa Network (Kenya) de supprimer un article sur son site Internet parlant de Taïwan et d’utiliser le nom correct de « Taïwan - province de Chine ».  L’Union des peuples autochtones pour le réveil au développement (Burundi) a été invitée par la Turquie à dire ce que fait son Centre de formation.

Bahreïn a exigé d’United National Organization of Human Rights (Égypte) qu’elle fasse la liste de ses activités actuelles.  Quels sont les membres du Conseil d’administration d’Universal Peace and Violence Amelioration Centre (Nigéria) au Brésil? a voulu savoir le Brésil.  Ses membres brésiliens mènent-ils des activités dans leur pays?  L’Inde a voulu des détails sur les activités récentes, le financement et le nombre des bénéficiaires des projets de Vikash Deep (Inde).

L’Inde a demandé à Voluntary Integration for Education and Welfare of Society (Inde) la liste détaillée de ses sources extérieures de financement et de leurs affectations.  La même délégation a noté que Welfare Association Jared (Pakistan) a enregistré un excédent budgétaire.  Que compte-elle en faire?  Cuba a demandé à Yayasan Kota Kita Surakarta (Indonésie) de décrire ses projets en cours et en 2019.

Les États-Unis voulu obtenir de YouChange China Social Entrepreneur Foundation (Chine) la liste des projets en Asie du Sud-Est et des activités liées aux travaux de l’ECOSOC.  100 % des fonds de Youth Health and Development Organization (Afghanistan) sont internationaux.  Quelles en sont les sources ? a demandé l’Inde.  Cent pour cent des recettes de Youth and Development Consultancy Institute (Égypte) sont d’origine extérieure.  À quoi servent-elles? a questionné le Pakistan.

A New Dawn – Bedouin Jewish Centre in the Negev for Equality and Accessibility in Education, Research, Peace and Welfare Services (R.A.) (Israël) doit donner au Comité la liste de ses activités en 2019 et après 2019, a dit Cuba.  Qui sont les membres actuels du Conseil d’administration d’Aleh Jerusalem Centres (Israël)? a demandé Bahreïn.  L’Inde a voulu que l’Association Québécoise des Organismes de Coopération Internationale (AQOCI) (Canada) décrive ses activités sur les droits de la femme et l’égalité entre les sexes.

Israël a demandé des explications à Care 2 give, Inc (États-Unis) sur la composition de son Conseil d’administration.  Quels sont les projets de Centro Mujeres A.C. (Mexique) pour les jeunes? a voulu savoir le Nigéria.  La Chine a demandé à Cruelty Free International (Royaume-Uni) de corriger la présentation de Taïwan sur son site Internet.

La Grèce a demandé à Ensar Vakfı (Turquie) la liste de ses donateurs.  L’Inde a voulu en savoir plus sur les activités récentes de Family Planning NSW (Australie).  La Chine a demandé à GSM Association (Suisse) d’utiliser le nom correct de Taïwan. 

Quels sont les partenaires de Global One 2015 (Royaume-Uni)? a questionné CubaIsraël a voulu que Grace Leadership Foundation Inc (États-Unis) explique « sa capacité d’action dans le monde ».  Comment Great Enlightenment Lotus Society Inc. (États-Unis) peut-elle mener à bien ses activités avec un déficit? a interrogé le Nicaragua.  

Bahreïn a voulu des détails sur le financement de IAMANEH Schweiz Suisse Svizzera Switzerland (Suisse).

Quelles sont les activités d’International Civil Society Action Network, Inc. (États-Unis) contre l’extrémisme violent? a demandé la Turquie.  Quels sont les projets d’International Convocation of Unitarian Universalist Women (États-Unis) en Amérique latine? a voulu savoir le NicaraguaInternational Council for Small Business (États-Unis) a été priée par la Chine de corriger les erreurs de son site Internet concernant Taïwan.

La Libye a demandé à International Council on Monuments and Sites (France) si elle est active en Libye et en Syrie.  Soixante-dix pour cent du budget d’International Medical Corps (États-Unis) vient du Gouvernement.  Qui décide alors des projets à financer: le Gouvernement ou l’ONG? a questionné la Fédération de Russie.  La Chine a prié l’organisation de corriger l’erreur sur le nom de Taïwan.  La même remarque a été faite à International Programme on the State of the Ocean (Royaume-Uni).  Mettez « Taïwan - province de Chine ».

Occupational Knowledge International (États-Unis) a été invitée par la Chine à ne plus présenter Taïwan comme un État à part entière.  OneMama Incorporated (États-Unis) devra donner au Nicaragua une liste de tous les pays où elle est présente.  Israël a demandé des explications à OneNess Foundations Diaspora USA (États-Unis):  pourquoi 17% seulement du budget est consacré aux projets? 

Partners for Progressive Israel (États-Unis) a été priée par la Chine de lister les domaines dans lesquels son budget est investi.  La même délégation a exigé que Partnership for Observation of the Global Oceans Society (Canada) respecte le principe d’une « seule Chine ».  La Turquie a demandé à Peace Without Limits (PWL) International Organization, Inc. (Suisse) comment elle fait pour coordonner les activités de ses nombreux bureaux éparpillés à travers le monde.

La Chine a voulu que Peaceever TV International Media Group Inc. (États-Unis) corrige sa position sur Taïwan qu’elle qualifie de « pays ».  Su Politikaları Derneği (Turquie) devra décrire à la Grèce ses activités de consultance auprès de gouvernements.  « Taïwan n’est pas un pays », a fait observer la Chine à Swedwatch (Suède).

Les dépenses de The Center for Bioethics and Culture (États-Unis) dépassent ses recettes, a noté la Chine.  Pourquoi?  Les recettes de The Foundation for Political, Economic and Social Research (SETA) (Turquie) constituent le double de ses dépenses.  Que compte-t-elle faire avec le reliquat? a demandé la Chine.  La Grèce a voulu que Türk Kadınlar Birliği Derneği (Turquie) lui donne une liste détaillée de ses projets. 

UNISC International (Japon) devra respecter le principe d’une seule Chine, a exigé la Chine.

La Chine a demandé à United States Council for the International Business, Incorporated (États-Unis) et à YWCA of Japan (Japon) de supprimer le terme « République de Chine » lorsqu’il parle de Taïwan sur leur site Internet.

Dialogue avec les ONG

Global Energy Interconnection Developpement and Cooperation Organisation (GEIDCO) (Chine) a expliqué qu’elle veut contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable, en particulier à la lutte contre les changements climatiques.  L’ONG a d’ailleurs dit avoir participé à la Conférence des États parties à la Convention sur les changements climatiques (COP24) en Pologne, l’année dernière.  Quelles sont vos activités sociales? ont demandé les États-Unis.  Nous sommes régis par le droit chinois et avons 13 bureaux à l’étranger, dont le Brésil, les États-Unis et la Fédération de Russie, a répondu l’ONG, en décrivant des projets recherche et développement, en particulier sur l’accès à l’électricité.  Les États-Unis ont exigé une réponse écrite sur les projets menés en dehors de la Chine.  L’ONG a voulu que l’examen des dossiers des organisations comme la sienne ne soit pas toujours mené sous un angle politique.  Nous posons des questions pour en savoir plus sur vos activités, ont répondu les États-Unis.

NORSAAC (Ghana) a dit travailler dans les domaines de la santé génésique, de l’égalité des sexes et de l’aide aux moyens de subsistance.  Nous travaillons avec le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), ONU-Sida, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et d’autres partenaires internationaux.  Nos ressources financières ont augmenté de 23%, a annoncé l’ONG.  Comment faites-vous, a demandé le Nicaragua, pour partager votre expérience avec les autres organisations locales?  Nous impliquons surtout les femmes dans la mise en œuvre des projets, dans la sensibilisation, la recherche, la collecte de données, a répondu l’ONG.  L’Inde a voulu connaître l’approche contre le mariage des enfants.  Nous avons obtenu un prix pour son travail dans ce domaine, s’est enorgueillie l’ONG.  La stratégie est d’impliquer chaque communauté et chaque foyer pour que les résultats soient durables.  Nous donnons un « symbole » particulier à chaque famille participante, laquelle peut alors l’exhiber « avec fierté » et encourager d’autres familles à en faire autant.  Le FNUAP a été très impressionné par cette approche, a affirmé l’ONG.    

International Council for Small Business (États-Unis) a expliqué qu’elle travaille dans 85 pays dans le monde et qu’elle a été à l’origine de la proclamation du 27 juin, comme Journée des micro-, petites et moyennes entreprises.  Ces entreprises constituent en effet 98% de l’économie mondiale et emploie 50% de la main d’œuvre.  « Je prie les membres de continuer de soutenir notre ONG », a plaidé l’ONG.  La Chine a voulu savoir comment elle a pu convaincre l’ONU de proclamer la Journée alors que c’est aux États Membres de présenter des résolutions et non aux ONG.  C’est l’Argentine qui s’est proposée de porter le projet de résolution à l’Assemblée générale, a répondu l’ONG.  

La Fondation européenne d’études progressistes (Belgique) a dit que 85% de son budget vient de l’Union européenne.  Nous avons, a-t-elle dit, un réseau de centres de réflexion des progressistes en Europe et nous voulons renforcer la solidarité mondiale, en recherchant des solutions progressistes aux problèmes actuels du monde.  Nous contribuons aussi aux projets des États européens dans le domaine du renforcement de la résilience, notamment en Afrique.  L’ONG a plaidé pour une pleine mise en œuvre du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.  Que faites-vous en Chine? a demandé la Chine.  Nous venons d’être invités par le Gouvernement chinois à participer à une conférence sur le projet de la « Route de la soie », a fait savoir l’ONG.  Comment avez-vous fait pour obtenir le financement du Parlement européen? a encore demandé la Chine.  Notre financement est calculé au prorata des élus progressistes au Parlement européen, a indiqué l’ONG.  Comment comptez-vous mettre en œuvre le Pacte sur les migrations étant donné qu’il n’est pas juridiquement contraignant? a interrogé la Libye.  Nous travaillons avec les municipalités pour pouvoir aider les migrants, a répondu l’ONG, avant que le Comité ne recommande l’octroi du statut consultatif spécial.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.