Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 11 décembre 2019

Dbf191211
11 décembre 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 11 décembre 2019

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Secrétaire général à la COP25

Le Secrétaire général est de retour à Madrid pour participer à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP25).  Aujourd’hui, il est intervenu lors de l’événement de haut niveau sur l’action mondiale pour le climat où il a appelé les plus importants émetteurs du monde à agir davantage dans le domaine du climat, avertissant que « si nous n’atteignons pas la neutralité carbone d’ici à 2050, tous les efforts que nous déployons actuellement pour promouvoir le développement durable seront mis à mal ».

Le Secrétaire général a souligné qu’en 2020 « nous devons livrer ce que la communauté scientifique a défini comme une nécessité ou alors nous, et chaque génération qui suivra, paierons un prix insoutenable ».

Il a également défini ses 10 priorités pour répondre à la crise climatique, lesquelles portent notamment sur l’obtention de la part des principaux émetteurs d’engagements nationaux plus ambitieux d’ici à 2020; veiller à ce que tous les gouvernements suivent l’exemple des 75 pays qui se sont engagés à présenter, d’ici l’an prochain, des stratégies à zéro émission nette pour 2050; et veiller à ce que les engagements nationaux incluent une transition juste pour les personnes dont le travail et le bien-être sont affectés alors que nous évoluons d’une économique grise à une économie verte.

Il a exhorté les participants à la COP25 à se montrer fermes, à travailler ensemble et à refuser de céder dans ce combat pour nos vies.

Le Secrétaire général est également intervenu lors d’un événement de haut niveau intitulé Caring for Climate (Programme des chefs d’entreprise pour la protection du climat), organisé par le Pacte mondial, où il a appelé le secteur privé à s’unir derrière la science en prenant des mesures rapides et ambitieuses pour répondre à la crise climatique.  Il a également exhorté les dirigeants du secteur privé à mettre leurs gouvernements au défi de permettre aux entreprises et au secteur financier d’investir dans un avenir à zéro émission nette.

Durant cet événement, il a été annoncé que la taille de la Business Ambition Alliance était passé de 90 entreprises, lors du Sommet Action Climat, à 177 à l’heure actuelle.  Ces entreprises comptent près de six millions d’employés.

Il y a également eu une augmentation notable d’investisseurs dans la Net-Zero Asset Owners Alliance, passant de 2,4 mille milliards de dollars lors du Sommet Action Climat à près de 4 mille milliards de dollars aujourd’hui.

À la COP25, le Secrétaire général s’est également réuni avec des ministres et continuera de le faire au cours des prochains jours.

Ukraine

La Secrétaire générale adjointe aux affaires politiques et à la consolidation de la paix, Mme Rosemary DiCarlo, se rendra en Ukraine du 12 au 13 décembre 2019.  À Kiev, Mme DiCarlo aura des réunions avec les autorités ukrainiennes, des représentants des agences de l’ONU et des organisations de la société civile partenaires, y compris des groupes représentant des personnes déplacées, les femmes et les enfants.

Sommet format Normandie

Le Secrétaire général se félicite de l’issue de la réunion des dirigeants de la France, de l’Allemagne, de la Russie et de l’Ukraine (format Normandie), qui s’est tenue, hier, à Paris.  Il réaffirme le ferme appui des Nations Unies envers le rôle proéminent que jouent les pays membres du format Normandie, le Groupe de contact trilatéral de l’OSCE et la Mission spéciale d’observation de l’OSCE en Ukraine dans le cadre des accords de Minsk.

Le Secrétaire général appelle toutes les parties concernées à redoubler d’efforts pour tirer parti des progrès récents vers un règlement du conflit.  Il réitère son plein appui envers l’indépendance, la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues.

Territoire palestinien occupé

Le Gouvernement de la Palestine, l’ONU et des organisations humanitaires ont lancé, aujourd’hui, le Plan de réponse humanitaire 2020 pour le Territoire palestinien occupé, lequel cherche à lever 348 millions de dollars afin de fournir une aide à 1,5 million de Palestiniens dans la bande de Gaza et la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est.

Le Coordonnateur humanitaire, M. Jamie McGoldrick, a indiqué que la moitié des Palestiniens qui vivent dans cette zone a besoin d’une aide humanitaire et de protection, et que le plan 2020 accorde la priorité à l’aide aux plus nécessiteux.

Environ 76% des fonds réclamés sont destinés à Gaza où la situation demeure extrêmement précaire.  Près de la moitié de la population y est au chômage et, selon les estimations, 62% des ménages font face à l’insécurité alimentaire.

Entre temps, en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, les activités de peuplement et la violence, la perte de terre, la destruction de propriétés et les restrictions de mouvement qui y sont liées, entravent l’accès des Palestiniens aux services de base et au bien-être.

Burkina Faso

Au Burkina Faso, la population fait face à une crise de protection sans précédent suite à la montée de l’insécurité et à la l’érosion de l’accès aux services de base dans les régions situées le long des frontières avec le Mali et le Niger.

À l’heure actuelle, près d’un tiers de la population est touchée par la crise.

L’année prochaine, quelque 2,2 millions de personnes nécessiteront une assistance humanitaire vitale, près du double des 1,2 million de personnes qui se trouvaient dans le besoin au début 2019.

Le Burkina Faso est rapidement devenu l’une des crises de déplacement qui augmentent le plus rapidement en Afrique.  Entre janvier et octobre, le nombre de personnes déplacées a augmenté de 934%, passant de 87 000 à 486 000.

Rien qu’au cours de la semaine dernière, quelque 7 000 personnes ont été déplacées d’une communauté dans l’est du pays.  L’ONU et les partenaires humanitaires appuient la réponse en fournissant des vivres d’urgence aux déplacés.

Le Plan de réponse humanitaire 2020 pour le Burkina Faso cherche à lever 295 millions de dollars pour venir en aide à 1,8 million de personnes.

Conseil de sécurité

Ce matin, le Conseil de sécurité a tenu une réunion sur le Mécanisme international appelé à exercer les fonctions résiduelles des Tribunaux pénaux.  

À 15 heures, cet après-midi, il devait tenir une réunion publique sur la non-prolifération et la République populaire démocratique de Corée (RPDC).

UNICEF

Le nombre d’enfants dont la naissance a été officiellement inscrite a augmenté de manière significative dans le monde.  Cependant 166 millions d’enfants de moins de 5 ans, soit 1 sur 4, demeurent non enregistrés.

Selon un nouveau rapport publié par l’UNICEF aujourd’hui, et qui analyse les données provenant de 174 pays, la proportion d’enfants de moins de 5 ans enregistrés dans le monde a augmenté de 20% comparativement à il y a 10 ans, passant de 63% à 75%.  Ces avancées mondiales sont largement impulsées par les progrès notables réalisés en Asie australe, notamment au Bangladesh, en Inde et au Népal.

Cependant, la majorité des pays d’Afrique subsaharienne sont à la traîne, l’Éthiopie, la Zambie et le Tchad recensant les plus faibles taux d’enregistrement des naissances dans le monde.

Journée internationale de la montagne

La Journée internationale de la montagne est célébrée aujourd’hui, une célébration qui vise à souligner que les montagnes abritent 15% de la population mondiale et un quart des animaux et plantes que recense le monde et qu’elles fournissent de l’eau potable pour assurer la vie quotidienne de la moitié de l’humanité.

Leur protection est donc un aspect essentiel du développement durable et fait parti de l’objectif des objectifs de développement durable nº 15.

Les montagnes sont cependant menacées par les changements climatiques et la surexploitation.

Le thème choisi cette année est « Les montagnes sont importantes pour les jeunes » pour rappeler que, pour les jeunes des zones rurales, la vie dans la montagne peut être difficile.  La migration depuis la montagne est à l’origine de l’abandon des terres agricoles, de la dégradation des terres et de la perte d’anciennes traditions culturelles.

Contribution financière

Le Bangladesh a versé la totalité de sa contribution au budget ordinaire de l’ONU, amenant à 140 le nombre d’États Membres à en avoir fait de même.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.