Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 19 novembre 2019

DBF191119
19 novembre 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 19 novembre 2019

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Moyen-Orient

Après l’annonce faite, hier, par le Secrétaire d’État américain sur les colonies de peuplement israéliennes dans le Territoire palestinien occupé, l’ONU tient à préciser que sa position reste inchangée.

Déclaration du Secrétaire général

Le Conseil de sécurité a tenu, aujourd’hui, un débat public sur le rôle des processus de réconciliation dans le maintien de la paix et de la sécurité.

Dans sa déclaration, le Secrétaire général a dit qu’une réconciliation réussie contribue à empêcher la résurgence d’un conflit et à édifier des sociétés plus prospères, plus résilientes et plus pacifiques, invoquant les exemples du Cambodge, du Rwanda, de l’Irlande du Nord et de la Bosnie-Herzégovine.

S’agissant des vagues actuelles de manifestations à travers le monde, il a estimé que chaque cas est unique mais qu’elles ont des caractéristiques communes: un déficit de confiance entre les peuples et les institutions politiques et l’aggravation des inégalités.

Le Secrétaire général a exhorté les gouvernements à répondre à ces manifestations dans le respect des libertés d’expression et de réunion pacifique et à répondre aux revendications par le dialogue et la réconciliation pour contrer une polarisation plus profonde.

Cet après-midi, le Secrétaire général a prévu de faire une déclaration à la manifestation de haut niveau de l’ONU et de l’Organisation de Shanghai pour la coopération sur le thème « prévenir la création d’un lien entre le terrorisme et la criminalité organisée et son financement par le trafic de drogues ». 

Il devrait souligner que les mesures de sécurité ne sont qu’une partie de la réponse au terrorisme et à son lien avec la criminalité transnationale et le trafic de drogues.  Le système des Nations Unies travaille avec l’Organisation de Shanghai pour la coopération pour appuyer les efforts holistiques de prévention et de lutte contre le terrorisme en traitant des causes sous-jacentes, dans le plein respect des droits de l’homme et de l’état de droit.

Sahel

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué que la violence et l’insécurité ont provoqué une crise humanitaire sans précédent dans certaines parties du Burkina Faso et du Mali et dans l’ouest du Niger.

Le nombre des déplacés vient de dépasser les 750 000, soit 10 fois plus qu’il y a un an.

Selon le Programme alimentaire mondial (PAM), 2,4 millions de personnes ont besoin d’une aide alimentaire dans le centre du Sahel, un chiffre qui pourrait augmenter avec la poursuite des déplacements.

Dans une déclaration, le Chef du PAM, M. David Beasley, dit que les équipes sur le terrain au Burkina Faso voient des niveaux de malnutrition bien au-delà des seuils d’urgence.

La crise affecte naturellement les familles les plus vulnérables, avec une conjugaison d’insécurité alimentaire, de malnutrition et d’épidémies.

Cette année, 6,1 millions de personnes dans les régions affectées ont besoin d’une aide d’urgence, dont 3,9 millions de personnes au Mali, 1,5 million au Burkina Fasso et 700 000 dans l’ouest du Niger.

L’ONU et les organisations humanitaires, en appui aux autorités locales et nationales, intensifient leur aide et ont besoin d’une somme de plus de 700 millions de dollars pour aider 4,7 millions de personnes dans les trois pays.  À ce jour, l’appel n’est financé qu’à hauteur de 47%.

Afghanistan

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué qu’un tiers de la population afghane, soit un peu plus que 10 millions de personnes, a souffert d’une insécurité alimentaire aiguë grave entre les mois d’août et d’octobre, ce qui nécessite une action humanitaire urgente.

À partir de maintenant jusqu’au mois de mars 2020, l’insécurité alimentaire aiguë grave pourrait s’empirer et toucher environ 11,3 millions de personnes, soit 37% de la population totale. 

À la fin du mois de septembre, l’ONU et ses partenaires humanitaires ont aidé près de 5,4 millions de personnes.

Le Plan de réponse humanitaire 2019 pour l’Afghanistan, qui vise la collecte d’une somme de 612 millions de dollars pour 4,5 millions de personnes, est financé presqu’à 70%.

Syrie

Selon le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), près de 28 000 enfants issus de plus de 60 pays, y compris près de 20 000 Iraquiens, sont piégés dans le nord-est de la Syrie, principalement dans les camps de déplacés.  Quelque 80% de ces enfants ont moins de 12 ans dont 50%, moins de 5 ans.  Dix-sept pays au moins ont déjà rapatrié au moins 650 enfants.

L’ONU salue le leadership des pays qui ont rapatrié les civils.  Leur acte et la longue expérience de l’UNICEF dans l’assistance aux enfants, aux familles et aux communautés affectés par les conflits armés, nous montre que là où il y a de la volonté, il y a des moyens.

Il est impératif que les États assument la responsabilité pour leurs ressortissants et prennent des mesures pour empêcher que les enfants ne deviennent apatrides.

Conformément aux meilleurs intérêts de l’enfant et aux normes internationales, les gouvernements doivent assurer un rapatriement volontaire, digne et sûr des enfants étrangers.  La préservation de l’unité de la famille et le principe de non-refoulement sont également essentiels pour la protection des enfants.

L’ONU exhorte tous les États Membres à trouver des solutions durables pour tous les citoyens qui vivent dans les camps de déplacés en Syrie, qu’il s’agisse de leur rapatriement, de leur réintégration et de leur poursuite judiciaire, conformément au droit international.

Journée mondiale des toilettes

La Journée mondiale des toilettes est commémorée, aujourd’hui, sur le thème « Ne laisser personne sur le côté ».

Près de la moitié de la population mondiale, soit 4,1 milliards de personnes, n’a toujours pas accès à un système d’assainissement bien géré et cela n’est pas sans conséquence.  On estime que le manque d’assainissement cause plus de 400 000 morts par diarrhée dans le monde, par an.

La Journée mondiale des toilettes a été proclamée pour rappeler la nécessité de faire plus pour réaliser l’objectif 6 du Programme de développement à l’horizon 2030, relatif à l’accès de tous à l’assainissement. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.