Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 13 novembre 2019

dbf191113
13 novembre 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 13 novembre 2019

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Gaza

Le Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient, M. Nickolay Mladenov, s’est dit, aujourd’hui, très préoccupé par la grave escalade continue entre le Jihad islamique palestinien et Israël après l’assassinat ciblé, hier à Gaza, de l’un des dirigeants de ce groupe.  Il a déclaré que le lancement aveugle de roquettes et de mortiers contre des centres peuplés est absolument inacceptable et doit cesser immédiatement.  Aucune attaque contre des civils ne peut être justifiée. 

Le Coordonnateur spécial a dit que l’escalade continue est très dangereuse et qu’il s’agit d’une nouvelle tentative pour saper les efforts visant à améliorer les conditions socioéconomiques désastreuses à Gaza et à prévenir un autre conflit dévastateur.  L’ONU s’emploie de toute urgence à désamorcer la situation.

Iraq

La Représentante spéciale du Secrétaire générale pour l’Iraq, Mme Jeanine Hennis-Plasschaert, s’adressant au Conseil iraquien des représentants, a déclaré devant les parlementaires que de nombreux Iraquiens demandent un meilleur avenir pour que le pays réalise son plein potentiel, pour le bien de tous les citoyens.  Elle a ajouté que le peuple iraquien a payé un prix impensable pour se faire entendre.  Depuis le début des manifestations, le 1er octobre, au moins 319 personnes ont été tuées et environ 15 000 ont été blessées.  Elle a réitéré l’importance de garantir les droits fondamentaux –à commencer par le droit à la vie- mais aussi le droit de réunion pacifique et la liberté d’expression.  Mme Hennis-Plasschaert a rappelé aux délégués que, dans le plein respect de la souveraineté de l’Iraq, la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Iraq (MANUI) a proposé plusieurs mesures concrètes pour renforcer la confiance et la réforme.  Elle a mis l’accent sur le fait que le moment est venu d’agir, faute de quoi tout élan sera perdu alors que de très nombreux Iraquiens exigent des résultats concrets. 

Liban

Le Coordonnateur spécial pour le Liban, M. Ján Kubiš, s’est déclaré perturbé par la mort tragique d’une personne, hier soir à Khalde, au Liban.  Il a demandé une enquête approfondie et rapide sur l’incident. 

M. Kubiš a apprécié la position prise par M. Walid Jumblatt, qui a contribué à calmer la situation, tout en demandant justice. 

Le Coordonnateur spécial appelle les forces de sécurité à continuer de protéger les manifestants pacifiques et à s’abstenir d’utiliser la force.

Nigéria

Au Nigéria, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) informe que plus de 100 000 personnes, dans sept régions du pays, auraient été affectées depuis la fin du mois dernier par les pires inondations depuis sept ans.  Près de 19 000 personnes ont été déplacées par les inondations. 

Le Gouvernement dirige les interventions, tandis que l’ONU et ses partenaires augmentent leur assistance pour fournir, entre autres, des trousses de santé procréative et des produits agricoles.

Les inondations aggravent une situation humanitaire déjà difficile dans l’État d’Adamawa, qui est l’un des États les plus gravement affectés par 10 ans de conflit dans le nord-est du Nigéria.  Le Plan d’aide humanitaire de 2019 pour le Nigéria, qui requiert 848 millions de dollars pour aider 6,2 millions de personnes, n’est pour l’instant financé qu’à hauteur de 59%.

Afrique australe

Avec le début de la saison maigre en Afrique australe, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) informe que près de 12 millions de personnes vivent dans une insécurité alimentaire grave.  Pour certaines parties de la Zambie, du Zimbabwe et de l’Angola, l’insécurité alimentaire risque d’atteindre des niveaux d’urgence, avec une augmentation de la malnutrition aiguë dans plusieurs pays. 

Beaucoup de personnes n’ont pas accès à de l’eau propre, et les femmes et les filles seraient forcées de recourir à des stratégies préjudiciables pour s’adapter, dont le mariage précoce et des rapports sexuels monnayés.  L’Afrique australe est en butte aux effets de la crise climatique, le réchauffement étant à environ deux fois le taux mondial.  Des pluies inférieures à la moyenne sont enregistrées dans de nombreuses régions et l’on s’attend au passage de cyclones dans d’autres, ce qui pourrait conduire à une deuxième mauvaise récolte consécutive. 

Réfugiés vénézuéliens

À Bogota, en Colombie, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) lancent aujourd’hui un plan régional de 1,35 milliard de dollars pour répondre aux besoins humanitaires croissants des réfugiés et migrants vénézuéliens en Amérique latine et dans les Caraïbes, ainsi que pour leurs communautés d’accueil. 

Au début de ce mois, il y avait environ 4,6 millions de réfugiés et migrants du Venezuela dans le monde.  Près de 80% d’entre eux se trouvent dans des pays d’Amérique latine et des Caraïbes - sans perspective de retour à court ou moyen terme.  Si la tendance actuelle se confirme, ce sont 6,5 millions de Vénézuéliens qui pourraient se trouver hors de leur pays d’ici à la fin 2020.  Le plan régional comprend des mesures dans les neuf secteurs clefs: santé; éducation; sécurité alimentaire; intégration; protection; nutrition; abris; articles de secours et transport humanitaire; eau, assainissement et hygiène.  Outre la réponse d’urgence, le plan met fortement l’accent sur l’inclusion socioéconomique des réfugiés et migrants.

Organisation mondiale de la Santé

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé le lancement d’un programme pilote visant à préqualifier l’insuline humaine afin d’augmenter le traitement du diabète, notamment dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

Cette décision, annoncée à la veille de la Journée mondiale du diabète, observée le 14 novembre, fait partie d’une série de mesures que l’OMS prendra pour faire face au fardeau croissant du diabète dans le monde. 

Environ 65 millions de personnes atteintes de diabète de type 2 ont besoin d’insuline, mais seulement la moitié d’entre elles y ont accès, principalement en raison des prix élevés.  Toutes les personnes atteintes de diabète de type 1 ont besoin d’insuline pour survivre.

La préqualification de l’insuline par l’OMS devrait en faciliter l’accès en augmentant le flux de produits de qualité garantie sur le marché international, offrant ainsi aux pays un choix plus vaste et des prix plus abordables pour les patients.

Paiement des contributions

Le Mexique a payé l’intégralité de sa contribution au titre du budget ordinaire pour 2019, portant ainsi à 135 le nombre des États Membres qui se sont totalement acquittés de leurs contributions.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.