Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 12 novembre 2019

DBF191112
12 novembre 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 12 novembre 2019

La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Déplacements du Secrétaire général

Ce matin, à Paris, le Secrétaire général a prononcé un discours devant la Conférence générale de l’UNESCO et rappelé le rôle central de l’organisation pour rassembler le monde.  Il a souligné, entre autres, le travail de l’UNESCO visant à résoudre les problèmes éthiques posés par la science et la technologie, ainsi que son rôle fondamental pour la coordination et le suivi des efforts mondiaux visant à promouvoir l’éducation. 

Le Secrétaire général a également rencontré de jeunes fonctionnaires et représentants de l’UNESCO et leur a rappelé qu’ils étaient des agents du changement au sein des organisations internationales.

Hier soir, immédiatement après son intervention au Forum de la paix à Paris, le Secrétaire général a eu une réunion bilatérale avec le Président Emmanuel Macron.  Leur entretien a porté sur la nécessité de redoubler d’efforts au niveau mondial pour lutter contre les changements climatiques.

Il a ensuite participé à un dîner organisé par le Président français, à l’intention des chefs d’État et des chefs des organisations internationales participant au Forum pour la paix de Paris.

Le Secrétaire général est maintenant en route pour les États-Unis.

Déplacements de la Vice-Secrétaire générale

S’exprimant aujourd’hui à l’ouverture du Sommet de Nairobi, la Vice-Secrétaire générale, Mme Amina Mohammed, a appelé les participants à ranimer, accélérer et tenir la promesse faite, il y a 25 ans, lors de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD). 

Mme Amina Mohammed a présenté les engagements de l’ONU pour mettre pleinement en œuvre le Programme d’action de la CIPD, ajoutant que ses objectifs n’avaient jamais été aussi pertinents pour la population, en particulier les femmes et les filles.

La Vice-Secrétaire générale a déclaré que le Sommet de Nairobi était une occasion de mobiliser l’élan politique et financier nécessaire pour réussir.  Avec l’engagement total de chacun d’entre nous, a-t-elle dit, nous pouvons faire en sorte que les femmes et les filles soient véritablement au cœur du développement durable.

Le Sommet de Nairobi se poursuivra jusqu’au 14 novembre.

Liban

Le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le Liban, M. Ján Kubiš, a rencontré aujourd’hui le Président Michel Aoun, ainsi que des ambassadeurs représentant les membres du Groupe international d’appui au Liban.

M. Kubiš appelle les dirigeants libanais à nommer de toute urgence le Premier Ministre désigné, à entamer le processus obligatoire de consultations parlementaires et à accélérer au maximum le processus de formation du nouveau gouvernement avec des personnalités connues pour leur compétence et leur intégrité, en qui le peuple aura confiance.  Un tel cabinet, formé conformément aux aspirations du peuple et soutenu par le plus grand nombre de forces politiques à travers le vote de confiance du Parlement, sera également mieux placé pour faire appel à l’appui des partenaires internationaux du Liban.

M. Kubiš a souligné que l’intérêt national et l’unité du Liban devaient passer avant toute autre considération.  La protection constante des civils qui manifestent pacifiquement, le maintien de l’ordre public et le fonctionnement de l’État et de son économie sans recourir à la force ou à la violence sont la responsabilité primordiale des dirigeants du Liban et de ses Forces de sécurité.

L’ONU reste déterminée à appuyer le Liban, son indépendance politique, la non-ingérence dans ses affaires intérieures, son unité, sa stabilité, sa sécurité, sa souveraineté et son intégrité territoriale.

Iraq

La Représentante spéciale du Secrétaire général pour l’Iraq, Mme Jeanine Hennis-Plasschaert, a rencontré aujourd’hui les dirigeants de syndicats iraquiens.  Ils ont discuté de la situation politique actuelle dans le pays, y compris des manifestations en cours et des solutions possibles.

Hier, Mme Hennis-Plasschaert a été reçue par le grand ayatollah Ali Al-Sistani à Najaf.  Mme Hennis-Plasschaert l’a remercié pour cette discussion chaleureuse, bienvenue et franche.  M. Al-Sistani a ensuite publié une déclaration soulignant sa position sur les manifestations et les réformes et se félicitant du plan « Next Step » de l’ONU pour la voie à suivre.

Syrie

Les travailleurs humanitaires de l’ONU restent gravement préoccupés par la sécurité et la protection de quelque quatre millions de personnes dans le nord-ouest de la Syrie, dont deux millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays, à la suite de l’intensification récente des frappes aériennes et des bombardements dans la région.  Treize communautés ont été touchées par des bombardements et cinq par des frappes aériennes.

Depuis la fin avril, plus de 400 000 femmes, enfants et hommes ont été déplacés à cause des violences dans le nord-ouest de la Syrie, souvent à plusieurs reprises, et plus d’un millier de personnes ont perdu la vie, dont beaucoup d’enfants.  Sur les 2,7 millions de Syriens ayant besoin d’une aide humanitaire dans la région, 76% sont des femmes et des enfants.

L’ONU continue de répondre aux besoins dans tout le nord-ouest.  Une aide alimentaire a été fournie à 1,1 million de personnes environ, le mois dernier, les livraisons ayant été intensifiées pour répondre aux besoins élevés.  Dans le même temps, des efforts sont en cours pour livrer des articles d’hiver essentiels, en particulier pour ceux qui vivent dans des camps de déplacés et des zones de peuplement informelles.

L’ONU rappelle à toutes les parties leur obligation de protéger les civils et les infrastructures civiles, notamment en facilitant l’accès aux personnes dans le besoin de manière régulière, durable et impartiale, conformément au droit international humanitaire et relatif aux droits de l’homme.

Amérique latine/Obésité

Dans un nouveau rapport, publié aujourd’hui, les Nations Unies avertissent que la prévalence de l’obésité chez les adultes en Amérique latine et dans les Caraïbes a triplé depuis 1975, affectant  un adulte sur quatre dans une région où la faim a encore augmenté, touchant 42,5 millions de personnes.

Le rapport -publié conjointement par le Programme alimentaire mondial (PAM), l’UNICEF, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)- appelle les pays à prendre des mesures urgentes pour lutter contre l’obésité et la malnutrition dans la région.

Selon le rapport, l’augmentation la plus significative de l’obésité chez les adultes dans la région a été observée dans les Caraïbes, où ce pourcentage a quadruplé, passant de 6% en 1975 à 25%, soit de 760 000 à 6,6 millions de personnes.  Parallèlement, 600 000 personnes décèdent, chaque année, en Amérique latine et dans les Caraïbes des suites de maladies liées à une alimentation pauvre, telles que le diabète, l’hypertension et les maladies cardiovasculaires.

UNICEF

Nous marquons, aujourd’hui, la Journée mondiale de la pneumonie et l’UNICEF a annoncé que cette maladie avait coûté la vie à plus de 800 000 enfants âgés de moins de 5 ans l’année dernière, soit un enfant toutes les 39 secondes.

Selon la nouvelle analyse de l’UNICEF, la plupart des décès sont survenus chez des enfants de moins de 2 ans, dont près de 153 000 au cours du premier mois de la vie.

Sonnant l’alarme sur cette épidémie oubliée, six organisations leaders en matière de santé et d’enfance lancent, aujourd’hui, un appel à l’action mondiale.

En janvier, elles accueilleront des dirigeants mondiaux lors du Forum mondial sur la pneumonie chez l’enfant, qui se tiendra en Espagne.

Cette maladie a tué plus d’enfants de moins de 5 ans, en 2018, que toute autre maladie.

Union postale universelle (UPU)

L’Union postale universelle (UPU) a annoncé, aujourd’hui, le lancement d’un nouveau projet de services financiers numériques avec des opérateurs postaux dans huit pays, via son mécanisme d’assistance technique pour l’inclusion financière (FITAF).

Selon l’organisation, le vaste réseau physique de la poste en a déjà fait un moteur de l’inclusion financière, mais il est possible de toucher par voie numérique beaucoup plus de personnes qui n’ont actuellement pas accès aux réseaux financiers.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.