Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 30 octobre 2019

DBF191030
30 octobre 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 30 octobre 2019

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Changements climatiques

La Directrice exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Mme Patricia Espinosa, a déclaré qu’elle avait été informée plus tôt aujourd’hui de la décision prise par le Gouvernement chilien de ne pas accueillir la vingt-cinquième session de la Conférence des Parties à la Convention-cadre (COP25).  La CCNUCC explore actuellement d’autres options d’hébergement.

Le Président du Chili a informé le Secrétaire général par téléphone que le Gouvernement ne serait pas en mesure d’accueillir la réunion de la COP25 au Chili.

Guinée-Bissau

Le Secrétaire général suit avec une vive préoccupation l’évolution de la situation en Guinée-Bissau à la suite des décrets publiés les 28 et 29 octobre par le Président José Mário Vaz, révoquant le Gouvernement et nommant un nouveau Premier Ministre.  Il appelle toutes les parties prenantes politiques à se conformer aux décisions prises par la CEDEAO concernant les arrangements en matière de gouvernance en Guinée-Bissau jusqu’à l’élection présidentielle du 24 novembre, rappelées dans le communiqué de la CEDEAO du 29 octobre.

Le Secrétaire général attend avec intérêt la tenue d’une élection présidentielle pacifique, crédible et transparente le 24 novembre, et exhorte toutes les parties prenantes à exercer leurs fonctions civiques.

Le Secrétaire général a également été attristé d’apprendre le décès d’une personne à la suite d’une manifestation le 26 octobre.  Il attend avec intérêt la conclusion rapide de l’enquête indépendante annoncée par le Ministère de l’intérieur sur les circonstances et les conséquences de la manifestation.  

Déplacements du Secrétaire général

Le Secrétaire général est arrivé à Istanbul où il rencontrera ce soir le Ministre turc des affaires étrangères, M. Mevlüt Çavuşoğlu.

Demain, il prendra la parole lors de la Conférence de médiation d’Istanbul.  Il rencontrera vendredi le Président Recep Tayyip Erdoğan.

Syrie

M. Geir Pedersen, Envoyé spécial pour la Syrie, a lancé aujourd'hui, à Genève, la Commission constitutionnelle crédible, équilibrée et inclusive dirigée et contrôlée par les Syriens.

Il a déclaré aux participants que le Secrétaire général était fermement convaincu que le lancement de la Commission constitutionnelle pouvait et devait constituer un premier pas significatif sur la voie politique de sortie du conflit syrien, qui dure depuis près de neuf ans, en vue d’une solution durable conforme à la résolution 2254 (2015) du Conseil de sécurité.

M. Pedersen a déclaré qu’il s’agissait d’un moment historique, car, pour la première fois, 50 candidats du Gouvernement et 50 candidats de l’opposition se retrouvent face à face pour travailler en tant que membres de la Commission sur un projet clef: un nouvel arrangement constitutionnel pour la Syrie.  Il a ajouté qu’il était fier de voir autant de femmes -environ 30%- parmi les 150 participants.

L’Envoyé spécial a encouragé les membres de la Commission constitutionnelle à faire preuve de patience et de persévérance; à être prêts à faire des compromis; et à participer de manière constructive à la réalisation de leur important mandat.  Il a exprimé son espoir sincère qu’en signalant leurs bonnes intentions les uns aux autres dès le début, la confiance se renforcera progressivement, et qu’un environnement de travail positif puisse être créé.

Liban

Le Secrétaire général suit de près l’évolution de la situation au Liban, notamment l’annonce faite hier par le Premier Ministre Saad Hariri de sa démission.

Il appelle au calme et à la retenue.

Il appelle tous les acteurs politiques à rechercher une solution politique qui préservera la stabilité du pays et répondra aux aspirations du peuple libanais.

Il appelle tous les acteurs à éviter la violence et à respecter les droits de réunion et d’expression pacifiques.

Violences sexuelles dans les conflits

Aujourd’hui, un événement a été organisé dans la salle du Conseil économique et social (ECOSOC) pour commémorer le dixième anniversaire du mandat sur les violences sexuelles commises en période de conflit.

Ce matin, la Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit, Mme Pramila Patten, a souligné que ces 10 dernières années, la lutte contre ce fléau a été la plus concertée de l’histoire.

Se tournant vers l’avenir, elle a demandé une nouvelle décennie d’action décisive pour éliminer les violences sexuelles des titres de la presse quotidienne et y mettre fin une fois pour toutes.

Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité a tenu une séance publique ce matin sur le thème « Coopération entre l’ONU et les organisations régionales, y compris l’Union africaine ».

Dans un exposé aux membres du Conseil, Mme Hanna Serwaa Tetteh, Représentante spéciale du Secrétaire général auprès de l’Union africaine, a déclaré que le partenariat entre l’Union africaine (UA) et l’ONU continuait de se renforcer.

Les deux organisations, a-t-elle dit, reconnaissent que les menaces actuelles à la paix et à la sécurité en Afrique sont complexes et interdépendantes, et que leur impact est si profond qu’aucune des deux organisations ne peut les résoudre sans l’autre.

La Représentante spéciale a cité des exemples de collaboration UA-ONU dans des pays tels que Madagascar, la République centrafricaine et le Soudan.

Cet après-midi, le Conseil de sécurité se réunira au sujet du Sahara occidental puis du Burundi.

Soudan

La Directrice générale du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Mme Henrietta Fore, vient de terminer sa première visite au Soudan.

Le pays traverse un moment historique et il est essentiel que les droits des enfants soient au cœur des objectifs nationaux, a-t-elle déclaré.

Au cours de sa visite, Mme Fore a rencontré plusieurs hauts responsables gouvernementaux, dont le Premier Ministre Abdullah Hamdok, et s’est rendue à Kadugli, dans le Kordofan méridional, où elle a rencontré des partenaires et des communautés.

Selon l’UNICEF, des décennies de conflit et de sous-développement ont rendu des millions d’enfants vulnérables.  On pense que plus de 38% des enfants de moins de 5 ans présentent un retard de croissance ou sont trop petits pour leur âge.  Quelque 17% d’entre eux sont frêles ou trop maigres pour leur taille.

Environ 120 enfants meurent chaque jour des suites de la malnutrition et de causes connexes et 2,6 millions d’enfants ont besoin d’une aide humanitaire, a déclaré l’UNICEF.

Soudan du Sud/OIM

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a fermement condamné le meurtre de trois de ses employés humanitaires bénévoles, dimanche, alors qu’ils étaient pris entre deux feux lors d’affrontements entre groupes armés dans la région de l’Équatoria central, au Soudan du Sud.

L’OIM a appelé à ce que les auteurs de ces actes de violence insensés contre des civils et des travailleurs humanitaires innocents soient traduits en justice.

Deux autres employés de l’OIM ont été blessés, tandis qu’un autre volontaire et le fils de l’une des victimes, âgé de 4 ans, ont été enlevés et sont toujours portés disparus.

L’OIM travaillait aux points de dépistage du virus Ebola dans les zones frontalières entre le Soudan du Sud, l’Ouganda et la République démocratique du Congo pour suivre la propagation de la maladie.  L’organisation a maintenant suspendu le dépistage du virus Ebola dans cinq sites, pour la sécurité de son personnel.

Il s’agit du premier meurtre de travailleurs humanitaires signalé au Soudan du Sud cette année.  Au moins 115 travailleurs humanitaires ont été tués depuis le début du conflit en décembre 2013.  La plupart sont des ressortissants du Soudan du Sud.

Inondations en Somalie

L’envoyé spécial du Secrétaire général pour la Somalie, M. James Swan, a fait part aujourd’hui de son inquiétude devant les inondations qui ont touché des milliers de personnes, principalement dans le sud du pays.

Il a déclaré que l’ONU était prête à collaborer avec les autorités fédérales et régionales somaliennes pour aider les communautés touchées.

Des dizaines de milliers de personnes ont été déplacées et des pertes en vies humaines ont été signalées.  Des terres agricoles, des infrastructures et des routes ont été détruites et les moyens de subsistance ont été perturbés dans certaines des zones les plus touchées.

République centrafricaine

Un état de catastrophe naturelle a été déclaré en République centrafricaine, le 25 octobre, après plusieurs jours de pluies exceptionnellement fortes qui ont provoqué des inondations dans la capitale, Bangui, et dans la province de Mobaye, le long du fleuve Oubangui, dans le sud.  On estime qu’entre 40 000 et 50 000 personnes ont été touchées.  Le Gouvernement a sollicité une aide internationale et la mobilisation de ressources.

L’ONU et ses partenaires humanitaires ont distribué hier plus de 20 tonnes de biscuits à haute teneur énergétique à 15 000 personnes; plus de 2 000 kits d’abris; 1 300 articles non alimentaires; et plus de 1 000 kits d’eau, d’assainissement et d’hygiène.

Les besoins les plus urgents concernent les produits alimentaires, les articles non alimentaires, l’eau et l’assainissement et les services de santé.  La situation humanitaire dans le pays s’est encore détériorée au cours des six derniers mois à cause de la violence, et environ 1,7 million de personnes ont actuellement besoin d’une assistance humanitaire.

La protection des civils et la responsabilité à l’égard des populations touchées sont au cœur du plan d’intervention humanitaire de 2019, qui nécessite près de 431 millions de dollars et est financé à 65% à ce jour.

Philippines

Plus de 16 400 personnes ont été touchées par le séisme de magnitude 6,6 qui a frappé Mindanao, aux Philippines, hier.

Les autorités disent que 5 personnes ont été tuées et près de 400, blessées.

Le Gouvernement dirige la réponse au séisme et a déployé des équipes médicales, de recherche et de sauvetage dans les municipalités touchées.  Elles sont assistées par des partenaires humanitaires qui fournissent de la nourriture et des secours.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.