Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 28 octobre 2019

DBF191028
28 octobre 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 28 octobre 2019

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Conseil de sécurité

Ce matin, au Conseil de sécurité, M. Nickolay Mladenov, Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, a fait le point, par visioconférence sur la situation israélo-palestinienne.  Il a indiqué que le mois écoulé a été témoin d’une détérioration continue de la situation sur le terrain.  Sans perspective de négociations sur le statut final à l’avenir, a-t-il signalé, les faits sur le terrain continuent de se détériorer, nous éloignant toujours davantage d’une solution viable des deux États.

M. Mladenov a averti que la violence continue d’être une partie importante de la réalité quotidienne du conflit.  Cependant, a-t-il ajouté, ces dernières semaines ont été marquées par une réduction bienvenue de la violence à Gaza et du lancement de roquettes, tandis que les accords pour le calme négociés par l’ONU et l’Égypte continuent d’être maintenus.  Malgré une amélioration générale, a-t-il dit, trois Palestiniens ont été tués par les Forces de défense israéliennes et plus de 500 autres blessés lors de manifestations le long de la clôture de Gaza.

Le Coordonnateur spécial a indiqué au Conseil de sécurité que l’on ne peut pas continuer de répondre aux besoins critiques de Gaza sur une base mensuelle, tout en échouant à faire face à la réalité politique plus vaste, notamment les bouclages toujours plus sévères, la violence et l’absence d’unité.  Dans une même veine, a-t-il ajouté, nous ne pouvons pas non plus continuer d’ignorer les fêlures qui voient le jour en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est.  La construction et l’élargissement des colonies de peuplement se poursuivent, la crise financière de l’Autorité palestinienne n’est pas entièrement résolue et l’économie continue de stagner.

Syrie – Comité constitutionnel

M. Geir Pedersen, l’Envoyé spécial pour la Syrie, est intervenu devant la presse, aujourd’hui, à Genève, notant qu’il s’exprimait alors que les 150 membres du Comité constitutionnel arrivent dans la ville helvète.

Il a indiqué que les pourparlers du Comité constitutionnel débuteront mercredi et a ajouté que l’accord pour établir le Comité constitutionnel représente le premier accord politique conclu entre le Gouvernement de la Syrie et l’opposition.

Il a souligné que le Comité constitutionnel engage le Gouvernement et l’opposition et leurs nominés à s’asseoir ensemble pour mener des dialogues et des négociations en tête à tête.  Il crée également des espaces permettant aux voix de la société civile de se faire entendre.  Le Comité pourrait également ouvrir la voie à un processus politique plus large.

M. Pedersen a cependant souligné que le Comité constitutionnel ne peut pas résoudre à lui seul le conflit syrien, ni ne le fera.  Pour cela, a-t-il souligné, des progrès concrets et tangibles s’imposent sur d’autres aspects de la résolution 2254 du Conseil de sécurité, ainsi que des progrès significatifs sur le terrain.

Syrie

L’ONU demeure profondément préoccupée par la sécurité et la protection de centaines de milliers de civils dans le nord-est de la Syrie, suite aux informations faisant état d’accrochages intermittents.

Environ 106 000 personnes demeurent déplacées sur les 180 000 qui avaient été signalées auparavant.

L’ONU continue d’appeler l’ensemble des parties à faire preuve de la plus haute retenue et réitère que la seule solution durable au conflit est une solution politique, négociée sous les auspices de l’ONU avec l’ensemble des parties, qui respecte l’unité et l’intégrité territoriale de la Syrie, les préoccupations légitimes des pays voisins et la diversité de la population syrienne.

L’ONU continue d’appeler à une désescalade immédiate et exhorte les parties à résoudre leurs préoccupations par des moyens pacifiques.

Iraq

Au courant du week-end, la Représentante spéciale du Secrétaire général pour l’Iraq, Mme Jeanine Hennis-Plasschaert, a profondément regretté et condamné les nouvelles pertes en vies humaines et les blessés en Iraq et a vivement dénoncé la destruction de biens publics et privés.

Elle a aussi fait part de ses graves préoccupations au sujet des entités armées qui cherchent à menacer la stabilité de l’Iraq ainsi que son unité, sapant le droit de réunion pacifique de la population et ses préoccupations légitimes.

La Représentante spéciale a réitéré que la mise en œuvre de nombreuses mesures, annoncées par le Gouvernement au cours des dernières semaines, prendra du temps.  Un dialogue constructif sur la manière d’aller de l’avant est dans l’intérêt de tous, a-t-elle dit.

Vice-Secrétaire générale

La Vice-secrétaire générale, Mme Amina J. Mohammed, était au Soudan ce week-end, où elle a rencontré les autorités, notamment le Premier Ministre et des femmes occupant de hautes fonctions au sein du Gouvernement.

En début de journée, Mme Mohammed s’est également rendue au Darfour.

À l’issue de sa visite dans le pays, elle a indiqué, dans un tweet, que l’ONU et ses partenaires étaient prêts à répondre à l’appel du Premier Ministre Hamdok de se joindre au Soudan, alors que le pays se rassemble pour « reconstruire et rétablir les valeurs de la coexistence humaine et de la cohésion sociale » pour la paix et le développement.  Pour réussir, a-t-elle ajouté, le leadership des femmes sera crucial, aujourd’hui et demain.

Son voyage au Soudan faisait suite à une mission de solidarité d’une semaine avec l’Union africaine visant à mettre en lumière les problèmes liés aux femmes, à la paix et à la sécurité dans la Corne de l’Afrique.  Cette mission l’a emmenée en Éthiopie, en Somalie, à Djibouti et en Érythrée.  La Vice-Secrétaire générale est attendue à New York demain.

Mali – Décès d’un Casque bleu

Nous avons appris avec tristesse, au cours du week-end, qu’un Casque bleu du Togo avait succombé aux blessures qu’il avait subies le 6 octobre à Bandiagara (dans la région de Mopti), lorsque la base temporaire de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) avait été attaquée par des assaillants non identifiés.

Il avait été grièvement blessé lors de cette attaque et évacué vers un hôpital de Dakar où il a été soigné.

Nous adressons nos plus sincères condoléances à sa famille, au Gouvernement et au peuple togolais.

Somalie

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Somalie, M. James Swan, a rencontré hier le Président Said Abdullahi Deni et des membres de son cabinet à Garowe, la capitale de l’État du Puntland.

M. Swan a indiqué que cette visite était une nouvelle occasion bienvenue pour lui d’entendre directement les dirigeants du Puntland faire le point sur les progrès réalisés dans le cadre de leur ambitieux programme.

Il a félicité les dirigeants du Puntland pour le succès de la récente conférence sur les investissements et le lancement des vols d’Ethiopian Airlines vers Garowe, notant que ces événements étaient un signe positif de la reprise économique au Puntland.

Somalie / Soudan du Sud – Inondations

En Somalie, des pluies saisonnières ont commencé tôt dans de nombreuses régions du pays et ont entraîné des inondations dans les États de Hirshabelle, de Jubaland et du Sud-Ouest.

On estime que plus de 180 000 personnes auraient été déplacées jusqu’à présent.  Les terres agricoles, les infrastructures et les routes ont été détruites et les moyens de subsistance ont été perturbés dans certaines des zones les plus touchées.

Le Soudan du Sud fait également face à de graves inondations saisonnières qui ont dévasté de vastes régions du pays depuis juillet.  Environ 900 000 personnes sont touchées, y compris des personnes déplacées, des réfugiés et leurs communautés d’accueil.  Les pluies vont probablement se poursuivre pendant encore quatre à six semaines, mettant encore davantage de personnes en danger.

Les fortes pluies ont touché des zones déjà confrontées à de grands besoins humanitaires.  Des dommages considérables aux cultures, aux terres arables et au bétail sont à prévoir.

Dans les deux pays, les partenaires humanitaires s’emploient à renforcer leur capacité de réaction.

Zambie – Lancement du plan d’aide humanitaire

Afin d’appuyer le Gouvernement zambien, l’ONU et ses partenaires humanitaires ont lancé un plan d’aide humanitaire de sept mois visant à répondre aux besoins humanitaires croissants provoqués, dans le sud du pays, par la saison des pluies la plus faible enregistrée depuis 1981.

Plus de 2,4 millions de personnes, sur une population totale de 17 millions environ, devraient faire face à une insécurité alimentaire sévère pendant la période de soudure, qui s’étend d’octobre à mars 2020, avec au moins 430 000 personnes en situation d’urgence.

En réponse à cette crise, l’ONU et les ONG internationales cherchent à lever 89,5 millions de dollars pour fournir une aide humanitaire immédiate et une aide au relèvement rapide à 2,3 millions de personnes pendant sept mois.  La majeure partie de ce plan concerne l’aide alimentaire.

Myanmar

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique qu’il est profondément préoccupé par l’impact de l’intensification des combats dans l’État rakhine, au Myanmar, où des civils ont été pris au piège dans des affrontements qui ont opposé, ces derniers jours, l’armée du Myanmar et l’Armée arakanaise dans la municipalité de Rathadaung.  Des violations des droits de l’homme et des abus continuent d’être signalés.

Quelque 32 000 personnes sont toujours déplacées dans les États rakhine et chin, auxquelles s’ajoutent 128 000 personnes déplacées -principalement des Rohingya- qui demeurent dans des camps dans l’État rakhine, nombre d’entre elles depuis plus de sept ans.

L’insécurité et les restrictions d’accès dans une grande partie de l’État rakhine empêchent les organisations humanitaires d’évaluer et de répondre aux besoins des personnes touchées.

L’ONU appelle toutes les parties au conflit à se conformer au droit international humanitaire, à assurer la protection des civils et à faciliter l’accès, en temps utile, aux personnes dans le besoin.  Le plan d’aide humanitaire de cette année cherche à lever 214,4 millions de dollars pour venir en aide à un million de personnes dans le besoin au Myanmar.  Ce plan a obtenu, pour le moment, 78,5% de son financement.

De son côté, l’Envoyée spéciale du Secrétaire général, Mme Christine Schraner Burgener, a exprimé à plusieurs reprises son inquiétude au sujet de l’impact des affrontements entre l’armée arakanaise et les militaires du Myanmar sur l’aggravation de la situation précaire de Rakhine, une des régions les plus pauvres du pays.

Venezuela – Réfugiés et migrants

La conférence de solidarité internationale sur la crise des réfugiés et des migrants au Venezuela a débuté, aujourd’hui, à Bruxelles.

Organisée conjointement par l’Union européenne, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), cette conférence a pour objectif de mobiliser l’appui et de manifester la solidarité de la communauté internationale envers les pays hôtes touchés.

Selon les estimations, près de 4,5 millions de Vénézuéliens ont fui en raison des troubles politiques, de l’instabilité socioéconomique et de la crise humanitaire qui sévissent dans leur pays.

La communauté internationale s’emploie activement à aider les pays hôtes qui assument le fardeau de la crise des réfugiés et des migrants.

Nomination

Le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, a annoncé, vendredi après-midi, la nomination de M. David McLachlan-Karr, de l’Australie, comme Représentant spécial adjoint à la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO).  Il occupera également les fonctions de Coordonnateur résident des Nations Unies et Coordonnateur des opérations humanitaires dans ce pays.

Journée mondiale du patrimoine audiovisuel

La Journée mondiale du patrimoine audiovisuel a été célébrée hier.

La Conférence générale de l’UNESCO a approuvé la commémoration de cette célébration en 2005 en tant que mécanisme permettant de sensibiliser le grand public à la nécessité de préserver et de sauvegarder le matériel audiovisuel important pour les générations futures et aux mesures urgentes à prendre pour conserver ce patrimoine et en garantir l’accessibilité au public, maintenant et à l’avenir.

Dans un message spécial adressé à la Conférence mondiale des radiocommunications, qui se tient actuellement à Charm el-Cheikh, en Égypte, le Secrétaire général a souligné à quel point la technologie des radiocommunications avait transformé le partage d’informations, révolutionné les industries, sauvé des vies et favorisé le développement.

Il a souligné que des technologies telles que la 5G, les stations de plate-forme à haute altitude et les communications par satellite sont très prometteuses pour aider à réduire la fracture numérique et faire progresser les objectifs de développement durable.

Conférence de presse

Demain, à 10 heures, le Président de la Cour internationale de Justice (CIJ), le juge Abdulqawi A. Yusuf, fera le point sur le rôle et la juridiction de la Cour, ses dernières activités et le volume du contentieux actuel.

 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.