Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 14 octobre 2019

DBF191014
14 octobre 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 14 octobre 2019

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Syrie

Le Secrétaire général est gravement préoccupé par les développements militaires dans le nord-est de la Syrie, lesquels auraient déjà causé de nombreuses victimes civiles et la fuite d’au moins 160 000 personnes.  Le Secrétaire général ne cesse d’appeler à un maximum de retenue et souligne que toute opération militaire doit pleinement respecter le droit international, y compris la Charte des Nations Unies et le droit international humanitaire.

Le Secrétaire général appelle à une désescalade immédiate et exhorte toutes les parties à répondre à leurs préoccupations par des moyens pacifiques.

Le Secrétaire général souligne que les civils qui ne prennent pas part aux hostilités doivent être protégés en tout temps.  De même, les infrastructures civiles doivent être protégées conformément au droit international humanitaire.  Le Secrétaire général reconnaît en particulier les vulnérabilités des déplacés.  Il souligne en outre qu’un accès humanitaire sûr, sans entrave et constant aux civils dans le besoin doit être garanti, y compris par des modalités transfrontières pour permettre aux Nations Unies et à leurs partenaires humanitaires de continuer à accomplir leur travail vital dans le nord de la Syrie.

Le Secrétaire général note aussi avec préoccupation que les opérations militaires actuelles pourraient mener à la libération involontaire d’individus associés à Daech, avec les conséquences que l’on sait. 

Le Secrétaire général rappelle la résolution 2254 (2015) du Conseil de sécurité qui souligne que toute solution à la crise syrienne doit réaffirmer la souveraineté, l’indépendance, l’unité et l’intégrité territoriale de la Syrie.

Situation humanitaire en Syrie

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a annoncé que, depuis le 9 octobre, des populations ont été déplacées par les violences dans les zones situées autour de Tell Abiad et de Ras el-Aïn, en Syrie.  La plupart de ces personnes sont hébergées par des parents ou des communautés d’accueil, mais un nombre croissant arrive dans des abris un peu partout dans la région.

Les derniers combats contribuent à l’aggravation de la situation humanitaire déjà dramatique dans le nord-est de la Syrie.  Sur les trois millions de femmes, d’enfants et d’hommes vivant dans le nord-est, 1,8 million ont déjà besoin d’une aide humanitaire, dont plus de 910 000 de toute urgence.  Près de 710 000 personnes vivant dans la région étaient déjà déplacées à l’intérieur du pays avant le début des hostilités.

L’OCHA est extrêmement préoccupé par le sort de milliers de personnes vulnérables, notamment des femmes et des enfants vivant dans divers camps de déplacés, dont el-Hol, où se trouvent actuellement plus de 68 000 personnes, dont 94% de femmes et d’enfants.

L’ONU poursuit sa planification d’urgence et les travailleurs humanitaires s’engagent à rester sur place, mais l’Organisation s’inquiète pour leur sécurité.  Parallèlement, le Programme alimentaire mondial (PAM) a jusqu’à présent fourni une aide immédiate à plus de 70 000 personnes fuyant les villes de la région.  Le PAM est profondément préoccupé par la sécurité des civils victimes de la violence et insiste pour que les voies d’approvisionnement vitales restent ouvertes et sûres pour les livraisons d’articles humanitaires.  L’agence remet aux familles hébergées dans des centres des aliments prêts à la consommation qui ne nécessitent pas de cuisson préalable, tandis que celles hébergées dans des communautés hôtes reçoivent un colis alimentaire régulier.

Sur le front politique, M. Geir Pedersen, Envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, a rencontré aujourd’hui les 28 ministres des affaires étrangères de l’Union européenne à Luxembourg.  Il a exprimé sa profonde inquiétude devant les développements dans le nord-est de la Syrie.  Il a exhorté les parties concernées à s’abstenir de toute action de nature à mettre en péril les civils, à porter atteinte à la souveraineté nationale, à aggraver une situation déjà précaire et à mettre en péril les efforts déployés sur le front politique.

Au cours du week-end, M. Pedersen a consulté le Comité national syrien à Riyad.  Il se rendra très bientôt à Damas, soulignant la nécessité pour tous de travailler de manière constructive à la réalisation des objectifs du Comité constitutionnel.

Nomination

Le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, a annoncé aujourd’hui la nomination d’Helen Meagher La Lime, des États-Unis, au poste de Représentante spéciale pour Haïti et Chef du Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH).

Mme La Lime est, depuis 2018, la Représentante spéciale du Secrétaire général à la tête de la Mission pour l’appui à la justice des Nations Unies en Haïti (MINUJUSTH).

Guinée

En réponse à des questions de journalistes sur la situation en Guinée, le Porte-parole a déclaré que le Secrétaire général suivait avec de plus en plus d’inquiétude la situation en Guinée, où des manifestations contre une proposition gouvernementale d’amender la Constitution se sont déroulées aujourd’hui, le 14 octobre.

Le Secrétaire général appelle toutes les parties prenantes à recourir à un dialogue politique inclusif pour résoudre leurs différends.  Il répète que la liberté d’expression et de réunion pacifique sont des droits fondamentaux et appelle les forces de sécurité à faire preuve de la plus grande retenue et à respecter les normes internationales applicables en matière de droits de l’homme lorsqu’elles réagissent à toute manifestation.  Il appelle également tous les acteurs à prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter que la situation actuelle n’empire et ne sape la paix et la stabilité dans le pays et la région.

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel continue de surveiller la situation dans le pays et reste en contact avec les principales parties prenantes nationales dans le but de réduire les tensions et de promouvoir un environnement pacifique en prévision des élections législatives et de l’présidentielle de 2020 dans le pays. 

Mali

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a annoncé que des centaines de personnes ont manifesté samedi dans la ville de Sevaré, dans la région de Mopti, où elle se sont dirigées vers le camp de la Mission.

Les manifestations ont rapidement dégénéré, les manifestants jetant des pierres et scandant des slogans anti-ONU.  Ils ont pénétré par effraction dans plusieurs des conteneurs de stockage de la Mission, situés devant le camp, causant des dégâts matériels.

Les Forces de défense et de sécurité maliennes et la police des Nations Unies ont dispersé la foule.

Dans une déclaration publiée ce week-end, la MINUSMA a réitéré son soutien à la liberté d’expression et au droit de manifester pacifiquement, tout en condamnant fermement les actes de vandalisme.

Aujourd’hui, le Gouvernement a réitéré son ferme soutien à l’ONU et rappelé que la Mission de maintien de la paix se trouve dans le pays pour soutenir les Forces de défense et de sécurité maliennes.  À titre d’exemple, il a souligné le soutien fourni par l’ONU à la suite des attaques de Boulikessi contre l’armée malienne il y a deux semaines.

Burkina Faso

Dans une déclaration rendue publique au cours du week-end, le Secrétaire général a condamné fermement l’attaque perpétrée contre une mosquée dans la ville de Salmossi, au nord du Burkina Faso, lors de la prière du vendredi 11 octobre.

Le Secrétaire général a exprimé ses plus sincères condoléances aux familles des défunts, au peuple et au Gouvernement burkinabé.  Il a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Le Secrétaire général a renouvelé l’engagement des Nations Unies à travailler avec le Burkina Faso pour promouvoir la cohésion sociale et faire en sorte que le pays reste sur la voie du développement durable.

Somalie

Dans une déclaration rendue publique au cours du week-end, le Secrétaire général a vigoureusement condamné l’attaque au mortier commise le 13 octobre contre l’Aéroport international d’Aden Adde, laquelle a touché les locaux de la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) et des Nations Unies.  Le Secrétaire général a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Il a réitéré son ferme appui à tous les collègues de l’ONU en Somalie.  Il a réaffirmé que les Nations Unies demeurent déterminées à aider le Gouvernement fédéral de la Somalie et tous les Somaliens dans leur quête de paix et de stabilité.

Équateur

Dans une déclaration rendue publique au cours du week-end, le Secrétaire général a salué l’annonce sur le lancement d’un processus de dialogue entre le Gouvernement de l’Équateur et les organisations autochtones, facilité par la Conférence épiscopale et les Nations Unies.  Il a appelé tous les concernés à s’engager dans des discussions inclusives et substantielles et à travailler de bonne foi à une solution pacifique aux problèmes urgents du pays.

Le Secrétaire général a aussi appelé tous les acteurs à réduire les tensions, à s’abstenir d’actes de violence et à faire preuve d’un maximum de retenue. 

Japon

Dans une déclaration rendue publique au cours du week-end, le Secrétaire général a indiqué qu’il avait appris avec tristesse les informations sur les pertes en vies humaines et les dégâts importants causés par le typhon Habigis au Japon.  Il a présenté ses sincères condoléances aux familles des victimes ainsi qu’au Gouvernement et au peuple japonais.  Il a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

En cette Journée internationale pour la réduction des risques de catastrophes, le Secrétaire général a souligné l’importance qu’il y a à investir dans la résilience climatique et reconnu le rôle de leadership que le Japon a joué dans ce domaine, comme l’illustre la préparation vaste et efficace à ce dernier évènement climatique extrême.

L’ONU a exprimé sa solidarité avec le Gouvernement et le peuple japonais.

Afghanistan

La Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) a exhorté les autorités afghanes à préserver et à achever le processus électoral en cours.

Dans une déclaration, la Mission a rappelé que cette élection présidentielle était la première complètement organisée par les autorités afghanes depuis 2001 et qu’elle marque une étape importante dans la transition de l’Afghanistan vers l’autosuffisance.

La Mission a également souligné que tous les Afghans participant au processus devaient démontrer leur détermination à préserver et à finaliser l’élection, ainsi qu’à protéger l’intégrité du processus, en particulier s’agissant de la compilation et de l’annonce des résultats.

Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR)

Selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), plus de 80 000 réfugiés et migrants sont arrivés en Europe via les routes de la Méditerranée.  Plus du quart d’entre eux étaient des enfants, beaucoup voyageant sans leurs parents.

Dans un nouveau rapport intitulé Desperate Journeys, le HCR a reconnu les mesures positives prises dans toute l’Europe pour améliorer la protection des réfugiés et des migrants.  Mais l’agence appelle également les États européens à intensifier leurs efforts pour protéger les enfants réfugiés et migrants en prenant des mesures telles que: mettre fin à la détention des enfants migrants au titre de l’immigration, nommer des tuteurs ou des travailleurs sociaux qualifiés et veiller à ce que les enfants réfugiés et migrants puissent recevoir une éducation.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.