Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 3 octobre 2019

DBF191003
3 octobre 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 3 octobre 2019

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Fin du débat général

Un total de 195 orateurs ont participé cette année au débat général, dont le Saint-Siège, l’État de Palestine et l’Union européenne.  L’Ouzbékistan a été le seul absent d’un débat qui a entendu 82 chefs d’État et 43 chefs de gouvernement.

Il y a eu 16 femmes, soit 8,2% seulement des orateurs, donc un peu moins que l’année dernière où 19 femmes avaient parlé, soit 9,8% du nombre total des intervenants.  Pour placer les choses dans le contexte, au premier jour du débat général, deux femmes chefs d’État et une femme chef de gouvernement ont parlé contre 28 hommes chefs d’État et cinq hommes chefs de gouvernement. 

Le discours le plus long, celui du Pakistan, a duré 50 minutes alors que le Rwanda remportait le prix de la brièveté.

En marge du débat général, se sont tenus le Sommet Action Climat 2019 et six autres réunions importantes.  En outre, entre le 23 et le 30 septembre, 1 674 réunions bilatérales ont été tenues au Siège de l’ONU.  Au 30 septembre, on était parvenu à 566 autres réunions, dont celles des groupes régionaux et des entités du système des Nations Unies.  Le Bureau du Porte-parole a, pour sa part, publié 137 comptes rendus des réunions bilatérales du Secrétaire général.

Climat

Dans une tribune publiée aujourd’hui dans plusieurs médias dans le monde, le Secrétaire général souligne que, s’il y a encore beaucoup à faire, le mouvement pour le climat a en tout cas été lancé.  Les jeunes gens et les leaders du monde des affaires, des finances, des gouvernements et de la société civile se mobilisent et agissent, comme on l’a vu avant et pendant le Sommet Action Climat, la semaine dernière.

Le Secrétaire général souligne, dans sa tribune, quelques-uns des engagements pris pendant le Sommet, où plus de 70 pays se sont, par exemple, engagés à réaliser la neutralité carbone d’ici à 2050 et à booster, d’ici à 2020, les plans nationaux qu’ils ont élaborés en vertu de l’Accord de Paris. 

Le Secrétaire général ajoute que les mesures annoncées sont toutes importantes mais pas suffisantes et a promis qu’il continuera à encourager les leaders à faire beaucoup plus et à promouvoir des solutions économiques vertes partout dans le monde.

Diogo Freitas do Amaral

Dans une déclaration publiée aujourd’hui, le Secrétaire général exprime sa profonde tristesse après la mort de son compatriote, le professeur Diogo Freitas do Amaral, juriste, universitaire et politicien brillant qui a consacré toute sa vie à la fonction publique.  Il a été Président de la cinquantième session de l’Assemblée générale.

Le Secrétaire général présente ses condoléances à son épouse et à toute sa famille.  

Iraq

La Représentante spéciale du Secrétaire général pour l’Iraq s’est entretenue avec un certain nombre de manifestants hier soir à Bagdad et leur a réitéré son appel au calme, soulignant l’importance d’un dialogue direct entre les gens dans la rue et le leadership iraquien.

Elle a dit aux manifestants que leurs revendications sont tout à fait légitimes et justifiées, qu’il s’agisse des réformes économiques, de l’emploi, des services publiques fiables, de responsabilité ou encore d’une gouvernance prudente et impartiale.

La Représentante spéciale a exhorté les autorités à faire preuve d’un maximum de retenue dans la gestion des manifestations et à laisser de l’espace aux manifestants pour qu’ils puissent s’exprimer librement, dans le respect de la loi.

La situation actuelle limite la faculté des agents humanitaires à travailler et à fournir l’aide en dehors de Bagdad.  Un nombre estimé à 6,7 millions de personnes a toujours besoin d’une assistance humanitaire en 2019.

Haïti

L’ONU suit toujours de près la situation en Haïti.

Elle encourage tous les acteurs à s’abstenir d’actes de violence, à respecter les droits de l’homme et à permettre le fonctionnement normal des hôpitaux et des services de secours ainsi que le travail des agents humanitaires qui aident les populations les plus vulnérables.

Mali

Des soldats maliens ont été tués et blessés lors des attaques perpétrées au début de la semaine.

La Mission des Nations Unies a aidé, hier, les autorités à transporter des troupes maliennes supplémentaires pour renforcer la sécurité à Boulekessi, l’endroit où a eu lieu l’une des attaques.

La Mission a aussi prêté main forte à l’évacuation des soldats maliens blessés.

République centrafricaine

Le Secrétaire général aux opérations de paix, M. Jean-Pierre Lacroix, devrait arriver demain à Bangui pour une mission conjointe de haut niveau.  Il sera rejoint par le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine, M. Smail Chergui, et le Directeur général de l’Union européenne pour les affaires africaines, M. Koen Vervaeke. 

Les trois hommes ont prévu des réunions avec les autorités, la société civile et autres personnalités pour évaluer la mise en œuvre de l’accord de paix.  Ils ont aussi l’intention de se rendre à Birao où les derniers affrontements ont contraint plus de 20 000 personnes à fuir.

C’est la seconde mission conjointe de haut niveau que la République centrafricaine reçoit depuis la signature de l’accord de paix en février.

Conseil de sécurité

L’Envoyé spécial pour la région des Grands Lacs, M. Huang Xia, a dit aujourd’hui que la région prend des mesures positives en faveur de la stabilité, lesquelles devraient être pleinement appuyées par la communauté internationale.

Dans son exposé au Conseil de sécurité, l’Envoyé spécial a souligné que le renforcement de la coopération régionale et des programmes de développement sera essentiel pour s’attaquer aux causes sous-jacentes de l’instabilité et permettre à la population de bénéficier des ressources de la région.

Il a aussi mis l’accent sur plusieurs problèmes qui doivent être réglés, dont l’exploitation illicite des ressources et les activités des groupes armés locaux et étrangers dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), qui ont provoqué la fuite de milliers de personnes.

Il a ajouté, que même si l’option militaire demeure cruciale pour s’attaquer à la menace des groupes armés, des programmes complémentaires doivent être mis en place, avec l’appui de la communauté internationale pour faciliter le désarmement, le rapatriement et la réintégration volontaires de ces groupes dans leur pays d’origine et dans les communautés.  Des projets transfrontaliers sont aussi nécessaires pour générer des emplois pour les jeunes.

Le Conseil de sécurité a aussi tenu des réunions sur la Libye, le Soudan et le Soudan du Sud.  

Somalie

Un forum parrainé par les Nations Unies a fermé ses portes hier à Mogadiscio, après que les participants se sont entendus sur la manière de résoudre ensemble les problèmes restants.

Les partenaires internationaux du « Somalia Partnership Forum » ont reconnu les avancées du pays et salué son leadership pour les progrès enregistrés dans la mise en œuvre des réformes comme la gestion améliorée des finances publiques et le meilleur accès aux services sociaux.

Le forum s’est mis d’accord sur un cadre pour régler des problèmes comme la croissance économique, la lutte contre les Chabab et la réponse à la crise humanitaire. 

Djibouti

La Coordonnatrice adjointe aux secours d’urgence, Mme Ursula Mueller, est à Djibouti pour attirer l’attention sur les effets des changements climatiques et leur impact humanitaire sur le pays et la région.

Mme Mueller a souligné qu’en répondant aux besoins des plus vulnérables à Djibouti, l’aide humanitaire doit être durable mais aussi compléter les efforts de développement pour s’attaquer aux causes sous-jacentes des souffrances, en recherchant des solutions durables à la situation des réfugiés et des migrants.

Ce sont des pays comme Djibouti qui souffrent le plus des changements climatiques alors qu’ils y contribuent le moins.  Des initiatives durables pour atténuer les chocs climatiques doivent être mises en œuvre.

Afghanistan

Dans un nouveau rapport sur l’impact du conflit sur les enfants, le Secrétaire général se dit profondément troublé par l’ampleur, la gravité et la récurrence des violations graves commises contre les garçons et les filles.

Entre 2015 et la fin de 2018, plus de 12 000 enfants ont été tués ou mutilés et ce sont là des chiffres confirmés.

Le recrutement des enfants, principalement par les groupes armés, y compris les Taliban et Daech, est tout autant confirmé ainsi que les 800 attaques et plus contre les écoles et les hôpitaux.

Index des prix alimentaires

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a indiqué aujourd’hui que les prix des produits alimentaires mondiaux sont restés stables au cours de ce mois.

Le dernier indice FAO des prix des produits alimentaires affichait une moyenne de 170 points, soit une moyenne semblable à celle d’août mais en hausse de 3,3% par rapport au même mois l’année dernière.  La FAO indique que la baisse des prix du sucre a été compensée par la hausse des cotations pour les huiles végétales et la viande.

Nigéria

L’armée nigériane a mis fin, aujourd’hui, à la détention administrative de 23 garçons et 2 filles, innocentés après avoir été accusés d’avoir des liens avec des groupes armés, a indiqué le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Depuis 2016, un total de 2 499 personnes dont 1 627 enfants ont été innocentées après avoir été accusées d’être associées à des groupes armés non étatiques.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.