Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 30 juillet 2019

Dbf190730
30 Juillet 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 30 juillet 2019

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Enfants dans les conflits armés

Le Secrétaire général est découragé par le nombre croissant de violations graves perpétrées contre les enfants qui ressortent du Rapport annuel 2018 sur le sort des enfants en temps de conflit armé.  L’année dernière, les Nations Unies ont vérifié plus de 24 000 violations graves commises contre des enfants, tandis que des milliers d’autres restent en attente de vérification en raison de contraintes en matière de ressources et d’accès.  Au cours de la période considérée, les filles et les garçons ont encore une fois payé le plus lourd tribut des crises nouvelles et prolongées et ont subi des violations telles que des meurtres et des mutilations, le recrutement et l’utilisation par des forces armées et des groupes armés, des enlèvements, des violences sexuelles, des attaques contre des écoles et des hôpitaux et le déni d’accès humanitaire.

Le Secrétaire général est particulièrement consterné par le nombre d'enfants tués ou mutilés, l’an dernier, dans les 20 pays figurant à l’ordre du jour des Enfants et les conflits armés, qui a atteint plus de 12 000 garçons et filles, un niveau sans précédent.

Le Secrétaire général exhorte toutes les parties à un conflit à renforcer leur engagement auprès des Nations Unies et leur rappelle leur responsabilité de protéger les enfants.  Les parties doivent veiller à respecter les obligations qui leur incombent en vertu du droit international, y compris le respect et la protection particulière qu’accorde le droit international humanitaire aux enfants touchés par les conflits armés.  Lors de la conduite des hostilités, les parties au conflit doivent s'abstenir de diriger des attaques contre les civils, notamment les enfants, et les biens de caractère civil.  Il réitère que la paix demeure la meilleure protection pour les enfants touchés par les conflits armés et appelle toutes les parties et tous ceux qui peuvent les influencer à rechercher des accords et solutions politiques en vue de régler les conflits en cours.

Le Secrétaire général se félicite de l’engagement pris par sa Représentante spéciale, son Bureau et chaque équipe de pays, avec les parties en conflit en vue de mettre fin aux violations graves et de les éviter, donnant ainsi lieu à des mesures concrètes bénéficiant aux enfants dans plusieurs contextes.

Nigéria

Dans une déclaration publiée hier, le Secrétaire général a fermement condamné la récente vague d’attentats contre des civils au Nigéria, y compris l’attaque du 27 juillet dans l’État de Borno.

Le Secrétaire général a fait part de ses plus profondes condoléances aux familles des victimes ainsi qu’au Gouvernement et au peuple du Nigéria.  Il souhaite un prompt rétablissement aux blessés.  Il espère que les responsables de ces attaques seront rapidement traduits en justice.

Le Secrétaire général a appelé à ce que soit mis un terme à ces attaques et réaffirme que de tels actes de violence sont une grave menace à la sécurité des êtres humains et représentent une violation du droit international humanitaire.

Le Secrétaire général a réitéré la solidarité des Nations Unies avec le Gouvernement et le peuple du Nigéria dans leurs efforts pour combattre le terrorisme et l’extrémisme violent.

Syrie

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, M. Mark Lowcock, a déclaré, ce matin devant le Conseil de sécurité, qu’au cours des trois derniers mois, les bombardements du Gouvernement syrien et de la Fédération de Russie ont provoqué un carnage dans la « soi-disant » zone de désescalade d’Edleb.  Il a noté que le 26 juillet, le Haut-Commissariat aux droits de l’homme avait confirmé la mort d’au moins 450 civils depuis la fin avril, dont plus d’une centaine au cours des deux dernières semaines.

M. Lowcock a indiqué que malgré ses efforts pour travailler avec les parties au conflit pour prévenir les attaques contre les objets de caractères civils et les personnels humanitaires, il en est arrivé à la conclusion que, dans le contexte actuel, la déconfliction ne s’avère pas efficace pour assurer la protection des personnes qui utilisent le système.

Il a ajouté que certains rapports récents prétendent que l’aide humanitaire de l’ONU n’atteindrait que les personnes situées dans des zones non contrôlées par le Gouvernement et a affirmé que « c’est faux.  En fait, la plupart des personnes qui ont obtenues une aide de l’ONU se trouvent dans des zones contrôlées par le Gouvernement syrien ».  

Afghanistan

La Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) s’est félicitée aujourd’hui de la réduction du nombre de victimes civiles entre le 1er janvier et le 30 juin 2019, mais continue de considérer que l’ampleur des torts infligés aux civils reste choquante et inacceptable.

Le conflit en Afghanistan continue d’avoir un impact dévastateur sur les civils, comme le confirme la dernière mise à jour de l’ONU publiée aujourd’hui qui fait état de 3 812 victimes civiles au cours des six premiers mois de 2019.

La MANUA reconnaît que les parties ont annoncé des efforts pour réduire le nombre de victimes civiles, mais ces efforts sont insuffisants.

Alors que le nombre de civils tués et blessés est en baisse de 27% par rapport à la même période en 2018, le nombre de morts civiles a augmenté de 27% au deuxième trimestre de 2019 par rapport au premier.

La MANUA a attribué 52% de toutes les victimes civiles à des groupes antigouvernementaux, dont 38% aux Taliban, 11% à Daech/ État islamique d’Iraq et du Levant-Khorassan et 3% à des groupes non identifiés.

Journée mondiale de la lutte contre la traite d'êtres humains

La Journée mondiale de la lutte contre la traite d’êtres humains est commémorée aujourd’hui.

À cette occasion, le Secrétaire général a déclaré, dans son message, que la traite d’êtres humains est un crime odieux qui n’épargne aucune région du monde.  Selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), environ 72% des victimes recensées sont des femmes et des filles, et le pourcentage d’enfants a plus que doublé entre 2004 et 2016.  Dans la majorité des cas signalés, les victimes sont destinées à l’exploitation sexuelle; on compte aussi de nombreux cas de traite à des fins de travail forcé, de recrutement d’enfants soldats et d’autres formes d’exploitation et d’atteintes sexuelles.

Le Secrétaire général a également souligné que les conflits armés, les déplacements, les changements climatiques, les catastrophes naturelles et la pauvreté exacerbent la vulnérabilité et le désespoir qui permettent à la traite de prospérer.

Le dernier Rapport mondial sur la traite des personnes de l’ONUDC indique aussi, entre autres, que les groupes armés utilisent la traite des personnes comme stratégie pour financer leurs activités ou augmenter leur main d’œuvre dans les conflits.

Journée internationale de l’amitié

Aujourd’hui est également célébrée la Journée internationale de l’amitié.  À cette occasion, l’UNICEF et le groupe de pop stars coréennes BTS ont publié une vidéo invitant les jeunes à égayer la journée de quelqu’un avec un geste de gentillesse.

La vidéo est disponible sur le site Web de l’UNICEF.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.