Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 13 juin 2019

DBF190613
13 juin 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 13 juin 2019

(La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Secrétaire général au Conseil de sécurité

Ce matin, le Secrétaire général est intervenu au cours d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la coopération entre l’ONU et la Ligue des États arabes.

Le Secrétaire général a pris note, avec une profonde préoccupation, de l’incident sécuritaire qui a eu lieu ce matin dans le détroit d’Ormuz et a fermement condamné toute attaque contre des navires civils.

« Les faits doivent être établis et les responsabilités clarifiées », a-t-il dit.  « S’il y a une chose que le monde ne peut pas se permettre, c’est une confrontation majeure dans la région du Golfe. »

S’agissant de la coopération avec les organisations régionales, il a réitéré que cette question a été une de ses priorités depuis le premier jour afin de prévenir les conflits et d’assurer une paix durable.  Notre coopération avec la Ligue des États arabes est essentielle, a-t-il dit.

Tout en reconnaissant les défis qu’affronte la région, le Secrétaire général a insisté sur les potentiels « d’action qui apporteront de véritables changements pour les populations du monde arabe et au-delà ».

Il a également annoncé que le Bureau de liaison de l’ONU auprès de la Ligue des États arabe, au Caire, sera opérationnel ce mois-ci et a remercié le Gouvernement de l’Égypte pour l’appui qu’il accorde à cet établissement.

Demain matin, le Secrétaire général rencontrera le Secrétaire général de la Ligue des États arabes, M. Ahmed Aboul Gheit, dans son bureau.  Une rencontre avec les médias sera organisée à l’issue de leurs discussions.

Syrie

L’ONU demeure alarmée par l’impact humanitaire catastrophique des hostilités qui se déroulent actuellement dans la zone de désescalade située dans le nord-ouest de la Syrie, notamment dans le nord d’Hama et le sud d’Edleb.

Le Bureau de la Haut-Commissaire aux droits de l’homme a recensé plusieurs incidents, depuis le début des hostilités le 29 avril, au cours desquels au moins 231 civils, dont 69 femmes et 81 enfants, ont été tués, et des dizaines d’autres blessés.

Plus de 300 000 personnes ont pris la fuite en direction de la frontière avec la Turquie.  Les camps de personnes déplacées sont surpeuplés, et de nombreuses personnes sont contraintes de rester à ciel ouvert ou sous des arbres.

Des informations faisant état de lourds combats, de frappes aériennes et de bombardements à l’artillerie lourde sur plusieurs fronts dans le nord de la province d’Hama rural persistent en dépit de l’annonce, hier, d’un cessez-le-feu entre les parties au conflit.

L’ONU exhorte les parties au conflit à se réengager pleinement en faveur des dispositifs de cessez-le-feu agréés, en septembre dernier, par la Russie et la Turquie, et rappelle à toutes les parties leur obligation, en vertu du droit international humanitaire, de protéger les civils et les infrastructures civiles et de respecter le principe de distinction et de proportionnalité.

Mali

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Mali, M. Mahamat Saleh Annadif, est intervenu, hier après-midi, devant le Conseil de sécurité.

Il a indiqué à ses membres que l’attaque perpétrée dimanche dans le centre du Mali était un nouveau rappel de la gravité de la situation.  Il a mis l’accent sur les mesures prises depuis le mois de mars pour améliorer la protection des civils, notamment l’augmentation du nombre de patrouilles et d’actions visant à promouvoir la réconciliation.

« Le cycle infernal de la violence doit cesser », a-t-il dit, soulignant l’importance de combattre l’impunité.

Hier, la Représentante spéciale du Secrétaire général pour le sort des enfants en temps de conflit armé, Mme Virginia Gamba; le Conseiller spécial du Secrétaire général pour la prévention du génocide, M. Adama Dieng; et la Conseillère spéciale du Secrétaire général pour la responsabilité de protéger, Mme Karen Smith, ont publié une déclaration commune dans laquelle ils condamnent l’attaque du 9 juin et appellent à prendre des mesures immédiates pour amorcer une désescalade des violences intercommunautaires et ethniques et des attaques de représailles qui se produisent dans le centre du Mali.

Yémen

Le Chef de la Mission des Nations Unies en appui à l’Accord sur Hodeïda (MINUAAH), le général de corps d’armée Michael Lollesgaard, a transmis un rapport d’étape aux parties au sujet du redéploiement initial entrepris par Ansar Allah depuis les trois ports de Hodeïda, Salif et Ras Issa, situés en mer Rouge.  Cette mise à jour a été publiée hier.

Le général de corps d’armée Lollesgaard a noté que depuis le 14 mai, aucune présence militaire houthiste n’a été détectée dans ces ports par les patrouilles de vérification effectuées régulièrement par la MINUAAH.  Il a appelé Ansar Allah à achever de manière expéditive le retrait de toute manifestation militaire, y compris des tranchées, dans le cadre de son engagement envers le processus.

Il a aussi réitéré que les premiers redéploiements depuis ces ports étaient significatifs, non seulement parce qu’il s’agit de la première étape des redéploiements plus large à Hodeïda, mais également du fait qu’ils transforment les ports en un « espace civil » qui facilite le travail de la Yemen Red Sea Ports Corporation, appuyée par l’ONU.

Notant la poursuite de l’engagement des parties envers l’Accord sur Hodeïda, le général de corps d’armée Lollesgaard les a exhortées à finaliser les négociations qui demeurent en suspens afin d’assurer la pleine mise en œuvre des phases 1 et 2.

Ebola

Alors que des cas d’Ebola ont été confirmé en Ouganda, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a reconvoqué le Comité d’urgence du Règlement sanitaire international.  Cette réunion se déroulera demain, à Genève.  Son objectif est d’évaluer si l’épidémie constitue une urgence de santé publique de portée internationale.  Ce sera la troisième réunion du Comité depuis le début de l’irruption de la maladie en République démocratique du Congo (RDC).

En date de ce matin, la RDC comptait 2 084 cas, avec 1 405 décès, tandis que les autorités ougandaises signalaient deux décès liés à l’Ebola.

Climat

L’ONU se félicite de l’annonce, par « Government Pension Fund Global », de la Norvège, de donner le feu vert au plus important désinvestissement de combustibles fossiles enregistré à ce jour en éliminant plus de 13 milliards de dollars en placement.

Le Bureau du Pacte mondial a indiqué qu’une importante coalition d’entreprises, de la société civile et de dirigeants de l’ONU continue d’appeler à l’action pour que les sociétés privées fassent des contributions critiques et nécessaires pour réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de limiter les impacts les plus graves des changements climatiques.

À l’approche de la tenue, en septembre, du Sommet Action Climat du Secrétaire général, les PDG sont mis au défi de fixer des cibles encore plus ambitieuses pour leur entreprises, dans la lignée du rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) qui appelle à limiter la hausse des températures mondiales à 1,5 °C au-dessus des niveaux préindustriels.

Cet appel à l’action s’est fait sous la forme d’une lettre ouverte adressée à des dirigeants d’entreprise et signée par Mme Lise Kingo, Cheffe du Bureau du Pacte mondial, et plus de 20 autres dirigeants, dont Mme María Fernanda Espinosa Garcés, Présidente de l’Assemblée générale; Mme Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de la Convention-cadre sur les changements climatiques (CCNUCC); Mme Jayathma Wickramanayake, Envoyée du Secrétaire général pour la jeunesse; et M. Paul Polman, défenseur des objectifs de développement durable et ancien PDG d’Unilever.

Forum économique mondial

Cet après-midi, le Secrétaire général et le fondateur du Forum économique mondial, M. Klaus Schwab, signeront un mémorandum d’accord pour établir un partenariat stratégique entre l’ONU et le Forum économique mondial, lequel établira des domaines de coopération afin de renforcer l’engagement entre les deux institutions et d’accélérer la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030

Rapports de l’ONU

Une étude de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) publié par le Lancet n’a pas établi de lien entre le risque d’infection au VIH/sida et les méthodes contraceptives employées par les femmes.  Cette étude a été menée dans quatre pays d’Afrique ayant une forte incidence du VIH, à savoir l’Afrique du Sud, l’Eswatini, le Kenya et la Zambie, avec la participation de plus de 7 200 femmes séronégatives et sexuellement actives qui ont employé trois différentes méthodes de contraceptions réversibles.

Cette étude a conclu, cependant, que l’incidence d’infection au VIH parmi les participantes était élevée, avec une moyenne de 3,8% par an, ce qui indique que le VIH demeure un risque personnel et un défi de santé publique important pour de nombreuses femmes dans ces pays.

Par ailleurs, un nouveau rapport publié par l’UNICEF indique que la Suède, la Norvège, l’Islande, l’Estonie et le Portugal offrent les politiques les plus propices à la famille parmi les 31 pays les plus riches du monde.

Ces politiques portent notamment sur la durée du congé parental à plein solde et les services de garde pour les enfants entre 0 et 6 ans.

Albinisme

La Journée internationale de sensibilisation à l’albinisme est célébrée aujourd’hui avec pour thème, cette année, « Toujours la tête haute ».  Il s’agit d’un appel à reconnaître, célébrer et exprimer sa solidarité avec les personnes atteintes d’albinisme dans le monde entier et à soutenir leur cause - de leurs réalisations et pratiques positives à la promotion et à la protection de leurs droits fondamentaux.

Les personnes atteintes d’albinisme ont été confrontées et continuent de faire face à la stigmatisation, la discrimination, à des obstacles dans les domaines de la santé et de l’éducation et à l’invisibilité dans les sphères sociales et économiques.

Comme marque de solidarité, la campagne appelle à utiliser les hashtags #stillstrong, #AlbinismDay, et #standupforhumanrights.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.