Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 21 mai 2019

Dbf190521
21 mai 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 21 mai 2019

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Libération de Moncef Kartas

L’ONU a été informée dans la matinée qu’après révision du dossier dans l’affaire Moncef Kartas, une cour d’appel tunisienne avait décidé de libérer le membre du groupe d’experts du Comité des sanctions du Conseil de sécurité concernant la Libye.  « Nous sommes très encouragés par ce développement », a déclaré M. Dujarric.  « Nous attendons avec impatience la confirmation de sa libération effective. »

Le Porte-parole de M. Guterres a indiqué que l’ONU tentait actuellement d’obtenir des informations complémentaires auprès du Gouvernement tunisien, notamment en ce qui concerne l’état d’avancement des procédures judiciaires engagées contre M. Kartas.

Secrétaire général – Afrique

Plus tôt dans la journée, le Secrétaire général s’est exprimé lors de la deuxième édition du Cycle de conférences sur l’Afrique

À cette occasion, M. Guterres a déclaré que l’ONU et l’Union africaine continuaient d’approfondir leur partenariat stratégique, suite notamment à l’adoption récente par le Conseil de sécurité, à l’unanimité, d’une résolution sur les mesures à prendre pour mettre fin aux conflits en Afrique.

Toutefois, le Secrétaire général a déclaré que les deux organisations faisaient face à « des vents contraires » sur le continent, comme en témoigne, selon lui, la situation en Libye, au Soudan, au Soudan du Sud et en République centrafricaine.

M. Guterres a cependant salué les pays africains pour leur « tradition d’ouverture de leurs frontières, de leurs portes et de leurs cœurs » aux réfugiés et aux personnes déplacées.

La Vice-Secrétaire générale, Mme Amina J. Mohammed, devait également s’exprimer lors de l’évènement, à 15 heures.

Secrétaire général – Système des Nations Unies pour le développement

Dans la matinée également, le Secrétaire général a tenu les États Membres informés des progrès réalisés dans la mise en œuvre d’un système des Nations Unies pour le développement adapté au XXIe siècle, afin d’aider les pays à réaliser le Programme de développement durable à l’horizon 2030.

M. Guterres a déclaré à cette occasion que, depuis l’annonce d’un nouveau système des Nations Unies pour le développement, le 1er janvier dernier, l’ONU avait bien avancé sur la voie de la transformation.

Le Secrétaire général a notamment précisé que le système des coordonnateurs résidents des Nations Unies avait été modernisé et que le Bureau de la coordination des activités de développement (BCAD) était désormais opérationnel.  Entre autres évolutions, M. Guterres a également mentionné les progrès de mise en œuvre d’une nouvelle génération d’équipes de pays des Nations Unies.

Le Secrétaire général a noté que des efforts importants avaient été déployés pour coordonner les différents éléments du système, dans le but d’améliorer son efficacité.

« Notre objectif est clair.  La recherche d’économies n’est pas une fin en soi.  Notre objectif est de renforcer notre réponse au Programme 2030.  Chaque dollar économisé est un dollar qui peut être réinvesti dans des activités de développement », a-t-il déclaré.

Demain, mercredi 22 mai, la Vice-Secrétaire générale présentera aux États Membres le rapport de M. Guterres sur la question au Conseil économique et social (ECOSOC), ainsi que son propre rapport à l’ECOSOC sur le nouveau Bureau de la coordination des activités de développement.

Libye

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye, M. Ghassan Salamé, a indiqué ce matin au Conseil de sécurité que la Libye était sur le point de sombrer dans une guerre civile, qui risque de diviser le pays de manière irréversible.  Il faudra des années pour réparer les dégâts déjà causés, à supposer que le conflit prenne fin dès maintenant, a souligné le Chef de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL).

La situation des migrants et des réfugiés en Libye, qui était déjà désastreuse avant le conflit, n’a fait qu’empirer, a ajouté M. Salamé.  Près de 3 400 réfugiés et migrants sont en effet bloqués dans des centres de détention, au beau milieu ou à proximité des combats en cours, a-t-il précisé.

Le Représentant spécial a en outre indiqué que Daech et Al-Qaida avaient d’ores et déjà bénéficié du vide sécuritaire causé par le retrait de nombreuses troupes du général Haftar du sud du pays et par la concentration des efforts occidentaux sur la défense de la capitale.

M. Salamé a demandé aux membres du Conseil d’exiger des parties qu’elles mettent fin aux combats et coopèrent avec la MANUL pour garantir la cessation complète des hostilités et le retour à un processus politique, sous la houlette exclusive de l’ONU.

L’ONU a par ailleurs salué le retour de l’approvisionnement en eau à Tripoli, à partir de la principale installation de distribution d’eau de la ville.  L’arrêt du projet de la grande rivière artificielle, le 19 mai dernier, avait déjà contribué à réduire la distribution d’eau dans la capitale ainsi que dans d’autres villes du nord-ouest du pays, et menaçait de couper complètement l’approvisionnement en eau de plus de deux millions de personnes.

Cette reprise ne résout cependant pas la pénurie d’eau persistante à Tripoli, qui constitue une source de préoccupation majeure, en particulier avec la hausse des températures durant l’été.  En raison des affrontements qui se sont déroulés récemment à Tripoli et dans les environs, le personnel de maintenance de l’installation d’eau a été évacué le mois dernier et aucun travail de maintenance n’est actuellement en cours.  Cela a entraîné une réduction de l’approvisionnement en eau de la ville de 37% et de 25% dans d’autres régions du pays depuis la reprise des combats.

Syrie

L’Envoyé spécial pour la Syrie, M. Geir Pedersen, est à Amman (Jordanie) pour des consultations avec le Gouvernement jordanien.  Plus tôt dans la journée, il avait une réunion avec le Ministre des affaires étrangères, M. Ayman al-Safadi.  L’Envoyé spécial apprécie le soutien de la Jordanie aux efforts déployés par l’ONU pour faciliter un processus politique en Syrie fondé sur la résolution 2254 du Conseil de sécurité ainsi que son hospitalité pour les réfugiés syriens.

Hier, M. Pedersen est allé rencontrer des réfugiés syriens dans les camps de Mafraq et de Zaatari en Jordanie.  Il a écouté leurs histoires, parlant avec des femmes, des hommes et des enfants de leur parcours personnel dans le contexte de cet horrible conflit et de leurs aspirations pour un avenir digne.  Il reconnaît et apprécie les efforts considérables déployés par le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) et d’autres entités onusiennes, ainsi que par le Gouvernement jordanien pour son soutien continu aux réfugiés syriens qui s’y trouvent.

L’ONU reste profondément alarmée par les informations faisant état de frappes aériennes, de tirs d’artillerie et d’affrontements dans les zones de désescalade du nord-ouest de la Syrie.  Ces affrontements ont fait au moins 105 morts depuis la dernière escalade qui remonte à fin avril, ainsi que des attaques répétées contre des infrastructures civiles, notamment des camps de réfugiés, des écoles et des établissements de santé.  Depuis le 28 avril, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a confirmé 23 attaques contre des centres de soins, y compris sur 20 établissements de santé, dont certains ont été frappés plus d’une fois.

Conférence d’Oslo

Le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, va intervenir lors de l’ouverture de la toute première Conférence internationale sur la lutte contre les violences sexuelles et sexistes dans les crises humanitaires, qui se tiendra le 24 mai à Oslo en Norvège.

Cette conférence est organisée par les Gouvernements norvégien, iraquien, somalien et émirati, ainsi que par le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

La Conférence réunira des pays, des ONG, des organisations de la société civile et des personnalités influentes telles que le lauréat du prix Nobel de la paix 2018, M. Denis Mukwege, et des survivants de violences sexuelles et liées au genre.

Le but de cette conférence est de mobiliser un engagement politique plus fort pour lutter contre la violence sexuelle et sexiste dans les crises humanitaires, et de mobiliser aussi des ressources financières supplémentaires à travers des plans d’intervention coordonnés par l’ONU.

Assemblée mondiale de la Santé

À Genève, l’Assemblée mondiale de la Santé s’est ouverte hier et se poursuivra jusqu’à mardi prochain.

La Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Mme Amina Mohammed, a déclaré, dans une vidéo, que nous vivons toujours dans un monde où la santé mentale est un sujet tabou et, même quand on en parle, trop peu d’entre nous ont accès à des services de qualité ou au soutien nécessaire.  Elle a souligné que les maladies mentales coûtaient au monde environ 2 500 milliards de dollars par an.

Au cours de l’Assemblée, la reine Letizia d’Espagne participera à plusieurs réunions sur des questions relatives à la santé publique et à l’environnement, et la reine Mathilde de Belgique participera à des réunions sur la santé mentale axées sur les jeunes et les femmes.

Demain, l’Algérie et l’Argentine devraient être certifiées comme exemptes de paludisme lors d’une manifestation en marge de l’Assemblée mondiale de la Santé.

Burkina Faso

Au Burkina Faso, l’OCHA fait état d’attaques armées récurrentes dans les régions du Sahel et du centre-nord qui ont forcé des personnes à fuir leur domicile.  Le nombre de personnes déplacées a triplé pour atteindre plus de 170 000 depuis le début de l’année.

Les services de base, tels que les soins de santé et l’éducation, ont gravement souffert de la violence.  Plus de 1 000 écoles restent fermées, privant plus de 146 000 enfants d’éducation.

Au cours des derniers mois, l’ONU et ses partenaires ont intensifié leurs opérations et interventions d’assistance, plus de 100 000 personnes ayant bénéficié de leur aide.  Toutefois, seuls 35% des 100 millions de dollars nécessaires pour venir en aide à quelque 900 000 personnes ont été reçus à ce jour.

Guatemala

La Commission des droits de l’homme a publié un rapport mettant en garde contre le grand nombre d’attaques contre des défenseurs des droits de l’homme au Guatemala.

Entre 2017 et 2018, on a enregistré 39 meurtres et 884 attaques.

Ukraine

D’après le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le nombre d’attaques contre des écoles dans l’est de l’Ukraine a été multiplié par 4 au cours des quatre premiers mois de cette année par rapport à la même période l’an dernier.

Les écoles ont été attaquées à 12 reprises entre janvier et avril de cette année, ce qui, selon l’UNICEF, rappelle la violence que les écoliers ont vécue en 2017, année où 40 attaques de ce genre avaient eu lieu.

Contributions

La Macédoine du Nord a intégralement réglé ses paiements au titre du budget 2019, ce qui porte à 98 le nombre total d’États Membres à l’avoir fait pour cette année.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.