Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 9 mai 2019

Dbf190509
9 mai 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 9 mai 2019

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Conseil des chefs de secrétariat

Le Secrétaire général est aujourd’hui à Genève, où il a ouvert la session de printemps du Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies.  La réunion de deux jours est organisée par l’Organisation internationale du Travail (OIT) à l’occasion de son centième anniversaire.  Au cours de la séance d’aujourd’hui, les chefs des entités des Nations Unies se sont mis d’accord sur des mesures ambitieuses et concrètes en vue de faire face aux changements climatiques avant l’organisation du Sommet sur le climat de septembre.

Dans une déclaration, les dirigeants des agences, fonds et programmes de l’ONU ont indiqué leur détermination à renforcer la réactivité de leurs organismes respectifs pour prêter assistance aux États Membres dans leurs efforts en vue de réduire les effets néfastes des changements climatiques, y compris sur la stabilité régionale, nationale et communautaire, à renforcer la résilience, à lutter contre les pertes et les dégâts causés par les catastrophes d’origine climatique, et à améliorer la réponse des systèmes de protection sociale aux événements d’origine climatique.  Ils se sont également engagés à renforcer la capacité même de l’ONU à prendre des mesures concrètes pour lutter contre les changements climatiques et à intégrer plus systématiquement les considérations de développement durable relatives au fonctionnement des organisations, tant en termes d’opérations que de programmes.  La déclaration complète sera rendue publique très prochainement.

Le Secrétaire général se rendra sous peu à l’OIT pour y rencontrer son personnel à l’occasion du centenaire de l’Organisation.  Hier, lors d’une cérémonie au cours de laquelle des arbres ont été plantés, M. António Guterres a déclaré qu’il ne pouvait prédire à quoi ressemblerait le monde dans un siècle ni le fonctionnement des économies et des sociétés, tout en se disant absolument certain que les arbres plantés aujourd’hui seront toujours là, comme l’OIT.

Demain après-midi, le Secrétaire général prononcera une allocution lors d’une session extraordinaire du Conseil général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), au cours de laquelle il soulignera l’importance de préserver un ordre multilatéral fondé sur des règles –y compris sur le commerce– pour une mondialisation équitable et la réalisation des objectifs de développement durable.

Objectifs de développement durable

Le Secrétaire général est heureux d’annoncer aujourd’hui la nomination de nouveaux Championnes et champions des objectifs de développement durable.  Ces 17 personnalités influentes se sont engagées à sensibiliser à ce sujet, à inspirer d’avantage d’ambition et à faire pression pour que les objectifs de développement durable soient réalisés plus rapidement.

Le groupe est coprésidé par Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, Président du Ghana, et Erna Solberg, Premier Ministre de la Norvège.  Six Championnes et champions de la promotion précédente ont été nommés Anciens et remplacés par six nouveaux autres qui sont: l’émir de Kano, du Nigéria ; Hindou Ibrahim, du Tchad ; Dia Mirza, de l’Inde; Edward Ndopu, de l’Afrique du Sud; Nadia Murad, de l’Iraq; et Marta Vieira da Silva, du Brésil.

Le Secrétaire général a hâte de travailler avec eux au cours des prochaines années pour faire progresser la réalisation des objectifs de développement durable.

Qatar/Palestine

Le Secrétaire général tient à exprimer sa profonde gratitude pour le soutien récemment annoncé du Qatar à la Palestine, qui contribuera de manière décisive à répondre aux besoins économiques et humanitaires du peuple palestinien.  Le Secrétaire général se félicite en outre de l’excellente coopération entre l’État du Qatar et l’ONU dans la mise en œuvre de programmes humanitaires et économiques cruciaux dans le Territoire palestinien occupé.

Syrie

L’ONU reste extrêmement préoccupée par la santé et la sécurité de plus de 30 000 personnes à Roukban, en Syrie, où la situation humanitaire est critique.  La cargaison du dernier convoi humanitaire à destination de Roukban, acheminé il y a presque trois mois, ne couvrait les besoins que pour une période d’environ un mois.

L’Organisation continue de plaider en faveur de l’acheminement d’un troisième convoi humanitaire à Roukban, pour prêter une assistance vitale, notamment des vivres, des kits d’hygiène, des produits nutritionnels pour enfants et des articles médicaux.  L’ONU rappelle également à toutes les parties leur obligation de ménager un accès humanitaire sûr, durable et sans entrave à toutes les populations dans le besoin.

Yémen

Le Programme alimentaire mondial (PAM) indique qu’en mars, une aide alimentaire d’urgence a été fournie à 10,6 millions de personnes à travers tout le Yémen, soit plus que pour tout autre mois jusqu’à présent.

Environ 10 millions de Yéménites seraient au bord de la famine, et l’ONU et ses partenaires mettent tout en œuvre pour leur venir en aide et faire reculer ce risque.  Dans les mois à venir, le PAM envisage d’étendre ses opérations mensuelles à 12 millions de personnes.

Le Plan d’aide humanitaire de 2019 pour le Yémen a pour objectif d’aider plus de 20 millions de Yéménites en leur fournissant vivres, eau, soins de santé, entre autres aides.  Le Plan, d’un montant fixé à 4,2 milliards de dollars, n’est actuellement financé qu’à hauteur de 14%.

L’ONU se félicite des récentes contributions faites par certains bailleurs de fonds, en invitant les donateurs à financer intégralement le Plan d’aide de 2019 dans les meilleurs délais.

Soudan

Le Conseiller spécial du Secrétaire général pour le Soudan, M. Nicholas Haysom, est arrivé à Khartoum en début de semaine.  Il s’est réuni avec le Conseil militaire de transition et intervient auprès de groupes associés avec la Déclaration de la liberté et du changement.  Son travail est coordonné de près avec l’Union africaine et apporte un plein appui aux efforts déployés par l’UA pour faciliter une transition consensuelle et sous contrôle civil.

Comme cela a été souligné dans le communiqué de la Conférence ONU-UA du 6 mai, l’ONU continue d’exhorter toutes les parties à participer à un dialogue sans exclusive afin de répondre aux attentes du peuple soudanais en matière de démocratie, de bonne gouvernance et de développement.  L’ONU appelle toutes les parties concernées à s’engager à œuvrer ensemble pour assurer une transition pacifique et une paix durable dans l’ensemble du Soudan.

Libye

Le personnel de l’ONU sur le terrain, en Libye, indique que les combats dans le sud de Tripoli se sont intensifiés, marqués par une augmentation considérable de frappes aériennes.  L’ONU continue d’être extrêmement préoccupée par le lourd bilan infligé aux civils et aux travailleurs de santé.

Le Représentant spécial du Secrétaire général, M. Ghassan Salamé, continue d’intervenir auprès des partenaires internationaux et se rendra dans plusieurs capitales européennes au cours des prochains jours pour discuter des moyens de mettre immédiatement un terme aux combats et de reprendre le dialogue politique.

En début de journée, la Coordonnatrice humanitaire en Libye, Mme Maria Ribeiro, et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont fermement condamné l’attaque qui a pris pour cible, hier, une ambulance à Tripoli, blessant trois travailleurs de santé, dont le Directeur des services ambulanciers et d’urgence médicale.

L’OMS indique que depuis l’escalade du conflit, début avril, 11 autres ambulances ont été touchées ou ont subi des dommages collatéraux.  Au mois d’avril, trois agents de santé ont été tués à Tripoli.  Alors que le conflit en est à son deuxième mois, plus de 400 personnes sont mortes et 2 000 autres ont été blessées.

Le Directeur régional de l’OMS pour la Méditerranée orientale a indiqué que l’attaque est une violation flagrante des règles élémentaires de guerre qui pourrait entraver les opérations des hôpitaux de campagne et des équipes d’ambulanciers et dissuader le personnel de santé de remplir ses fonctions.  La Coordonnatrice humanitaire a exhorté les parties au conflit à honorer les obligations qui leur incombent, en vertu du droit international humanitaire, de protéger les équipes médicales.

Ebola

Dans une déclaration publiée hier, le Secrétaire général s’est dit préoccupé par le nombre de nouveaux cas d’Ebola dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC).  Il a réitéré l’appui de l’ensemble du système des Nations Unies aux efforts déployés afin de mettre un terme à l’épidémie.

Il a noté que l’épidémie en est maintenant à son dixième mois et a provoqué la mort de plus de 1 000 personnes.  Le Secrétaire général a présenté ses condoléances aux familles des victimes.

Il a souligné qu’à cette conjoncture critique, des ressources supplémentaires sont nécessaires.  Le Secrétaire général appelle les États Membres et les organisations partenaires à veiller à ce que les organismes d’intervention disposent des ressources nécessaires pour réussir.

La déclaration complète est disponible en ligne.

Importations alimentaires

Le coût mondial des importations alimentaires est appelé à baisser en 2019 mais les pays les plus pauvres et les plus vulnérables n’en seront pas les premiers bénéficiaires.  C’est ce qu’indique un nouveau rapport de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) sur les Perspectives de l’alimentation.

Ce document prévoit une baisse des importations alimentaires mondiales de 2,5% en 2019 pour atteindre les 1 472 trillions de dollars américains.

La FAO indique que les pays développés seront principalement ceux à profiter de la baisse des prix, tandis que le coût des importations pour l’Afrique subsaharienne devrait augmenter.

L’intégralité du rapport est disponible en ligne.

Contributions

Le Chili et la République de Moldova ont versé la totalité de leurs contributions au budget ordinaire de l’ONU, amenant à 93 le nombre d’États Membres à en avoir fait de même.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.