Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 2 mai 2019

Dbf190502
2 mai 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 2 mai 2019

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Syrie

Les Nations Unies sont profondément préoccupées par les informations faisant état d’une détérioration de la situation humanitaire dans le nord-ouest de la Syrie, où des victimes civiles, des dégâts aux infrastructures de base et des vagues de déplacements ont été provoqués par l’intensification des hostilités sur place.

Au cours des dernières 48 heures, au moins sept personnes auraient été tuées dans la ville rurale d’Edleb et deux autres dans la province de Hama, hier.  Des dizaines de personnes auraient été blessées dans les provinces d’Edleb, Hama et Alep.

Plus de 300 civils auraient perdu la vie dans les hostilités qui ont cours dans le nord-ouest depuis trois mois, dont 60 rien qu’en avril.

Ces violences accrues provoquent des déplacements de population à grande échelle en provenance du nord de Hama et du sud d’Edleb.  On signale également des villages abandonnés après la fuite de civils pour raisons de sécurité et le nombre de personnes déplacées dans le nord-ouest depuis septembre dernier est estimé à 323 000.

L’ONU rappelle à toutes les parties au conflit les obligations qui leur incombent en vertu du droit international humanitaire et du droit des droits de l’homme en matière de protection des civils et des infrastructures civiles, et invite toutes les parties au conflit à faire preuve de retenue.

Mali

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a rendu publiques aujourd’hui les conclusions préliminaires d’une mission spéciale chargée d’enquêter sur les graves violations des droits de l’homme commises dans la région d’Ogossagou, dans la région de Mopti, le 23 mars 2019.  Au cours de cette attaque, des assaillants ont tué 157 membres de la communauté peule.

Selon la Division des droits de l’homme de la MINUSMA, l’impunité dont jouissent depuis longtemps les groupes d’autodéfense dans le centre du Mali a encore alimenté le cycle de violences et de violations des droits de l’homme perpétrées contre les populations civiles.  Les attaques planifiées, organisées et coordonnées contre la partie peule du village d’Ogossagou s’inscrivaient dans le cadre d’une série d’attaques similaires perpétrées par des groupes de chasseurs traditionnels contre les communautés peules.

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Mali, M. Mahamat Saleh Annadif, s’est déclaré profondément choqué par la cruauté des actes horribles commis contre la population civile, en particulier les femmes et les enfants.  Les auteurs de telles atrocités doivent être tenus pour responsables de leurs actes devant les tribunaux, a-t-il ajouté.

Darfour

L’Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD) a mené à bien la fermeture de sa base d’opérations de Daeïn, confiée au gouvernement de l’État du Darfour oriental.

Sur l’insistance de la Mission pour que ces locaux soient utilisés à des fins civiles, le gouvernement de l’État du Darfour oriental a indiqué que l’ancien quartier général, ainsi que les avoirs correspondants, deviendront une annexe de l’Université Daeïn.  En outre, un hôpital se trouvant sur place sera reconverti en centre de santé, avec une maternité.

C’est le premier quartier général du secteur à avoir été fermé et transféré, conformément à la deuxième phase du retrait de la Mission, prévu par le mandat prorogé par le Conseil de sécurité en juillet 2018.

Mozambique

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a indiqué, aujourd’hui, que près de 190 000 personnes avaient besoin d’une assistance sanitaire ou risquaient de contracter des maladies au Mozambique, à la suite du passage du cyclone Kenneth.

Il s’agit du deuxième cyclone de catégorie 3 à frapper le pays en l’espace de cinq semaines.

En raison du manque d’accès, l’ampleur des dommages causés au niveau du système de santé n’est pas encore connue.  Au moins 17 établissements de santé ont été endommagés, mais le bilan devrait s’alourdir encore davantage.

L’OMS collabore actuellement avec le Ministère de la santé du pays à la conduite d’évaluations.  L’agence, qui collabore également avec le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), a procédé à l’envoi de tentes, d’unités de purification des eaux et d’autres fournitures.

Une équipe de spécialistes de l’OMS, initialement déployée à Beira après le passage du cyclone Idai, a été redéployée pour effectuer un suivi du cyclone Kenneth.

L’OMS a souligné la nécessité de mener une action rapide pour endiguer le risque de choléra.

Bénin

Le Secrétaire général suit de près l’évolution de la situation au Bénin, à la suite des élections législatives du 28 avril, auxquelles les partis de l’opposition n’ont pas été en mesure de participer.  M. António Guterres a noté avec préoccupation les tensions et troubles actuels, qui ont engendré la destruction de biens et provoqué une réaction brutale de la part des forces de sécurité.

Le Secrétaire général a appelé toutes les parties béninoises à faire preuve de la plus grande retenue et à rechercher des solutions à leurs différends par la voie du dialogue. 

Parallèlement, le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), M. Mohamed Ibn Chambas, s’entretient avec ses homologues de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), ainsi qu’avec les parties béninoises, en vue de faciliter une solution consensuelle et pacifique à la situation et de préserver la paix et la stabilité du pays.

Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité a tenu, ce matin, des consultations sur la situation à Chypre.

Décolonisation

Dans une vidéo diffusée aujourd’hui à l’ouverture du Séminaire régional de 2019 sur la décolonisation, qui se déroule à la Grenade, le Secrétaire général a rappelé que les travaux de l’ONU en matière de décolonisation se poursuivaient et que 17 territoires non autonomes restaient sur la liste.

M. Guterres a estimé qu’un engagement renouvelé de toutes les parties concernées, ainsi que des mesures pragmatiques étaient aujourd’hui nécessaires pour accélérer le processus de décolonisation.

Venezuela

Les Nations Unies ont salué l’aide humanitaire fournie par l’Union européenne (UE) au Venezuela, suite notamment à la décision de la Commission européenne, fin mars, d’allouer 50 millions d’euros d’aide d’urgence supplémentaire pour aider les Vénézuéliens les plus démunis.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.