Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 13 mars 2019

DBF190313
13 mars 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 13 mars 2019

(La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Déplacement du Secrétaire général

Le Secrétaire général s’est rendu, aujourd’hui, à Washington D.C.

Il s’est réuni, ce matin, à la Maison Blanche, avec M. John Bolton et le personnel du Département de la sécurité nationale. 

Cet après-midi à 14 heures, il devait rencontrer le Secrétaire d’État, M. Michael Pompeo.  Le Secrétaire général sera de retour à New York demain.

Cérémonie de dépôt de gerbe

Vendredi matin, le Secrétaire général déposera une gerbe pour rendre hommage aux membres du personnel de l’ONU qui ont perdu la vie lors du crash, dimanche, de l’avion d’Ethiopian Airlines.  L’événement se déroulera à 13 heures dans le hall des visiteurs.

Nomination

Le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, a annoncé, aujourd’hui, la nomination de son Envoyé spécial pour la Corne de l’Afrique, M. Parfait Onanga-Anyanga, du Gabon.

M. Onanga-Anyanga apporte avec lui la vaste expérience qu’il a acquise aux Nations Unies.  Il était jusque très récemment Représentant spécial du Secrétaire général pour la République centrafricaine et Chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation dans ce pays (MINUSCA).  Il était aussi Coordonnateur de la réponse du Siège des Nations Unies à la crise de Boko Haram et Directeur du Bureau des Nations Unies au Burundi (BNUB). 

Colombie

Hier soir, le Secrétaire général a rencontré le Ministre des affaires étrangères de la Colombie, M. Carlos Holmes Trujillo Garcia.  Les deux hommes ont discuté de la situation de la Juridiction spéciale pour la paix.  Le Secrétaire général a pris note des explications fournies par le Ministre des affaires étrangères au sujet des objections du Président Iván Duque Márquez à son droit écrit.

Le Secrétaire général a insisté sur l’importance de la Juridiction spéciale pour la paix et a réitéré les préoccupations déjà exprimées par l’ONU au sujet de l’incertitude entourant l’adoption du droit écrit, ainsi que son espoir qu’une action prompte veillera à ce que cette base juridique soit mise en place dès que possible, pour assurer les droits des victimes et la sécurité juridique de toutes les parties concernées.

Yémen

Le Conseil de sécurité a tenu, ce matin, des consultations closes sur le Yémen.  L’Envoyé spécial pour le Yémen, M. Martin Griffiths, a fait le point sur la mise en œuvre de l’Accord de Stockholm et a indiqué aux membres du Conseil que l’ONU continue de travailler avec les parties pour faire du redéploiement à Hodeïda une réalité.

Libye

La Secrétaire générale adjointe aux affaires politiques et à la consolidation de la paix, Mme Rosemary DiCarlo, et le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine, M. Smail Chergui, ont achevé aujourd’hui, une visite de deux jours en Libye.

Le délégation conjointe ONU-UA a tenu, à Tripoli, des réunions avec le Président du Conseil de la présidence, M. Fayez Serraj, ainsi qu’avec le Président du Haut Conseil d’État, M. Khaled al-Mishri et d’autres membres du Gouvernement d’entente nationale.  Elle a également été informée des dispositifs sécuritaires à Tripoli et s’est réunie avec une organisation féminine.

Aujourd’hui, Mme DiCarlo et M. Chergui, accompagnés du Représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye, M. Ghassan Salamé, se sont rendus à Benghazi où ils ont rencontré le commandant de l’Armée nationale libyenne, le Maréchal Khalifa Haftar.

Cette visite conjointe a été effectuée en appui aux efforts dirigés par l’ONU pour parvenir à un règlement politique afin de déboucher sur l’unification des institutions du pays, la tenue d’élections nationales et l’amélioration des conditions de sécurité, de stabilité et de vie pour le peuple libyen.

Syrie

La troisième Conférence de Bruxelles sur l’avenir de la Syrie et de la région a débuté.  Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires, les besoins humanitaires dans le pays sont toujours à un niveau record, 11,7 millions de personnes ayant besoin d’une forme d’aide ou de protection.

Le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a averti que sans injection immédiate et substantielle de fonds, la livraison vitale de vivres, d’eau, de soins de santé, d’abris et autres services de protections, sera sans doute interrompue.

L’ONU cherche de toute urgence à augmenter le financement afin d’aider les personnes dans le besoin grâce à un appel de 3,3 milliards de dollars pour l’action à l’intérieur de la Syrie, et de 5,5 milliards pour un plan ciblant les réfugiés et la résilience dans les pays voisins.

Le Haut-Commissaire pour les réfugiés, M. Filippo Grandi, a indiqué que toute baisse de l’aide en raison d’une réduction de fonds signifie que les réfugiés sont obligés de faire des choix agonisants chaque jour, comme déscolariser leurs enfants pour les mettre au travail ou réduire leurs repas.  Il a affirmé qu’il est essentiel que la communauté internationale maintienne la trajectoire pour appuyer les millions de réfugiés syriens qui vivent dans des pays voisins et qui nécessitent toujours protection et aide.

Malgré les contributions généreuses des donateurs en 2018, seuls 65% des 3,4 milliards de dollars nécessaires pour l’aide au sein de la Syrie ont été versés.

Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE)

À l’occasion de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement à Nairobi, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a publié aujourd’hui un rapport qui prévient que les dommages causés à la planète menacent de plus en plus la santé de la population mondiale.

Selon ce document, intitulé le « Global Environmental Outlook », des millions de décès prématurés risquent de se produire d’ici à 2050 dans les villes d’Asie, du Moyen-Orient et d’Afrique, sauf à améliorer considérablement la protection environnementale.  Le rapport prévient également que les polluants dans nos systèmes d’eau douce seront une cause majeure de décès d’ici à 2050 et auront un impact sur la fertilité des hommes et des femmes, ainsi que sur le neurodéveloppement des enfants.

Le PNUE, pour qui nous sommes à la croisée des chemins, a appelé les pays à mettre en œuvre des politiques innovantes visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et les déchets.

VIH/Sida

L’ONUSIDA est préoccupé par le fait que les infections à VIH ne diminuent pas parmi les toxicomanes qui consomment des drogues par injection, malgré le déclin du nombre de nouvelles infections à l’échelle mondiale.

Un nouveau rapport de l’ONUSIDA indique également que 99% des consommateurs de drogues injectables vivent dans des pays qui n’offrent pas de services adéquats de réduction des risques, notamment des programmes d’échange de seringues et d’aiguilles, une prise en charge de la toxicomanie et un traitement et un dépistage du VIH.

Dans un communiqué de presse publié aujourd’hui, M. Michel Sidibé, le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, affirme que garantir l’accès aux soins de santé et aux services sociaux dans la dignité, et l’absence de discrimination et de criminalisation, peuvent sauver des vies et réduire considérablement les infections par le VIH.

Guatemala

Dans une déclaration rendue publique hier, et relative au projet de réforme des lois sur la réconciliation nationale au Guatemala, le Conseiller spécial des Nations Unies pour la prévention du génocide, M. Adama Dieng, a exhorté les membres du Congrès guatémaltèque à rejeter le projet de texte à l’étude, affirmant que son adoption accorderait une amnistie rétroactive à tous les condamnés ou individus en attente de procès pour des crimes internationaux commis pendant la guerre civile dans le pays, dont des crimes de génocide et contre l’humanité.

Iraq

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a annoncé la réhabilitation de 15 000 logements situés dans l’ouest de Mossoul dans le cadre d’un effort visant à reconstruire plus de 30 000 logements, le plus grand projet de ce type à l’œuvre dans le pays.

Environ 90 000 personnes pourront rentrer chez elles, dans les 29 quartiers les plus endommagés après l’opération ayant permis de reprendre la ville à Daech.

Le PNUD participe à près de 800 autres projets de réhabilitation à Mossoul.

Malawi-Mozambique

D’après le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), les inondations au Malawi et au Mozambique ont touché près de 843 000 personnes et fait au moins 60 morts, selon des rapports préliminaires des gouvernements de ces deux pays.

Les autorités malawiennes et mozambicaines dirigent les interventions humanitaires.  Le Gouvernement du Malawi a lancé un appel pour obtenir une aide sous la forme d’articles de première nécessité –tentes, vivres, médicaments et hélicoptères–, destinés aux opérations de secours et à la fourniture d’une assistance.  L’OCHA a déclaré qu’une réponse humanitaire est en cours au Malawi, de même que des efforts de recherche et de secours et des évaluations rapides des besoins.

Au Mozambique, les inondations ont touché plus de 103 000 personnes.  Le Gouvernement et ses partenaires humanitaires prêtent assistance aux personnes touchées.

République démocratique du Congo (RDC)

D’après le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), près de 260 000 enfants de la région du Kasaï, en République démocratique du Congo (RDC), souffrent de malnutrition sévère et aiguë et exigent un traitement vital.

Entre 2016 et 2018, la violence et l’insécurité ont provoqué des déplacements massifs de population dans le Kasaï.  Bien que des poches d’insécurité subsistent, des milliers de familles ayant fui la région sont maintenant de retour dans leurs communautés.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.