Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 12 mars 2019

Dbf190312
12 mars 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 12 mars 2019

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Déplacements du secrétaire général

Le Secrétaire général se rendra à Washington ce soir, où il aura des réunions bilatérales avec des membres de l’Administration américaine, ainsi qu’avec des membres du Congrès américain, dans le cadre de ses échanges réguliers avec les fonctionnaires et autorités américains.

Demain, à Washington, la journée se concentrera sur l’Administration, avec une rencontre avec le Secrétaire d’État américain, M. Mike Pompéo.  Le Secrétaire général rencontrera également le Conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, M. John Bolton.

Jeudi, le Secrétaire général passera la plus grande partie de sa journée à Capitol Hill pour rencontrer des membres du Congrès.

Il sera de retour à New York jeudi.

Déplacements de la Vice-Secrétaire générale

Ce soir, la Vice-Secrétaire générale, Mme Amina Mohammed, partira pour Nairobi, au Kenya, pour participer, au nom du Secrétaire général, à la quatrième Assemblée du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et à l’événement One Planet, dans le cadre des préparatifs du Sommet sur l’action pour le climat du Secrétaire général en 2019.

La Vice-Secrétaire générale rencontrera également des représentants du Gouvernement, ainsi que des fonctionnaires de l’ONU à Nairobi.

Puis, le 16 mars, elle se rendra à Londres pour discuter avec des universitaires de l’insécurité et la prospérité lors du huitième Forum pour le développement de l’Afrique organisé par l’École d’études orientales et africaines à Londres.

Parité des sexes

Ce matin, le Secrétaire général est intervenu lors de l’événement de haut niveau sur les femmes au pouvoir.  Il a dit qu’il était ici pour écouter les voix des femmes dirigeantes qui contribuent à transmettre le pouvoir dans le monde d’aujourd’hui et il a réitéré la détermination de l’ONU à atteindre la parité des sexes et à repousser la résistance aux changements au sein de l’Organisation.  « Nous devons repousser l’opposition », a déclaré le Secrétaire général.

Le Secrétaire général a également souligné que la parité des sexes est essentielle pour faire progresser la paix et la sécurité, promouvoir les droits de l’homme et assurer le développement pour tous.

Il a remercié les femmes dirigeantes lors de l’événement pour leur leadership, parce qu’elles montrent l’exemple et promeuvent le changement dont le monde a besoin. 

Cet après-midi, le Secrétaire général aura une réunion-débat avec les membres de la société civile en marge de la réunion de la Commission de la condition de la femme.

Il y aura également un point de presse sur la manifestation de haut niveau sur les femmes au pouvoir organisée par la Présidente de l’Assemblée générale, Mme María Fernanda Espinosa Garcés, avec les Présidentes de la Croatie, de l’Estonie et de Trinité-et-Tobago, et la Première Ministre islandaise.

Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité a organisé aujourd’hui une réunion publique sur la coopération entre l’ONU et l’Union européenne. 

République démocratique du Congo

Concernant la République démocratique du Congo (RDC), un nouveau rapport du Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme a révélé que 535 personnes ont été tuées et 111 blessées dans le territoire de Yumbi, en raison d’attaques intercommunales menées entre le 16 et le 18 décembre de l’année dernière.

Le nombre de victimes risque d’être plus élevé, car certains corps ont pu être jetés dans le fleuve Congo.  Il n’a pas non plus été possible de confirmer le nombre de personnes qui sont toujours portées disparues; environ 19 000 personnes auraient été déplacées par la violence.

Le rapport ajoute que les attaques ont été exécutées avec le soutien de chefs coutumiers et sont susceptibles de constituer des crimes contre l’humanité.

L’enquête a également révélé que les attaques suivaient des schémas avec des similitudes frappantes et se caractérisaient par une violence et une rapidité extrêmes.

Le rapport souligne également que la violence a été facilitée par l’absence d’action préventive de la part de l’État et met en garde contre le risque de nouvelles violences.

La Chef de la Mission des Nations Unies en RDC, Mme Leila Zerrougui, a appelé à une action urgente pour rétablir l’autorité de l’État dans le territoire de Yumbi et créer des conditions propres au retour sûr et volontaire de ceux qui ont été déplacés, et la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Mme Michelle Bachelet, a souligné l’importance de la justice et de la responsabilisation pour établir les faits et obliger les responsables à répondre de leurs actes.

Syrie

Nous sommes extrêmement préoccupés par la sécurité et la protection des civils qui peuvent encore être piégés dans l’enclave de Baghouz, la dernière tenue par Daech, dans le sud de la province de Deïr el-Zor, en Syrie.

Après l’offensive d’hier sur Baghouz, des rapports font état d’au moins 50 civils tués et de dizaines de blessés par les frappes aériennes, la plupart des blessés étant des enfants et des femmes.  Les attaques auraient eu lieu alors que des civils tentaient de fuir la région.

L’ONU appelle de nouveau toutes les parties à ce conflit et à ceux qui ont une influence sur elles à prendre toutes les mesures visant à protéger les civils et les infrastructures civiles, conformément au droit international humanitaire et aux droits de l’homme.

Yémen

D’après nos collègues humanitaires, des dizaines de civils auraient été tués lors d’attaques contre des maisons du district de Kouchar, dans la province de Hajjah au Yémen, au cours des derniers jours.  Des sources médicales rapportent que 22 personnes ont été tuées, dont 12 enfants et 10 femmes.

La Coordonnatrice humanitaire pour le Yémen, Mme Lise grande, a fermement condamné ces morts et blessures et partagé ses sincères condoléances avec les familles des victimes.

Hajjah est l’une des provinces les plus touchées par la crise au Yémen.  Plus d’un million de personnes ont faim et des milliers de nouveaux cas de choléra sont signalés dans l’ensemble de la province.

Le conflit à Hajjah s’est fortement intensifié au cours des six derniers mois, ce qui a fait passer le nombre de personnes déplacées de 203 000 à 420 000 aujourd’hui.

Philippines

Les Philippines enregistrent une flambée de rougeole et les cas continuent d’augmenter après que le Ministère de la santé de ce pays a déclaré une flambée épidémique majeure le 6 février.

Le Gouvernement mène une campagne de vaccination massive, ayant atteint jusqu’à présent 54% de sa cible pour vacciner tous les enfants âgés de 6 à 59 mois.

Plus de 18 000 cas suspects de rougeole et au moins 280 décès ont été signalés depuis le début de l'année, soit une augmentation de 380% par rapport à 2018.

L’UNICEF et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) continuent d’apporter un soutien financier, technique et logistique à la riposte, y compris la campagne de vaccination, et l’UNICEF aide également à procurer des vaccins.

Travail

Selon un rapport publié aujourd’hui par l’Organisation internationale du Travail (OIT), plus de la moitié de la population mondiale n’a pas accès aux soins de santé essentiels et seulement 29% ont une couverture de sécurité sociale complète.

Le rapport a examiné la mise en œuvre des politiques de protection sociale dans 100 pays et constaté que seulement 68% des personnes en âge de prendre leur retraite reçoivent une certaine forme de pension, et que dans de nombreux pays à faible revenu, ce chiffre tombe à 20%.  En outre, moins de 60% des pays étudiés offraient des avantages pour assurer la sécurité du revenu des enfants.

Environnement

Aujourd’hui, à Nairobi, à l’Assemblée du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), le PNUE a lancé son Rapport sur l’avenir des ressources mondiales, qui examine les tendances en matière de ressources naturelles en fonction de nos habitudes de consommation.

Le rapport indique que l’extraction et le traitement des matériaux, des carburants et des denrées alimentaires sont responsables d’environ la moitié des émissions mondiales de gaz à effet de serre et de plus de 90% de la perte de biodiversité.  En 2010, les changements apportés à la façon dont nous utilisons les terres avaient déjà entraîné une perte d’environ 11% des espèces mondiales.

Le PNUE a dit que si nous ne repensons pas de toute urgence à la façon dont nous utilisons les ressources, nous risquons de doubler nos émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2060.  Cela impliquerait à la fois d’étendre les cycles de vie des produits, de concevoir intelligemment les produits et de normaliser la réutilisation, le recyclage et la refabrication des produits.

Tableau d’honneur

La Mongolie s’est acquittée de l’ensemble de ses contributions au budget ordinaire de l’ONU, portant le nombre total d’États Membres l’ayant fait à 71.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.