Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 7 mars 2019

dbf190307
7 mars 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 7 mars 2019

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Vice-Secrétaire générale

La Vice-Secrétaire générale, Mme Amina Mohammed, a pris la parole aujourd’hui, à la quarantième session du Conseil des droits de l’homme à Genève.  Elle a félicité le Conseil pour sa contribution exceptionnelle aux droits de l’homme, et en particulier au Programme de développement durable à l’horizon 2030.  Elle a déclaré qu’elle souhaitait renforcer l’engagement sans faille dans le respect des droits et du bien-être des personnes par la mise en œuvre des objectifs de développement durable.

La Vice-Secrétaire générale a déclaré que le Programme 2030 était un programme pour les personnes, qui nous engage tous à donner la priorité aux citoyens et à créer un monde plus équitable et durable - un monde où personne ne soit laissé pour compte.  Elle a ajouté que les droits de l’homme sont au cœur du Programme 2030, mais que, comme le Secrétaire général l’a averti, nous sommes en retard sur la réalisation de ce programme.  Nous sommes en retard dans la réalisation de la promesse de « ne laisser personne pour compte ».

Yémen

L’ONU au Yémen est alarmée par les activités militaires qui se déroulent à Hajour et par les conséquences humanitaires de la violence sur les civils.  Nous appelons les parties à faire preuve de retenue et à s’abstenir de tout acte susceptible d’entraîner une nouvelle escalade.

Pendant ce temps, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a déclaré que les civils continuent de payer un lourd tribut au conflit au Yémen.  En moyenne, pendant l’année 2018, près de 100 morts ou blessés civils ont été enregistrés chaque semaine.  En effet, selon le rapport de suivi des impacts sur les civils pour 2018, plus de 4 800 civils ont été tués et blessés au cours de l’année, faisant en moyenne 93 victimes civiles par semaine.

Syrie

Aujourd’hui, l’ONU et le Croissant-Rouge arabe syrien ont acheminé, par convoi humanitaire interinstitutions, une aide destinée à répondre aux besoins urgents de 50 000 personnes se trouvant dans la région de Menbij et dans les zones environnantes du nord-ouest de la province d’Alep.

Au total, 37 camions ont transporté 862 tonnes de nourriture et d’autres articles, de matériel éducatif, de fournitures nutritionnelles et médicales, que le Croissant-Rouge distribuera dans les prochains jours.  Les ménages dirigés par une femme, les personnes handicapées et celles vivant dans des établissements informels -tous considérés comme particulièrement vulnérables- seront considérés comme prioritaires lors de la distribution.  Les fournitures alimentaires prévues pour 50 000 personnes devraient durer environ 30 jours, tandis que les fournitures médicales permettront de soigner plus de 80 000 personnes.

Menbij et ses environs ont connu des périodes d’intenses hostilités et de déplacements massifs tout au long de la crise en Syrie.  La réponse humanitaire a été limitée dans la région et, malgré la cessation progressive des hostilités au cours des deux dernières années, les besoins restent importants.

L’ONU appelle à offrir un accès sûr, durable et sans entrave à Menbij et ce, afin de faciliter la fourniture régulière d’assistance et de services répondant aux besoins de la population.

Éthiopie

Le Gouvernement éthiopien et ses partenaires humanitaires ont lancé, aujourd’hui, le Plan d’action humanitaire 2019 pour ce pays, qui cherche à recueillir 1,3 milliard de dollars américains pour fournir une assistance d’urgence à 8,3 millions de personnes.

Une augmentation des déplacements de personnes à cause du conflit, dans diverses régions du pays, a presque fait doubler le nombre de personnes déplacées, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA).  Environ 2,7 millions de personnes déplacées ou de personnes retournant dans le pays devraient bénéficier d’un abri d’urgence et d’une assistance non alimentaire.

Les besoins humanitaires élevés, cette année, sont dus notamment aux déplacements de personnes et au manque d’opportunités pour la population de se relever: 8 millions de personnes ont besoin d’une aide alimentaire de secours, tandis que 4,4 millions ont besoin d’une aide nutritionnelle et 7,2 millions nécessitent un accès régulier à de l’eau potable.  Sans financement supplémentaire, l’OCHA estime que la plupart des opérations de sauvetage cesseront au-delà du mois de mars.

Organisation internationale du Travail

Un nouveau rapport de l’Organisation internationale du Travail (OIT) indique qu’au cours des 27 dernières années, la réduction de l’écart entre les hommes et les femmes dans le monde du travail a très peu progressé.  En 2018, les femmes avaient 26% moins de chances d’être employées que les hommes, alors que 70% d’entre elles ont déclaré qu’elles préféreraient avoir un emploi que de rester à la maison.  Cela représente une amélioration de seulement deux points de pourcentage en presque trois décennies.

En outre, les femmes sont toujours sous-représentées à des postes de direction, avec moins du tiers des cadres, alors qu’elles sont probablement davantage diplômées que leurs homologues masculins.  Le rapport montre qu’en général, l’éducation n’est pas la principale raison des taux d’emploi et des niveaux de rémunération inférieurs des femmes, c’est plutôt que les femmes ne touchent pas les mêmes dividendes de l’éducation que les hommes.  De plus, les mères subissent une « pénalisation professionnelle de la maternité » qui complique leur vie professionnelle, tandis que les pères bénéficient d’une prime salariale.

L’OIT a déclaré qu’un « saut qualitatif » était nécessaire pour progresser, notamment en modifiant les politiques garantissant l’égalité des chances, le droit d’être protégé contre toute discrimination, violence ou harcèlement, et le droit à une rémunération égale pour un travail de valeur égale.

Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF)

Un nouveau rapport de l’UNICEF révèle qu’au moins 75% des plus de cinq millions d’enfants atteints de handicap vivant en Europe orientale et centrale et en Asie centrale sont exclus d’une éducation inclusive de qualité.

Les faits démontrent que des millions d’enfants handicapés ne vont jamais à l’école et que des centaines de milliers de ceux qui y parviennent sont séparés de leurs pairs et de leurs communautés.

L’UNICEF demande des investissements dans la mise à disposition, à un prix abordable, de technologies d’aide, telles que des tablettes spéciales et des fauteuils roulants légers.

Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)

Aujourd’hui, à New York, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) nommera la personnalité télévisuelle, auteure lauréate de nombreux prix et experte gastronomique de renommée internationale, Padma Lakshmi, son ambassadrice de bonne volonté.

Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, Mme Lakshmi mobilisera le soutien en faveur des objectifs de développement durable, en mettant l’accent sur la lutte contre les inégalités et les discriminations, et l’autonomisation des personnes privées de droits.

Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) indique que les prix mondiaux des produits alimentaires ont augmenté en février.  L’indice FAO des prix des produits alimentaires a ainsi progressé de 1,7% depuis janvier, en partie en raison de la forte hausse des prix des produits laitiers.

L’indice –un indicateur des variations mensuelles des prix internationaux d’un panier de produits alimentaires– est actuellement à son plus haut niveau depuis août 2018, mais reste près de 2,3% inférieur à sa valeur en mars 2018.

Dans son dernier Bulletin sur l’offre et la demande de céréales, également publié aujourd’hui, la FAO a revu à la baisse la production céréalière mondiale pour 2018, qui avait d’abord été estimée à 2 609 millions de tonnes en janvier, pour lui faire finalement atteindre les 2,8 millions de tonnes, en baisse de 2,8 millions par rapport à janvier, renforçant ainsi la baisse globale de la production céréalière sur 12 mois.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.