Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 14 février 2019

Dbf190214
14 février 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 14 février 2019

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Nomination

Le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, a nommé M. Chandramouli Ramanathan, de l’Inde, Contrôleur et Sous-Secrétaire général au Bureau de la planification des programmes, du budget et de la comptabilité du Département des stratégies et politiques de gestion et de la conformité.  Il succède à Mme Bettina Tucci Bartsiotas, de l’Uruguay, à laquelle le Secrétaire général exprime sa gratitude pour l’engagement et le dévouement dont elle a fait montre dans son travail à l’ONU.

M. Ramanahtan apporte avec lui près de 40 ans d’expérience internationale dans la comptabilité et la budgétisation, la gestion et les technologies de l’information. 

Yémen

L’ONU et ses partenaires humanitaires ont publié aujourd’hui l’édition 2019 de la « Vue d’ensemble des besoins humanitaires au Yémen ».  La crise reste la pire au monde, avec un taux estimé à 80% de la population, soit près de 24 millions de personnes, qui a besoin de l’une ou l’autre forme d’aide ou de protection humanitaire, y compris 14,3 millions de personnes qui ont des besoins aigus.  Leur taux est désormais de 27% plus élevé que celui de l’année dernière.

Plus de 20 millions de personnes dans le pays sont en insécurité alimentaire, et la moitié d’entre elles accusent des niveaux extrêmes de famine.  Pour la première, on peut confirmer l’existence de poches de famine catastrophique comme le montrent les 238 000 personnes affectées dans certains endroits.

Quelque 3,2 millions de personnes ont besoin d’un traitement pour malnutrition aigüe, dont 2 millions d’enfants de moins de 5 ans et plus d’un million de femmes enceintes et allaitantes.

Un total de 17,8 millions de personnes n’a pas accès à l’eau et à l’assainissement et près de 20 millions de personnes n’ont pas de soins de santé adéquats.

On estime à 3,3 millions le nombre de personnes déplacées, contre 2,2 millions l’année dernière, y compris les 685 000 personnes qui ont fui pendant les combats à Hodeïda et sur la côte ouest, depuis le moins de juin.

Une manifestation de haut niveau d’annonces de contributions pour la crise humaine au Yémen sera organisée par les Nations Unies et les Gouvernements de la Suisse et de la Suède, à Genève, le 26 février.

Syrie

L’ONU demeure préoccupée par la protection des civils qui sont toujours piégés dans les dernières zones contrôlées par Daech à Hajin, dans le sud-est de la province de Deïr el-Zor, et de ceux qui ont pu fuir les combats.  Les informations continuent d’arriver sur des civils tués et blessés dans les hostilités en cours et dans les bombardements aériens autour de Hajin.

Aujourd’hui, l’ONU a ouvert un centre de transit d’environ 400 places, à Suar, à mi-chemin entre Hajin et el-Hol.  Un petit nombre de femmes et d’enfants déplacés profite déjà les services fournis par l’ONU.

D’autres aides sont prévues aujourd’hui et demain, dont des articles non alimentaires, des vêtements d’enfants, de l’eau potable et des kits d’hygiène.  Des cliniques mobiles médicales et nutritionnelles de l’ONU sont à l’œuvre, en collaboration avec les partenaires humanitaires.

Haïti

La Mission des Nations Unies en Haïti (MINUJUSTH) a indiqué que les manifestations antigouvernementales dans la capitale, Port-au-Prince, et dans le pays, sont arrivées à leur huitième jour.

Le mécontentement s’exprime par le blocage des routes, les barricades enflammées et les manifestations de rue sporadiques appelant à la démission du Président Jovenal Moïse.

La Police nationale haïtienne, appuyée par la MINUJUSTH, a fait preuve d’un professionnalisme et d’une résilience considérables pour rétablir l’ordre.

La Représentante spéciale du Secrétaire général en Haïti, Mme Helen La Lime, est en contact étroit avec les parties prenantes nationales pour les encourager à désamorcer la situation par le dialogue et à identifier des solutions réalistes pour rétablir l’ordre public dans le cadre de la Constitution du pays.

Rougeole

À Genève aujourd’hui, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a informé la presse de l’épidémie mondiale de rougeole en cours.

L’OMS a indiqué que les données provisoires indiquent qu’à 230 000, le nombre des cas de rougeole signalés en 2018 a dépassé celui de l’année 2017 qui était d’un peu plus de 173 000.  Les informations sur l’année 2018 ne sont pas encore complètes et le nombre devrait augmenter.

Les cas signalés officiellement ne sont qu’une petite partie du tableau mais ils montrent, et c’est important, où nous en sommes.

Les responsables du Département vaccinations, vaccins et produits biologiques de l’OMS estiment qu’il serait important que leur Organisation, les ministres de la santé et les autres partenaires agissent avec urgence, clarté et stratégie pour combler le fossé dans la couverture immunitaire et veiller à ce que les vaccins contre la rougeole soient disponibles, accessibles et fournis à tous les enfants qui ont en besoin.

La rougeole est une maladie virale très contagieuse qui est toujours une cause importante de décès parmi les jeunes enfants, malgré l’existence d’un vaccin sûr et efficace.

Enfants apatrides

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) ont appelé aujourd’hui les pays européens et les organisations régionales à prendre des mesures urgentes pour faire en sorte qu’aucun enfant ne naisse ou ne demeure apatride en Europe.

Plus de 500 000 personnes en Europe seraient apatrides et, en 2017, quelque 2 100 enfants étaient inscrits comme tels, soit quatre fois plus qu’en 2010.

Pour mieux appréhender la question des enfants apatrides en Europe, le HCR et l’UNICEF proposent une série de solutions dont faire en sorte que chaque enfant réfugié ou migrant soit correctement identifié et protégé à son arrivée en Europe, en simplifiant les procédures d’accession à la nationalité et en adoptant ou amendant une législation qui inclut des garanties d’octroi de la nationalité à tout enfant né dans un pays et qui autrement serait apatride.

Accord de Prespa

Hier soir, le Secrétaire général a publié une déclaration dans laquelle il dit avoir reçu la notification officielle de l’entrée en vigueur de l’Accord de Prespa, le 12 février, qui indique, entre autres, que les parties se sont entendues sur le nom « République de Macédoine du Nord ».  Il salue ce développement qui règle un différend de longue date entre Athènes et Skopje et démontre que même des questions apparemment insolubles peuvent être réglées par le dialogue et la volonté politique.

Le Secrétaire général appelle tous les États, organisations régionales et partenaires internationaux à appuyer cette étape historique que les parties ont effectuée. 

Tableau d’honneur

Les Émirats arabes unis, l’Éthiopie et l’Indonésie ont payé la totalité de leurs contributions au budget ordinaire de l’ONU pour 2019, faisant monter à 47 le nombre des pays qui ont fait de même. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.