Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 7 février 2019

DBF190207
7 février 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 7 février 2019

(La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Yémen

Les membres du Comité de coordination du redéploiement se sont réunis pour la troisième fois, entre dimanche et hier, à bord d’un navire de l’ONU amarré au port intérieur yéménite de Hodeïda.  Au cours de discussions animées par le Président du Comité, les parties ont travaillé ensemble de manière constructive pour résoudre les questions en suspens liées au redéploiement mutuel des forces et à l’ouverture de couloirs humanitaires. 

Néanmoins, des problèmes demeurent dont le moindre n’est pas la nature complexe des lignes de front actuelles.  Pour aider à surmonter ces problèmes, le Président du Comité a présenté une proposition qui s’est révélée acceptable, en principe, aux yeux des deux parties pour faire avancer la mise en œuvre de l’Accord de Hodeïda.  Un premier compromis a été trouvé, en attendant que les parties consultent leurs dirigeants respectifs.  Le Président du Comité, le général Michael Lollesgaard, compte convoquer de nouveau le Comité la semaine prochaine, pour finaliser les détails du redéploiement.

Les deux parties ont entre-temps exprimé leur ferme engagement à respecter et à renforcer le cessez-le-feu.

Situation humanitaire au Yémen

Le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a déclaré aujourd’hui qu’il était profondément préoccupé par le fait que les Nations Unies ne soient pas en mesure d’accéder aux moulins de la mer Rouge de Hodeïda, depuis septembre 2018.

Il a indiqué que des céréales en nombre suffisant pour nourrir 3,7 millions de personnes pendant un mois sont inutilisées voire avariées après depuis plus de quatre mois, alors que près de 10 millions de personnes au Yémen risquent la famine. 

M. Lowcock a souligné que personne ne gagne dans une telle situation et qu’au contraire, des millions de personnes souffrent.

Il a indiqué que les forces affiliées à Ansar Allah ont refusé d’autoriser les Nations Unies à pénétrer dans les zones contrôlées par le Gouvernement pour accéder aux moulins, invoquant des problèmes de sécurité.

Le Coordonnateur des secours d’urgence a constaté, tout en se félicitant des efforts déployés sincèrement par toutes les parties pour trouver une solution, que ladite solution n’est toujours pas trouvée.

Voyage de la Vice-Secrétaire générale

Cette nuit, la Vice-Secrétaire générale part pour Dubaï, aux Émirats arabes unis, pour faire une déclaration liminaire au Sommet mondial des dirigeants, à l’invitation du Vice-Président et Premier Ministre des Émirats arabes unis et Émir de Dubaï.  La Vice-Secrétaire générale aura des entretiens bilatéraux avec des hauts responsables du Gouvernement sur les changements climatiques, les objectifs de développement durable et la prochaine exposition universelle en 2020.

Elle sera de retour à New York lundi.

Service de la lutte antimines de l’ONU

Le Service de la lutte antimines de l’ONU a lancé aujourd’hui à Genève l’édition 2019 de son portefeuille de projets qui indique que le déminage, y compris des engins explosifs, progresse rapidement dans de nombreuses régions mais que le nombre de nouvelles contaminations augmente au même rythme. 

Le Service affirme que de vastes étendues de territoire en Iraq, en Libye et en Syrie où des millions de personnes vivent, sont fortement contaminées et que des millions de réfugiés et de déplacés doivent être éduqués au danger avant de pouvoir rentrer chez eux en toute sécurité.

Le portefeuille représente 19 pays et 146 projets pour un coût total de 495 millions de dollars.

Indice des prix des produits alimentaires

Le dernier indice des prix des produits alimentaires de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) indique que ces prix étaient à la hausse au début de l’année 2019, boostés par les produits laitiers et les huiles de palme et de soja.

Fonds mondial

Selon le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, les efforts déployés pour retrouver et traiter 1,5 million de personnes atteintes de tuberculose non diagnostiquée, non déclarée et non traitées d’ici à la fin de 2019, ont connu quelques succès.

Une grande partie des progrès est attribuable à l’Asie où l’Inde, le Bangladesh, l’Indonésie, le Myanmar, le Pakistan et les Philippines ont les taux les plus élevés de tuberculose au monde.

Le Directeur exécutif du Fonds mondial, M. Peter Sands, a déclaré que ces résultats montrent ce qu’on peut faire quand des ressources plus importantes sont investies dans la lutte contre la tuberculose.

Sri Lanka

 En réponse aux questions sur les déclarations faites au Sri Lanka à propos des Casques bleus, l’ONU, qui a pris connaissance des informations parues dans les médias, souligne que le Sri Lanka est un contributeur très important à ses opérations de maintien de la paix.  Le Secrétaire général, qui a condamné l’attaque contre les soldats de la paix sri-lankais, présente ses condoléances au Gouvernement et au peuple du Sri Lanka.

L’ONU, a pour politique de soumettre les individus et les unités que tous les États Membres, y compris le Sri Lanka, déploient dans ses opérations, à des tests rigoureux et crédibles pour préserver l’intégrité de ses missions. 

Les procédures de contrôle des Casques bleus de l’ONU au Sri Lanka n’ont été approuvées qu’en décembre de l’année dernière.  Depuis lors, ce n’est pas seulement la Commission srilankaise des droits mais aussi l’ONU qui ont conjointement fait passer des tests au personnel désigné par le Gouvernement du Sri Lanka.  L’objectif est d’assurer le déploiement rapide des soldats de la paix sri-lankais sur le terrain.

Tableau d’honneur

La Géorgie et la Slovénie ont réglé l’intégralité de leurs contributions au budget de l’Organisation pour 2019 portant ainsi à 41 le nombre des États Membres qui ont fait de même.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.