Yémen: le Conseil de sécurité crée, pour une période initiale de six mois, la Mission des Nations Unies en appui à l’Accord sur Hodeïda (MINUAAH)

CS/13664
16 janvier 2019
8444e séance – matin

Yémen: le Conseil de sécurité crée, pour une période initiale de six mois, la Mission des Nations Unies en appui à l’Accord sur Hodeïda (MINUAAH)

Le Conseil de sécurité a consacré, aujourd’hui, sa première décision de l’année à la situation au Yémen.  Par la résolution 2452 (2019) adoptée à l’unanimité, le Conseil a créé, pour une période initiale de six mois, la Mission des Nations Unies en appui à l’Accord sur Hodeïda (MINUAAH), chargée de faciliter l’application de l’Accord sur la ville et les ports de Hodeïda, de Salif et de Ras Issa établi par l’Accord de Stockholm du 13 décembre 2018. 

La Mission a pour mandat de diriger le Comité de coordination du redéploiement de manière à superviser le cessez-le-feu, le redéploiement des forces et les opérations de lutte antimines dans l’ensemble de la province de Hodeïda.  Elle doit aussi surveiller le respect, par les parties, du cessez-le-feu dans la province de Hodeïda et le redéploiement mutuel des forces à l’extérieur de la ville et des ports de Hodeïda, de Salif et de Ras Issa.  La Mission doit également travailler avec les parties pour que la sécurité de la ville et des ports de Hodeïda, de Salif et de Ras Issa soit assurée par les forces de sécurité locales et faciliter et coordonner l’appui qu’apportent les Nations Unies pour aider les parties à appliquer intégralement l’Accord sur Hodeïda.

Dans sa résolution, le Conseil de sécurité approuve les propositions du Secrétaire général relatives à la composition et aux aspects opérationnels de la Mission et souligne, afin d’éviter le chevauchement des tâches et de tirer le meilleur parti des ressources existantes, qu’il importe d’établir une collaboration et une coordination étroites entre toutes les entités des Nations Unies présentes au Yémen, notamment le Bureau de l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen, la Coordonnatrice résidente et Coordonnatrice de l’action humanitaire, l’équipe de pays des Nations Unies, la Mission et le Mécanisme de vérification et d’inspection des Nations Unies. 

Le représentant du Yémen, M. Abdullah Ali Fadhel Al-Saadi, s’est félicité de cette résolution qui, selon lui, réaffirme l’appui de la communauté internationale à l’indépendance, à l’intégrité territoriale et à la souveraineté de son pays, tout en soulignant la nécessité d’une paix globale et durable conforme aux aspirations du peuple yéménite.  Le représentant a confirmé le plein engagement de son pays à appuyer la mise en œuvre de l’Accord de Stockholm et a appelé le Conseil de sécurité et la communauté internationale à relever les violations du cessez-le-feu commises en ce moment même par la milice houthiste, appuyée par l’Iran, lesquelles ont déjà fait 41 morts et 396 blessés.  Le Gouvernement du Yémen, a insisté le représentant, exhorte le Conseil de sécurité à assumer ses responsabilités et à condamner ces violations.  Il a d’ailleurs attiré l’attention sur une attaque perpétrée la semaine dernière contre une base militaire yéménite dans laquelle un drone iranien a été utilisé.  Le représentant a conclu en promettant le total appui de son gouvernement à la Mission des Nations Unies en appui à l’Accord sur Hodeïda (MINUAAH). 

LA SITUATION AU MOYEN-ORIENT (S/2019/28)

Texte de projet de résolution (S/2019/46)

Le Conseil de sécurité,

Rappelant ses résolutions 2014 (2011), 2051 (2012), 2140 (2014), 2175 (2014), 2201 (2015), 2204 (2015), 2216 (2015), 2266 (2016), 2342 (2017), 2402 (2018) et 2451 (2018) ainsi que les déclarations de sa présidence relatives au Yémen, en date du 15 février 2013, du 29 août 2014, du 22 mars 2015, du 25 avril 2016, du 15 juin 2017 et du 15 mars 2018,

Ayant examiné la lettre, et son annexe, que le Secrétaire général a adressée, le 31 décembre 2018, au Président du Conseil de sécurité (S/2019/28), en application de sa résolution 2451 (2018),

Réaffirmant son ferme attachement à l’unité, à la souveraineté, à l’indépendance et à l’intégrité territoriale du Yémen, et son engagement à soutenir le peuple yéménite,

Réaffirmant également son adhésion à l’accord conclu en Suède par le Gouvernement yéménite et les houtistes sur la ville de Hodeïda et les ports de Hodeïda, de Salif et de Ras Issa (l’Accord sur Hodeïda) et demandant de nouveau aux parties de l’appliquer,

1.    Décide de créer une mission politique spéciale, la Mission des Nations Unies en appui à l’Accord sur Hodeïda (MINUAAH), chargée de faciliter l’application de l’Accord sur la ville de Hodeïda et les ports de Hodeïda, de Salif et de Ras Issa établi par l’Accord de Stockholm, dont le texte a été distribué sous la cote S/2018/1134, pendant une période initiale de six mois à compter de la date d’adoption de la présente résolution;

2.    Décide également, pour aider les parties à s’acquitter de leurs engagements pris conformément à l’Accord sur Hodeïda, de confier à la Mission le mandat suivant:

a)    Diriger le Comité de coordination du redéploiement et appuyer son fonctionnement, avec l’assistance d’un secrétariat composé de personnel des Nations Unies, de manière à superviser le cessez-le-feu, le redéploiement des forces et les opérations de lutte antimines dans l’ensemble de la province de Hodeïda;

b)    Surveiller le respect, par les parties, du cessez-le-feu dans la province de Hodeïda et le redéploiement mutuel des forces à l’extérieur de la ville de Hodeïda et des ports de Hodeïda, de Salif et de Ras Issa;

c)    Travailler avec les parties pour que la sécurité de la ville de Hodeïda et des ports de Hodeïda, de Salif et de Ras Issa soit assurée par les forces de sécurité locales, dans le respect de la loi yéménite;

d)    Faciliter et coordonner l’appui qu’apportent les Nations Unies pour aider les parties à appliquer intégralement l’Accord sur Hodeïda;

3.    Approuve les propositions du Secrétaire général relatives à la composition et aux aspects opérationnels de la Mission qui figurent dans l’annexe de la lettre qu’il a adressée, le 31 décembre 2018, au Président du Conseil, et note que la Mission sera dirigée par le Président du Comité de coordination du redéploiement, qui aura rang de Sous-Secrétaire général, faisant rapport au Secrétaire général par l’intermédiaire de l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen et du Secrétaire général adjoint aux affaires politiques et à la consolidation de la paix;

4.    Souligne qu’il importe d’établir une collaboration et une coordination étroites entre toutes les entités des Nations Unies présentes au Yémen, notamment le Bureau de l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen, la Coordonnatrice résidente et Coordonnatrice de l’action humanitaire et l’équipe de pays des Nations Unies au Yémen, la Mission et le Mécanisme de vérification et d’inspection des Nations Unies, afin d’éviter le chevauchement des tâches et de tirer le meilleur parti des ressources existantes;

5.    Prie le Secrétaire général de déployer rapidement la Mission et demande aux parties à l’Accord sur Hodeïda d’appuyer l’Organisation des Nations Unies comme le prévoit le document S/2019/28, notamment en assurant la sûreté et la sécurité du personnel de la Mission et l’entrée et la circulation dans le pays, sans entrave ni retard, du personnel et du matériel de la Mission, des fournitures et des articles de première nécessité;

6.    Prie les États Membres, en particulier les États voisins, d’appuyer l’Organisation des Nations Unies de sorte que la Mission puisse s’acquitter de son mandat;

7.    Prie le Secrétaire général de lui rendre compte, chaque mois, des progrès accomplis dans l’application de la présente résolution et de tout acte de quelque partie que ce soit qui ferait obstacle au bon fonctionnement de la Mission, et de l’application de la résolution 2451 (2018), y compris d’éventuels manquements de toute partie;

8.    Prie également le Secrétaire général de lui présenter un point sur la Mission dans un délai de cinq mois à compter de la date d’adoption de la présente résolution;

9.    Décide de rester activement saisi de la question.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.