Print
Conf190801-CS
1 août 2019

Mois d’août au Conseil de sécurité: la Pologne présente un programme de travail « équilibré » centré autour de « quatre évènements phares »

L’activité du Conseil de sécurité durant le mois d’août sera marquée par « quatre évènements phares » portant sur les enfants dans les conflits armés, le droit humanitaire international, les conflits au Moyen-Orient et les victimes de violences religieuses, a indiqué aujourd’hui la Représentante permanente de la Pologne, Mme Joanna Wronecka, dont le pays succède ce mois-ci au Pérou à la présidence du Conseil. 

Lors d’une conférence de presse organisée au Siège de l’ONU, à New York, Mme Wronecka a indiqué que ces « quatre évènements phares » jalonneront le mois à venir, à commencer par la tenue, le 2 août, d’un débat public sur le rapport annuel du Secrétaire général concernant les enfants et les conflits armés.  Cette réunion sera présidée par le Ministre des affaires étrangères de la Pologne, M. Jacek Czaputowicz, en présence de la Représentante spéciale du Secrétaire général pour le sort des enfants en temps de conflit armé, Mme Virginia Gamba.  Les délégations entendront également les exposés de deux représentants de la société civile issus du Canada et du Soudan du Sud.

La Présidente du Conseil de sécurité pour le mois d’août a appelé à centrer les discussions sur les initiatives en matière de réintégration des enfants soldats dans le cadre de plans nationaux, précisant dans la foulée qu’aucune résolution ne serait adoptée dans le cadre du débat. 

Le Ministre des affaires étrangères polonais devrait également présider une réunion d’information de haut niveau sur la promotion et le renforcement du droit humanitaire international, qui aura lieu le 13 août, pour marquer le soixante-dixième anniversaire des Conventions de Genève qui aura été célébré la veille.  Mme Wronecka a espéré qu’elle puisse se solder par l’adoption d’une déclaration présidentielle.  « Mais nous avons besoin pour cela d’une approche consensuelle », a-t-elle insisté.  Trois intervenants devraient participer à l’évènement, à savoir le Secrétaire général adjoint aux affaires juridiques, M. Miguel de Serpa Soares, le Président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), M. Peter Maurer, et une chercheuse de l’Académie de droit international humanitaire et de droits humains de Genève, Mme Annyssa Bellal. 

Le troisième évènement majeur du Conseil prendra la forme d’un débat public sur le Moyen-Orient, le 20 août.  « Nous aimerions parler à cette occasion des causes profondes de certains conflits dans la région », a précisé Mme Wronecka, soulignant que tous les États Membres de la région étaient invités à participer au débat, en présence de la Chef de cabinet du Secrétaire général, Mme Maria Luiza Ribeiro Viotti, et du Coordonnateur spécial de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, M. Nikolaï Mladenov. 

« Nous pensons qu’il existe un moyen de résoudre le conflit conformément au droit international », a poursuivi Mme Wronecka, appelant à trouver une solution pour protéger les intérêts des deux parties.  « Pour cela, nous avons besoin de l’apport et des bonnes idées de la région », a-t-elle insisté, appelant à prendre appui sur ce débat pour dialoguer.

Enfin, le 22 août, le Conseil tiendra une réunion en formule Arria pour marquer la Journée internationale de commémoration des personnes victimes de violences en raison de leur religion ou de leurs convictions, créée le 28 mai dernier par l’Assemblée générale dans sa résolution A/73/L.85, texte que la Pologne avait alors présenté aux États Membres avant son adoption à l’unanimité.  « Nous voulons nous concentrer sur la sécurité des minorités religieuses dans les conflits armés », a indiqué Mme Wronecka. 

Outre ces quatre principaux points, le Conseil organisera également, dans le courant du mois d’août, des réunions et des consultations sur la paix et la sécurité en Afrique, en Syrie, au Yémen, en Afghanistan et en Iraq.  Il devrait également renouveler le mandat de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), qui arrive à expiration à la fin du mois. 

Mme Wronecka a aussi indiqué qu’un dialogue interactif sur le Burundi s’était rajouté à la dernière minute au calendrier du Conseil, le 28 août. 

De plus, des consultations devraient « très probablement » avoir lieu sur la République populaire démocratique de Corée (RPDC), en réponse aux rapports concernant les récents tirs de missiles ordonnés par Pyongyang.  « Nous sommes très axés sur la recherche de solutions », a précisé la déléguée polonaise, notant que les membres du Conseil demeuraient unis sur cette question.  Elle a toutefois précisé que le Conseil ne prévoyait pas pour l’instant d’adopter une résolution sur ce dossier.

S’agissant de la Libye, la déléguée polonaise a indiqué que le rapport de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) devrait être publié le 26 août.  Selon la pratique courante, il nous faut au moins quatre jours pour consulter un rapport, a rappelé Mme Wronecka, pour justifier l’absence de réunion, ce mois-ci, sur cette question pourtant « urgente ».  Elle a toutefois prédit qu’une réunion serait probablement organisée sur la Libye au mois de septembre, lorsque le Conseil de sécurité sera présidée par la Fédération de Russie.

 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.