Print
AG/12168
1 août 2019
Soixante-treizième session, 102e séance plénière – matin

L’Assemblée générale appelle à renforcer la coopération avec le Forum des îles du Pacifique et rend hommage au feu Président tunisien, Béji Caïd Essebsi

L’Assemblée générale a souligné, ce matin, l’intérêt qu’il y a à accroître la coopération et la coordination entre organismes des Nations Unies et les membres du Forum des îles du Pacifique et a encouragé le Secrétaire général et les dirigeants du Forum à tenir leur prochaine réunion en septembre 2019, en marge du débat général.

Elle a, auparavant, rendu hommage au feu Président tunisien, Béji Caïd Essebsi.

En adoptant par 137 voix pour, zéro contre et 12 abstentions la résolution A/73/L.104, l’Assemblée générale a également indiqué attendre « avec intérêt » l’examen de haut niveau convoqué le 27 septembre 2019 en vue d’examiner les progrès accomplis pour répondre aux besoins prioritaires des petits États insulaires en développement grâce à la mise en œuvre des Orientations de Samoa.

Le texte a été présenté par Nauru qui, en sa qualité de Président du Forum, a expliqué que ce texte bisannuel comportait un certain nombre d’innovations « notables », dont un préambule qui souligne désormais l’importance que les membres du Forum attachent à la proclamation de la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable. 

Par cette résolution, l’Assemblée générale prend également note avec satisfaction de la visite qu’a effectuée le Secrétaire général dans la région des membres du Forum des îles du Pacifique du 12 au 18 mai 2019.  Le texte évoque aussi la tenue, du 2 au 6 juin 2020, à Lisbonne, de la Conférence des Nations Unies visant à appuyer la réalisation de l’objectif de développement durable no 14: conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable.  Le texte porte également sur les activités opérationnelles des bureaux multipays, l’Assemblée générale précisant attendre avec intérêt que de nouvelles consultations inclusives soient tenues avec tous les pays concernés afin de finaliser l’examen desdits bureaux.

Nauru a toutefois regretté que cette résolution, pour la première fois de son histoire, ait été l’objet d’un vote.  « Si nous avons demandé un vote, a expliqué la Chine avant la mise aux voix, c’est parce que ses coauteurs n’ont pas souhaité nous consulter et ont présenté ce projet “controversé” à l’Assemblée sans daigner nous écouter. »  La délégation chinoise a indiqué s’être abstenue pour exprimer son insatisfaction quant à la démarche suivie et a appelé les négociateurs à davantage prendre en compte, à l’avenir, les « préoccupations légitimes » des pays de la région.

À l’issue du vote, la Fédération de Russie s’est également déclarée déçue du fait que les négociateurs aient refusé d’examiner les amendements introduits lors des consultations sur le texte et les a invités instamment à rechercher un consensus, en particulier pour les questions délicates. 

La délégation indonésienne a plus spécifiquement regretté certaines références introduites « très tard » dans le processus de négociation, et le fait « qu’un État Membre » continuerait de se mêler des affaires internes de l’Indonésie en violation des principes de la Charte.

La version finale de ce texte a en revanche été saluée par les États-Unis, qui ont jugé « normal » d’aider les pays qui se heurtent à des difficultés de développement en raison de leur situation géographique particulière, et ont appelé l’ONU à renforcer encore davantage sa coopération avec le Forum. 

En début de séance, l’Assemblée générale a observé une minute de silence à la mémoire du feu Président Béji Caïd Essebsi de la Tunisie, qui est décédé le 25 juillet dernier. 

Dans son hommage, le Secrétaire général a déclaré que le Président Caïd Essebsi était un grand homme d’État et sa disparition représente une perte immense pour toute la région.  « L’infinie tristesse qui saisit la Tunisie et se manifeste partout ailleurs témoigne du rôle crucial qu’il a joué dans l’histoire de son pays depuis l’indépendance, et en particulier ces dernières années. » 

« Le Président Caïd Essebsi restera dans les mémoires comme un personnage historique du monde arabe et africain ayant guidé son pays vers la démocratie et le plein respect des droits et libertés fondamentales de ses concitoyens et concitoyennes.  Il a fait preuve d’une grande sagesse et d’un leadership moral en choisissant le dialogue et le consensus à des moment critiques de la transition démocratique de la Tunisie. »

« Alors que la Tunisie pleure la disparition de ce pionnier, les Tunisiens peuvent être fiers du riche héritage qu’il laisse derrière lui », a confié le Secrétaire général, qui voyait en lui un partenaire indéniable des Nations Unies, « un partenaire sur lequel on pouvait compter et un allié indispensable dans la recherche de solutions aux conflits dans la région et un soutien sans faille de l’action menée par l’ONU en Libye ». 

S’exprimant au nom du Ministre des affaires étrangères tunisiennes, le représentant de la Tunisie a déclaré que de la lutte pour l’indépendance de la Tunisie, à son parcours aux côtés du Président Bourguiba et à son retour sur la scène politique en 2011, le « premier Président tunisien élu librement en 2014 », a toujours favorisé le consensus, une approche inclusive et la réconciliation des Tunisiens avec leur histoire.  Il n’a eu de cesse de rechercher la paix et la stabilité dans la région, a souligné le représentant tunisien, qui a rappelé que le processus démocratique auquel il avait contribué avait débouché, entre autres, sur l’attribution, en 2015, du prix Nobel de la paix au Quartet du dialogue national.

« Tout au long de sa vie, tout comme au moment de sa mort, il aura laissé un message d’unité.  Qu’il repose en paix et dans la certitude que la Tunisie a tracé un chemin irréversible sur la voie du progrès, de la liberté et de la démocratie. »

Les représentants des grands groupes régionaux sont également intervenus pour se faire l’écho de ces paroles d’hommage.

La prochaine réunion de l’Assemblée générale sera annoncée dans le Journal des Nations Unies.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.