Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 7 mai 2019

Dbf190507
7 mai 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 7 mai 2019

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Conseil de sécurité

Le Secrétaire général a pris part, ce matin, à un débat public du Conseil de sécurité sur la formation au maintien de la paix et le renforcement des capacités.

À cette occasion, M. António Guterres a noté que l’amélioration de la formation était l’un des principaux engagements communs de l’initiative « Action pour le maintien de la paix ».

La formation prépare les soldats de la paix, qui sont déployés dans des environnements de plus en plus complexes et bien souvent hostiles, à l’accomplissement de leurs tâches vitales, a-t-il déclaré, ajoutant qu’elle sauvait également des vies.

Le Secrétaire général a souligné que l’une des principales priorités de l’Organisation était de renforcer le comportement et la discipline de son personnel.  Il s’est ainsi dit encouragé par le fait que le nombre d’allégations d’exploitation et d’atteintes sexuelles dans le cadre du maintien de la paix semble diminuer.

Le Secrétaire général a toutefois appelé à se montrer vigilants dans nos efforts de prévention et à promouvoir la responsabilité à chaque entrave à la politique de tolérance zéro, dans le cadre d’un partenariat étroit avec les États Membres. 

Lutte contre le terrorisme

Lors du lancement du Programme des Nations Unies pour lutter contre les voyages des terroristes, le Secrétaire général a déclaré que les récents attentats odieux perpétrés au Kenya, en Nouvelle-Zélande et au Sri Lanka, entre autres, illustraient de manière tragique la portée mondiale du fléau terroriste.  Ces attaques, a-t-il déclaré, soulignent la nécessité de travailler en étroite collaboration avec des partenaires du système des Nations Unies et au-delà.

M. Guterres a déclaré que le Programme des Nations Unies pour lutter contre les voyages des terroristes, lancé aujourd’hui, aiderait les États Membres à collecter, traiter et partager des données sur les voyages avec d’autres autorités nationales et internationales compétentes, dans le plein respect de la vie privée et des libertés fondamentales.  Le Secrétaire général a ajouté que ces échanges d’informations renforceraient la capacité des États Membres à détecter, prévenir et enquêter efficacement et à poursuivre les auteurs d’infractions terroristes, y compris celles liées aux voyages.

Déplacements officiels du Secrétaire général

Le Secrétaire général s’envolera, ce soir, pour Genève où il présidera, jeudi et vendredi, la réunion de printemps du Conseil des chefs de secrétariat des Nations Unies.  Durant son séjour dans la ville suisse, le Secrétaire général prononcera également une allocution lors d’une session extraordinaire du Conseil général de l’Organisation mondiale du commerce, qui aura lieu vendredi après-midi.  M. Guterres y soulignera l’importance de préserver l’ordre multilatéral fondé sur des règles, y compris commerciales, pour une mondialisation juste et la réalisation des objectifs de développement durable.

Le dimanche 12 mai, le Secrétaire général se rendra dans le Pacifique Sud pour se pencher sur la question des changements climatiques, dans la perspective du sommet qu’il convoquera en septembre à New York sur la question.  Dans le cadre de son voyage, M. Guterres se rendra en Nouvelle-Zélande, aux Fidji, aux Tuvalu et au Vanuatu.

Libye

Les combats se sont poursuivis dans le sud de Tripoli, en dépit de l’appel lancé par la Mission d’appui des Nations Unies en Libye en faveur d’une trêve humanitaire d’une durée d’une semaine.

Au moins 12 frappes aériennes et plusieurs décès ont été signalés hier, lundi 6 mai.

L’Organisation est extrêmement préoccupée par la multiplication des rapports selon lesquels des armes et munitions seraient fournies aux deux parties, en violation des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité.

La Mission des Nations Unies a réitéré son appel en faveur d’une trêve humanitaire afin de permettre aux civils de se déplacer librement, de s’approvisionner pendant le Ramadan et de faciliter la fourniture sans entrave d’une aide humanitaire aux personnes bloquées dans les zones de conflit.

Myanmar

Le Secrétaire général a été très soulagé d’apprendre la libération des journalistes de l’agence Reuters, Wa Lone et Kyaw Soe Oo, au Myanmar.

Crash en Fédération de Russie

Le Secrétaire général a écrit une lettre au Président russe, M. Vladimir Putin, pour lui faire part de ses plus sincères condoléances et de sa profonde tristesse face aux pertes en vies humaines occasionnées par l’accident d’avion survenu ce week-end, à l’aéroport de Moscou.

Dans cette lettre, le Secrétaire général exprime ses sincères condoléances aux familles des victimes, ainsi qu’au peuple et au Gouvernement de la Fédération de Russie.  M. Guterres souhaite en outre aux blessés un rétablissement prompt et complet.

Yémen

Mme Lise Grande, Coordonnatrice humanitaire des Nations Unies pour le Yémen, s’est dite soulagée, aujourd’hui, que les Nations Unies aient enfin reçu le feu vert pour utiliser un corridor existant dans le but d’accéder aux silos à grain de l’usine Red Sea Mills, jugeant très positif le fait que les parties aient pris cette mesure.

« Tout le monde sait que nous avons besoin de la nourriture stockée dans les silos », a-t-elle déclaré.  « Nous sommes désormais engagés dans une course contre la montre pour sauvegarder ces stocks, capables de nourrir 3,7 millions de personnes pendant un mois. »

Syrie

Dans une déclaration publiée hier soir, le Secrétaire général a fait part de sa profonde préoccupation face à l’intensification des combats dans la zone de désescalade du nord-ouest de la Syrie entre les forces du Gouvernement syrien et leurs alliés, les forces de l’opposition armée et Hayat Tahrir-al-Sham.  Le Secrétaire général s’est dit alarmé par les informations faisant état de raids aériens contre des centres urbains et des infrastructures civiles et de centaines de morts et de blessés, sans compter plus de 150 000 nouveaux déplacés.

Le Secrétaire général a exhorté les parties à respecter le droit international humanitaire et à protéger les civils.  Il a appelé à la désescalade urgente de la situation au moment où le mois sacré du Ramadan commence.  Il a exhorté les parties à se réengager pleinement en faveur des arrangements sur le cessez-le-feu prévu dans le mémorandum du 17 septembre 2018.  Le Secrétaire général a lancé un appel urgent aux Garants d’Astana pour qu’ils y veillent. 

Union africaine – Nations Unies

Le Secrétaire général a pris part à une conférence de presse, hier après-midi, avec le Président de la Commission de l’Union africaine (UA), M. Moussa Faki, suite à la réunion plénière de la troisième conférence annuelle UA-ONU.

Le partenariat entre l’UA et l’ONU est absolument central et stratégique, a déclaré le Secrétaire général à cette occasion, soulignant que les efforts en faveur de la paix et de la sécurité, des droits de l’homme, du développement et de la lutte contre les changements climatiques ne pourraient être couronnés de succès à l’échelle mondiale que si l’Afrique s’en sortait également.

M. Guterres a indiqué que les deux principaux champs de bataille étaient les changements climatiques et le financement du développement.  Il a indiqué que l’Union africaine et l’ONU travailleraient main dans la main sur ces deux questions au cours des mois à venir.

Le Secrétaire général a déclaré que, si l’Afrique ne contribue que faiblement aux changements climatiques, elle est en revanche l’une des zones où leurs effets se font sentir de manière dramatique et dévastatrice, comme en témoigne, selon lui, les récentes tempêtes au Mozambique et la sécheresse au Sahel.  M. Guterres a appelé à se montrer plus ambitieux en matière d’atténuation, d’adaptation et de financement pour inverser les tendances actuelles.

Violences sexuelles et de genre

Le Gouvernement norvégien organisera une conférence internationale sur la lutte contre la violence sexuelle et de genre dans les crises humanitaires, du 23 au 24 mai à Oslo.

Cette conférence vise à mobiliser un engagement politique plus fort en faveur de la prévention de la violence sexuelle et de genre dans les crises humanitaires, à accroitre le financement pour lutter contre ce phénomène via des plans d’intervention coordonnés par l’ONU et à mettre en lumière les meilleures pratiques.

Tous les États Membres des Nations Unies sont invités au niveau ministériel, ainsi que les organisations de la société civile et des personnalités influentes.

Pollution liée au sable

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a publié, aujourd’hui, un rapport selon lequel la demande mondiale de sable engendre de la pollution, des inondations et des sécheresses, ainsi qu’une accélération de l’érosion des plages et une réduction des dépôts dans les deltas des rivières.

Le rapport indique que la demande mondiale de sable et de gravier oscille entre 40 et 50 milliards de tonnes par an, ce qui en fait la deuxième ressource naturelle extraite et commercialisée la plus importante en volume, après l’eau.  Le PNUE avertit que nous « dépensons notre budget de sable » plus rapidement que nous ne sommes en mesure d’en reconstituer les stocks.  Le rapport recommande des mesures pour gérer cette ressource très utile.

Acides gras trans

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a salué aujourd’hui l’engagement pris par l’Alliance internationale pour l’alimentation et les boissons, qui regroupe certaines des plus grandes entreprises mondiales du secteur de l’alimentation et des boissons, afin d’éliminer les acides gras trans de la chaine de production agroalimentaire mondiale d’ici à 2023.

Cet engagement est conforme aux objectifs de l’OMS, qui encadrera les prochaines étapes pour s’assurer qu’il soit respecté.

Cette décision est intervenue après une rencontre, la semaine dernière, entre le Directeur général de l’OMS, docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, et des dirigeants de sociétés appartenant à l’Alliance.

Le Directeur général a déclaré que l’élimination des acides gras trans produits industriellement était l’un des moyens les plus simples et les plus efficaces de sauver des vies et de créer un approvisionnement alimentaire plus sain.  L’apport en acides gras trans est en effet responsable de plus d’un demi-million de décès dus à une maladie coronarienne chaque année dans le monde.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.