Imprimer
SG/SM/18955-OBV/1780-ORG/1665
25 mars 2018

Le Secrétaire général rappelle que sur 193 États, 92 seulement sont parties à la Convention sur la protection du personnel de l’ONU dont 29 membres sont détenus actuellement

On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, à l’occasion de la Journée internationale de solidarité avec les membres du personnel détenus ou portés disparus, célébrée le 25 mars:

La Journée internationale de solidarité avec les membres du personnel détenus ou portés disparus nous rappelle que le personnel des Nations Unies au service des peuples du monde est très souvent exposé à des dangers.

Aujourd’hui, 29 membres du personnel civil des Nations Unies sont en détention.  Huit d’entre eux sont détenus sans que les charges soient claires ou connues, ou sans que l’Organisation ait été informée des raisons de leur arrestation.  Nous continuerons à suivre ces affaires et à œuvrer en faveur de la libération de nos collègues.

J’engage tous les pays à appuyer la Convention de 1994 sur la sécurité du personnel des Nations Unies et du personnel associé ainsi que le Protocole facultatif de 2005 relatif à la Convention, qui étend la portée de la protection au personnel chargé de l’assistance humanitaire ou politique ou de l’aide au développement. 

Seulement 92 États sont parties à la Convention de 1994 et 32 seulement sont parties au Protocole.  J’exhorte tous les pays qui ne l’ont pas encore fait à adhérer à ces instruments au plus vite.

Qu’ils se trouvent dans leur pays d’origine ou loin de leurs familles et de leurs foyers, les membres du personnel des Nations Unies s’emploient sans relâche à aider les plus vulnérables, partout dans le monde.  Assurer leur sécurité alors qu’ils s’acquittent de cette mission cruciale devrait être notre priorité.

En cette Journée internationale, renforçons notre détermination et nos moyens de protéger le personnel des Nations Unies qui, infatigable, œuvre en faveur de la paix, du développement durable et des droits de l’homme pour tous.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.