Le Secrétaire général nomme Mme Bience Gawanas, de la Namibie, en tant que Conseillère spéciale pour l’Afrique

SG/A/1782-BIO/5054
15 janvier 2018

Le Secrétaire général nomme Mme Bience Gawanas, de la Namibie, en tant que Conseillère spéciale pour l’Afrique

Le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, a annoncé aujourd’hui la nomination de Mme Bience Gawanas, de la Namibie, au poste de Conseillère spéciale pour l’Afrique.  Elle succède à M. Maged Abdelaziz, de l’Égypte, à l’égard duquel le Secrétaire général exprime sa reconnaissance pour son engagement et son dévouement au service de l’Organisation.  Le Secrétaire général souhaite également exprimer sa gratitude à M. David Mehdi Hamam, Conseiller spécial par intérim depuis le départ de M. Abdelaziz.

Mme Gawanas est actuellement Conseillère spéciale auprès du Ministre de l’éradication de la pauvreté et de la protection sociale de la Namibie.  Auparavant, elle était Conseillère spéciale auprès du Ministre de la santé et des services sociaux.  Défenseure inlassable de la santé et des droits des femmes en Afrique, elle a été saluée pour son rôle dans l’organisation de campagnes ambitieuses telles que la Campagne pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile en Afrique (CARMMA).

Mme Gawanes a été élue, pour deux mandats, Commissaire aux affaires sociales au sein de l’Assemblée des chefs d’État et de gouvernement de l’Union Africaine en 2003 et en 2008.  Elle était chargée de la défense et de l’harmonisation et de la coordination des politiques et programmes régionaux et continentaux de promotion du développement social.  Ses dossiers incluaient la santé, le VIH/sida, la nutrition, les flux migratoires, les arts et la culture, le bien-être des groupes vulnérables, l’emploi et les migrations, ainsi que le sport.  Avant d’occuper les fonctions de commissaire, elle était Ombudsman de Namibie (1996-2003).  Elle a également été avocate au sein de Legal Assistance Centre, une organisation non gouvernementale de défense des droits de l’homme (1990-1991), et conférencière en droit relatif au genre à l’Université de Namibie (1995-1997).

Elle a participé à divers groupes de travail et commissions, y compris l’Équipe spéciale du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) pour l’amélioration de la coordination entre les institutions multilatérales et les donateurs internationaux, le Groupe de travail sur le renforcement de l’éducation et de la formation des agents de santé, la Commission mondiale sur le VIH et le droit, la Commission de l’information et de la redevabilité pour la santé de la femme et de l’enfant, le Comité directeur mondial sur l’accès universel et la Commission Lancet-Université d’Oslo sur la gouvernance mondiale de la santé.

Elle est titulaire d’un diplôme en droit de l’Université de Warwick, au Royaume-Uni, et d’un diplôme d’avocat de l’École de droit de Lincoln Inn, au Royaume-Uni.  Elle est également titulaire d’un MBA délivré par l’Université du Cap, en Afrique du Sud, et d’un doctorat honorifique en droit de l’Université de Western Cape.

Née en 1956, elle a trois enfants et quatre petits-enfants.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.