Le Comité des ONG termine sa session et « illustre sa difficulté à prendre des décisions sur des questions sensibles »

ECOSOC/6924-ONG/876
30 mai 2018
Reprise de la session 2018, 29e – matin

Le Comité des ONG termine sa session et « illustre sa difficulté à prendre des décisions sur des questions sensibles »

Sur 472 dossiers, le Comité chargé des ONG a recommandé au Conseil économique et social (ECOSOC) de n’accorder le statut consultatif qu’à 218 organisations, « ce qui illustre sa difficulté à prendre des décisions sur des questions sensibles et sa tendance à reporter les dossiers de session en session », a commenté le Président du Comité, M. Jorge Dotta, de l’Uruguay. 

Le Comité a achevé aujourd’hui la seconde séquence de sa session 2018 qu’elle avait commencée le 21 mai.  Il tiendra une toute dernière réunion le 11 juin prochain pour adopter son rapport final et convoquera le 22 juin, des consultations inédites avec les ONG dotées d’un statut consultatif. 

« Difficultés à prendre des décisions? »  Le Comité des ONG l’a encore montré hier, avec le refus, à l’issue d’un vote, de faire à l’ECOSOC une recommandation favorable à la Fondation Konrad-Adenauer, le célèbre « think tank » politique allemand, riche de 80 bureaux, d’un budget annuel de 100 millions d’euros et de multiples projets dans plus de 100 pays dans le monde. 

Les ONG suisses « Bureau international pour le respect des droits de l’homme au Sahara occidental » et « Centre Universitaire de droit international humanitaire » ont carrément jeté l’éponge: « nous ne répondrons plus à des questions qui ne sont que des prétextes pour ne pas prendre de décision », a dit l’une et « nous ne voulons pas faire perdre son temps au Comité », a ironisé l’autre.  Pour ces ONG, le Comité démontre, par sa façon de faire, que le discours des Nations Unies sur l’importance du rôle de la société civile s’arrête aux intérêts de certains États.

Le Président du Comité, qui a annoncé les toutes premières consultations, le 22 juin prochain, avec les ONG dotées d’un statut consultatif, a dit attendre des discussions franches sur les relations « changeantes » entre les Nations Unies et la société civile et sur les moyens de les améliorer.  Une lueur d’espoir est peut-être née aujourd’hui avec la décision de la Chine de ne plus militer pour le retrait du statut consultatif spécial, accordé il y a 25 ans, à l’ONG allemande « Société pour les peuples menacés ». 

La Chine accusait l’ONG d’avoir pour collaborateur « un terroriste », en la personne de M. Dolkun Isa, activiste et politicien ouïgour.  Dans une lettre au Comité, l’ONG souligne: « nous ne choisirions jamais un représentant dont on a prouvé qu’il était terroriste ».  « Nous n’acceptons ni n’encourageons le recours à la violence.  Nous rejetons le terrorisme dans toutes ses formes et dans les termes les plus forts ». 

Au cours de cette reprise de session, le statut consultatif le plus élevé, le statut consultatif général, a été accordé à « Global Economist Forum » du Bangladesh, « The Sant Nirankari Mandal Plus ha » de l’Inde, « Universal Peace Federation » des États-Unis et « Imam Ali’s Popular Students Relief Society » de l’Iran.  Ces ONG sont désormais reconnues comme de grandes organisations internationales dont les domaines d’action et de travail couvrent la majorité des points contenus dans l’agenda de l’ECOSOC et de ses organes subsidiaires.  Elles sont autorisées à soumettre au Conseil des communications écrites et des pétitions, et à proposer l’inscription de points à l’ordre du jour. 

D’après le calcul du Président du Comité, 214 autres ONG ont obtenu le statut consultatif spécial, réservé aux ONG qui travaillent dans un domaine spécifique et qui peuvent, en conséquence, soumettre des communications écrites et des pétitions à l’ECOSOC.  Le dernier statut, la Liste, va aux ONG qui ont plutôt tendance à travailler d’une manière plus technique et/ou restreinte.  Elles ne peuvent soumettre à l’ECOSOC que des communications écrites.  Ce statut n’a fait l’objet d’aucune demande lors de cette session. 

Le Comité a également pris note de 196 rapports que les ONG dotées d’un statut consultatif sont tenues de présenter tous les quatre ans pour prouver la conformité de leurs activités avec celles de l’ECOSOC.  Six rapports ont été bloqués dont celui de l’ONG américaine « Inter-American Press Association » qui doit d’abord expliquer à Cuba la nature des réunions qu’elle a organisées avec la « UN Foundation » en Amérique latine. 

Le Comité a suspendu, pour un an, le statut consultatif spécial de 152 ONG au motif qu’elles n’ont pas soumis à temps leurs rapports quadriennaux.  Il a retiré leur statut à 101 organisations qui n’ont tout simplement pas soumis leurs rapports et rétabli dans leurs droits 24 ONG qui ont finalement décrit leurs activités. 

      Le Comité a pris également note du nouveau nom de six ONG et de la dissolution de trois autres organisations.  Il a clos le dossier de 27 ONG et reporté sa décision sur la demande de fusion de la « Social Service Agency of the Protestant Church in Germany ».

Le Comité des ONG tiendra sa prochaine session du 21 au 30 janvier 2019 qu’il reprendra du 16 au 24 mai. 

 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.