Le 9 août, la Journée internationale des peuples autochtones mettra l’accent sur les défis posés par leurs migrations et leurs mouvements transfrontaliers

DH/5402-OBV/1809
7 août 2018

Le 9 août, la Journée internationale des peuples autochtones mettra l’accent sur les défis posés par leurs migrations et leurs mouvements transfrontaliers

La Journée internationale des peuples autochtones, qui est célébrée le 9 août, sera consacrée cette année à la migration et aux mouvements transfrontaliers des peuples autochtones.  À cette occasion, le Siège de l’ONU accueillera une manifestation spéciale pour faire le point sur les différents aspects de cette question.

Les peuples autochtones continuent en effet à faire face à la discrimination, à la marginalisation, à la violence et à d’autres atteintes à leurs droits fondamentaux, des défis exacerbés par leurs migrations vers des zones urbaines, voire à l’étranger.

« Il est important de souligner la nécessité de protéger les migrants autochtones contre toutes les formes de violence et d’exploitation économique en tant que cause potentielle et conséquence de la migration », ont déclaré, dans une déclaration commune, une quarantaine d’entités du système des Nations Unies et d’autres organisations internationales.

Observée le 9 août, la Journée internationale des peuples autochtones est l’occasion d’examiner ces défis et de réfléchir aux réponses rapides à y apporter pour protéger les droits des peuples autochtones, à l’intérieur et à l’extérieur de leurs territoires traditionnels, et de revitaliser leurs identités et cultures, explique ce regroupement d’organismes.

De nombreux peuples autochtones sont contraints au déplacement ou émigrent hors de leurs terres ancestrales, notamment en raison de la perte croissante de leurs terres et de leurs ressources, des effets des changements climatiques et du tracé arbitraire de frontières nationales qui divisent leurs territoires.  Selon la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), au moins 40% des peuples autochtones d’Amérique latine vivent aujourd’hui en zone urbaine.

Dans une déclaration distincte, Mme Victoria Tauli-Corpuz, Rapporteuse spéciale sur les droits des peuples autochtones; Mme Mariam Wallet Aboubakrine, Présidente de l’Instance permanente sur les questions autochtones; le Mécanisme d’experts sur les droits des peuples autochtones; ainsi que le Fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour les peuples autochtones rappellent pour leur part aux États que « tous les peuples autochtones, où qu’ils migrent ou demeurent, ont des droits que leur confèrent les instruments internationaux, y compris la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

L’article 36 de la Déclaration stipule en effet que ces derniers, en particulier lorsqu’ils sont divisés par des frontières internationales, ont le droit de maintenir et de développer des contacts, des relations et une coopération avec leurs membres et avec d’autres peuples. 

La célébration de la Journée sera notamment marquée par la tenue, le 9 août, de 15 à 18 heures, d’un événement spécial qui réunira des experts autochtones en provenance de l’Équateur, du Mali, du Mexique, de Thaïlande et des États-Unis qui parleront des causes, des défis et des opportunités soulevés par les migrations et les mouvements transfrontaliers des peuples autochtones, ainsi que des moyens de promouvoir et de protéger les droits de ces derniers dans ces contextes.

La discussion sera précédée d’un débat de haut niveau avec des remarques de M. Liu Zhenmin, Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales; de Mme Mariam Wallet Aboubakrine, Présidente de l’Instance permanente sur les questions autochtones; de M. Rubén Armando Escalante Hasbún, Représentant permanent d’El Salvador auprès des Nations Unies; et de Mme Rosa Montezuma, Miss Panama 2018.  Le Chef Tadodaho Sidney Hill, de la Nation Onondaga, des États-Unis, ouvrira la cérémonie.

Adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 13 septembre 2007, la Déclaration sur les droits des peuples autochtones fixe un cadre universel de normes minimales pour la survie, la dignité et le bien-être des peuples autochtones.  Ce document phare est l’instrument international le plus complet sur les droits collectifs des peuples autochtones, y compris les droits à l’autodétermination, aux terres, territoires et ressources traditionnels, à l’éducation, à la culture, à la santé et au développement.

Les peuples autochtones comptent environ 370 millions de personnes et vivent dans 90 pays.  En pratiquant des traditions uniques, elles conservent des caractéristiques sociales, culturelles, économiques et politiques distinctes de celles des sociétés dominantes dans lesquelles elles vivent.

Emoji

Afin de donner plus de visibilité à la Journée internationale sur les médias sociaux, le Département de l’information de l’ONU a collaboré avec Twitter pour créer et promouvoir un emoji spécifique pour les hashtags #WeAindIndigenous, #IndigenousPeoplesDay #IndigenousDay et #Autochtones, ceci du 8 août au 17 septembre, afin de couvrir à la fois la Journée internationale (9 août) et l’anniversaire de l’adoption de la Déclaration (13 septembre).

« L’emoji est une façon amusante d’élever le profil de la Journée internationale et d’engager un public plus large dans la promotion des droits des peuples autochtones », a déclaré Mme Alison Smale, Secrétaire générale adjointe à la communication.

Lancement du site Web pour l’Année internationale des langues autochtones (2019)

Les langues continuent à disparaître à un rythme alarmant à travers le monde.  Selon l’Instance permanente sur les questions autochtones, pas moins de 40% des quelque 6 700 langues parlées à compter de 2016 risquent de disparaître.  Le fait que beaucoup d’entre elles soient des langues autochtones met en péril les cultures et systèmes de connaissances auxquels ces langues appartiennent.

Pour attirer l’attention sur la perte alarmante de langues autochtones et sur le besoin urgent de les préserver, de les revitaliser et de les promouvoir aux niveaux national et international, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé 2019 l’Année internationale des langues autochtones.

Le site officiel de l’Année peut être consulté en suivant le lien: www.iyil2019.org.

Information pour les médias

Les cinq experts suivants sont disposés à répondre aux questions des médias:

Mme Mariam Wallet Aboubakrine, Présidente de l’Instance permanente sur les questions autochtones (Tuareg, Mali); Mme Amy R. Juan (Tohono O’odham Nation of Southwest Arizona, États-Unis); M. Prasert Trakansuphakon (Karen, Thaïlande); Mme Toa Elisa Maldonado Ruiz (Kichwa, Équateur) et M. Carlos Yescas, spécialiste des politiques alimentaires d’Amérique latine.

Contact presse: Martina Donlon par tél.: +1 212 963-6816, ou par courriel donlon@un.org, Département de l’information de l’ONU.

Déclaration conjointe du Groupe interorganisations sur les problèmes des peuples autochtones: http://bit.ly/idwip2018.

Déclaration conjointe de quatre experts de l’ONU: https://bit.ly/2niKeSV.

Pour plus d’informations sur la Journée internationale des peuples autochtones du monde: www.un.org/en/events/indigenousday.

Sur Twitter, suivez #WeAreIndigenous #IndigenousDay #IndigenousPeoplesDay #Autochtones @UN4Indigenous.

Site web, retransmission en direct: http://webtv.un.org: mercredi 9 août, 13 heures - conférence de presse; 15 heures - événement spécial.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.