Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU:13 novembre 2018

Dbf/181113
13 novembre 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU:13 novembre 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Gaza

M. Nikolay Mladenov, le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, a dit sur Twitter, aujourd’hui, que les Nations Unies travaillent étroitement avec l’Égypte et toutes les parties intéressées pour s’assurer que Gaza s’éloigne du gouffre.

Il a averti que l’escalade des dernières 24 heures est extrêmement dangereuse.  Il a également demandé à ce que les tirs de roquettes cessent et appelé tout le monde à faire preuve de retenue, avant d’ajouter que tous les efforts doivent être entrepris pour enrayer la spirale de violence.

Dans une déclaration publiée hier, le Secrétaire général de l’ONU a exhorté toutes les parties à exercer un maximum de retenue.

Yémen

L’Envoyé spécial du Secrétaire général au Yémen, M. Martin Griffiths, s’est félicité aujourd’hui des rapports faisant état d’une baisse des hostilités à et autour de la ville de Hodeïda, soulignant qu’il s’agit là d’une étape cruciale pour éviter davantage de souffrances humanitaires et construire un environnement plus propice au processus politique.

Il a appelé toutes les parties engagées dans le conflit à faire montre de retenue continue, ajoutant que le peuple yéménite a assez souffert.

M. Griffiths s’est dit assuré que les parties sont prêtes à œuvrer à une solution politique.  Il est encouragé par l’engagement constructif reçu de toutes les parties, notant que les préparatifs logistiques sont en cours pour le prochain cycle de négociations.

Il a également réitéré que l’ONU se tient prête à réengager les parties sur un accord négocié au sujet de Hodeïda, qui protégerait le port et préserverait le canal humanitaire.

Dans une déclaration séparée, le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a fait écho aux sentiments de M. Griffiths, demandant aux parties de mettre en œuvre une cessation des hostilités, en particulier à l’intérieur et autour des infrastructures dont dépendent les opérations d’aide et les importations commerciales.

Conseil de sécurité

Ce matin, le Conseil de sécurité a tenu une séance publique au sujet de l’Iraq.

Dans son dernier exposé au Conseil en tant que Représentant spécial du Secrétaire Général, M. Ján Kubiš, a souligné que, même si le processus de formation du gouvernement n’a pas été sans controverse, les blocs politiques ont démontré une volonté de soutenir le prochain Premier Ministre, M. Adel Abdul Mahdi.

M. Kubiš, a ajouté que la concurrence et les différences ont été largement politiques et non sectaires, soit une rupture avec le passé.

Il a salué le transfert pacifique exemplaire du pouvoir entre le Premier Ministre sortant, M. Haider al-Abadi, et le nouveau Premier Ministre.

Comme annoncé, M. Kubiš, sera remplacé par Mme Jeanine Hennis-Plasschaert, des Pays-Bas.

Cet après-midi, le Conseil de sécurité se réunira sur la République démocratique du Congo et écoutera l’exposé de la Représentante spéciale du Secrétaire Général, Mme Leila Zerrougui.

Déplacements de la Vice-Secrétaire générale

Ce soir, la Vice-Secrétaire générale, Mme Amina J. Mohammed, se rendra à Varsovie, en Pologne, pour s’entretenir avec de hauts fonctionnaires gouvernementaux en vue de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP24) qui se tiendra à Katowice, du 3 au 14 décembre 2018.  Pendant sa visite, elle rencontrera aussi l’équipe des Nations Unies basée à Varsovie.

Le 14 novembre, la Vice-Secrétaire générale se rendra à Katmandou, au Népal, pour assister à la sixième Assemblée mondiale de la Campagne mondiale pour l’éducation qui s’y tiendra du 16 au 18 novembre.  Pendant sa visite, elle rencontrera également de hauts fonctionnaires gouvernementaux, ainsi que l’équipe des Nations Unies du pays.

Le 16 novembre, la Vice-Secrétaire générale, lors de son transit à New Delhi, en Inde, s’entretiendra aussi avec de hauts fonctionnaires gouvernementaux de la COP24, ainsi qu’avec l’équipe de pays des Nations Unies.

Syrie

L’ONU continue de recevoir des informations inquiétantes sur des bombardements en cours dans la province de Deïr el-Zor, en Syrie.

Hier, des frappes aériennes sur la ville de Al-Safa, dans les régions rurales de l’est de Deïr el-Zor, auraient tué ou blessé des dizaines de civils et endommagé plusieurs maisons.

Ces frappes aériennes font suite à d’autres attaques qui auraient récemment eu lieu et au cours desquelles des civils ont été tués et blessés, et des infrastructures civiles endommagées.

L’ONU continue d’appeler toutes les parties au conflit à respecter leurs obligations en vertu du droit international humanitaire et du droit international des droits de l’homme, et notamment à garantir la protection des civils et les infrastructures civiles.

Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a appelé aujourd’hui tous les pays à prendre des mesures plus rapides et résolues pour aider à mettre fin à l’apatridie.

Le Haut-Commissaire pour les réfugiés, M. Filippo Grandi, a exhorté les politiciens, les gouvernements et les législateurs du monde entier à prendre et à appuyer des actions décisives pour éliminer l’apatridie d’ici à 2024.

« Humainement, éthiquement et politiquement, c’est la bonne chose à faire, a-t-il déclaré.  Chaque personne sur cette planète a le droit d’avoir une nationalité et le droit de dire ma place est ici. »

Il y a quatre ans, le HCR a lancé sa campagne #IBelong pour mettre fin à l’apatridie, et, depuis lors, plus de 166 000 personnes ont acquis une nationalité ou vu celle-ci confirmée.  Vingt États ont adhéré aux conventions sur l’apatridie et neuf États ont établi ou amélioré leurs procédures de détermination de l’apatridie.  Cependant, en dépit de ces accomplissements, des millions de gens continuent de vivre dans l’incertitude, majoritairement dans des pays d’Asie et d’Afrique.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.