Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 26 octobre 2018

Dbf/181026
26 octobre 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 26 octobre 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Lutte contre l’impunité pour les crimes contre des journalistes

Le Secrétaire général a publié, aujourd’hui, un message vidéo à l’occasion de la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes, célébrée chaque année le 2 novembre.  Dans son message, M. António Guterres rappelle que plus d’un millier de journalistes ont été tués dans l’exercice de leur fonction au cours de la dernière décennie.  Dans 90% des cas, a-t-il déploré, ces meurtres sont restés non élucidés.

Le Secrétaire général a ajouté que les attaques et harcèlements subis par les journalistes étaient des actes scandaleux, qui ne devaient surtout pas devenir monnaie courante.  M. Guterres a demandé aux gouvernements et à la communauté internationale de protéger les journalistes et de créer les conditions dont ils ont besoin pour effectuer leur travail.

Jordanie

Dans une déclaration publiée hier soir, jeudi 25 octobre, le Secrétaire général a fait part de sa profonde tristesse face aux pertes en vies humaines et aux dégâts importants causés par des crues soudaines dans la région des sources chaudes de Zara Ma’in, à proximité de la mer Morte, en Jordanie.  Il a exprimé ses condoléances et sa profonde sympathie aux familles des victimes, ainsi qu’au Gouvernement du Royaume hachémite de Jordanie.

Les Nations Unies se tiennent prêtes à contribuer aux efforts des opérations de sauvetage et de secours, a ajouté M. Guterres.

Suède

La Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Mme Amina J. Mohammed, s’envolera dimanche à destination de la Suède pour prendre part à une réunion de l’organisation œcuménique ACT Alliance, une coalition de 150 églises et d’associations affiliées à des églises.  La réunion se déroulera du 28 octobre au 1er novembre dans la ville d’Uppsala.  À cette occasion, Mme Mohammed participera à des réunions bilatérales avec des hauts responsables du Gouvernement suédois. 

La Vice-Secrétaire générale sera de retour à New York lundi 29 octobre.

Exposition photo

La Vice-Secrétaire générale prononcera, ce soir, une allocation à l’ouverture d’une exposition photos intitulée « Guerre et paix au Liberia », au Centre de documentation du Bronx, à New York.

Cette exposition présentera les œuvres de Tim Hetherington et Chris Hondros, deux photographes dont les clichés avaient contribué à mobiliser l’opinion publique internationale sur la question de la guerre civile au Liberia, élan qui avait ensuite conduit au déploiement d’une mission de maintien de la paix des Nations Unies dans le pays.

Les deux photographes ont été tués par des tirs d’artillerie en 2011, à Misrata, en Libye. 

L’exposition, qui présentera notamment des clichés inédits, est financée par la Fondation des Nations Unies, en collaboration avec les opérations de maintien de la paix de l’ONU.

Département de l’appui aux missions / Inde

Le Département de l’appui aux missions a annoncé que l’Inde avait alloué près de 300 000 dollars à l’initiative « Pipeline to Peacekeeping Command Programme », qui mettra notamment l’accent sur la discipline et le comportement.

Le programme formera, sur une période de trois ans, les futurs responsables et gestionnaires, afin qu’ils soient en mesure de montrer l’exemple et de sensibiliser leur personnel au code de bonne conduite des Nations Unies.

Syrie

L’Envoyé spécial pour la Syrie, M. Staffan de Mistura, a fait part ce matin via vidéoconférence, aux membres du Conseil de sécurité, des résultats de son entretien avec le Vice-Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères de la Syrie, M. Walid Al-Moualem, qui a eu lieu le 24 octobre à Damas.  Leur réunion, a-t-il précisé, s’est centrée sur le processus politique et les efforts visant à convoquer un Comité constitutionnel.  M. de Mistura a dit avoir apprécié la sincérité, voire parfois la franchise, de ses échanges avec Damas, notamment lors des discussions sur le choix des membres du Comité. 

M. de Mistura se rendra demain, samedi 27 octobre, à Istanbul, en Turquie, pour participer à une réunion avec des dirigeants français, allemands, russes et turcs au sujet de la Syrie.  L’Envoyé spécial a indiqué qu’il encouragerait à cette occasion les participants à saisir de toute urgence l’occasion qui leur est offerte de faire la paix en Syrie.

Yémen

Face à la détérioration rapide de la crise humanitaire au Yémen, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a intensifié ses efforts pour faire en sorte que des centaines de milliers de déplacés yéménites aient accès à une aide financière.

L’imminence de la famine et de l’épidémie de choléra au Yémen s’ajoute aux conséquences désastreuses du conflit, a noté le HCR, déplorant les déplacements massifs et l’augmentation du nombre de victimes civiles.  L’agence a jugé urgent de s’assurer que des éléments essentiels pour la survie des civils, tels que la protection et les abris d’urgence, soient pris en charge parallèlement aux programmes liés à l’alimentation, à la santé et à l’éducation. 

Selon les estimations du HCR, près de 2,7 millions de personnes déplacées à l’intérieur du Yémen vivent dans des conditions précaires de déplacement depuis plus de deux ans.  Beaucoup d’entre elles se sont réfugiées dans des régions plus sûres et ont épuisé leurs ressources, a précisé l’agence.  Afin de répondre à leurs besoins immédiats et de renforcer leur résilience, le Haut-Commissariat pour les réfugiés fournit une aide financière aux familles les plus vulnérables.

Angola / République démocratique du Congo

La Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Mme Michelle Bachelet, a indiqué que l’expulsion massive de ressortissants congolais de l’Angola avait d’ores et déjà donné lieu à de graves violations des droits de l’homme de la part des forces de sécurité des deux côtés de la frontière.  Ces expulsions ont également contraint plus de 330 000 personnes rapatriées en République démocratique du Congo (RDC) à vivre dans une situation extrêmement précaire.

Lors d’entretiens avec des habitants de la ville frontalière de Kamako, dans la région du Kasaï, le Bureau des droits de l’homme des Nations Unies a obtenu des informations selon lesquelles les forces de sécurité angolaises auraient fait un usage excessif de la force lors de leurs opérations d’expulsion des ressortissants congolais.

La Haute-Commissaire a appelé le Gouvernement angolais à mettre un terme aux expulsions en cours, jusqu’à ce qu’il obtienne la garantie que tous les retours seront effectués dans le plein respect de l’état de droit et des droits de l’homme de tous les migrants concernés.  Mme Bachelet a également exhorté le Gouvernement à veiller à ce que les forces de sécurité et les autres coupables de violations commises au cours de ces expulsions soient tenus pour responsables.

Les agents humanitaires ont également indiqué que les Congolais revenus d’Angola cherchaient à se mettre à l’abri et avaient besoin d’assistance.

L’ONU et ses partenaires humanitaires sont présents à Kamako, ainsi que le long de la frontière de la RDC avec l’Angola, et ont déjà effectué plusieurs évaluations rapides des besoins.  Des actions ont ainsi été entreprises pour faire en sorte que les personnes les plus à risque reçoivent de la nourriture, des articles non alimentaires, de l’eau, des installations sanitaires et des moyens de transport vers les établissements de santé.

Caravane de migrants

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a déclaré aujourd’hui qu’environ 2 300 enfants voyageaient au sein de la caravane de migrants qui se trouve désormais dans le sud du Mexique.  L’agence a averti que ces enfants avaient besoin d’accéder à des services de base, tels que des soins de santé, de l’eau potable et des services d’assainissement des eaux adéquat.

Alors qu’ils accomplissent ce voyage long et pénible, a déploré l’UNICEF, les enfants sont en proie aux intempéries, notamment des températures extrêmement chaudes, sans la possibilité de se mettre à l’abri.  Certains d’entre eux sont déjà tombés malades ou souffrent de déshydratation, selon les équipes de l’UNICEF présentes sur le terrain.

L’UNICEF collabore actuellement avec le Gouvernement mexicain pour fournir une assistance technique en matière de nutrition et de protection de l’enfance et pour mettre à disposition des enfants un soutien psychosocial.  L’agence et les autorités mexicaines fournissent également aux enfants et aux familles voyageant avec la caravane plus de 20 000 litres d’eau potable, des packs d’hygiène et d’assainissement, des sels de réhydratation orale, de la crème solaire et du savon.

Pour sa part, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) aide le Gouvernement mexicain à effectuer l’enregistrement en temps voulu des demandeurs d’asile.  Le HCR met également en place des processus d’identification et d’aiguillage pour les personnes vulnérables ou ayant des besoins spécifiques.  Parallèlement, au Honduras, le HCR continue de surveiller la situation le long de la frontière avec le Guatemala.

Indonésie

Près d’un mois après le séisme et le tsunami meurtriers qui ont frappé Sulawesi, en Indonésie, l’UNICEF a indiqué qu’environ 375 000 enfants avaient toujours besoin de produits et de services de première nécessité.

Selon l’agence, plus de 2 000 personnes sont mortes des suites de la catastrophe et les principaux services destinés aux enfants, tels que les écoles et les centres de santé, sont désormais inutilisables.

L’UNICEF continue de travailler avec le Gouvernement indonésien et d’autres partenaires pour aider à répondre aux besoins des enfants les plus vulnérables en leur fournissant une assistance médicale, de l’eau potable, des services d’hygiène et d’assainissement des eaux, une éducation, des abris et une protection.

Hommage à Evgeniy Menkes

Le Porte-parole de M. António Guterresa annoncé « la triste nouvelle » du décès, la veille à Moscou, de Evgeniy Menkes, ancien Président de l’Association des correspondants accrédités auprès des Nations Unies (UNCA) et correspondant de longue date de l’agence de presse TASS.

Evgeniy Menkes avait travaillé pendant 25 ans à l’ONU à des postes divers, notamment en tant que correspondant de presse pour TASS, diplomate auprès de la mission russe et Producteur de radio pour l’Organisation même.  Le Porte-parole a fait part de ses condoléances à la famille du défunt.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.