Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 16 octobre 2018

Dbf/181016
16 octobre 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 16 octobre 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Nigéria

Le Secrétaire général s’est déclaré horrifié et a fermement condamné le meurtre d’un agent humanitaire du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dans le nord-est du Nigéria, lundi dernier.  La travailleuse humanitaire, Hauwa Mohammed Limam, qui était retenue en otage depuis le mois de mars dernier, a été tuée par ses ravisseurs.

Le Secrétaire général a présenté ses plus sincères condoléances à la famille, aux amis et aux collègues de Hauwa Mohammed Limam, et a exprimé sa solidarité envers le Président et le personnel du CICR.  Il a appelé à ce que les auteurs de ce meurtre soient traduits en justice.

M. Guterres s’est dit préoccupé par la sécurité et la santé des otages restants et a appelé à leur libération immédiate.

Le Secrétaire général a souligné que toutes les parties au conflit devaient protéger les agents humanitaires qui fournissent une aide vitale à des millions de personnes dans le nord-est du Nigéria.

M. Guterres s’est entretenu par téléphone avec le Président du CICR, M. Peter Maurer, pour lui faire part de ses condoléances à la suite de cette horrible affaire.

Conseil de sécurité

Lors de la réunion du Conseil de sécurité sur les ressources naturelles et les conflits, qui a eu lieu ce matin, le Secrétaire général a déclaré que l’exploitation des ressources naturelles, ou la concurrence entre États pour les exploiter, risquait d’engendrer des conflits violents.  Prévenir, gérer et résoudre ces conflits est, selon lui, l’un des défis majeurs de notre époque.

Le Secrétaire général a indiqué que des études onusiennes montraient que plus de 40% des conflits armés internes au cours des 60 dernières années étaient liés à des ressources naturelles.

Il a appelé à redoubler d’efforts pour réglementer la provenance, la vente et le commerce des minéraux, grâce à des accords de coopération associant la société civile, les gouvernements et les organisations régionales et internationales.  Le Processus de Kimberley, qui a permis de réduire le commerce de diamants de la guerre, constitue un bon exemple, a précisé M. Guterres.

Santé du personnel

À 15 h 30, aujourd’hui, le Secrétaire général prononcera un discours lors du lancement de la Stratégie de la santé mentale et du bien-être sur le lieu de travail au sein du Système des Nations Unies.

À cette occasion, il soulignera l’importance de garantir le bien-être des membres du personnel de l’ONU, dont beaucoup travaillent dans des environnements de plus en plus dangereux, et insistera sur la nécessité de lutter contre la stigmatisation des problèmes de santé mentale sur le lieu de travail, afin que les membres du personnel puissent s’exprimer à ce sujet et se voir offrir le soutien dont ils ont besoin.

Cameroun

L’équipe de pays des Nations Unies au Cameroun s’est déclarée préoccupée par les discours haineux, centrés sur l’appartenance ethnique, qui caractérisent le débat public depuis l’élection présidentielle du 7 octobre.  L’ONU a obtenu des informations selon lesquelles des individus appartenant à certaines communautés menaceraient d’attaquer des membres d’autres communautés, ainsi que leurs propriétés à Yaoundé et leurs commerces à Douala et dans d’autres parties du pays; d’autres individus lanceraient des appels à la haine et à la violence sur des bases ethniques, en utilisant un langage péjoratif.

L’équipe de pays a une nouvelle fois appelé les parties prenantes à faire preuve de retenue et garantir la nature pacifique du processus, dans la perspective de la proclamation des résultats, le 22 octobre.  L’ONU condamne toutes les menaces de recours à la violence et tous les actes d’intimidation et demande à tous les acteurs à prévenir les risques liés à la conduite du processus électoral.

L’ONU continue de suivre la situation au Cameroun et s’inquiète de la montée des violences dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest.

République démocratique du Congo (RDC) / Angola

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a exprimé son inquiétude face à l’évolution rapide de la situation humanitaire dans la province du Kasaï en RDC, suite au retour de nombreuses personnes d’Angola.  Les responsables congolais estiment en effet qu’environ 200 000 ressortissants sont arrivés dans la province du Kasaï au cours des deux dernières semaines, et plus encore dans la province voisine du Kasaï central.  Selon le HCR, ces retours massifs font suite à un ordre d’expulsion émis par les autorités angolaises à l’encontre des migrants dans le pays.

Le HCR a appelé les Gouvernements de l’Angola et de la RDC à travailler de concert pour assurer la sécurité et le bon déroulement des mouvements de population.

Syrie

Les agents humanitaires en Syrie ont déclaré que la violence en cours à Hajin, dans la province de Deïr el-Zor, dans l’est du pays, avaient des conséquences dévastatrices sur les civils.  Des combats armés, tant aériens que terrestres, auraient ainsi tué et blessé de nombreux civils.

Selon l’ONU, au moins 10 000 civils se trouvent à proximité des hostilités dans la région de Hajin et 7 000 autres ont été déplacés dans les zones contrôlées par les Forces démocratiques syriennes au cours du dernier mois, pour la plupart des femmes, des enfants et des personnes âgées.  Un grand nombre de personnes déplacées se seraient réfugiées dans la ville de Gharanij, tandis que d’autres se trouveraient dans des zones de peuplement improvisées, où la situation humanitaire serait dramatique.

Bien que les partenaires des Nations Unies aient été en mesure fournir une assistance ponctuelle à environ 5 000 personnes déplacées, sous forme de nourriture, d’eau, de produits d’hygiène et de services d’assainissement, une aide supplémentaire est nécessaire pour répondre aux besoins des personnes déplacées et des communautés d’accueil.

L’Envoyé spécial du Secrétaire général pour la Syrie, M. Staffan de Mistura, se rendra au Siège de l’ONU à New York, demain mercredi, 17 octobre, pour informer le Conseil de la situation.  Il s’adressera à la presse à la sortie du Conseil.

Sécheresses en Afghanistan

Le Fonds humanitaire des Nations Unies en Afghanistan et le Fonds central pour les interventions d’urgence ont alloué près de 35 millions de dollars pour aider 2,2 millions de personnes touchées par une sécheresse grave dans le pays. 

M. Toby Lanzer, le Coordonnateur des opérations humanitaires pour le pays, a déclaré que les effets de la sécheresse se faisaient actuellement sentir dans le nord et l’ouest du pays, où les communautés se trouvent en situation de détresse.  Selon les témoignages reçus par M. Lanzer dans ces zones rurales, il s’agirait de la pire sécheresse jamais vécue par les habitants, qui ont de toute urgence besoin de nourriture, de fourrage et de semences.

Bangladesh / Myanmar

Un nouveau rapport de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) indique que les principales victimes de la traite dans les camps de réfugiés rohingya au Bangladesh étaient les jeunes filles vendues à des fins de travaux forcés.  Les experts de l’OIM avertissent que plus d’un an après la crise qui a vu le nombre de réfugiés rohingya à Bazar Cox se rapprocher du million de personnes, certaines familles désespérées mettent leurs filles au travail dans des conditions dangereuses, car la plupart des ménages n’ont pas d’autre moyen pour gagner de l’argent dans les camps.

Péninsule coréenne

La Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Mme Audrey Azoulay, s’est entretenue, aujourd’hui, avec le Président Moon Jae-in de la République de Corée.

À cette occasion, Mme Azoulay a déclaré que l’UNESCO s’engageait à soutenir la réconciliation intercoréenne par le biais de projets concrets et symboliques.

Journée mondiale de l’alimentation

Aujourd’hui, l’ONU célèbre la Journée mondiale de l’alimentation.  Le thème de cette année s’intitule « Nos actions sont notre avenir: Un monde Faim zéro d’ici 2030 est possible ».

Dans son message, le Secrétaire général a déclaré que, dans notre monde d’abondance, il était intolérable qu’une personne sur neuf n’ait pas de quoi se nourrir.  Il a appelé les gouvernements, les entreprises, les institutions et les individus à unir leurs forces pour éliminer la faim et s’engager en faveur d’un monde où chaque personne a accès à un régime alimentaire sain et nutritif.

Dans une nouvelle étude publiée aujourd’hui, le Programme alimentaire mondial (PAM) montre que l’alimentation devient de moins en moins abordable dans les pays en conflit ou victimes d’instabilité politique.  Dans des dizaines de pays, explique le rapport, le prix élevé des denrées alimentaires empêche des millions de personnes d’avoir accès à un repas nutritif.

Tableau d’honneur

Le Yémen a versé l’intégralité de sa contribution au budget ordinaire de l’ONU, ce qui porte à 144 le nombre total d’États Membres à s’être intégralement acquittés de leur contribution.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.