Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 3 Octobre 2018

Dbf181003
3 octobre 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 3 Octobre 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Inde

Le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, s’est rendu, aujourd’hui, au Temple d’or de la ville indienne d’Amritsar, la dernière étape de son déplacement dans le pays avant son retour à New York.  Il a exprimé son profond respect pour la religion du peuple sikh et pour le merveilleux Temple d’or dans lequel règne un esprit de paix, de tolérance et d’œcuménisme.  

Au cours de sa visite, le Secrétaire général a partagé un repas dans la cuisine du Temple, la plus grande cuisine communautaire au monde, servant des milliers de repas par jour, 24 heures sur 24, et qui est ouverte à tous.  De plus, aucun ustensile en plastique n’est utilisé dans la cuisine qui ne distribue que des couverts en métal.

En début de journée à New Delhi, le Secrétaire général a décerné le prix Champions de la Terre 2018 au Premier Ministre, M. Narendra Modi.  En lui remettant ce prix, le Secrétaire général a déclaré que le Premier Ministre Modi se voit conféré cet hommage en tant qu’homme d’État qui reconnaît que les changements climatiques constituent une menace existentielle directe et comprend les énormes avantages de l’action pour le climat.  C’est de ce leadership environnemental audacieux dont le monde a besoin, a déclaré le Secrétaire général. 

Le Secrétaire général a ensuite rencontré le Président, M. Ram Nath Govind, qu’il a remercié pour son accueil chaleureux.  Le Secrétaire général a loué les liens étroits qui unissent l’Inde et les Nations Unies.

Dans l’après-midi, avant de se rendre à Amritsar, le Secrétaire général et sa délégation ont rencontré la Ministre des affaires étrangères, Mme Sushma Swaraj, au cours d’un déjeuner de travail.

Indonésie

Hier après-midi, le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a annoncé une allocation de 15 millions de dollars du Fonds central d’intervention d’urgence (CERF) pour renforcer l’aide aux sinistrés du séisme de magnitude 7,4 et du tsunami qui ont frappé le Sulawesi central, en Indonésie, à la fin de la semaine dernière.

M. Lowcock a indiqué que le Gouvernement indonésien était expérimenté et bien équipé pour gérer les catastrophes naturelles, mais que parfois, comme dans tous les autres pays, une aide extérieure était également nécessaire.  Compte tenu de l’ampleur et de la complexité de cette urgence, les agences des Nations Unies et les organisations humanitaires travaillent en étroite collaboration avec leurs homologues du Gouvernement pour fournir une assistance vitale. 

Les fonds du CERF permettront aux agences des Nations Unies et aux organisations humanitaires d’appuyer l’intervention du Gouvernement dans les domaines suivants: logistique, abris, eau potable et assainissement, soins de santé, coordination et gestion des camps, moyens de subsistance d’urgence et services de protection.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique qu’en date d’aujourd’hui, plus de 1 400 personnes seraient mortes et plus de 2 500 grièvement blessées.  Ces chiffres devraient augmenter à mesure que de plus en plus de zones deviendront accessibles. 

Des infrastructures essentielles, notamment des routes et des ponts, ont été détruites, tandis que le principal aéroport de Palu a été endommagé.  De nombreux glissements de terrain ont isolé des communautés touchées, entravant gravement l’acheminement des secours.  Quelque 66 000 maisons ont été endommagées et près de 71 000 personnes ont été obligées de se déplacer.

Le Gouvernement a accueilli avec satisfaction les offres spécifiques d’assistance internationale répondant aux besoins humanitaires identifiés sur le terrain, notamment en matière de transport aérien, de tentes, de traitement de l’eau et de groupes électrogènes.

Tchad/Nigéria

L’Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), M. Achim Steiner, et le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, se rendront ensemble au Nigéria puis au Tchad au cours du week-end.  Leur mission vise à souligner et à soutenir les efforts humanitaires et de développement communs dans ces pays.

Au Nigéria, ils se rendront dans l’État de Borno et visiteront un site pour personnes déplacées et un centre de transit.

Au Tchad, ils se rendront dans un centre de nutrition à N’Djamena, où des ONG internationales et des agences de l’ONU traitent des enfants souffrant de malnutrition, alors que le pays connaît l’une des pires crises nutritionnelles de son histoire.

Ils rencontreront également des hauts fonctionnaires des deux pays.

Vice-Secrétaire générale

Ce matin, la Vice-Secrétaire générale, Mme Amina J. Mohammed, a pris la parole lors d’un événement intitulé « Faire la lumière sur les atteintes et l’exploitation sexuelles des enfants », et qui a également servi de base au lancement de l’indice de référence de l’unité de renseignement économique.

Elle a averti que chaque jour, dans tous les pays et à tous les niveaux de la société, des millions de filles et de garçons sont confrontés à la terrible expérience des atteintes et de l’exploitation sexuelles, ce qui les marquent à vie.  L’impact économique mondial et les coûts associés à ces phénomènes peuvent atteindre 7 000 milliards de dollars.

La Vice-Secrétaire générale a indiqué que les pays avaient commencé à s’attaquer à ce problème, et que l’indice de référence aiderait à placer ce défi au premier plan des préoccupations mondiales.

Elle a souligné que la prévention de la violence et de l’exploitation des enfants est l’affaire de tous, partout et à tout moment, ajoutant que nous devons relever ce défi et briser le silence.

Tableau d’honneur

Grâce au payement fait par l’Arabie saoudite, on compte désormais 143 États Membres qui sont à jour de leur contribution au budget ordinaire de l’ONU.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.