Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 1er Octobre 2018

DBF181001
1 octobre 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 1er Octobre 2018

(La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Inde

Le Secrétaire général est arrivé en Inde, il y a quelques heures, et a participé, à New Delhi, à l’inauguration de la nouvelle Maison des Nations Unies.

Dans ses remarques, prononcées lors de la cérémonie, le Secrétaire général a noté le lien privilégié entre l’Inde et les Nations Unies.  Il a indiqué au personnel des Nations Unies, qui était rassemblé, que le travail de l’ONU en Inde ne peut s’effectuer de manière routinière.  Au contraire, nous voulons que le système des Nations Unies soit unifié pour pleinement appuyer les projets de développement du Gouvernement de l’Inde, ainsi que le leadership de l’Inde pour ce qui est des changements climatiques, des objectifs de développement durable et de tous les autres efforts pour lesquels l’Inde joue un rôle de leadership.

Demain, le Secrétaire général déposera une gerbe à la mémoire de Mahatma Gandhi au mémorial Raj Ghat.  Cette année marque le cent-cinquantième anniversaire de sa naissance.

Le Secrétaire général sera aux côtés du Premier Ministre Modi lors de la session de clôture de la Conférence international Mahatma Gandhi sur l’assainissement.

Indonésie

En début de journée, le Secrétaire général a indiqué sur Twitter qu’il suit l’évolution de la tragédie en Indonésie.  Il a indiqué que les Nations Unies sont de tout cœur aux côtés des personnes touchées par le tremblement de terre et le tsunami qui ont frappé le pays.

Le Secrétaire général présente ses profondes condoléances à tous ceux qui ont perdu des membres de leur famille et des proches, ajoutant que le système des Nations Unies se mobilise pour appuyer les efforts de secours et de sauvetage, si nécessaire.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que, depuis la tragédie, les agences humanitaires internationales sont en contact rapproché avec le Gouvernement.

Aujourd’hui, le Gouvernement a salué des offres précises d’aide internationale ayant un rapport avec les besoins humanitaires sur le terrain.

Étant donné l’étendue et la complexité de cette situation d’urgence, les agences de l’ONU et les ONG travaillent de manière rapprochée avec le Gouvernement pour fournir un appui technique.

À ce jour, le décès de plus de 800 personnes a été confirmé et 600 autres ont été blessés, mais il est fort probable que ces chiffres augmentent au fur et à mesure que davantage de zones deviennent accessibles et que des évaluations y sont effectuées.

UNRWA

L’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a décidé, aujourd’hui, de retirer à titre temporaire son personnel international de Gaza, suite à une série d’incidents sécuritaire affectant son personnel qui se trouve dans la Bande.  Le Directeur des opérations et d’autres membres du personnel international demeureront sur place et les opérations de l’UNRWA se poursuivront à Gaza.

En début de journée, plusieurs membres du personnel ont été harcelés et se sont vu empêchés d’effectuer leur fonction par des individus qui manifestaient contre des mesures récentes adoptées en raison de la situation financière difficile que connaît l’Office, notamment en ce qui concerne l’appel d’urgence pour les territoires palestiniens occupés.  Certaines de ces actions ont directement ciblé les cadres de gestion de l’UNRWA à Gaza.

L’UNRWA appelle les autorités locales de Gaza à répondre à ses demandes répétées de fournir une protection adéquate à ses employés et à ses locaux.

Yémen

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que les combats se poursuivent aux alentours de la ville de Hodeïda, au Yémen, ainsi que dans plusieurs districts au sud de la ville.  Environ 550 000 personnes ont été déplacées depuis le 1er juin par les combats à Hodeïda.

Les Nations Unies et leurs partenaires ont livré à pratiquement toutes les personnes récemment déplacées des trousses d’urgence contenant des rations alimentaires, des fournitures d’hygiène et des articles pour préserver la dignité.  L’aide d’urgence se poursuit.

Une aide supplémentaire, sous forme de distribution d’argent liquide, d’articles ménager et pour la construction d’abris, est fournie en fonction des besoins.

Entre-temps, le riyal yéménite continue de perdre rapidement sa valeur et a déprécié de presque 200% par rapport au dollar depuis 2015.  Il a notamment perdu 30% de sa valeur au cours des six dernières semaines.

Étant donné que le Yémen importe la grande majorité de sa nourriture et d’autres commodités de base, le prix des vivres et des commodités augmente et dépasse les moyens d’existence de millions de Yéménites à un moment où la famine demeure une menace véritable.  Selon les estimations de nos partenaires, 3,5 millions de personnes seront prochainement rajoutées aux 8,4 millions qui souffrent déjà d’une grave insécurité alimentaire.

Réfugiés

Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) a exhorté aujourd’hui les pays européens à redoubler d’efforts pour établir des dispositifs en Méditerranée pour les personnes sauvées en mer.  Le Haut-Commissaire pour les réfugiés, M. Filippo Grandi, a souligné que les « réfugiés et les migrants ne peuvent pas être continuellement mis à risque pendant que les États débattent de leurs responsabilités ».

Le HCR a remercié Malte pour avoir autorisé le désembarquement de 58 personnes sauvées qui se trouvaient à bord du navire Aquarius, mettant une fin à leur calvaire après des journées entières passées en mer.  Il a également remercié la France, l’Allemagne, le Portugal et l’Espagne pour avoir proposé d’accueillir ces personnes après Malte.  Le HCR est cependant préoccupé par l’avenir des capacités de recherche et de sauvetage en Méditerranée et a qualifié « d’extrêmement préoccupant » le fait que l’Aquarius se soit vu retiré son pavillon, ajoutant que cela représente « une baisse dramatique des capacités de recherche et de sauvetage, précisément au moment où ses efforts doivent être augmentés ».

Soudan

Les Nations Unies saluent l’annonce, le 27 septembre, par le Gouvernement du Soudan, qu’il compte faciliter leur demande d’accès aux personnes les plus vulnérables qui se trouvent dans les zones contrôlées par le Mouvement populaire de libération du Soudan-Nord (MPLS-N) dans les États du Sud-Kordofan et du Nil bleu.  Cette requête est de nature purement humanitaire et se base sur des impératifs humanitaires.  Les opérations de secours de l’ONU respecteront les principes humanitaires de neutralité et d’impartialité et les Nations Unies suivront la livraison de l’aide humanitaire.

L’ONU appelle toutes les parties à faciliter un accès humanitaire et la livraison de l’aide aux personnes les plus vulnérables dans ces deux régions.

Pour assurer la réussite de cette initiative des Nations Unies, l’accord de toutes les parties pour un accès humanitaire durable, en accord avec les principes humanitaires d’impartialité et de neutralité, est essentiel.

Soudan du Sud

Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) s’est félicité, aujourd’hui, de l’accession du Soudan du Sud à la Convention relative au statut des réfugiés de 1951 et de son Protocole de 1967.  Le Président Salva Kiir a signé les instruments d’accession à Djouba après la ratification par l’Assemblée nationale législative de transition.

Le Soudan du Sud, qui héberge quelques 300 000 réfugiés en dépit des défis d’une guerre civile, est devenu le cent-quarante-troisième pays à accéder à la Convention et à son Protocole.

OMS

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé, aujourd’hui, ses premières normes mondiales pour l’assainissement et la santé et a averti que le monde n’atteindra pas l’objectif d’un taux universel de couverture de l’assainissement d’ici à 2030 à moins que les pays n’opèrent des changements politiques complets et investissent plus de fonds.

Ces normes fournissent des directives pour les politiques sanitaires internationales, nationales et locales.  Selon l’OMS, en les adoptant, les pays pourront réduire de manière notable les 829 000 décès imputables à la diarrhée, et liés à des pratiques sanitaires et d’hygiène insalubres et à l’eau non potable.

GIEC

Cette semaine, en République de Corée, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a entamé une réunion dans la ville d’Inchoen pour examiner son rapport spécial sur le réchauffement mondial à 1,5ºC, et sur les impacts et risques associés à une telle hausse des températures.

Le rapport porte sur l’impact d’un réchauffement mondial de 1,5ºC au-dessus des niveaux préindustriels et liés aux émissions mondiales de gaz à effet de serre dans le contexte du renforcement de la réponse mondiale à la menace des changements climatiques ainsi que du développement durable et des efforts d’élimination de la pauvreté.

Au cours de la réunion, les représentants des 195 Gouvernements qui sont membres du GIEC travailleront auprès de scientifiques pour finaliser la synthèse du rapport élaborée à l’intention des décideurs, et laquelle doit être publiée le 8 octobre.

Assemblée générale

Le segment de haut niveau de la soixante-treizième session de l’Assemblée générale touche à sa fin.  Lorsque la réunion de ce matin se sera achevée, l’ensemble des 193 États Membres devraient avoir pris la parole, y compris 77 Chefs d’État, 5 Vice-Présidents, 44 Chefs de Gouvernements, 4 Premier Ministres adjoints, 54 Ministres, un Vice-Ministre et 8 Présidents de délégations.

De plus, 429 événements parallèles ont également été organisés du 18 au 30 septembres, et 14 autres sont prévus aujourd’hui.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.