Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 18 septembre 2018

Dbf180918
18 septembre 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 18 septembre 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Secrétaire général/Assemblée générale

Le Secrétaire général fera une déclaration à l’ouverture de la soixante-treizième session de l’Assemblée générale, cet après-midi.  Il devrait prévenir les États Membres qu’ils ont une session chargée devant eux.  Il devrait aussi dire qu’il faut des mesures pour le maintien de la paix, le financement du Programme 2030 et l’autonomisation des jeunes dans le monde.  Il devrait également appeler à des mesures urgentes contre la pauvreté et les conflits, et bien d’autres actions encore.  Le Secrétaire général devrait encourager les ambassadeurs à dire à leurs dirigeants qui viennent participer à la semaine de haut niveau, la semaine prochaine, d’être prêts à se montrer audacieux, à coopérer et à formuler des solutions.

Plus tôt dans la journée, le Secrétaire général a déposé une gerbe de fleurs à la mémoire de son prédécesseur Dag Hammarskjöld et de ceux qui ont perdu la vie avec lui, il y a 57 ans.  Le Secrétaire général a réaffirmé son engagement personnel en faveur de l’enquête sur les conditions et les circonstances de la mort tragique de Dag Hammarskjöld et des autres passagers de l’avion dont l’équipage.

Le Secrétaire général a aussi renouvelé de la manière la plus ferme son appel à la coopération de tous les États Membres qui pourraient détenir des informations et des documents liés à l’enquête.

S’agissant de la plénière de la soixante-treizième session de l’Assemblée générale, 88 chefs d’État et 45 chefs de gouvernement ont confirmé leur présence, contre 77 et 37 l’année dernière.  Quant aux autres manifestations, le Département de l’Assemblée générale et de la gestion des conférences a reçu 342 demandes de réunions pendant la semaine de haut niveau, contre 343 l’année dernière.

L’ONU a reçu un total de 741 demandes de réunions bilatérales entre États Membres et ce nombre devrait augmenter la semaine prochaine.  À la fin de cette semaine, le Secrétaire général annoncera le nombre de ses propres réunions bilatérales.

Cette année, c’est le Mali qui sera assis à l’extrême gauche du premier rang des sièges à l’Assemblée générale.  Les autres États suivront par ordre alphabétique.

Syrie

Le Secrétaire général a publié aujourd’hui une déclaration sur la Syrie dans laquelle il accueille avec satisfaction l’accord conclu le 17 septembre entre le Président de la Turquie, M. Recep Tayyip Erdoğan, et celui de la Fédération de Russie, M. Vladimir Putin, sur la création d’une zone tampon démilitarisée dans la région d’Edleb, laquelle devrait empêcher toute opération militaire à grande échelle et offrir un répit à des millions de civils.  Le Secrétaire général appelle toutes les parties en Syrie à coopérer à la mise en œuvre de l’accord et à assurer un accès sûr et sans entrave à toutes les zones par les voies les plus directes.

Le Secrétaire général souligne la nécessité d’une action rapide pour traiter des causes sous-jacentes du conflit et formuler, enfin, une solution politique durable conforme à la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Toujours sur la Syrie, Le Conseil de sécurité a tenu une réunion durant laquelle l’Envoyé spécial du Secrétaire général, M. Staffan de Mistura, a formulé l’espoir que l’accord conclu à Sotchi sera rapidement mis en œuvre, en pleine conformité avec le droit international humanitaire, avec un accès humanitaire maintenu, dans le respect de la souveraineté, de l’indépendance, de l’unité et de l’intégrité territoriale de la Syrie et avec une préférence pour le dialogue au lieu d’une escalade pour régler une situation complexe.

Il a ajouté qu’au moment où l’on évite une crise à Edleb, l’on assiste à une escalade préoccupante ailleurs.  Cette semaine, a-t-il dit, de nouveaux bombardements aériens ont été signalés à Damas, des bombardements attribués par le Gouvernement syrien à Israël.  Ce dernier n’a pas commenté, a dit M. de Mistura.  Pendant la nuit, un avion militaire russe a été abattu, tuant 15 soldats, a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, M. Mark Lowcock, a prévenu que, pour réussir à Edleb, la démilitarisation nécessite l’accord de toutes les parties.  Sans un tel accord, a-t-il dit, l’on devrait s’attendre à un recours à la force pour démilitariser et, en conséquence, à des civils exposés au danger que l’on essaye précisément d’éviter.

Au sortir du Conseil de sécurité, MM. de Mistura et Lowcock ont répondu à quelques questions de la presse.

Philippines

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) signale que le typhon Mangkhut, qui a provoqué un glissement de terrain le 15 septembre dernier, a touché 893 000 personnes, dont plus de 280 000 agriculteurs.  Quelque 236 000 personnes ont fui, dont 70% sont toujours dans des centres d’évacuation.

Le typhon a endommagé près de 1 500 maisons.  On estime aussi que 1,22 million d’hectares de riz et de maïs ont été détruits avec des pertes estimées à 267 millions de dollars.

Les Nations Unies et leurs partenaires travaillent étroitement avec le Gouvernement pour coordonner une évaluation et une réaction rapides.  Les principaux besoins concernent la nourriture, les soins de santé, l’eau, l’assainissement, l’hygiène et les abris.

Les Nations Unies sont prêtes à contribuer aux efforts de secours du Gouvernement si nécessaire.

Nigéria

Ces deux dernières semaines, les inondations causées par les lourdes pluies ont touché au moins 12 États au Nigéria, mettant particulièrement en danger les zones situées le long des fleuves Niger et Bénoué.

Hier, le Gouvernement nigérian a proclamé une catastrophe nationale dans les quatre États de Kogi, Niger, Anambra et Delta.

Les Nations Unies et leurs partenaires humanitaires aident le Gouvernement qui s’attelle à une évaluation et une réaction rapides, y compris par la coordination, et la gestion et la communication des informations.

Djibouti/Érythrée

Dans une déclaration publiée hier, le Secrétaire général se félicite de la réunion tenue entre le Président de Djibouti, M. Ismaïl Omar Guelleh, et celui de l’Érythrée, M. Isaias Afwerki, le 17 septembre à Djeddah sous les auspices de Sa Majesté, le Roi Salman bin Abdulaziz Al Saoud d’Arabie saoudite.

Le Secrétaire général compte que la réunion constituera une autre étape de la consolidation des derniers acquis de la paix et de la sécurité dans la Corne de l’Afrique.  Il espère que la rencontre entre les dirigeants de Djibouti et de l’Érythrée lancera un processus pour régler toutes les questions en suspens entre les deux pays et conduira à une paix, une stabilité et un développement plus généralisés dans la région.

Tuberculose

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a présenté les conclusions de son Rapport mondial 2018 sur la tuberculose.

Mortalité infantile

En 2017, le nombre de morts imputables principalement à des causes évitables parmi les enfants de moins de 15 ans s’est élevé à 6,3 millions, selon les estimations du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), de l’OMS, de la Division de la population de l’ONU et du Groupe de la Banque mondiale.

En 2017, la moitié des morts chez les moins de 5 ans a été enregistrée en Afrique sub-saharienne et 30%, en Asie du Sud.

Le rapport note que si le monde a fait des progrès remarquables pour sauver les enfants depuis 1990, des millions d’entre eux meurent toujours à cause de leur identité et leur lieu de naissance, ce qui est une réalité qui peut être changée avec des solutions simples comme l’accès aux médicaments, à l’eau potable, à l’électricité et aux vaccins.  

Stages de journalisme

Comme toujours au début d’une nouvelle session de l’Assemblée générale, une nouvelle session s’ouvre aussi pour les jeunes journalistes du Programme de stages de journalisme Reham Al-Farra.

Le Programme, organisé par le Département de l’information de l’ONU, est une occasion unique pour les jeunes journalistes des pays en développement et des pays à économie de transition de couvrir les Nations Unies.

Le programme porte le nom de Reham Al-Farra, un fonctionnaire de l’information jordanien qui, à 29 ans, a perdu la vie lors de l’attaque terroriste contre le siège de l’ONU à Bagdad le 19 août 2003. 

Les journalistes seront rejoints par quatre autres de leurs homologues du Programme Dag Hammarskjöld. 

Le Fonds Dag Hammarskjöld pour les journalistes, qui n’est pas affilié à l’ONU mais qui est dirigé par l’Association des correspondants de l’ONU, se consacre à la promotion d’une meilleure compréhension des débats aux Nations Unies et du journalisme dans les pays en développement d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine et des Caraïbes. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.