Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 07 septembre 2018

DBF180907
7 septembre 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 07 septembre 2018

(La version française du Point de presse quotidienn’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Nominations

Le Secrétaire général a nommé Mme Charlotte Petri Gornitzka, de la Suède, au poste de Sous-Secrétaire générale pour les partenariats au Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Mme Petri Gornitzka, qui a récemment occupé le poste de Présidente du Comité d’assistance au développement de l’Organisation de coopération et de développement économiques (ODCE), a 20 ans d’expérience dans le domaine du développement international.  Elle a établi avec succès des partenariats novateurs avec les dirigeants de la société civile, les gouvernements nationaux et le secteur privé, axés sur les résultats et sur une influence en vue de changements stratégiques importants.

Le Secrétaire général a également annoncé la nomination de Mme Ingrid Hayden, de l’Australie, au poste de Représentante spéciale adjointe pour les affaires politiques de la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA).

Ayant servi pendant plus de 27 ans les Nations Unies, Mme Hayden était la Représentante spéciale adjointe par intérim de la MANUA depuis janvier 2018.  Elle possède une vaste expérience onusienne dans les domaines de la paix et de la sécurité, notamment en Afghanistan, au Cambodge, en République centrafricaine, au Tchad, au Soudan, au Soudan du Sud et au Timor-Leste.

Consolidation de la paix

Le Secrétaire général a pris, ce matin, la parole lors la réunion de la Commission de consolidation de la paix intitulée « Leadership, responsabilisation et capacités ».

Il a déclaré qu’un leadership efficace, réactif et responsable -soutenu par les capacités et ressources appropriées- est au cœur de sa vision pour une pérennisation de la paix.

Il a également souligné la nécessité d’investir davantage -et beaucoup plus tôt- dans la prévention et la consolidation de la paix.  Il est important de travailler ensemble pour renforcer l’autorité et les capacités des responsables des Nations Unies et de leurs équipes, notamment dans les zones de conflit, où ils évoluent dans un environnement complexe et politiquement sensible, tout en disposant d’un personnel et de ressources limités.

Le Secrétaire général a également appelé à une augmentation des contributions au Fonds pour la consolidation de la paix, qui joue souvent un rôle de catalyseur au profit des pays cherchant à bâtir et à maintenir la paix.

En outre, il a souligné les progrès accomplis dans l’allocation de ressources supplémentaires en faveur de l’égalité entre les sexes.  L’an dernier, le Fonds pour la consolidation de la paix a consacré 36% de ses fonds à des projets de soutien à la consolidation de la paix emmenés par des femmes.

Syrie

L’Envoyé spécial pour la Syrie, M. Staffan de Mistura, a informé le Conseil de sécurité par visioconférence de la situation à Edleb.  Il a déclaré que cette situation comporte tous les ingrédients d’une « parfaite catastrophe », avec des conséquences humanitaires dévastatrices.  Il a mentionné des informations suggérant le déploiement accru du Gouvernement syrien et des forces alliées près de la zone de désescalade d’Edleb.

L’Envoyé spécial a déclaré que les dangers sont alarmants et que toute bataille pour Edleb finirait dans un bain de sang.  Il a ajouté que les efforts de lutte contre le terrorisme ne peuvent outrepasser les obligations du droit international et exhorté toutes les parties à trouver une solution pour éviter une tragédie à Edleb.

M. John Ging, du Bureau de la coordination des affaires humanitaires, a déclaré de son côté que la zone de désescalade d’Edleb, qui comprend des régions des provinces d’Edleb, d’Alep, de Lattaquié et de Hama, compte environ 3 millions de personnes.  Parmi ceux-ci, 2,1 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire, dont 1,4 million de personnes déplacées à l’intérieur du pays.  Il a ajouté que l’aide humanitaire est déjà prépositionnée à Edleb, y compris des rations alimentaires prêtes à être consommées pendant une semaine pour les besoins de jusqu’à 850 000 personnes, grâce à des opérations transfrontalières via la Turquie et depuis l’intérieur de la Syrie.

Myanmar

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) déclarent être prêts à conduire les activités d’évaluation dans 23 villages après la signature d’un protocole d’accord entre le Myanmar et les deux agences il y a trois mois.

Ces évaluations ne constitueraient qu’une première étape, l’accès devant être élargi pour permettre les évaluations complètes à grande échelle qui continuent d’être nécessaires.

L’évaluation d’une liste de villages initialement arrêtée s’inscrit dans un programme de travail plus large qui fait l’objet de discussions avec les autorités du Myanmar depuis juillet.  En commençant par les évaluations des besoins pour identifier et mettre en œuvre des projets à efficacité rapide, le HCR et le PNUD espèrent promouvoir des mesures visant à rétablir la confiance et la cohésion sociale avec les communautés restées dans l’État rakhine.

Des progrès substantiels sont toutefois nécessaires de toute urgence dans trois domaines clefs couverts par le protocole d’accord: accorder un accès effectif dans l’État rakhine; assurer la liberté de mouvement pour toutes les communautés; et s’attaquer aux causes profondes de la crise, y compris en offrant un processus clair vers l’obtention de la citoyenneté pour les personnes éligibles.

Népal

Le Bureau de liaison du Département des affaires politiques au Népal, créé en 2011 après la fermeture de la Mission des Nations Unies au Népal, a officiellement fermé ses portes aujourd’hui.

Au cours des deux dernières décennies, l’ONU a accompagné le Gouvernement et les dirigeants népalais dans leur cheminement vers la paix, y compris via l’Accord de paix global de 2006.  Le processus de paix national au Népal a franchi une étape importante après l’adoption d’une constitution inclusive et démocratique en 2015 et la bonne conduite des élections à trois niveaux en 2017.

L’ONU s’est engagée à continuer de travailler avec les dirigeants politiques népalais et la société civile pour consolider la paix, y compris s’agissant d’objectifs plus larges des droits de l’homme et du développement, en vue de bâtir un avenir de paix et de prospérité durables.

République populaire démocratique de Corée (RPDC)

Le 4 septembre, une équipe conjointe des Nations Unies et du Gouvernement de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) a mené une mission d’évaluation conjointe dans les provinces de Hwanghae-Nord et Sud en République populaire démocratique de Corée (RPDC), après les fortes pluies de fin août et les inondations soudaines dans cette région.  Des besoins ont été identifiés dans les secteurs de la sécurité alimentaire, de la nutrition, de la santé, de l’eau et de l’assainissement, des abris et de la réduction des risques de catastrophe.  Actuellement, de nombreuses zones restent inaccessibles, les ponts et les routes ayant été détruits.

Les inondations sont consécutives à une période de températures caniculaires en juillet et août, qui ont déjà affecté la production agricole dans des provinces qui sont considérées comme le « panier alimentaire » du pays.  Environ 40% de la population est en situation d’insécurité alimentaire et de sous-alimentation en RPDC.

Colombie

La Mission de vérification des Nations Unies en Colombie a informé le Secrétariat de l’ONU qu’au cours des dernières semaines, six dirigeants des quatre zones territoriales de formation et de réinsertion et un nouveau point de regroupement dans la région du sud-est du pays ont décidé de quitter ces zones et d’y abandonner leurs responsabilités à environ 1 500 ex-combattants résidant sur place.

La Mission surveille de près cette situation et a confirmé que, malgré le départ de ces dirigeants, les ex-combattants et leurs familles continuent de vivre, d’étudier et de travailler sur place et restent engagés en faveur du processus de réintégration.

Elle a souligné que le soutien renouvelé du gouvernement à une réinsertion productive est plus que jamais nécessaire et demandé au Conseil national de réincorporation et à ses groupes de travail de reprendre leurs efforts pour mettre en œuvre des projets productifs dans le cadre d’une approche communautaire.

Dans ces régions du sud-est, les anciens membres des FARC-EP et leurs familles ont développé plus de 40 projets productifs, qui sont fondamentaux pour la réinsertion effective de ces personnes, a relevé la Mission.

Voiture

En République centrafricaine, la Mission de maintien de la paix a fermement condamné l’assassinat d’un certain nombre de personnes déplacées à Bria, dans la préfecture de Haute-Kotto, par des membres présumés du Front populaire pour la Renaissance de la Centrafrique de l’ex-Séléka. 

La police des Nations Unies enquête sur des informations selon lesquelles des personnes du camp de déplacés PK3 auraient été enlevées jeudi à l’extérieur du camp puis tuées.  La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a reçu des informations à ce sujet et dépêché une patrouille, qui a retrouvé trois corps sur l’axe Ippy.

La Mission a renforcé la sécurité autour du camp de déplacés PK3 pour protéger la population.

La MINUSCA exhorte tous les groupes armés à mettre fin à la violence contre les civils et aux tensions actuelles à Bria.  Elle réitère que les auteurs de ces attaques contre des civils doivent être arrêtés et traduits en justice.

Commission arabe de l’aviation civile/Soudan du Sud

La Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Mme Virginia Gamba, vient d’achever une visite de quatre jours au Soudan du Sud.

Elle a déclaré que les graves violations perpétrées à l’encontre des enfants dans le pays demeuraient à des niveaux inacceptables, près de 1 400 ayant été directement affectés en 2017 et des milliers d’autres victimes du conflit.

Mme Gamba a appelé tous les auteurs de violations graves contre les enfants à prendre des mesures concrètes immédiates pour mettre fin au nombre dévastateur de violations et les empêcher de se reproduire.

Organisation internationale du Travail (OIT)

L’Organisation internationale du Travail (OIT) s’est félicitée de la décision du Qatar de mettre fin à l’obligation de visa de sortie pour la plupart de ses travailleurs migrants.  Le Directeur général de l’OIT, Guy Ryder, a déclaré dans un tweet qu’il s’agissait d’un « pas positif vers le travail décent » et ajouté que l’agence s’engageait à travailler avec le Gouvernement qatari pour poursuivre ses réformes.

Le Secrétaire général se joint à l’OIT s’agissant de cette évolution.

Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)

La FAO affirme que plus de 45 pays ont renouvelé leur engagement à éradiquer, d’ici à 2030, la peste des petits ruminants (PPR), une maladie hautement contagieuse et dévastatrice responsable de la mort de millions d’ovins et de caprins chaque année.

Lors d’une conférence mondiale organisée par la FAO et l’Organisation mondiale de la santé animale à Bruxelles, les participants ont souligné que la PPR menaçait directement les moyens de subsistance des populations les plus pauvres de leurs pays.

Conférence de presse lundi

Lundi, à 11 heures, le Secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), le Pr Petteri Taalas, donnera une conférence de presse sous embargo, en préambule de l’allocution importante, à 15 heures sur la pelouse nord, que le Secrétaire général prononcera sur les changements climatiques.  En cas de pluie, l’évènement se déroulera dans la Salle à manger des délégués.  Le Secrétaire général décrira les dangers posés par les changements climatiques, mettra en évidence des solutions et soulignera la nécessité d’une plus grande ambition et d’un leadership plus vigoureux pour faire face à ce qu’il a appelé « la menace emblématique de notre époque ».

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.