Imprimer
Dbf180829
29 août 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 29 août 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

République arabe syrienne

Dans une déclaration rendue publique aujourd’hui, le Secrétaire général s’est dit profondément préoccupé par les risques croissants de catastrophe humanitaire en cas d’opération militaire à grande échelle dans la province d’Edleb, en Syrie.  Il réaffirme une fois de plus que toute utilisation d’armes chimiques est totalement inacceptable.  Le Secrétaire général lance un appel urgent au Gouvernement syrien et à toutes les parties pour qu’elles fassent preuve de retenue et accordent la priorité à la protection des civils.

Il appelle les garants d’Astana à redoubler d’efforts pour trouver une solution pacifique à la situation à Edleb, la dernière zone de désescalade restante.

Le Secrétaire général demande en outre à toutes les parties de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger la vie des civils, permettre la libre circulation, protéger les infrastructures civiles, y compris les installations médicales et éducatives, conformément aux droits humains internationaux et au droit international humanitaire.

République arabe syrienne – Crise humanitaire

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a réitéré aujourd’hui ses préoccupations concernant la situation autour d’Edleb et les conséquences humanitaires catastrophiques potentielles sur place en cas d’opération militaire.

Près de trois millions de personnes se trouveraient dans la zone de désescalade d’Edleb, comprise de parties d’Edleb, de l’ouest d’Alep, du nord de Hama et de l’est de Lattaquié.  Parmi elles, figurent près de 1,4 million de déplacés et 2,1 millions de personnes ayant besoin d’une aide humanitaire.

Comme l’a affirmé hier John Ging, le Directeur des opérations de l’OCHA, l’ONU et ses partenaires continuent de répondre aux besoins dans la province d’Edleb et dans le nord-ouest de la Syrie par le biais de livraisons d’assistance transfrontalière.  Rien qu’en juillet, près de 680 000 personnes ont reçu en provenance de la Turquie des vivres livrées par l’ONU.  Les organisations d’aide prépositionnent l’aide en préparation d’une nouvelle détérioration de la situation dans la région.

L’ONU continue de rappeler à toutes les parties leurs obligations, en vertu du droit international humanitaire, s’agissant de garantir un accès humanitaire sûr, sans entrave et durable et la protection des civils.

Toujours à propos de la Syrie, l’OCHA continue de se préoccuper du bien-être des civils dans la province de Deïr el-Zor, dans l’est du pays.  Lundi, 53 personnes auraient été tuées et 100 autres blessées dans des frappes aériennes contre des zones résidentielles du district d’Abu Kamal.  Depuis novembre 2017, près de 200 000 personnes déplacées sont de retour à Deïr el-Zor.  L’aide humanitaire est délivrée à plusieurs endroits, mais les combats continuent d’avoir des répercussions sur les civils dans l’est de la province ces derniers mois, provoquant le départ d’au moins 20 000 personnes dans des camps de fortune entre juillet et début août.

Iraq

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Iraq, M. Jan Kubiš, a fermement condamné les attentats terroristes meurtriers perpétrés aujourd’hui dans la région de Qaëm, dans l’ouest de la province d’Anbar.

M. Kubiš a déclaré que bien que Daech ait été vaincu sur le champ de bataille, il continue de représenter une menace pour la paix dans le pays, recourant à des attaques lâches et aveugles contre les civils pour terroriser les populations dans une tentative de déstabilisation.

Il a ajouté que l’attaque d’aujourd’hui rappelait aux Iraquiens que la lutte pour la paix n’était pas encore achevée, avant de souligner le rôle essentiel de la résilience et de l’unité de tous les habitants pour contrecarrer les projets terroristes et consolider la stabilité et la prospérité nationales.

Conseil de sécurité

Ce matin, le Secrétaire général a pris la parole lors d’une réunion publique du Conseil de sécurité sur la médiation.  Il a déclaré au Conseil que les conflits comme la médiation étaient devenus de plus en plus complexes, notant que, depuis le début de son mandat, l’une de ses principales priorités était l’élargissement de la diplomatie pour la paix.

Le Secrétaire général a déclaré que la prévention passait par des investissements dans la médiation, la consolidation de la paix et le développement durable.  Nous devons être audacieux et créatifs en mettant en commun les moyens et les capacités disponibles au service de la médiation, a-t-il déclaré.

L’ONU, a poursuivi le chef de l’Organisation, dispose d’un certain nombre de ressources dans le domaine de la médiation déployées de diverses manières, y compris les envoyés spéciaux et les représentants spéciaux, ainsi que les bons offices et les pourparlers officiels, souvent aux côtés des envoyés et des médiateurs d’organisations régionales ou d’États Membres.

Mali

Hier, la Coordonnatrice adjointe des secours d’urgence, Ursula Mueller, a entamé une visite de quatre jours au Mali pour sensibiliser à la détérioration de la situation humanitaire dans le pays et trouver un moyen d’y accroître l’action humanitaire en temps opportun.

Aujourd’hui, elle se trouve dans la capitale, Bamako, où elle s’entretient avec des responsables gouvernementaux, des partenaires humanitaires et d’autres.

Au Mali, Mme Mueller rencontrera également des personnes déplacées dans l’une des communautés les plus touchées du centre du pays.

À l’heure actuelle, près de 5,2 millions de personnes, soit une personne sur quatre, ont besoin d’une aide humanitaire, contre 3,8 millions en 2017 et 4,1 millions début 2018.  Le niveau des besoins est plus élevé qu’au tout début de la crise actuelle en 2012.

À ce jour, seulement 31% des 330 millions de dollars demandés pour 2018 dans le cadre du plan de réponse humanitaire ont été reçus, faisant de cet appel l’un des 10 moins financés au monde.

Réfugiés

Un nouveau rapport rendu public aujourd’hui par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) indique que quatre millions d’enfants réfugiés ne sont pas scolarisés, soit une hausse d’un demi-million d’enfants depuis un an.

Le rapport indique que, malgré les efforts des gouvernements, du HCR et de ses partenaires, la scolarisation des enfants réfugiés ne parvient pas à s’aligner sur la hausse de la population réfugiée.  Seulement 61% des enfants réfugiés fréquentent l’école primaire, contre 92% des enfants dans le monde.

Nicaragua

Aujourd’hui, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a déclaré qu’une action urgente était nécessaire pour faire face à la crise des droits humains au Nicaragua, où le niveau de persécution est tel que nombre de ceux qui ont participé aux manifestations d’avril dernier, défendu les droits des manifestants, ou simplement exprimé des opinions dissidentes, ont été contraints de se cacher ou de quitter le pays.

Ukraine

En réponse à une question sur Oleh Sentsov, le Porte-parole a déclaré que le Secrétaire général reste préoccupé de la santé du cinéaste, qui a entamé une grève de la faim de plus de 100 jours et serait dans un état critique.  La question fait partie des discussions du Secrétaire général avec les autorités russes.

Journée internationale contre les essais nucléaires

À l’occasion de la Journée internationale contre les essais nucléaires, le Secrétaire général a déclaré que l’histoire des essais nucléaires est jalonnée de souffrances, et les victimes des plus de 2 000 essais réalisés dans le monde sont souvent issues des communautés les plus vulnérables.  Il a souligné que le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires est la pierre angulaire du régime de désarmement et de non-prolifération nucléaires.  Il vise à favoriser la paix et la sécurité internationales en limitant le développement d’armes nucléaires.

Tableau d’honneur

Aujourd’hui, le Bélarus s’est acquitté de sa quote-part au budget ordinaire de l’Organisation, portant à 125 le nombre d’États Membres à s’en être acquittée.

 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.