Print
Dbf180816
16 août 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 16 août 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Afghanistan

Dans une déclaration rendue publique aujourd’hui, le Secrétaire général a condamné avec la plus grande fermeté l’attentat-suicide perpétré hier contre un centre éducatif à Kaboul.  Selon certaines informations, un grand nombre des victimes de ce centre éducatif mixte étaient des élèves âgés de moins de 18 ans.  Les responsables de cette attaque odieuse doivent être tenus pour responsables de leurs actes.

Le fait de cibler des civils, en particulier des enfants, est inacceptable.  Le Secrétaire général transmet ses plus sincères condoléances au Gouvernement afghan et aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.

Hier, dans une autre déclaration, le Secrétaire général avait exprimé ses condoléances aux familles qui ont souffert des récentes attaques des Taliban à Ghazni.

Le Secrétaire général y souligne l’urgente nécessité d’un cessez-le-feu immédiat et de l’ouverture de pourparlers entre les parties au conflit pour négocier une paix durable.  Prendre pour cible des civils et des établissements civils constitue une violation manifeste du droit international humanitaire.

Les parties belligérantes doivent faire tout leur possible pour qu’aucun civil ne soit tué ou blessé par les combats, et elles doivent permettre et faciliter le transfert rapide et sans entrave de l’aide humanitaire afin qu’elle puisse arriver jusqu’à Ghazni.

Le Secrétaire général souligne à nouveau qu’il ne peut y avoir de solution militaire au conflit en Afghanistan et demande instamment un règlement pacifique du conflit dans l’intérêt d’un avenir plus stable et plus prospère pour tous les Afghans.

Gaza

Dans une déclaration rendue publique hier après-midi, le Secrétaire général s’est félicité de la décision israélienne de rouvrir le point de passage de Kerem Shalom à sa pleine capacité opérationnelle et d’étendre la zone de pêche au large des côtes de Gaza.

Il s’est dit encouragé de constater que les parties concernées ont répondu aux appels pour éviter l’impact dévastateur d’un autre conflit sur la population civile dans et aux alentours de Gaza.

Le Secrétaire général appelle en outre toutes les parties à appuyer les efforts du Coordonnateur spécial des Nations Unies, M. Nickolay Mladenov, et de l’Égypte pour éviter une escalade et pour répondre à toutes les préoccupations humanitaires à Gaza et à celle du retour de l’Autorité palestinienne à Gaza.

Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA)

Le Commissaire général de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), M. Pierre Krähenbühl, a annoncé aujourd’hui à Amman que la rentrée scolaire pour 526 000 enfants réfugiés de Palestine se ferait à temps en Cisjordanie, à Jérusalem-Est, à Gaza, en Jordanie, au Liban et en Syrie.

M. Krähenbühl a également souligné les risques graves auxquels l’agence qu’il dirige est confrontée, affirmant que l’UNRWA est loin d’avoir surmonté ses difficultés.  Depuis janvier 2018, elle a levé 238 millions de dollars de fonds supplémentaires, un chiffre très encourageant.  Toutefois, les fonds dont dispose l’Agence actuellement ne lui permettent de fournir ses services que jusqu’à la fin du mois de septembre; elle a besoin de 217 millions de dollars de plus pour que les écoles puissent fonctionner jusqu’à la fin de l’année.

M. Krähenbühl a confirmé que l’UNRWA prendra des mesures énergiques sur la durée pour protéger sa situation financière, en mettant l’accent sur les initiatives de réforme et les moyens de renforcer son efficacité.  Il a réaffirmé le profond engagement de l’Office à préserver la dignité des réfugiés de Palestine, la poursuite de ses services et son mandat important.

Syrie

L’ONU s’inquiète de la sécurité et de la protection des civils dans la province de Deir el-Zor, en Syrie, où les combats, à Hajin et à Dashesha, auraient causé le déplacement de plus de 20 000 personnes depuis juillet.

Les personnes déplacées se seraient installées dans des camps de fortune dans la province.  Elles ont un besoin urgent d’assistance humanitaire.

Si les organisations humanitaires peuvent accéder à certains camps de personnes déplacées, d’autres camps n’ont pas encore bénéficié d’une aide humanitaire.

Une dizaine d’organisations non gouvernementales internationales, ainsi que le Croissant-Rouge arabe syrien, fournissent une assistance, notamment alimentaire, sanitaire, hygiénique, en argent liquide, ainsi qu’en matière de relèvement rapide et de protection, dans les différentes zones accueillant des personnes déplacées.

L’ONU continue d’appeler toutes les parties à garantir aux travailleurs humanitaires un accès sûr aux personnes dans le besoin et à protéger les civils et les infrastructures civiles conformément au droit international humanitaire et des droits de l’homme.

Mali

Au Mali, la Mission des Nations Unies dans ce pays, la MINUSMA, indique que les résultats provisoires du second tour de l’élection présidentielle de 2018 ont été publiés ce matin par le Ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation.

Le Président sortant, M. Ibrahim Boubacar Keita, a terminé premier avec 67,17% des voix, tandis que son principal adversaire, M. Soumaïla Cissé, en a obtenu 32,83%.  La participation s’est élevée à 34,54% du corps électoral.  Conformément à la loi, les résultats définitifs seront publiés avant le 20 août par la Cour constitutionnelle.

La communauté internationale se tient aux côtés des Maliens, sur l’ensemble de l’échiquier politique, qui œuvrent de concert pour faire avancer la démocratie, promouvoir la prospérité et renforcer la gouvernance et la sécurité dans leur pays.  La Mission des Nations Unies au Mali continuera de travailler avec le Gouvernement élu du Mali pour une paix et une sécurité durables dans tout le pays.

Le Secrétaire général s’est entretenu, hier, par téléphone avec MM. Ibrahim Boubacar Keita et Soumaïla Cissé.

République démocratique du Congo - Ebola

La Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo, la MONUSCO, fournit un appui logistique au Ministère de la santé congolais et à ses partenaires afin de faciliter les opérations sur le terrain face à la flambée d’Ebola dans la province du Nord-Kivu.

À Beni, un centre d’opérations d’urgence est en train d’être mis en place dans les locaux de la MONUSCO pour accueillir le personnel du Ministère et de ses partenaires qui en assurent la direction.  La Mission a également fourni des conteneurs à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) afin qu’ils soient utilisés comme installations de stockage.

Au cours de la semaine écoulée, la Mission a envoyé 30 experts de l’OMS à Goma et à Beni, ainsi que sept tonnes de cargaison, en particulier des équipements médicaux de protection individuelle, à destination de Beni.  La MONUSCO a également déplacé par voie aérienne trois ambulances de Kinshasa à Goma, puis les a acheminées par la route vers Beni.

De plus, la Force de la MONUSCO assure la sécurité des travailleurs humanitaires déployés dans les zones touchées.

Bosnie-Herzégovine

Le Conseiller spécial pour la prévention du génocide, M. Adama Dieng, a indiqué qu’il est préoccupé par la récente décision de l’Assemblée nationale de la Republika Srpska de révoquer son approbation du Rapport 2004 de la Commission Srebrenica.

M. Dieng a indiqué que le rejet des conclusions de la Commission représente un pas en arrière pour la Bosnie-Herzégovine.  Cela sape le respect de l’état de droit et les efforts déployés sur les plans national et international pour rendre justice aux victimes des crimes commis contre les personnes de toutes appartenances ethniques pendant la guerre de Bosnie de 1992-1995.

De plus, a-t-il ajouté, le moment choisi pour prendre cette décision risque d’exacerber les tensions à l’approche des élections du 7 octobre et de porter atteinte aux perspectives de stabilité et de réconciliation sur le long terme.

Amérique centrale

Selon un rapport de l’UNICEF publié aujourd’hui, les enfants d’Amérique centrale qui ont été déportés du Mexique et des États-Unis font face à un risque élevé de violence, de stigmatisation et de dénuement, aggravant ainsi les causes sous-jacentes de la migration irrégulière dans la région.

Le rapport indique que les voyages dangereux et les déportations intensifient la pauvreté, l’extrême violence et le manque de perspective car il est courant que les enfants renvoyés vers leur pays d’origine n’aient aucun foyer à regagner, se retrouvent fortement endettés ou soient pris pour cible par des gangs.  Se voir renvoyés vers une situation impossible augmente la probabilité qu’ils migreront à nouveau, indique l’agence.

Selon l’UNICEF, 68 409 enfants migrants ont été détenus au Mexique entre 2016 et avril 2018 et 91% d’entre eux ont été déportés vers d’autres pays d’Amérique centrale.  L’UNICEF exhorte les gouvernements à travailler ensemble pour mettre en œuvre des solutions avérées utiles pour atténuer les causes sous-jacentes de la migration irrégulière et forcée et protéger le bien-être des enfants migrants et réfugiés pendant leur voyage.

Le rapport contient également une série de recommandations pour assurer la sécurité des enfants migrants et réfugiés et réduire les facteurs qui poussent les familles et les enfants à quitter leur foyer à la recherche de la sécurité ou d’un avenir meilleur en empruntant des voies de migration irrégulières et dangereuses.

Journée mondiale de l’aide humanitaire

Dans le cadre de la commémoration de la Journée mondiale de l’aide humanitaire, qui sera célébrée dimanche, le Secrétaire général déposera, demain, une gerbe pour marquer le quinzième anniversaire de l’attentat à la bombe contre le siège des Nations Unies à Bagdad.  Une minute de silence sera également observée en hommage au personnel de l’ONU qui a perdu la vie.

Une cérémonie sera également organisée à Genève à laquelle participeront les familles des membres du personnel qui ont péri durant les attentats perpétrés à Bagdad et à Alger.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.