Imprimer
Dbf180810
10 août 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 10 août 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Droits de l’homme

Dans une déclaration faite ce matin, le Secrétaire général s’est déclaré ravi que l’Assemblée générale ait confirmé la nomination de Mme Michelle Bachelet comme Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme.

Il a indiqué que Mme Bachelet a vécu dans l’obscurité de la dictature.  En tant que médecin, a-t-il déclaré, elle connaît les épreuves des personnes assoiffées de santé et désireuses de jouir d’autres droits économiques et sociaux essentiels, et elle connaît les responsabilités des dirigeants nationaux et mondiaux.

Le Secrétaire général a déclaré qu’elle prend ses fonctions à un moment très périlleux pour les droits de l’homme, marqué par la hausse de la haine et des inégalités, le déclin du respect du droit international humanitaire et des droits de l’homme, le rétrécissement de l’espace pour la société civile et les libertés de la presse sous pression.  Pour naviguer dans ces courants, a-t-il indiqué, nous avons besoin d’un défenseur puissant de tous les droits de l’homme - civils, politiques, économiques, sociaux et culturels.

Yémen

Dans une déclaration publiée hier, le Secrétaire général a condamné les frappes aériennes effectuées par les forces de la coalition à Saada, au Yémen, et qui ont touché un marché bondé dans le district de Majz et un bus qui transportait des enfants vers un camp de vacances.  Les autorités sanitaires locales ont confirmé plusieurs morts et blessés, dont une majorité d’enfants âgés de 10 à 13 ans.  Le Secrétaire général a exprimé ses sincères condoléances aux familles des victimes.

Le Secrétaire général appelle toutes les parties à honorer leurs obligations en vertu du droit international humanitaire, en particulier les règles fondamentales de distinction, de proportionnalité et de précaution dans les attaques.  Le Secrétaire général souligne que toutes les parties doivent en tout temps veiller à épargner les civils et les objets civils dans la conduite des opérations militaires.  Il appelle à une enquête rapide et indépendante sur cet incident. 

Dans une autre déclaration, l’Envoyé spécial pour le Yémen, M. Martin Griffiths, a déclaré que cet incident tragique devrait nous inciter tous à déployer davantage d’efforts pour mettre fin au conflit grâce à un dialogue interyéménite inclusif.  Il espère que l’ensemble des parties participeront de manière constructive au processus politique, y compris aux consultations prévues à Genève en septembre. 

Le Coordonnateur humanitaire pour le Yémen et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ont également publié des déclarations.

République démocratique du Congo (RDC)

Dans une autre déclaration du Secrétaire général publiée hier après-midi, M. Guterres a salué la décision du Président Joseph Kabila de respecter la Constitution de la République démocratique du Congo, ainsi qu’il s’y était engagé.  Le Secrétaire général s’est aussi félicité des progrès enregistrés dans la préparation des élections présidentielle et législatives prévues le 23 décembre 2018 en RDC.

Le Secrétaire général a réitéré l’engagement des Nations Unies à continuer de travailler avec le Gouvernement et le peuple de la République démocratique du Congo en vue de la tenue d’élections libres et crédibles conduisant à un transfert pacifique du pouvoir.

RDC humanitaire

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique qu’une augmentation des incidents de sécurité dans de nombreuses régions de la province du Tanganyika, en RDC, affecte la livraison de l’aide humanitaire.

À l’heure actuelle, la suspension des livraisons humanitaires par au moins 10 organisations a un impact direct sur plus de 60 000 personnes.  Presque tous les secteurs humanitaires sont touchés car des projets étaient en train d’être mis en œuvre dans les domaines de la santé, de l’eau et de l’assainissement, de la sécurité alimentaire et des produits non alimentaires.

La résurgence de la violence dans la région du Tanganyika a provoqué le déplacement de près de 388 000 personnes.

Syrie

Hier, le Croissant-Rouge arabe syrien (SARC) a livré une assistance humanitaire de l’ONU consistant en des trousses d’hygiène, des articles sanitaires et des articles de première nécessité pour 32 500 personnes ayant besoin d’assistance à Deraa al-Balad, dans la ville de Deraa.

Les besoins dans la région restent élevés, à la fois pour les personnes qui reviennent et pour jusqu’à 100 000 déplacés.

Selon le Croissant-Rouge, cette semaine, les combats dans l’est et le nord-est du désert de Soueïda ont déplacé plus de 1 000 personnes de la partie orientale rurale de la province de Soueïda vers la ville de Soueïda.

Dans la région du bassin d’Al-Yarmouk, dans le sud de la partie rurale de Deraa, au moins 7 personnes auraient été tuées et 14 autres blessées, entre le 4 et le 6 août, par des munitions non explosées.

L’ONU et ses partenaires recherchent à obtenir un accès plus durable aux personnes dans le besoin afin de leur fournir une aide et des services, y compris la protection.

Équateur

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) intensifie son assistance à l’Équateur qui a déclaré, mercredi, un état d’urgence dans les provinces de Carchi, Pichincha et El Oro en raison de l’afflux de Vénézuéliens.

Depuis le début de l’année, quelque 547 000 Vénézuéliens sont entrés en Équateur par la frontière colombienne.  Cependant, l’afflux est en train de s’accélérer et, au cours de la première semaine d’août, quelque 30 000 Vénézuéliens sont entrés dans le pays au rythme de plus de 4 000 par jour.

Le HCR a renforcé sa présence aux principaux postes frontaliers et intensifie ses interventions d’urgence en fournissant une assistance technique et en aidant le Gouvernement à renforcer ses mécanismes de détermination du statut de réfugié, d’enregistrement et de protection.

Sécurité routière

À Genève, le Fonds d’affectation spéciale des Nations Unies pour la sécurité routière a tenu la première réunion de son Conseil consultatif et de son Comité directeur.  L’objectif du Fonds est de catalyser les efforts pour répondre à la situation de la sécurité routière dans le monde, en comblant les écarts dans la mobilisation des ressources et en veillant à la coordination de l’action à tous les niveaux.

Les représentants des États Membres représentant chacune des régions des Nations Unies, à savoir l’Argentine, le Liban, le Nigéria, la Fédération de Russie et la Suède, ont été nommés au Conseil consultatif du Fonds, ainsi que des représentants du secteur privé, de la société civile et du milieu universitaire.

Le Fonds dispose actuellement de 11,8 millions de dollars et des contributions supplémentaires sont attendues dans les prochains mois.

L’Envoyé spécial du Secrétaire général pour la sécurité routière, M. Jean Todt, a remercié les partenaires, mais a ajouté qu’il en faut davantage pour combler les écarts en financements.  De son côté, la Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Europe (CEE), Mme Olga Algayerova, a ajouté que pour « transformer la situation de la sécurité routière dans le monde, qui représente 1,25 million de morts et des pertes économiques évaluées à 1,85 mille milliards de dollars par an, il importe de renforcer d’urgence l’implication d’un large éventail de partenaires et d’améliorer la coordination des efforts mondiaux ».

Jeunesse

La Journée internationale de la jeunesse sera célébrée dimanche, avec pour thème cette année « Espaces sécurisés pour les jeunes ».  Dans un message, le Secrétaire général a indiqué que les espoirs du monde reposent sur les jeunes. Cependant, des millions d’entre eux vivent au milieu d’un conflit armé ou de la violence organisée et de nombreux font face au dénuement, au harcèlement, aux intimidations et à d’autres violations de leurs droits.

« Les jeunes du monde ont besoins d’espaces sécurisés –des espaces publics, civiques, physiques et numériques où ils peuvent librement exprimer leur point de vue et exaucer leur rêves », a-t-il indiqué, ajoutant que l’ONU est fermement engagée à entendre leur voix et à tracer la voie pour leur participation significative à des décisions qui les touchent.

Tableau d’honneur

L’Équateur et Saint-Vincent-et-les Grenadines amènent à 117 le nombre d’États Membres à avoir versé l’intégralité de leur contribution au budget ordinaire de l’ONU.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.