Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 10 juillet 2018

Dbf180710
10 Juillet 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 10 juillet 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Conseil de sécurité

La Vice-Secrétaire générale, Mme Amina Mohammed, est intervenue aujourd’hui au Conseil de sécurité qui tenait une séance publique sur les femmes, la paix et la sécurité au Sahel.

Mme Mohammed est rentrée hier d’une mission conjointe Nations Unies-Union africaine au Soudan du Sud, au Niger et au Tchad.  Elle était accompagnée pendant une partie de la mission de la Ministre suédoise des affaires étrangères, Mme Margot Wallström qui a présidé le Conseil aujourd’hui.

Mme Mohammed a souligné la nécessité de faire face au coût élevé que les femmes et les filles paient au conflit.  Elle a dit avoir entendu les appels unanimes et de plus en plus frustrés des femmes pour une plus grande inclusion, représentation et participation dans tous les secteurs de la société. 

Elle a aussi noté la nécessité évidente de faire en sorte que les États fragiles d’aujourd’hui ne deviennent pas les États faillis de demain.

La Vice-Secrétaire générale a souligné l’importance d’accroître de toute urgence le budget de l’appui au développement dans ces pays et les autres États fragiles.  Les investissements dans le développement doivent être transformateurs, a-t-elle dit, ne doivent supporter que des projets intégrés à plus grande échelle.

Elle a averti que le coût de l’inaction est élevé.  La pauvreté, les institutions faibles et les inégalités entre les sexes, y compris les pratiques odieuses comme le mariage des enfants, créent un environnement fertile pour l’extrémisme. 

Soudan du Sud

Les observateurs des droits de l’homme de l’ONU ont collecté des informations sur ce qui semble être des attaques violentes, délibérées, brutales et impitoyables contre des civils, en particulier les femmes et les enfants, par le Gouvernement et les forces alliées ainsi que par des groupes de jeunes armés dans le sud de l’État de l’Unité.

Un rapport publié aujourd’hui fait état d’actes qui constituent des violations et abus graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire qui pourraient constituer des crimes de guerre.  L’enquête a aussi identifié trois personnes qui portent la plus grande responsabilité des violations commises.  Les observateurs des droits de l’homme ont trouvé qu’entre le 16 avril et le 24 mai, au moins 232 civils ont été tués et de nombreux autres ont été blessés dans des attaques contre des villages dans les régions contrôlées par l’opposition à Mayendit et Leer. 

Le rapport parle également de l’utilisation de la violence sexuelle comme arme de guerre; 120 femmes et filles au moins subi viols ou viols en groupe, y compris des filles de 4 ans.  La brutalité et le caractère impitoyable des assaillants, comme le décrivent les survivants, suggèrent que leur objectif était la politique de la terre brûlée, tuant ou forçant les gens à fuir, incendiant maisons et cultures, punissant et terrorisant pour empêcher les gens de revenir. 

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, M. Zeid Ra’ad Al Hussein, a appelé le Gouvernement à stopper toutes les attaques contre les civils, à lancer des enquêtes et à traduire les responsables en justice, y compris les commandants.

République populaire démocratique de Corée (RPDC)

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, est arrivé hier en RPDC.

Il est là pour mieux comprendre les besoins humanitaires, voir l’appui que l’ONU offre et évaluer la nécessité d’une aide supplémentaire.

Aujourd’hui, il a visité des projets soutenus par l’ONU dans le sud de la province de Hwanghae.  Dans deux hôpitaux, il a vu la différence que l’aide humanitaire des Nations Unies fait dans la vie des plus vulnérables, y compris les enfants, les femmes enceintes, celles qui allaitent.  Avec l’argent du Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF), l’ONU a été en mesure de venir en aide à plus de 6 500 femmes et enfants.

M. Lowcock a aussi également rencontré des enfants et des infirmiers pour discuter du dépistage précoce de la malnutrition infantile.

Il a visité une école maternelle dans le district de Sinchon, qui recevrait une aide nutritionnelle de l’ONU jusqu’en 2016.  Depuis novembre 2017, les opérations de l’ONU ont dû interrompre l’aide nutritionnelle aux écoles maternelles à cause d’un manque d’argent.

M. Lowcock s’est arrêté à l’usine de produits alimentaires pour enfants de Pyongyang, qui produit 160 tonnes de nourriture pour 80 000 enfants, des femmes enceintes et femmes qui allaitent.  La production est toutefois insuffisante en raison des contraintes financières.

Demain, M. Lowcock devrait rencontrer les représentants du Gouvernement, la communauté des donateurs et les partenaires humanitaires.  Il visitera également le Centre coréen de réhabilitation pour les enfants handicapés.

Les partenaires humanitaires, à travers le Plan 2018 des besoins et des priorités de la RPDC, recherchent la somme de 111 millions de dollars pour fournir une aide humanitaire vitale à six millions de personnes parmi les plus vulnérables.  Seuls 10,5% du financement ont été reçus jusqu’à présent.

Moyen-Orient

Le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, M. Nickolay Mladenov, s’est dit aujourd’hui préoccupé par les conséquences de la décision israélienne de suspendre temporairement les importations et les exportations, à l’exception des biens humanitaires de base, qui passent par le point de passage de Kerem Shalom.  Il a exhorté les autorités à revenir sur cette décision.

M. Mladenov a ajouté que le Hamas et les autres factions palestiniennes à Gaza devraient également faire leur part, en maintenant le calme, en arrêtant de lancer des cerfs-volants en feu et en empêchant les provocations.

L’ONU maintient ses contacts avec ses interlocuteurs israéliens et palestiniens, ainsi qu’avec les partenaires régionaux et internationaux, pour réduire les tensions, soutenir la réconciliation entre Palestiniens et résoudre tous les problèmes humanitaires.

M. Mladenov a déclaré que tout le monde doit se détourner du chemin de la confrontation et de l’escalade.

Yémen

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) affirme que les conditions à Hodeïda, même avant l’escalade du conflit, étaient parmi les plus graves au Yémen.  Hodeïda a enregistré la plus forte incidence de cas suspects de choléra, environ 14% des cas signalés dans tout le pays depuis le début de l’épidémie en avril 2017, et de cas suspects de diphtérie au nombre de 209 cas.  On compte aussi 252 cas suspects de rougeole.

L’OMS indique que l’intensification des combats à Hodeïda met en danger non seulement les personnes directement touchées, mais également les 70% de la population qui dépend des approvisionnements vitaux, y compris les fournitures médicales qui transitent par le port d’Hodeïda.  Le port constitue une bouée de sauvetage non seulement pour la ville mais pour toutes les provinces du nord.

Selon les services de santé locaux, 328 blessés et 46 décès ont été enregistrés à Hodeïda entre le 13 juin et le 7 juillet.  Cependant, les combats ont diminué dans la ville et le port reste opérationnel.

Haïti

En Haïti, le Groupe restreint, composé du Représentant spécial adjoint du Secrétaire général, des ambassadeurs d’Allemagne, du Brésil, du Canada, de la France, des États-Unis et des représentants de l’Espagne, de l’Organisation des États américains et de l’Union européenne, a exprimé sa préoccupation face aux actes de violence et de pillage qui ont largement paralysé le pays durant le week-end.

Dans un communiqué, le Groupe restreint se dit attristé par les pertes en vies humaines et a exprimé ses condoléances aux familles des victimes, ajoutant que rien ne peut justifier des comportements qui menacent la vie des gens ainsi que les progrès réalisés ces dernières années en termes de de stabilité et de sécurité.

Le Groupe restreint a en outre encouragé toutes les parties en Haïti à faire preuve de retenue et à respecter l’ordre constitutionnel.

Organisation internationale pour les migrations

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a déclaré aujourd’hui qu’en 2017, elle a aidé plus de 72 000 migrants à rentrer chez eux volontairement.

Ce chiffre représente une diminution de 27% par rapport à 2016, quand 98 000 migrants ont bénéficié d’un soutien au retour et à la réintégration.  L’OIM a indiqué que cette diminution était principalement due à un volume plus faible des retours volontaires dans l’Espace économique européen (EEE) et en Suisse.  Cependant, la région reste celle d’où part la plus grande proportion des bénéficiaires de ce programme.

Des informations supplémentaires sont disponibles sur le site Internet de l’OIM.

Forum politique de haut niveau

Ce matin, les participants au Forum politique de haut niveau pour le développement durable ont discuté des moyens de renforcer la résilience et de faire progresser la science, la technologie et l’innovation pour atteindre les objectifs de développement durable.

Lors de la séance sur la résilience, les intervenants ont souligné la nécessité d’une volonté politique pour consacrer des ressources à la réduction des risques de catastrophe et à la planification stratégique dans les pays développés et en développement, et de la nécessité d’impliquer les secteurs vulnérables, y compris les pauvres urbains, les personnes handicapées, les jeunes et les femmes.

La session sur l’innovation s’est attardée sur le renforcement des partenariats entre les scientifiques et les décideurs politiques.  Dans l’après-midi, une autre session a examiné les progrès accomplis dans la réalisation de l’objectif 7 de développement durable, lequel appelle à garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable.

Conférences de presse

Demain, à 10 heures, l’Union internationale des instituts de recherches forestières (IUFRO) donnera une conférence de presse sur les forêts et l’eau, dans le cadre du Forum politique de haut niveau pour le développement durable.  La conférence de presse est parrainée par la Mission permanente de l’Autriche auprès des Nations Unies.

À midi, ce sera au tour de la Directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat), Mme Maimunah Mohd Sharif, de donner une conférence de presse.  Elle parlera, toujours dans le contexte du Forum politique de haut niveau, de l’état de mise en œuvre de l’objectif 11 de développement durable sur les villes et les communautés durables.

Et puis à 14 h 30, la Chef du Bureau d’appui des Nations Unies en Somalie (UNSOS), Mme Lisa Filipetto, fera le point sur la situation en Somalie.

Aujourd’hui, c’est le Président de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), M. Francesco Rocca, qui a fait une conférence de presse.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.