Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 28 juin 2018

Dbf180628
28 juin 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 28 juin 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Bangladesh

Le Secrétaire général se rendra au Bangladesh, le 1er juillet, lors d’une visite conjointe avec M. Jim Yong Kim, Président du Groupe de la Banque mondiale.

Leur visite soulignera la générosité du Bangladesh qui a accueilli le plus important flux de réfugiés en 2017, ainsi que la nécessité pour la communauté internationale de faire davantage.  Elle a aussi pour objectif de jeter les bases d’un dialogue plus approfondi avec le Gouvernement du Bangladesh sur le planning à moyen terme en ce qui concerne la situation des réfugiés, et de réitérer l’appui de l’ONU et de la Banque mondiale afin de trouver des solutions d’ensemble à la situation du peuple rohingya.

À Dhaka, le Secrétaire général et le Président du Groupe de la Banque mondiale auront des rencontres bilatérales avec les autorités du Bangladesh, dont le Premier Ministre, M. Sheikh Hasina.

Le 2 juillet, ils se rendront à Cox’s Bazar pour rencontrer les communautés de réfugiés rohingya et les travailleurs humanitaires, et plaider pour un soutien accru des donateurs.

Le Secrétaire général et le Président du Groupe de la Banque mondiale seront accompagnés par le Haut-Commissaire pour les réfugiés, M. Filippo Grandi, et la Directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), Mme Natalia Kanem.

Ils passeront en revue la situation des Rohingya nouvellement arrivés au Bangladesh, et évalueront les progrès en vue d’assurer un retour des réfugiés sûr, volontaire et digne, dans le respect des règles internationales.

Le Secrétaire général sera de retour à New York le 3 juillet.

Contreterrorisme

Ce matin, le Secrétaire général s’est exprimé à l’ouverture de la première conférence de haut niveau sur la lutte contre le terrorisme.  Il a déclaré que la première ligne de front contre le terrorisme est de plus en plus dans le cyberespace.  Il a dit que les terroristes exploitent les médias sociaux, les communications cryptées et le « dark Web » pour propager leur propagande, recruter de nouveaux membres et coordonner les attaques.

On voit aujourd’hui, a-t-il dit, des attaques moins sophistiquées contre des cibles faciles et plus difficiles à détecter et à prévenir.

Alors que la menace du terrorisme continue d’évoluer, le Secrétaire général a dit que nous devons nous adapter et tirer les leçons de ce qui marche et ce qui ne marche pas, et que notre réponse doit être aussi souple et multidimensionnelle que la menace elle-même.  Cela veut dire que les gouvernements doivent adopter une approche globale et inclusive, impliquant tous les segments de la société et cela commence par les communautés de base qui sont en première ligne des efforts pour empêcher les plus vulnérables de succomber à ces idéologies pernicieuses.

Agriculteurs/Éleveurs

Le Secrétaire général est gravement préoccupé par la fréquence, l’intensité, la complexité et la portée géographique croissantes de conflits violents entre des agriculteurs et des éleveurs, ainsi que par le banditisme, l’extorsion et les vols de bétail associés, dans plusieurs pays en Afrique de l’Ouest et centrale.  Il condamne la perte en vies humaines et la perte de biens et de moyens de subsistance qui en résultent, ainsi que les déplacements de population, qui sapent la coexistence pacifique entre les communautés dans de nombreux pays affectés et nuisent à la stabilité régionale.

Le Secrétaire général souligne que toutes les attaques visant des civils violent le droit international humanitaire.  Il exhorte tous les gouvernements, les organisations régionales, la société civile et les autres acteurs concernés à travailler ensemble pour trouver des solutions acceptables et durables à ces conflits, dans le strict respect des cadres réglementaires régionaux en vigueur et du droit international humanitaire et des droits de l’homme.

Le Secrétaire général exprime la solidarité de l’ONU avec les peuples et les gouvernements des pays affectés.  Il réitère la disponibilité et l’engagement de l’ONU pour appuyer les efforts nationaux et régionaux afin de résoudre les différends entre les agriculteurs et les éleveurs.

Érythrée-Éthiopie

Le Secrétaire général salue la visite en Éthiopie, le 26 juin, d’une délégation de haut niveau de l’Érythrée, comme un premier pas concret dans le processus de normalisation des relations entre les deux pays.  Le Secrétaire général note que les ouvertures diplomatiques visant à apaiser les tensions et à résoudre le différend de longue date entre les deux pays aura un impact positif considérable sur l’ensemble de la région.

Le Secrétaire général réitère une fois de plus la disponibilité de l’ONU pour jouer un rôle d’appui aux deux pays dans l’application de la décision relative à leur frontière ou dans tout autre domaine où ils jugeraient utile l’assistance de l’ONU.

Syrie

L’escalade des hostilités se poursuit en Syrie et nos collègues humanitaires informent que des civils continuent d’être tués et que plus de 66 000 personnes ont maintenant été déplacées.  La majorité des déplacés auraient fui de l’est de Dara’a vers la frontière jordanienne, et un grand nombre d’entre eux se trouveraient bloqués dans une zone désertique avec peu d’accès à l’aide humanitaire.  Au moins 13 000 d’entre eux ont fui vers la province de Quneitra, tandis que des centaines de déplacés internes auraient fui les zones contrôlées par le Gouvernement dans la province d’As-Sweida.  Le nombre de personnes déplacées devrait augmenter alors que se poursuivent les hostilités.   

Au moins 29 civils auraient été tués après les frappes terrestres et aériennes d’hier, et 50 auraient été tués depuis le 17 juin.

Si les routes utilisées par les convois interinstitutions transfrontières depuis la Jordanie restent ouvertes, des convois prévus ces deux derniers jours ont été reportés du fait des hostilités en cours et pour des raisons de sécurité.  L’ONU surveille la situation de très près et un convoi démarrera dès que la situation sécuritaire le permet.

Une aide continue d’être apportée aux personnes nouvellement déplacées à partir des stocks qui avaient été prépositionnés en prévision de l’urgence dans le sud. 

Nous sommes également préoccupés par les rapports faisant état de deux explosions à la voiture piégée hier dans la ville d’Afrin, qui auraient tué 11 personnes et blessé 23 autres. Les explosions se sont produites quelques heures après des affrontements armés qui auraient eu lieu dans la même zone.

Iran

La Secrétaire générale adjointe aux affaires politiques a fait un exposé au Conseil de sécurité, hier, sur la mise en œuvre de la résolution 2331 (2015) relative au Plan d’action global commun, et son annexe B, comme requis par le Conseil de sécurité. 

Ce matin, la Sous-Secrétaire général adjointe aux opérations de maintien de la paix, Mme Bintou Keita, a fait un exposé au Conseil de sécurité sur le Soudan du Sud.  Elle a dit que la situation sécuritaire sur le terrain reste très préoccupante, les parties au conflit violant constamment l’accord de cessez-le-feu qu’elles s’étaient engagées à respecter.  Elle a ajouté que la poursuite des hostilités a eu un impact direct sur la situation humanitaire.  La faim et la malnutrition ont atteint des taux record et 1,75 million de personnes sont au bord de la catastrophe.

Une déclaration du Secrétaire général a été publiée hier dans laquelle il salue les efforts continus du Forum de revitalisation de haut niveau conduit par l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD).

Libye

Une déclaration du Secrétaire général a été publiée hier dans laquelle il se dit préoccupé par les derniers développements dans la région du « croissant pétrolier ».

Hier, Mme Sahle-Work Zewde, de l’Éthiopie a été nommée Représentante spéciale auprès de l’Union africaine et Chef du Bureau des Nations Unies auprès de l’Union africaine (BNUUA).

Elle succédera à M. Haile Menkerios, de l’Afrique du Sud, à qui le Secrétaire général réitère sa profonde gratitude et son appréciation pour ses années de service dévoué envers l’Organisation.

La nouvelle Représentante spéciale est la première femme nommée à ce poste. Actuellement Directrice générale de l’Office des Nations Unies à Nairobi (ONUN), elle a une trentaine d’années d’expérience, à des niveaux de responsabilité de plus en plus élevés, aux niveaux national, régional et international.

Prise en charge et soins

L’Organisation internationale du Travail (OIT) a publié aujourd’hui un rapport qui met en garde contre une crise imminente des soins à l’échelle mondiale.

En 2015, 2,1 milliards de personnes avaient besoin de soins, dont 1,9 milliard d’enfants et 200 millions de personnes âgées.  En 2030, ce chiffre devrait atteindre 2,3 milliards, du fait de l’augmentation du nombre des personnes âgées et des enfants qui seraient 200 millions de plus.

Ce rapport souligne qu’il est nécessaire d’investir pour pouvoir faire face à cette demande croissante.  Environ 269 millions de nouveaux emplois pourraient être créés si les investissements dans l’éducation, la santé et le travail social doublaient d’ici à 2030.

UNICEF

L’UNICEF indique avoir dépensé plus d’un demi-milliard de dollars pour fournir des secours d’urgence aux enfants en 2017.  C’est le niveau de dépense le plus élevé que l'agence ait connu en réponse aux crises humanitaires comme la famine, la sécheresse, les conflits et la malnutrition, qui menacent la survie de millions de personnes, en particulier au Soudan du Sud, au Yémen, en Somalie et au nord-est du Nigéria.

Accouchements

Une étude de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) montre que la nouvelle formulation d’un médicament servant à prévenir les saignements excessifs après l’accouchement pourrait sauver la vie de milliers de femmes dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Environ 70 000 femmes meurent chaque année à cause d’une hémorragie post-partum - ce qui augmente aussi le risque que leurs bébés meurent dans le mois qui suit.

Rencontres avec la presse

À 12 h 40, le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juin, l’Ambassadeur Vassily A. Nebenzia ,de la Fédération de Russie, doit faire une conférence de presse de clôture.

À 16 heures, Mme Michèle Coninsx, Directrice exécutive de la Direction exécutive du Comité contre le terrorisme (DECT), fera le point sur la Conférence de haut niveau des chefs d’agences antiterroristes en cours.  Cela aura lieu à l’entrée des délégués, située au premier étage du bâtiment de l’Assemblée générale.

À 17 h4 5, M. Ayman Al Safadi, Ministre des affaires étrangères de la Jordanie, fera un point avec la presse à la sortie du Conseil de sécurité, à l’issue de sa rencontre avec le Secrétaire général des Nations Unies.

Demain, à 13 h 15, après le Point de presse, Mme Agnès Marcaillou, Directrice du Service de la lutte antimines des Nations Unies (UNMAS), et l’Ambassadeur Sacha Sergio Llorentty Solíz, Représentant permanent de la Bolivie auprès des Nations Unies, donneront une conférence de presse dans la perspective de la réunion du Conseil de sécurité sur l’action antimine.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.