Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 19 juin 2018

DBF180619
19 juin 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 19 juin 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Norvège

Le Secrétaire général est en Norvège aujourd’hui, où il  a tenu une conférence de presse avec le Premier Ministre norvégien, Mme Erna Solberg.  Il a félicité la Norvège pour être « un pilier fort du multilatéralisme et un défenseur fort de l’ordre international basé sur des règles ». 

Il a également remercié le Premier Ministre pour ses efforts visant à promouvoir les objectifs de développement durable et en particulier la protection des océans.  Il a ajouté que « nous devons tous assumer la protection des océans en tant que responsabilité collective ».

Plus tôt ce matin, il a pris la parole au Forum d’Oslo, où il a souligné le rôle de la médiation pour résoudre les conflits.  En particulier, il a insisté sur l’importance de faire participer les femmes aux processus de médiation.

En marge du Forum, il a rencontré la Ministre des affaires étrangères de Norvège, le Premier Ministre somalien Hassan Ali Khaire, le Ministre des affaires étrangères d’Oman et le Ministre allemand des affaires étrangères. 

Le Secrétaire général a ensuite eu une audience avec le Roi Harald V et le Prince héritier Haakon, qui est l’un des ambassadeurs de bonne volonté les plus anciens du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Le Secrétaire général a également visité une exposition nouvellement inaugurée sur les objectifs de développement durable au Centre Nobel de la paix.  Il a rencontré des représentants du Groupe de haut niveau pour l’économie durable des océans. 

Le Secrétaire général se rendra à Moscou, en Russie, plus tard dans la soirée.

Yémen

L’Envoyé spécial pour le Yémen, M. Martin Griffiths, poursuit ses efforts diplomatiques dans le pays.  Il a quitté Sanaa et est en route pour Djeddah, en Arabie saoudite, où il rencontrera des responsables clefs de la coalition dirigée par les Saoudiens.  Il contactera également le Gouvernement du Yémen pour discuter avec eux de ses efforts de médiation sur Hodeïda.

Hier après-midi, l’Envoyé spécial a informé le Conseil de sécurité du cadre dont il a discuté avec ses interlocuteurs, ainsi que de la situation à Hodeïda et dans les environs.

Selon des sources humanitaires de l’ONU, de violents combats et des frappes aériennes se poursuivent en plusieurs endroits de la ville de Hodeïda et dans les districts au sud de la ville.  On estime que 5 200 familles ont fui les combats depuis le 1er juin, se déplaçant vers des zones plus sûres dans leurs districts d’origine ou dans les zones voisines.

Les partenaires humanitaires continuent de distribuer des trousses d’urgence et d’autres formes d’assistance aux personnes touchées.  L’assistance comprend environ 50 000 litres d’eau transportés par camion vers les zones touchées chaque jour, en plus de 20 points d’eau nouvellement établis.  Un effort concerté est en cours pour engager les parties à assurer la sécurité des partenaires humanitaires sur le terrain et à leur rappeler leurs obligations en vertu du droit international humanitaire.

De même, des agents du Programme alimentaire mondial (PAM) déchargent de la nourriture de trois navires dans le port de Hodeïda, ce qui leur permettra de nourrir environ six millions de personnes pendant un mois.

Syrie

Sur l’invitation de l’Envoyé spécial pour la Syrie, M. Staffan de Mistura, des consultations ont eu lieu aujourd’hui à l’Office des Nations Unies à Genève avec des représentants de haut niveau de l’Iran, de la Fédération de Russie et de la Turquie, sur la voie à suivre pour la mise en œuvre de la Déclaration finale de Sotchi et la création d’un comité constitutionnel mené et contrôlé par les Syriens, facilité par l’ONU, dans le cadre du processus de Genève et conformément à la résolution 2254 (2015) du Conseil de sécurité.

Pendant la réunion, des échanges constructifs et des discussions substantielles ont porté sur des questions relatives à la création et au fonctionnement d’un comité constitutionnel, et un terrain d’entente commence à émerger.  L’Envoyé spécial espère maintenant inviter l’Iran, la Russie et la Turquie à revenir à Genève dans les semaines qui viennent, afin d’élargir ce terrain d’entente.

L’Envoyé spécial a également salué la réaffirmation par les trois pays de leur appui au rôle de facilitateur de l’ONU pour la création et le fonctionnement d’un comité constitutionnel. 

En réponse à une question posée hier, l’ONU reste préoccupée par le sort des 136 000 personnes qui se trouveraient toujours dans le district d’Afrin et 134 000 personnes qui ont été déplacées dans le sous-district de Tal Refaat, les villes de Nabul et Zahraa et les communautés avoisinantes.  Selon une évaluation des besoins, conduite le mois dernier dans le district d’Afrin, les services et les marchés étaient limités du fait du déplacement de nombreux prestataires de services pendant les opérations militaires. 

Les agences des Nations Unies et leurs partenaires basés à Damas n’ont pas été autorisés par le Gouvernement de la Syrie à fournir une assistance dans le district d’Afrin, mais une dizaine d’organisations humanitaires transfrontières ont distribué de l’aide et apporté des services dans le district d’Afrin depuis la Turquie.

Moyen-Orient

M. Nickolay Mladenov, le Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient, a fait un exposé au Conseil de sécurité ce matin et indiqué que les activités de peuplement se poursuivent dans le Territoire palestinien occupé.  Il a réitéré que toutes les activités de peuplement sont illégales au regard du droit international. 

Le Coordonnateur spécial a noté la violence récente dans la région, y compris les manifestations à Gaza.  M. Mladenov a dit qu’Israël a le devoir de protéger tous ses citoyens mais que, ce faisant, il ne doit recourir à la force létale qu’en dernier recours. 

Il a également salué la décision de l’Égypte de rouvrir le point de passage de Rafah et exprimé l’espoir que la situation dans le Sinaï lui permettra de rester ouvert.

M. Mladenov a aussi averti que l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) se trouve à quelques semaines de coupures budgétaires douloureuses du fait de son déficit.  Une conférence d’annonce de contributions pour l’UNRWA aura lieu à New York la semaine prochaine. 

Bangladesh

D’après nos collègues humanitaires, quelque 215 000 personnes restent menacées par des glissements de terrain et des inondations à Cox’s Bazaar, dont environ 42 000 réfugiés dans les zones à risque majeur qui ont été priorisées pour être délocalisées. 

Les améliorations apportées à l’infrastructure des camps, y compris la construction de routes et le dragage de voies navigables menés par le Gouvernement du Bangladesh, se poursuivent. 

Trente équipes médicales mobiles se tiennent prêtes à intervenir et à se déployer si nécessaire, et un réseau d’alerte rapide a été créé pour réagir en cas d’épidémie.

Déplacements

Les déplacements forcés ont atteint de nouveaux sommets en 2017, principalement avec la crise en République démocratique du Congo, la guerre au Soudan du Sud et la fuite au Bangladesh de centaines de milliers de Rohingya du Myanmar. 

Dans son rapport annuel Tendances mondiales publié aujourd’hui, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés comptait 68,5 millions de personnes déplacées à la fin de l’année dernière.

Parmi elles se trouvaient 16,2 millions de personnes déplacées au cours de l’année 2017 -soit pour la première fois, soit de manière répétée- ce qui montre qu’un nombre considérable de personnes se déplacent, soit l’équivalent de 44 500 personnes déplacées chaque jour, ou d’une personne déplacée toutes les deux secondes.

Les réfugiés ayant fui leur pays pour échapper à la guerre ou à la persécution représentaient 25,4 millions du chiffre total de 68,5 millions.

En bref, le monde compte autant de personnes déplacées par la force en 2017 que la population de la Thaïlande.  Une personne sur 110 dans le monde est une personne déplacée.

Conférences de presse

On célèbre aujourd’hui la Journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle en temps de conflit.  À cette occasion, Mme Pramila Patten, Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit, et M. Alen Muhic, représentant de l’organisation non gouvernementale « Forgotten Children of War » s’adresseront à la presse.

À 13 heures, Mme Ninette Kelley, Directrice du Bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) à New York, parlera du rapport annuel Tendances mondiales publié aujourd’hui.

À 11 heures demain, la Vice-Secrétaire générale, Mme Amina J. Mohammed, ainsi que Mmes Francesca Perucci et Yongyi Min du Département des affaires économiques et sociales s’adresseront à la presse à l’occasion du lancement du Rapport 2018 sur les objectifs de développement durable. 

Tableau d’honneur

La République tchèque est devenue aujourd’hui le cent-quatrième pays à avoir payé la totalité de sa contribution au budget ordinaire de l’ONU pour 2018.

Programme « ONU cool »

Comme chaque année, le Siège de l’ONU à New York applique son programme « ONU cool » pour manifester son engagement à utiliser l’énergie judicieusement et à réduire ses émissions de gaz à effet de serre. 

Les thermostats sont réglés sur 77 degrés F/25 degrés C dans les bureaux et 75 degrés F/24 degrés C dans les salles de conférence.  Les propriétaires des espaces loués par l’ONU à New York participent également à cet effort.

Le personnel est encouragé à porter des vêtements légers, appropriés pour le travail, afin de se sentir à l’aise pendant les mois d’été. 

 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.