Imprimer
Dbf180613
13 juin 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 13 juin 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Yémen

L’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen, M. Martin Griffiths, a fait, aujourd’hui, une déclaration dans laquelle il se dit extrêmement préoccupé par les développements militaires à Hodeïda.  La poursuite de l’escalade militaire aura des conséquences graves sur la situation humanitaire catastrophique dans le pays et aura également un impact sur les efforts entrepris pour reprendre les négociations politiques en vue de parvenir à un règlement politique inclusif du conflit au Yémen.  Il a réitéré qu’il n’y avait pas de solution militaire au conflit.

M. Griffiths a déclaré qu’il était en contact permanent avec toutes les parties concernées pour négocier des arrangements pour Hodeïda, en prenant en compte les préoccupations politiques, humanitaires et sécuritaires de toutes les parties concernées.

Il a appelé les parties à s’engager de manière constructive en faveur des efforts de l’ONU pour éviter toute confrontation militaire à Hodeïda.  Il appelle également les parties à faire preuve de retenue et à donner une chance à la paix.

L’ONU et ses partenaires humanitaires sont présents à Hodeïda et l’Organisation continue d’œuvrer à la fourniture des services les plus importants, en partenariat avec les organisations locales.

Les partenaires humanitaires sont en train de distribuer 70 000 trousses d’intervention rapide dans les bureaux des services humanitaires dans toute la province, y compris dans la ville de Hodeïda.  Ces trousses comprennent des rations alimentaires permettant de subvenir aux besoins d’une famille pendant deux semaines, ainsi que des articles d’hygiène et d’autres biens essentiels.  Elles sont destinées à couvrir les besoins les plus immédiats des personnes par rapport aux prévisions qui sont faites.

Les partenaires fourniront ces trousses aux familles nouvellement déplacées.  En outre, les familles vulnérables reçoivent des rations alimentaires mensuelles, des trousses d’hygiène, des trousses contenant des articles non alimentaires, des trousses pour les abris d’urgence, ainsi que des services de protection.  Les partenaires distribuent également du carburant pour faire fonctionner les pompes à eau, les salles d’urgence et les pompes pour la vidange des eaux, ainsi qu’un soutien pour les services de santé.

Toutes les parties doivent respecter leur obligation de faciliter l’aide humanitaire, notamment en garantissant l’accès et en s’abstenant de cibler les fournitures humanitaires ou d’autres biens.  Les opérations d’aide seront gravement compromises en cas de combats prolongés dans des zones urbaines densément peuplées.  Les personnes cherchant à fuir les zones touchées par le conflit doivent pouvoir le faire sans aucune entrave.

Des informations supplémentaires sur la situation à Hodeïda seront communiquées au fur et à mesure par le Bureau du Porte-parole.

Syrie

L’Envoyé spécial du Secrétaire général pour la Syrie, M. Staffan de Mistura, a invité de hauts responsables iraniens, russes et turcs à Genève les 18 et 19 juin 2018 pour des consultations sur la voie à suivre pour la création d’un comité constitutionnel.  L’Envoyé spécial a dit que l’invitation avait été acceptée.  Il invitera en outre d’autres pays à des discussions pertinentes en temps voulu.  Il fera le point demain avec la presse lors d’une rencontre prévue à Genève.

Dans le même temps, l’ONU reste profondément préoccupée par la sécurité et la protection de près de 2,5 millions de civils dans la province d’Edleb, dont 1,2 million de personnes déplacées suite aux frappes aériennes qui se poursuivent dans la région.  Au moins 66 femmes, enfants et hommes auraient perdu la vie et des dizaines d’autres ont été blessés lors de frappes aériennes la semaine dernière.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) continue également de recevoir des informations alarmantes faisant état de frappes aériennes mettant en danger et tuant des civils dans la province de Hassaké à la suite d’une récente intensification des opérations contre Daech.

Gaza

Selon une nouvelle étude de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), alors que la mortalité infantile est en baisse dans la plupart des régions du monde, cela n’a pas été le cas à Gaza au cours des 10 dernières années.

Le Directeur du Département de la santé de l’UNRWA, le docteur Akihiro Seita, a déclaré qu’il s’agissait d’un signe alarmant non seulement de la situation générale de la santé des nourrissons mais aussi de celle de toute la population palestinienne réfugiée à Gaza.  La mortalité infantile est un baromètre de la santé de toute une population.

La nouvelle étude a révélé que le taux de mortalité infantile parmi les réfugiés de Palestine à Gaza était de 22,7 pour 1 000 naissances vivantes.  Selon l’étude, ce chiffre se situe dans la même fourchette que les taux antérieurs de 22,4 en 2015 et de 20,2 en 2006.

Afrique centrale

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique centrale et Chef du Bureau régional des Nations Unies pour l'Afrique centrale (BRENUAC), M. François Louncény Fall, a informé le Conseil de sécurité ce matin, avertissant que de graves menaces subsistaient sur la stabilité politique, sécuritaire et socioéconomique dans la région.

Les 11 pays qui sont dans sa zone de compétence sont soit au milieu, ou en début d’un cycle électoral, a-t-il noté.  Ils connaissent des tensions politiques, y compris les pays touchés par des conflits tels que la République centrafricaine ou la République démocratique du Congo.

M. Fall a détaillé les développements politiques récents au Tchad, au Gabon, en République du Congo et au Burundi.  Il a également souligné que la violence au Cameroun, à la fois liée à Boko Haram et aux tensions dans les régions anglophones, était une source de préoccupation majeure.  L’ONU continuera d’appeler toutes les parties à s’abstenir de tout acte de violence, a-t-il déclaré.

M. Fall a également souligné que la situation en République centrafricaine continue d’avoir un impact négatif sur la situation dans la région, avec des mouvements massifs de population qui en découlent.  (Voir communiqué de presse CS/13379)

Sahel

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, s’est dit, hier, de plus en plus préoccupé par la situation au Sahel où près de six millions de personnes ont du mal à subvenir à leurs besoins humanitaires quotidiens.  Une malnutrition sévère menace la vie de 1,6 million d’enfants dans la région.  Ce sont des niveaux inégalés depuis la crise de 2012, et ce, avant les mois décisifs qui s’annoncent.

La crise a été déclenchée par des pluies faibles et irrégulières en 2017, qui ont conduit à une forte pénurie d’eau, de récoltes et de pâturages, et par des pertes en bétail. 

Avec l’appui des Nations Unies et de leurs partenaires, les autorités nationales dans les pays touchés ont développé des plans d’intervention centrés sur les besoins pastoraux et alimentaires.  L’intensification des opérations est en cours pour atteindre 3,6 millions de personnes.  Toutefois, les plans d’intervention des Nations Unies dans six pays ne sont financés qu’à hauteur de 26%.  M. Lowcock a appelé les donateurs à fournir des fonds d’urgence, le pire pouvant encore être évité.

Nom FYROM

En ce qui concerne les pourparlers entre la Grèce et l’ex-République yougoslave de Macédoine, le Secrétaire général se félicite de l’accord qui règle le différend entre les parties, tel que décrit dans les résolutions 817 (1993) et 845 (1993) du Conseil de sécurité.  Il salue les parties pour leur détermination à mettre un terme à ce différend de longue date, ainsi que pour la démonstration de leadership dont elles ont su faire preuve pour la région dans son ensemble et au-delà.  Il félicite tous ceux qui ont participé de manière constructive aux efforts qui ont débouché sur l’accord.  Il tient à rendre hommage à son Envoyé personnel, M. Matthew Nimetz, qui a su incarner les valeurs de la persévérance, de la patience et de la diplomatie silencieuse pour faciliter, pendant de nombreuses années, cet accord historique.

Madagascar

Le Secrétaire général salue la formation, le 11 juin 2018, d’un nouveau Gouvernement à Madagascar et la récente nomination de M. Christian Ntsay au poste de Premier Ministre, conformément à la décision du 25 mai de la Haute Cour constitutionnelle.  Il félicite les efforts du Président Hery Rajaonarimampianina et des acteurs politiques malgaches pour parvenir à un compromis dans l’intérêt du peuple de Madagascar.

Le Secrétaire général appelle tous les acteurs politiques à renforcer le dialogue pour consolider les acquis en matière de consolidation de la paix et de la démocratie dans le pays et pour ne pas compromettre les progrès vers un développement durable.  Il réitère l’engagement des Nations Unies à soutenir des élections pacifiques, crédibles et inclusives cette année, conformément à la Constitution.

Migration

L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a publié aujourd’hui une étude selon laquelle en 2016, 2,5 millions de migrants au moins ont été victimes de trafic dans le monde.  Le trafic de migrants s’est produit dans toutes les régions du monde et a généré pour les trafiquants un revenu de 7 milliards de dollars en 2016. 

D’après l’étude, les trafiquants vantent leurs services là où l’on trouve facilement des migrants: dans les quartiers qui accueillent des communautés de la diaspora, dans les camps de réfugiés ou encore sur les réseaux sociaux en ligne.

Le rapport recommande de rendre plus accessibles les opportunités ordinaires en matière de migration, dans les pays d’origine et les camps de réfugiés, en améliorant la coopération internationale pour lutter contre les réseaux de trafiquants et en augmentant la sensibilisation dans les communautés d’origine sur les dangers inhérents à un tel trafic.

Sols

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l'agriculture (FAO) et le Partenariat mondial sur les sols ont lancé aujourd’hui un nouveau programme pour stimuler la productivité des sols et réduire leur dégradation en vue d’une meilleure sécurité sur les plans de l’alimentation et de la nutrition en Afrique.  Le Programme Afrisoils vise à accroître de 30% la productivité des sols et à réduire la dégradation des sols de 25% dans 47 pays africains.

L’Afrique est le deuxième continent le plus aride, avec des déserts sur près de la moitié de sa surface, et une désertification qui affecte 40% du continent.  Sur 815 millions de personnes sous-alimentées dans le monde, 24 millions sont africaines.

Albinisme

Aujourd’hui est la Journée internationale de sensibilisation à l’albinisme.  Dans son message, le Secrétaire général appelle à redoubler d’efforts à l’échelle mondiale pour faire connaître le sort des personnes atteintes d’albinisme.

L’albinisme est une anomalie génétique frappant des personnes du monde entier, indépendamment de leur race, de leur origine ethnique ou de leur sexe.  Mais malheureusement, les personnes qui en souffrent sont toujours largement en butte à la discrimination, à la stigmatisation et à l’exclusion sociale.  Un grand nombre d’entre elles, y compris des femmes et des enfants, sont extrêmement vulnérables, isolées, et victimes de mauvais traitements et de violences.

L’adoption d’un plan d’action régional sur l’albinisme en Afrique par la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples et par le Parlement panafricain constitue un grand pas en avant, mais beaucoup plus peut être fait à l’échelle mondiale pour faire connaître le sort des personnes atteintes d’albinisme. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.