Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 24 mai 2018

DBF180524
24 mai 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 24 mai 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Désarmement

Le Secrétaire général était aujourd’hui à l’Université de Genève avec sous le bras, son agenda du désarmement.  Il a commencé par commenter l’annonce de l’annulation du Sommet entre le Président des États-Unis et le leader de la République populaire démocratique de Corée.  Il a avoué regretter l’annulation d’une réunion prévue et a exhorté les parties à poursuivre leur dialogue pour trouver la voie d’une dénucléarisation pacifique et vérifiable de la péninsule coréenne.

Dans une déclaration qu’il a publiée aujourd’hui, le Secrétaire général salue la fermeture annoncée par la République populaire démocratique de Corée du site d’essais nucléaires de Punggye-ri.  Il est regrettable, dit-il, que les experts internationaux n’aient pas été invités à assister à la fermeture du site. 

Dans ses remarques à l’Université de Genève où il a lancé son agenda du désarmement, le Secrétaire général a fixé trois priorités et d’abord, le désarmement pour sauver l’humanité, ce qui revient à réduire et à éliminer les armes de destruction massive, nucléaires, chimiques et biologiques.  Deuxièmement, le désarmement pour sauver des vies, ce qui consiste à rechercher la réduction et l’atténuation de l’impact des armes classiques, et troisièmement, le désarmement pour les générations futures, ce qui vise à prévenir l’utilisation à des fins malveillantes des avancées technologiques comme l’intelligence artificielle. 

Le Secrétaire général a souligné que nous ne pouvons créer un monde plus sûr pour tous sans coordination.  Le désarmement fonctionne bien quand nous travaillons ensemble: gouvernements, experts, société civile et individus.

Le Secrétaire général ensuite répondu à deux ou trois questions de la presse. 

Déplacement de la Vice-Secrétaire générale

La Vice-Secrétaire générale quitte New York cet après-midi pour Genève afin de participer au quatorzième Séminaire des Représentants et Envoyés spéciaux et personnels du Secrétaire général à Mont Pèlerin.  Elle sera de retour mardi prochain.

Mali

Le Secrétaire général passera la Journée internationale des Casques bleus, le 29 mai à Bamako, avec les troupes et le personnel de la Mission des Nations Unies au Mali (MANUSMA), à Bamako. 

Il sera accompagné des Secrétaire généraux adjoints aux opérations de maintien de la paix et à l’appui aux missions, MM. Jean-Pierre Lacroix et Atul Khare, et de la Directrice exécutive de l’UNICEF, Mme Henrietta Fore.

À son arrivée à Bamako, le Secrétaire général assistera à une cérémonie d’hommage aux Casques bleus tombés dans l’exercice de leurs fonctions.  Pour la quatrième année consécutive, la Mission au Mali a subi, en 2017, les plus grandes pertes en vies humaines de toutes les opérations de l’ONU, avec la mort de 21 Casques bleus et de 7 civils. 

Le Secrétaire général s’entretiendra aussi avec le Président du Mali, M. Ibrahim Boubacar Keita, le Premier Ministre, M. Soumeylou Boubèye Maïga et d’autres responsables maliens.

Il se rendra également sur le terrain pour rencontrer les autorités locales, des femmes, des jeunes et des leaders religieux.

Pendant sa visite, le Secrétaire général jeunera par respect pour le Ramadan. 

La célébration de la Journée internationale des Casques bleus aura lieu au Siège de l’ONU, le 1er juin. 

Sahel

Le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a débloqué aujourd’hui la somme de 30 millions de dollars du Fonds central pour les interventions d’urgence afin de renforcer les efforts de secours au Sahel où une grave sécheresse, conjuguée à des prix exceptionnellement élevés des produits alimentaires et à l’aggravation de l’insécurité, ont multiplié les besoins humanitaires.  Des milliers de familles ont épuisé leurs stocks de nourriture et diminué leurs repas quotidiens.  Quelque 1,6 million d’enfants risquent une malnutrition létale et 5 millions de personnes ont besoin de nourriture et d’une aide dans ce qui devrait être la pire saison de soudure depuis des années. 

M. Lowcock a souligné que pour éviter une catastrophe, il faut agir tôt pour aider rapidement les personnes les plus vulnérables.  La fenêtre d’opportunités pour aider ces communautés pendant la saison de soudure et les mois les plus difficiles qui s’approchent se refermera vite, a prévenu M. Lowcock. 

Hier, la Sous-Secrétaire générale aux opérations de maintien de la paix, Mme Bintou Keita, a informé le Conseil de sécurité sur la Force conjointe du G5 Sahel.  Elle salué les États membres du G5 Sahel pour leurs efforts, au cours de cette dernière année, afin d’opérationnaliser leur Force.  Mais elle a prévenu qu’il faut encore faire beaucoup étant donné que le processus a connu des retards et que la Force doit encore atteindre sa pleine capacité opérationnelle. 

Burundi

L’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Burundi, M. Michel Kafando, a informé aujourd’hui le Conseil de sécurité de la situation dans ce pays.

Il a indiqué qu’après le référendum sur la nouvelle Constitution, l’on attend un signal fort du Gouvernement sur la reprise du dialogue politique inclusif.  Sans un tel signal, M. Kafando a dit craindre la polarisation possible d’une situation politique déjà tendue.

Il a aussi appelé les autorités à faciliter la route des experts des droits de l’homme dont les visas avaient été annulés le mois dernier et à reprendre la coopération avec le Bureau du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme.

Même si la situation sécuritaire est globameent calme, M. Kafando a souligné que l’assassinat récent de 26 personnes dans la Province de Cibitoke nous rappelle que l’environnement demeure volatile et que la situation humanitaire st préoccupante.

Un dialogue inclusif, sous les aupices de la Communauté des États d’Afrique de l’Est, est le seul moyen viable d’aller de l’avant, ont souligné les membres du Conseil. 

Darfour

L’Opération hybride Union africaine-ONU au Darfour (MINUAD) a exprimé aujourd’hui sa profonde préoccupation face aux dernières attaques contre trois camps de déplacés dans l’État du Darfour-Central, les 22 et 23 mai et qui ont causé un certain nombre de morts et de blessés parmi les déplacés.

La MINUAD rappelle à toutes les parties impliquées que les camps de déplacés sont considérés comme un espace humanitaire qui devrait être exempt d’armes et où les déplacés ne sauraient être exposés à des menaces, harcèlements, attaques ou autres dangers.  De telles actions constituent de graves violations du droit humanitaire international. 

Afghanistan

La Mission des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) a salué aujourd’hui la libération à Kaboul d’un collègue et de son enfant tenus en otage depuis janvier dernier, tout en exprimant son indignation pour le meurtre d’un autre collègue qui avait été enlevé en même temps.

Iraq

Le Chef de la Mission des Nations Unies en Iraq (MANUI), M. Jan Kubiš, a vivement condamné l’attaque à la bombe qui a eu lieu hier à Bagdad.

Il a dit que cette attaque est l’acte de lâches qui n’ont de respect ni pour la vie humaine ni pour le mois sacré du Ramadan.  M. Kubiš a ajouté que tous les Iraquiens doivent rester unis dans le rejet de tels actes de haine et travailler ensemble à la consolidation d’une démocratie chèrement acquise. 

Palestine

Aujourd’hui le Fonds humanitaire pour le Territoire palestinien occupé a annoncé le décaissement d’une somme de 3,9 millions de dollars pour répondre aux besoins urgents en eau, en assainissement, en abris et en protection.

Plus de 75% des fonds débloqués iront à Gaza où une situation humanitaire déjà difficile a été aggravée depuis le 30 mars 2018 par une augmentation massive du nombre des victimes palestiniennes pendant les manifestations.

Au total, 13 projets vont être lancés par les ONG nationales et internationales.

Le Coordonnateur humanitaire pour le Territoire palestinien occupé, M. Jamie McGoldrick, a indiqué qu’avec cet argent, l’on s’assure que les partenaires humanitaires auront les moyens de répondre à quelques-uns des besoins les plus urgents mais que ce n’est qu’une mesure « bouche-trou ».  Il faut faire plus. 

Libye

La communauté humanitaire s’avoue perturbée par le manque d’accès et d’aide à Derna malgré les appels répétés.  Les agents humanitaires ne sont pas autorisés à acheminer une aide vitale à Derna, et à soutenir les centres médicaux et les autres services de base ou même à fournir de la nourriture et autres produits aux personnes dans le besoin.  La pénurie de médicaments et de produits médicaux a atteint un niveau critique et les premières ruptures de stocks commencent à être signalées.

La Coordonnatrice humanitaire en Libye, Mme Maria Ribeiro, appelle toutes les parties à accorder au personnel humanitaire un accès sûr et sans entraves à Derna. 

Pourparlers sur l’ex-République yougoslave de Macédoine

Aujourd’hui, au Siège de l’ONU à New York, l’Envoyé personnel du Secrétaire général, M. Matthew Nimetz, s’est entretenu avec les Ministres des affaires étrangères de la Grèce et de l’ex-République yougoslave de Macédoine, MM. Nikos Kotzias et Nikola Dimitrov. 

La réunion fait partie des efforts en cours de l’ONU pour aider les parties à trouver une solution mutuellement acceptable à la question du « nom ». 

Conférence de presse

L’invité du point de presse était aujourd’hui M. Muhannad Hadi, Directeur régional du Programme alimentaire mondial (PAM) pour le Moyen-Orient, l’Afrique du nord, l’Asie centrale et l’Europe de l’Est. 

Il a été suivi par le Porte-parole du Président de l’Assemblée générale, M. Brenden Varma.

Demain, ce sera au tour du Directeur général adjoint chargé de la riposte aux situations d’urgence de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à répondre aux questions de la presse.  Le Docteur Peter Salama parlera par visioconférence à partir de Genève de l’irruption d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC). 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.