Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 22 mai 2018

DBF180522
22 mai 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 22 mai 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Protection des civils

Ce matin, le Secrétaire général a fait une déclaration au Conseil de sécurité lors du débat sur la protection des civils dans les conflits armés, dans laquelle il a souligné que le moyen le plus efficace de protéger les civils c’est de prévenir les conflits et d’y mettre fin.

Il a répété que la prévention et le règlement des conflits ainsi que la consolidation de la paix sont et seront les priorités de l’ensemble du système des Nations Unies.

Le Secrétaire général a noté que bien que la situation mondiale demeure sombre, de nombreuses régions souffrant des déplacements, de l’insécurité alimentaire et des violations des droits de l’homme à cause des conflits, il y a des raisons d’espérer.  Parmi ces raisons, il a cité le fait que de plus en plus de gouvernements reconnaissent que le respect du droit humanitaire international et des droits de l’homme contribue à réduire les conflits et à contrer le terrorisme.

Il a appelé les États Membres à développer des politiques nationales pour protéger les civils dans les conflits et assurer l’établissement des responsabilités pour les violations graves des droits de l’homme.

Éviter les victimes civiles et fournir un accès sans entraves à l’assistance humanitaire sont essentiels pour prévenir les cycles d’instabilité et de ressentiment et rendre possibles la paix et la réconciliation durables.

Droits de l’homme

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, M. Zeid Ra’ad Zeid Al Hussein, a publié aujourd’hui une ferme mise en garde contre le recul des droits de l’homme dans le monde, y compris en Europe.

Lors d’une manifestation organisée à Vienne pour marquer le vingt-cinquième anniversaire de la Conférence mondiale sur les droits de l’homme, le Haut-Commissaire a souligné que les droits de l’homme sont sous une pression considérable partout dans le monde.

Libye

Dans un rapport publié aujourd’hui, le Bureau des droits de l’homme des Nations Unies et la Mission des Nations Unies en Libye indiquent que la violence dans le pays continue d’avoir un impact dévastateur sur le secteur de la santé, les hôpitaux et autres centres médicaux étant bombardés, pilonnés et pillés; le personnel médical, ciblé, pris en otage ou arbitrairement détenu; et les patients, parfois privés de soins vitaux et attaqués pendant leur traitement.

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye, M. Ghassan Salamé, a souligné que ces attaques sont des violations graves du droit international et un mépris tragique pour notre humanité commune.

Trop souvent, il n’y a de respect ni pour les malades ni pour le personnel de santé.  Cela doit cesser, a-t-il dit.

Entre le 1er mai 2017 et le 1er mai 2018, les Nations Unies ont compté 36 attaques contre des établissements médicaux, des professionnels de la santé et des patients même si le nombre réel est probablement plus élevé.  

Syrie

Aujourd’hui en Syrie, un convoi estimé à 400 personnes parti de Yarmouk est arrivé à Madiq Castle dans la province de Hama dans le nord de la Syrie, après l’accord conclu entre les parties.  Les Nations Unies ne sont pas parties à ces accords d’évacuation.

Les Nations Unies appellent toujours les parties et ceux qui ont de l’influence sur elles, à veiller à la protection des civils et des infrastructures civiles et à autoriser un accès humanitaire sûr, continuel et sans entrave à tous ceux qui ont besoin d’aide conformément à leurs obligations en vertu du droit humanitaire international.

Il est impératif que les déplacés soient autorisés à retourner volontairement, en toute sécurité et dans la dignité, chez eux aussi tôt que la situation le permettra.

Bangladesh

Les dernières informations indiquent que plus de 7 000 personnes ont été affectées par les tempêtes ou glissements de terrain dans la semaine du 7 au 14 mai, soit au début de la saison des moussons.

Habituellement les moussons provoquent quelque 2,5 mètres de pluies à Cox’s Bazar, causant des inondations importantes.  En conséquence, 150 000 à 200 000 réfugiés et 883 centres communautaires risquent de subir inondations et glissements de terrain, y compris 25 000 réfugiés en situation critique.

Les Nations Unies ont accéléré leurs préparatifs pour atténuer l’impact de la pluie sur les réfugiés.

Le Bangladesh subit les moussons tous les ans et a acquis une certaine expérience en la matière.  Mais la situation dans les camps de réfugiés est inédite, qu’il s’agisse de l’ampleur ou du volume.  La communauté humanitaire travaille pour aider et protéger les réfugiés les plus menacés et il serait bien de pouvoir les réinstaller temporairement dans des endroits plus sûrs.  Le manque d’espace et d’abri limite la faculté d’atténuer les risques.

Ukraine

Les agences humanitaires indiquent qu’en général la situation sécuritaire en Ukraine s’est détériorée depuis le début du mois de mai.  Les hostilités, dont les tirs de mortiers et d’artilleries lourdes, ont été signalés près de quelque 26 quartiers des deux côtés de la ligne de contact, ces dernières 24 heures.  Les bombardements ont interrompu les systèmes de distribution de gaz et d’électricité dans au moins trois quartiers, affectant plus de 10 000 ménages.

La station d’épuration de Donetsk est toujours à l’arrêt, présentant des risques de contamination de l’eau pour 345 000 personnes.  La station a été attaquée à huit reprises cette année.  La zone d’Avdiivka dans la province de Donetsk, qui abrite 16 000 personnes, puise déjà dans ses réservoirs d’eau.  Les partenaires humanitaires ont commencé aujourd’hui à distribuer de l’eau dans la ville.

Il est essentiel que toutes les parties au conflit respectent les infrastructures civiles et protègent les agents civils.  Prendre pour cible des infrastructures et saboter l’accès à l’eau sont des violations du droit humanitaire international.

Amérique centrale

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) dit voir une augmentation importante du nombre des personnes qui fuient la violence et les persécutions dans le nord de l’Amérique centrale.

À la fin de 2017, plus de 294 000 de demandeurs d’asile et de réfugiés étaient enregistrés, soit une augmentation de 58% par rapport à l’année précédente.  C’est 16 fois plus qu’à la fin de 2011.

La grande majorité de ceux qui fuient cherche refuge soit dans le nord à Bélize, au Mexique et aux États-Unis soit, et de plus en plus, dans le sud au Costa Rica et au Panama.

Comores

Le Secrétaire général a suivi étroitement et surveillé l’évolution de la situation aux Comores, ces dernier mois, en particulier depuis la tenue du processus des « assises nationales » en février 2018, et l’annonce qu’a faite récemment le Président Azali Assoumani sur la mise en œuvre de la réforme constitutionnelle comme partie des recommandations des « assises nationales ». 

Le Secrétaire général exhorte le Gouvernement, les partis politiques et touts acteurs politiques ainsi que la société civile à faire tout leur possible pour respecter l’état de droit, les droits de l’homme et les libertés individuelles, travailler à la préservation de la paix et la stabilité, et promouvoir le développement et les progrès.

Biodiversité

Le Journée internationale de la diversité biologique est commémorée aujourd’hui, sur le thème du vingt-cinquième anniversaire de l’entrée en vigueur de la Convention sur la biodiversité. 

Dans son message, le Secrétaire général a souligné que la variété de la vie sur terre est essentielle au bien-être et à la prospérité des peuples aujourd’hui et des générations à venir.  Il a ajouté que si nous connaissons les nombreux bénéfices de la biodiversité, les pertes continuent pourtant dans le monde.  Il a appelé les gouvernements, les entreprises et les gens partout dans le monde à protéger la nature qui garantit notre vie.

Conférence de presse

La Mission d’observation permanente du Saint-Siège a organisé aujourd’hui une conférence de presse sur le thème « la police et le clergé travaillent ensemble: Le travail du Groupe de Santa Marta contre la traite des êtres humains dans le monde »

Ont participé à la conférence de presse le Président du Groupe de Santa Marta, le Cardinal Nichols de Westminster; le Commissaire indépendant de la lutte contre l’esclavage du Royaume-Uni, M. Kevin Hyland; et le Commissaire de la police fédérale de l’Argentine, M. Nestor Roncaglia.

Charte des Nations Unies-Femmes

La Mission permanente du Brésil a organisé, aujourd’hui, une manifestation sur le thème « Les femmes et les origines des Nations Unies » - un héritage du Sud »

Le Chef du Cabinet du Secrétaire général, Mme Maria Luiza Ribeiro Viotti, a prononcé un discours dans lequel elle a souligné le rôle des femmes du Sud dans l’élaboration de la Charte des Nations Unies et de la Déclaration universelle des droits de l’homme ainsi que dans le travail actuel de l’ONU pour réaliser la parité entre les sexes.  Plusieurs chercheurs qui ont étudié le rôle non reconnu des femmes dans l’élaboration de la Charte ont participé à la manifestation

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.