Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 18 avril 2018

DBF180418
18 avril 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 18 avril 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Suède

Le Secrétaire général quittera New York, le vendredi 20 avril, pour sa retraite annuelle avec le Conseil de sécurité que la Suède accueillera.  Il fera ensuite une visite d’État dans ce pays après les retraites.

À son arrivée, le Secrétaire général tiendra sa réunion de travail informelle annuelle avec le Conseil de sécurité, sous la présidence du Pérou, dans la propriété de Dag Hammarskjöld, à Backåkra, dans le comté de Skåne, dans le sud de la Suède.

Dimanche 22 avril, le Secrétaire général fera une déclaration à la conférence annuelle Dag Hammarskjöld à Uppsala, en Suède.

Le lendemain, il aura des consultations bilatérales avec le Premier Ministre suédois, M. Stefan Löfven, avant de revenir à New York, dans l’après-midi.

Syrie

Devant les tensions actuelles, l’Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, M. Staffan de Mistura, mène des consultations intensives de haut niveau dans le but de déterminer de manière proactive les options pour une relance significative du processus politique facilité par l’ONU, en vertu de la résolution 2254 (2015) du Conseil de sécurité.

À cet égard, il a assisté à la réunion des ministres des affaires étrangères et au Sommet de la Ligue des États arabes au cours duquel il a eu des consultations avec le Secrétaire général de la Ligue des États arabes, les Ministres des affaires étrangères de l’Égypte, de la Jordanie, de l’Iraq, parmi d’autres, ainsi qu’avec la Haute-Représentante de l’Union européenne, Mme Federica Mogherini.

L’Envoyé spécial a assisté aux réunions que le Secrétaire général a tenues à Riyad avec le Roi, le Prince héritier et le Ministre des affaires étrangères.

Il est, aujourd’hui, à Ankara, en Turquie, pour des réunions avec des hauts responsables turcs.  Il ira ensuite à Moscou, en Russie, et à Téhéran, en Iran, pour des consultations avec les autorités russes et iraniennes.  Il devrait aussi consulter des ministres européens et des représentants des États-Unis, et d’autres personnalités, pendant la Conférence de Bruxelles qui se tiendra les 24 et 25 avril.

Il fera ensuite un compte rendu au Secrétaire général des résultats de ces consultations et, en temps voulu, fera un exposé devant les membres du Conseil de sécurité.

Pour ce qui est de la situation humanitaire, quelque 137 000 personnes du district d’Afrin, en Syrie, sont toujours déplacées dans les régions de Tall Refaat, Zahraa et de Fafin à cause de la reprise des hostilités et des opérations militaires le 20 janvier dernier.

En outre, quelque 150 000 personnes sont restées dans le district d’Afrin dans lequel l’accès aux populations dans le besoin est extrêmement limité.  Si l’ONU aide les personnes déplacées d’Afrin, elle n’a pas un accès direct et régulier à ce district et les opérations humanitaires dans la région continuent de se heurter à des difficultés d’accès, en raison des restrictions de mouvement imposées par les acteurs sur le terrain.

Hier dans l’après-midi, le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a fait un exposé au Conseil de sécurité en faisant le point de la situation à Raqqa et dans d’autres régions.  Il a déclaré que depuis que Daech a été bouté hors de Raqqa en octobre 2017, près de 100 000 personnes sont revenues dans la ville.  Toutefois, les conditions ne sont pas propices au retour en raison du nombre élevé d’engins non explosés et d’engins explosifs improvisés qui pullulent dans la région ainsi que des graves dégâts généralisés causés aux infrastructures et de l’absence de services de base. 

Équateur

Hier, la Vice-Secrétaire générale a, au nom du Secrétaire général, rencontré le Représentant permanent de l’Équateur auprès des Nations Unies, l’Ambassadeur Diego Morejón.

La Vice-Secrétaire générale a réitéré la condamnation par le Secrétaire général de l’enlèvement et du meurtre de trois membres d’une équipe de journalistes dans le nord de l’Équateur, près de la frontière avec la Colombie.  Elle a présenté les condoléances du Secrétaire général aux familles des victimes et exprimé la sympathie des Nations Unies au peuple et au Gouvernement de l’Équateur. 

Tchad

Les organisations humanitaires s’alarment de la situation alimentaire et nutritionnelle au Tchad.

On prévoit qu’en 2018, 4 millions de personnes seront victimes d’insécurité alimentaire et que plus de 1,7 million auront besoin d’une aide alimentaire dans le pays, y compris 200 000 cas de malnutrition sévère chez les enfants de moins de 5 ans. 

En 2017, le Tchad était en deuxième position selon l’Indice de la faim dans le monde, signe de l’extrême vulnérabilité de sa population.

Cette crise chronique est accentuée par une profonde crise économique et sociale, et par l’augmentation du risque agroclimatique dû aux changements climatiques.  Ce dernier toucherait non seulement les populations les plus vulnérables du Sahel, mais également de nouvelles régions, comme Tandjilé.

En 2018, il faudra 282,5 millions de dollars pour sauver les personnes les plus affectées par la crise nutritionnelle et alimentaire au Tchad.

Soudan du Sud

Selon l’UNICEF, plus de 200 enfants ont été relâchés hier par des groupes armés au Soudan du Sud.  Cette libération, la seconde, s’inscrit dans le cadre d’une série de libérations soutenues par l’UNICEF.  Dans les mois qui viennent, près de 1 000 enfants devraient être libérés des rangs de groupes armés.  Les 207 enfants (112 garçons et 95 filles) ont été libérés des rangs du Mouvement de libération nationale du Soudan du Sud et de l’Armée populaire de libération du Soudan dans l’opposition.  L’opération s’est déroulée dans une communauté rurale, Bakiwiri, à environ une heure de route de Yambio, dans l’État de l’Équateur occidental.

Au cours d’une cérémonie, les enfants ont été désarmés solennellement et des vêtements civils leur ont été fournis.  Des soins médicaux leur seront offerts et, dans le cadre du programme de réintégration, ils recevront un soutien psychologique.

Malgré ces progrès, il reste toujours 19 000 enfants servant dans les rangs des forces armées et des groupes armés au Soudan du Sud. 

Union postale universelle

L’Union postale universelle (UPU) et l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) signeront demain un accord de coopération à Berne (Suisse) pour faire face au trafic par voie postale d’opioïdes de synthèse et d’autres drogues illégales.

Pour protéger les employés des postes et la santé des populations en général, les deux organisations vont renforcer leur coopération dans la lutte contre le trafic illégal, et améliorer la détection et la saisie de ces substances.  Elles partageront des informations sur les tendances et les structures de ces mouvements de drogue.

L’accord est motivé par une épidémie d’overdoses mortelles liées à des substances dérivées du fentanyl, des substances puissantes, potentiellement 50 fois plus létales que l’héroïne.

Parasites

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) annonce que l’organe chargé de la sécurité du commerce mondial des plantes et des produits végétaux a adopté de nouveaux standards phytosanitaires.

Ces standards, développés par la Convention internationale pour la protection des végétaux (CIPV), ont pour but d’empêcher les parasites détruisant l’agriculture et l’environnement de franchir les frontières et de s’étendre à l’international.  Une étude récente menée en Afrique de l’Est a montré qu’à elles seules, cinq espèces étrangères envahisseuses pouvaient causer 1,1 milliard de dollars de pertes économiques par an pour les petits exploitants agricoles de la région.

Rencontre avec la presse

Jeudi 19 avril à 11 heures, conférence de presse sur les femmes autochtones militantes des droits de l’homme.

Tableau d’honneur

Le Cambodge a réglé la totalité de sa contribution budgétaire à l’ONU.  Le nombre total de pays l’ayant fait s’élève désormais à 81. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.